Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN

      L'ANNEE AGRICOLE 1984
      . La mise en oeuvre de la rationalisation de la PAC.
      La Commission vient de publier son Rapport annuel sur la
      situation de l'agriculture.
      L'annee 1984 est celle de l'entree dans les faits de la
      rationalisation de la politique agricole commune pour
      laquelle des propositions detaillees avaient ete presentees
      en 1983. Ainsi se trouvent couronnees plusieurs annees
      d'effort de la Commission pour adapter la politique commune
      aux conditions economiques nouvelles.
      Les grandes orientations de la reforme de la PAC, telles
      qu'elles apparaissent dans les decisions de prix agricoles
      pour la campagne 1984-1985 arretees le 31 mars 1984, sont
      connues :
      - une politique des prix realiste,
      - le retour a l'unicite du marche, par le demantelementdes
      montants compensatoires monetaires et l'introduction d'un
      nouveau systeme en vbertu duquel il ne pourra plus etre
        cree de nouveaux montants compensatoires positifs,
      - la mise en oeuvre de quotas dans le secteur laitier,
      - la confirmation et l'extension a de nouveaux produits du
      principe des seuils de garantie,
      - la rationalisation de certaines aides ou primes,
      - le respect de la preference communautaire.
      (1) Ce rapport, publie en relation avec le "Dix-Huitieme
      Rapport General sur l'activite des Communautes europeennes
      1983", peut etre obtenu aupres de l'Office des Publisations
      Officielles des Communautes europeennes au pric de 950,- FB
      ou de l'equivqlent dans d'autres monnaies de la Communaute.
      D'un volume d'environ 440 pages, dont 270 pages de tableaux
      statistiques, il permet de disposer, en un seul volume d'un
      emploi pratique, des sinformations les plus importantes sur
      les activites communautaires dans le domaine de la politique
      agricole commune en 1984, ainsi que de donnees statistiques
      detaillees, souvent inedites, sur l'evolution des marches
      des produits agricoles, les structures de l'agriculture, et
      l'economie agricole de la Communaute. Le lecteur interesse
      pourra trouver des informations detaillees sur l'evolution
      des marches agricoles dans "La situation des marches
      agricoles - Rapport 1984" (COM(84) 767); ce document sera
      prochainement disponible aupres des services de la
      Commission.
                     
                                  - 2 -
      Plus tard dans l'annee, le Conseil a approuve certaines des
      dispositions que propose la Commission pour renouveler la
      politique communautaire des structures agricoles. De plus,
      il s'est engage, dans une resolution, a mener a bien
      l'harmonisation des legislations agricoles nationales,
      notamment dans les domaines veterinaire og phytosanitaire,
      condition necessaire de l'achevement du marche commun
      agricole.
      Deja bien entame, le programme de rationalisation de la
      politique agricole commune doit etre poursuivi. Pour
      plusieurs de ses dispositions essentielles, telles la
      reforme de l'organisatyion de marche du vin, ou la nouvelle
      politique des structures agricoles, des propositions sont
      actuellement sur la table du Conseil.
      . Niveaux "records" pour la production agricole en 1984 -
      Revenu agricole en hausse.
      L'annee agricole 1984 se caracterise par une augmentation
      exceptionnelle de la production communautaire, qui atteint
      dans plusieurs secteurs des niveaux sans precedent.
      Les recoltes ont fait un bond en avant et depassent de loin
      leurs precedents records; la production de cereales atteint
      pres de 150 millions de tonnes. Par rapport a 1983, on
      enregistre des progressions de 13% pour les betteraves a
      sucre, 19% pour les pommes de terre, 22% pour les cereales
      dans leur ensemble, 34% pour les graines oleagineuses et
      jusqu'a 59% pour le ble dur. C'est essentiellement
      l'amelioration des rendements qui explique ces
      augmentations  ecxceptionnelles; les conditions climatiques
      ont eete  generalemenbt ideales pour les nouvelles varietes
      a haut  rendement.
      La situation est plus contrastee pour les productions
      animales. La production de viande bovine, qui se trouve dans
      la partie ascendante de son cycle, a ete encore accrue par
      les abattages provoques par la mise en place des quotas
      laitiers et est en hausse d'environ 5%; le nouveau systeme
      de controle de la production laitiere a permis une legere
      reduction des livraisons, d'environ 2% par rapport a 1983,
      et permet d'esperer qu'elles d'ajusteront aux quotas en
      1985. Quant aux productions de porcs, de volaille et
      d'oeufs, elles sont du meme ordre qu'en 1983.
      Les prix percus par les agriculteurs ont progresse
      legerement moins que les prix des moyens de production
      agricole. Cependant, grace a l'augmentation de la
      production, le revenu agricole dans la Communaute s'est
      ameliore. Selon les premiers calculs de l'EUROSTAT - non
      publies dans le Rapport en raison des delais de sa
      preparation - les hausses, en termes reels, s'echelonnent
      entre -7% (Belgique) et +20% (Danemark).
                     
