Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Fiche d'information

Questions et réponses: les futurs financements de l'UE en faveur de la gestion des frontières et des migrations

Bruxelles, le 12 juin 2018

Quel sera le montant des financements disponibles pour la gestion des frontières et des migrations?

34,9 milliards d'euros.

Tirant les enseignements du passé, et sachant que la question des migrations et de la gestion des frontières demeurera un défi à l'avenir, la Commission propose d'augmenter fortement les financements en la matière au titre du prochain budget de l'UE pour la période 2021-2027.

Un montant de financements sans précédent sera alloué par l'intermédiaire de deux Fonds principaux:

  • le nouveau Fonds «Asile et migration» (qui continuera de s'appeler FAMI sous sa dénomination abrégée) sera modifié et renforcé;
  • l'instrument relatif à la gestion des frontières et aux visas du Fonds pour la sécurité intérieure sera intégré à un nouveau Fonds, le Fonds pour la gestion intégrée des frontières (FGIF), qui comprendra aussi un autre instrument, également nouveau, l'instrument relatif aux équipements de contrôle douanier.

Au total, ce sont 34,9 milliards d'euros qui seront mis à disposition sur la prochaine période de 7 ans, contre 13 milliards d'euros environ pour la période budgétaire en cours:

  • il est proposé d'augmenter de 51 % le budget alloué à la politique migratoire, qui passerait ainsi de 6,9 milliards d'euros actuellement à 10,4 milliards d'euros;
  • dans le cadre du nouveau Fonds pour la gestion intégrée des frontières (FGIF), il est proposé de multiplier par quatre les financements alloués à la gestion des frontières, qui passeraient de 2,7 milliards d'euros actuellement (pour la période 2014-2020) à un montant qui pourrait atteindre 9,3 milliards d'euros (+ 241%).

En outre, la Commission a proposé d'octroyer plus de 12 milliards d'euros à l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes et à l'agence eu-LISA et près de 900 millions d'euros à l'Agence de l'Union européenne pour l'asile (actuellement le Bureau européen d'appui en matière d'asile, EASO). Cette proposition sera présentée ultérieurement.

1. Fonds pour la gestion intégrée des frontières (FGIF)

Pourquoi créer un nouveau Fonds distinct pour la gestion des frontières?

Dans le cadre de l'actuel budget de l'UE, la gestion des frontières relève du Fonds pour la sécurité intérieure (FSI), qui est scindé en FSI-Frontières et FSI-Police.

Si un Fonds dédié à la gestion des frontières est créé en vertu du prochain cadre financier pluriannuel, c'est parce qu'aussi bien la gestion des frontières que la sécurité intérieure sont devenues des priorités de plus en plus pressantes, qui méritent chacune que des instruments financiers dédiés et plus ciblés leur soient consacrés.

Pour pouvoir gérer les flux migratoires et garantir la sécurité intérieure, il est crucial de protéger efficacement les frontières extérieures de l'UE. Des frontières extérieures fortes sont aussi ce qui permet à l'UE de conserver un espace Schengen sans contrôles aux frontières intérieures.

Le nouveau Fonds pour la gestion intégrée des frontières comprend l'instrument relatif à la gestion des frontières et aux visas et inclura également un nouvel instrument: l'instrument relatif aux équipements de contrôle douanier, en reconnaissance du rôle joué par les autorités douanières dans la défense de toutes les frontières de l'UE (frontières maritimes, aériennes et terrestres et transits postaux), ainsi que dans la facilitation des échanges et la protection des personnes contre les marchandises dangereuses et les contrefaçons.

Quelles sont les priorités du nouveau Fonds pour la gestion intégrée des frontières?

Au cours des dernières années, un certain nombre de mesures ont été prises afin de répondre aux priorités du moment, mais aussi de poser tous les fondements importants nécessaires pour garantir la solidité des frontières.