                            - 3 -
             INDICE DE REVENU SECTORIEL 1984 (1)
     Variation par rapport a 1983 en termes reels (en %)
:  D  :  F  : I  :  NL  :  B  :  L  :  UK  :  IRL  :  DK  :  GR  :  EUR10
--------------------------------------------------------------------------
: +4,9: +1,6:-0,8: +7,6 : -7,0: -1,3: +9,7 : +6,4  : +20,2: +11,4: +3,8
--------------------------------------------------------------------------
 (1) Valeur ajoutee nette au cout des facteurs par unite d'emploidela
main-d'oeuvre
 Source : EUROSTAT.
LES AUTRES ELEMENTS DU RAPPORT
Par rapport aux editions precedentes, la structure du  rapport 1984aete
legerement modifiee pour regrouper des  chapitres traitant de sujets
voisins. Chaque chapitre met  l'accent sur un ou plusieurs themes
d'importance majeure en  1984; entre autres:
- la rationalisation de la PAC
- la conjoncture agricole
- les negociations d'adhesion de l'Espagne et du Portugal
- les mesures detaillees que la Commission propose pour
  renouveler la politique communautaire des structures
  agricoles
- les problemes rencontres dans le financement de la poli-
  tique agricole commune.
Le rapport 1984 comprend egalement trois articles de  synthese consacresa
des problemes d'actualite lies a la  politique agricole commune.Onen
trouvera ci-dessous un  bref resume.
. Les disparites de revenu en agriculture dans la Communaute
L'etude, conduite a partir des donnees collectees par le  Reseau
d'Information Comptable Agricole de la Communaute  (RICA), analyse les
differences de revenu agricole entre  Etats membres, entre regions,et
entre groupes plus limites  d'exxploitations, definies par leur dimensionou
leur  specialisation (orientation de production).
C'est en Grece que le revenu agricole moyen est le plus  faible, aux Pays-
Bas qu'il est le plus eleve : le rapport  est de 1 a 5. Une certaine
hierarchie des revenus existe  aussi entre specialisations : les
exploitations orientees  vers les grandes cultures, les fruits, les legumes,
les  fleurs, ainsi que les elevages hors-sol; ont generalement unrevenu
superieur a la moyenne, tandis que celles qui sont  orientees versla
producttion de viande de boeuf ou de  mouton, et celes qui sont peu
specialisees, ont le plus  souvent un revenu inferieur. D'une classede
dimension a  l'autre, la hierarchie des revenus est tout a fait claire:
         