Le nouveau Fonds confortera ces efforts et apportera un soutien renforcé à la sécurisation de nos frontières extérieures, en s'attachant prioritairement:

  • à soutenir davantage les États membres dans leurs efforts de sécurisation des frontières extérieures de l'UE;
  • à favoriser une plus grande uniformité des contrôles douaniers;
  • à garantir que les systèmes informatiques à grande échelle utilisés pour gérer les frontières sont solides et fonctionnent sans problème les uns avec les autres, ainsi qu'avec les systèmes nationaux;
  • à garantir l'adaptabilité de la politique commune des visas de l'UE à l'évolution des problèmes de sécurité et des défis liés à la migration, ainsi qu'aux nouvelles possibilités offertes par le progrès technologique.

Comment les financements seront-ils répartis?

La dotation totale de 9,3 milliards d'euros au Fonds pour la gestion intégrée des frontières se répartit comme suit:

  • 4,8 milliards d'euros iront à des financements à long terme destinés à soutenir les mesures de gestion des frontières et la politique des visas des États membres, dont un financement initial aux États membres de 4 milliards d'euros (soit 50 %) et un ajustement de 0,8 milliard d'euros (soit 10 %) à mi-parcours pour tenir compte des pressions nouvelles ou supplémentaires;
  • 3,2 milliards d'euros (soit 40 %), distribués sur l'ensemble de la période de financement, iront à un «mécanisme thématique», destiné à apporter un soutien ciblé aux États membres, à financer des projets à valeur ajoutée européenne et à répondre en outre aux urgences;
  • 1,3 milliard d'euros ira à l'instrument relatif aux équipements de contrôle douanier.

Les financements alloués aux États membres reflèteront précisément les besoins de chacun. Au début de la période de programmation, chaque État membre recevra une somme forfaitaire de 5 millions d'euros, tandis que le solde sera distribué en fonction de la charge de travail, de la pression et du niveau de menace aux frontières extérieures terrestres (30 %) et maritimes (35 %), dans les aéroports (20 %) et dans les bureaux consulaires (15 %).

En outre, sur les 4,8 milliards d'euros alloués aux États membres, 157,2 millions d'euros seront réservés au régime de transit spécial appliqué par la Lituanie.

Comment les dotations nationales au titre de l'instrument relatif à la gestion des frontières et aux visas seront-elles calculées? Pourquoi n'est-il pas possible de fournir dès à présent la ventilation par État membre?

Chaque État membre recevra une somme forfaitaire de 5 millions d'euros au début de la période de financement. Au-delà, leurs dotations respectives seront calculées sur la base d'une évaluation des besoins les plus pressants. Cette évaluation sera de nouveau réalisée à mi-parcours.

Pour chaque État membre, cette évaluation tiendra compte:

  • de la longueur de tout tronçon des frontières extérieures terrestres et maritimes que gère cet État membre et de la charge de travail liée (sur la base du nombre de franchissements et du nombre de refus d'entrée), ainsi que du niveau de menace (sur la base d'une évaluation de la vulnérabilité réalisée par l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes);
  • de la charge de travail (sur la base du nombre de franchissements et du nombre de refus d'entrée) dans les aéroports de cet État membre;
  • du nombre de bureaux consulaires que compte cet État membre et de la charge de travail liée (sur la base du nombre de demandes de visa).

Les calculs se fonderont sur des données statistiques collectées par Eurostat, l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes et les États membres sur les trois années (36 mois) ayant précédé l'entrée en application du nouveau budget.

De plus, outre leurs dotations et en application des calculs susmentionnés, les États membres recevront, tout au long de la période de programmation, des financements ciblés en faveur de priorités thématiques ou en réponse à des besoins pressants. Ces financements proviendront du «mécanisme thématique».

Étant donné que le prochain budget à long terme doit couvrir une période s'ouvrant en 2021, il n'est pas possible de prédire dès à présent ce que montreront les données futures. Une ventilation basée sur les données d'aujourd'hui donnerait une image biaisée, ne correspondant pas à ce que seront les dotations effectives.

Ce budget revu à la hausse servira-t-il aussi à renforcer les agences de l'UE chargées de la gestion des frontières?