                                  - 4 -
      plus le potentiel economique d'une exploitation est
      important, plus son revenu est eleve. Entre regions, les
      disparites de revenu son particulierement nettes puisque les
      revenus moyens dans la region la plus pauvre (Basilicata, en      Italie) et la region la plus riche (Pays-Bas) sont dans un
      rapport de 1 a 8.
      En realite, ces valeurs moyennes recouvrent une tres grande
      diversite des situations; meme a l'interieur de groupes      limites d'exxploitations, il existe des differences
      considerables de revenu. On observe dans des regions
      agricoles riches, des agriculteurs pauvres, et inversement;
      de mem, en ce qui concerne les orientations de production.
      L'agriculture communautaire est fondamentalement tres
      diversifiee.
      Sur la periode recente, les disparites de revenu ser sont
      maintenues, sans se renforcer en general, et la hierarchie
      des resultats entre groupes d'exxploitations ne s'est
      pratiquement pas modifiee. En revanche, il semble que, dans
      les Etats membres et dans les regions, les ecarts entre
      extremes se soient accentues. Une hypothese est aue
      l'agriculture de la Communaute tend a ce differencier en
      deus groupes : d'un cote, des agriculteurs de type
      traditionnel, de l'autre, de veritables chefs d'entreprises
      agricoles disposant de moyens de production importants et
      capables d'en tirer le meilleur parti.
      . Les perspectives de l'offre et de la demande de produits
      agricoles dans la Communaute - Horizon 1990.
      La Commission dispose d'un modele de prevision a long terme
      de l'offre et de la demande des produits agricoles de la
      Communaute, qu'elle utilise depuis plusieurs annees pour
      orienter la politique des marches. Sur la base des resultats
      de ce modele, l'article passe en revue, secteur par secteur,
      les perspectives de la production et de la consommation en
      1990; il tient compte des mesures adoptees en 1984 pour
      rationaliser certaines organisations de marche, en
      particulier la mise en place des quotas dans le secteur
      laitier.
      Plusieurs marches devraient etre globalement equilibres :la
      viande de porc, la viande de volailles, les oeufs, les
      pommes de terre; en ce qui concerne la vainde de mouton,
      pour laquelle la Communaute est deficitaire,  l'auto-
      approvisionnement s'ameliorera.
      En supposant que les tendances actuelles persistent, et que
      les organisations de marche concernees ne soient pas
      modifiees, on peut prevoir que l'offre depassera nettement
      la demande communautaire dans les secteurs suivants : lait
      (malgre les quotas), sucre, cereales, vin viande bovine. En
      consequence, l'ecoulement de la production dependra des
      possibilites d'exportation sur le marche mondial ou la
      Communaute entend conserver sa part equitable.
                     
                                  - 5 -
      . Les importations agricoles et alimentaires de la
      Communaute
      En 1983, la Communaute a importe pour environ 50 milliards
      d'Ecus de produits agricoles et alimentaires. Elle en est de
      loin le premier importateur mondial. Ses importations sont
      concentrees sur quelques groupes de produits bien
      caracterises : des matieres premieres destinees a
      l'industrie, des produits tropicaux, des aliments du
      betail. Si on se limite aux seuls produits agricoles
      temperes, que la Communaute est a meme de produire, les
      produits destines a l'alimentation du betail constituent le
      poste le plus important; ils representent l'equivqlent de la
      production de 9,;9 millions d'hectares soit 10% de la
      surface agricole utile de la Communaute.
      Les approivisionnements de la Communaute sont tres
      diversifies : en 1983, plus de 70 pays lui ont fourni pour
      plus de 100 millions d'Ecus chacun de produits agricoles et
      alimentaires. Si les Etats-Unis occupent depuis toujours le
      premier rang des fournisseurs, l'element le plus notable des
      dix dernieres annees est la par progressivement predominante
      des pays de developpement. La Communaute"; conformement aux
      recommandations des orghanisations internationales, leur
      octroie des conditions d'acces favorables a son marche - 95%
      des exportations agricoles des Etats ACP penetrent a droit
      nul dans la Communaute - et constitue aujourd'hui leur
      premier client.
      Le regime des importations agricoles et alimentaires de la
      Communaute est parfois conteste : trop protectionniste, ou
      pas assrez. La realite est que les importations agricoles et
      alimentaires, en particulier celles des produits agricoles
      couverts par les organisations de marche, progressent autant
      que l'ensemble des importations de la Communaute, ni plus,
      ni moins; les conditions plus favorables d'acces au marche
      communautaire accordees a certains pays industrialises sont
      toujours compenses par des concessions equivalentes au
      profit de la Communaute. Le regime communautaire est un
      ensemble equilibre, qui a permis a la Communaute d'ameliorer
      son auto-suffisance alimentaire tout en concervant un
      approvisionnement exterieur dans lequel les pays en
      developpement occupent une place privilegee.
-------------------

Side Bar