Oui. Outre les 9,3 milliards d'euros alloués au Fonds pour la gestion intégrée des frontières, et au titre d'une proposition qui sera présentée séparément, plus de 12 milliards d'euros serviront à renforcer encore l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, y compris par le financement d'un corps permanent de quelque 10 000 garde-frontières, ainsi qu'à financer l'agence eu-LISA (l'Agence européenne pour la gestion opérationnelle des systèmes d'information à grande échelle au sein de l'espace de liberté, de sécurité et de justice).

La Commission va-t-elle désormais financer aussi la construction de clôtures?

Non. Le travail de la Commission vise à garantir un contrôle adéquat des frontières, non à les fermer. La Commission n'a jamais financé de clôtures et n'entend pas le faire non plus dans le cadre du nouveau budget de l'UE.

Le Fonds soutiendra-t-il la réalisation de vérifications systématiques obligatoires aux frontières extérieures?

Oui.

Depuis le 7 avril 2017, outre les vérifications systématiques qui étaient déjà réalisées sur tous les ressortissants de pays tiers entrant dans l'espace Schengen, les États membres sont tenus de procéder à des vérifications systématiques, dans les bases de données pertinentes, sur les citoyens de l'UE qui franchissent les frontières extérieures de l'UE.

Le nouveau Fonds pour la gestion intégrée des frontières (via son instrument relatif à la gestion des frontières et aux visas) apportera un soutien supplémentaire aux États membres, pour les aider à s'acquitter de ces responsabilités.

Il s'agira d'un soutien aux infrastructures, aux équipements (tels que des scanners de documents) et aux systèmes informatiques utilisés pour contrôler les frontières, mais aussi d'un soutien à la formation des garde-frontières et à des actions visant à améliorer la coopération interservices. Les États membres pourront également couvrir les frais de personnel et de fonctionnement liés aux vérifications systématiques obligatoires aux frontières extérieures.

Comment le nouvel instrument relatif aux visas soutiendra-t-il l'élaboration de la politique commune des visas?

Le nouveau Fonds aidera à moderniser la politique commune des visas de l'UE. Les financements seront essentiels, notamment parce qu'ils permettront d'améliorer l'efficacité du traitement des demandes de visa, par exemple en termes de détection et d'évaluation des risques de sécurité et de migration irrégulière, et de faciliter les procédures de visa pour les voyageurs de bonne foi.

En 2018, la Commission a présenté une proposition de modification ciblée du code des visas et une proposition de révision du cadre juridique sous-tendant le système d'information sur les visas (VIS). Il faudra soutenir financièrement la mise en œuvre de certaines des mesures proposées, telles que la modernisation du VIS aux fins de son utilisation combinée avec d'autres systèmes d'information de l'Union et d'une coopération améliorée entre les autorités des États membres dans le cadre du traitement des demandes de visa.

Le Fonds servira en outre à évaluer plus avant la possibilité de numériser le traitement des demandes de visa. Sur le moyen à long terme, il sera essentiel à la mise en place de procédures électroniques de visa rapides, sûres et conviviales, pour le plus grand avantage tant des demandeurs de visa que des consulats.

Pourquoi accorder une telle importance aux contrôles douaniers?

L'union douanière est unique au monde. Elle constitue un fondement de l'Union européenne et elle est essentielle au bon fonctionnement du marché unique. Une fois les formalités douanières accomplies dans un État membre, les marchandises peuvent circuler librement sur le territoire de l'Union, puisque tous les États membres sont censés appliquer les mêmes règles en matière de recettes et de protection aux frontières extérieures. Les administrations douanières de l'UE doivent coopérer étroitement pour faciliter les échanges et protéger la santé et la sécurité de tous les citoyens de l'UE. L'UE est l'un des plus grands blocs commerciaux du monde: en 2015, elle a pesé pour près de 15 % (représentant 3 500 milliards d'euros) dans les échanges mondiaux de marchandises.

Pour gérer ce volume d'échanges internationaux, il faut traiter chaque année, de manière rapide et efficace, des millions de déclarations en douane. Mais les douanes jouent également un rôle protecteur. Elles participent activement à la lutte contre le terrorisme, en procédant à des vérifications pour détecter le trafic d'armes et le commerce illégal d'œuvres d'art et de biens culturels, et elles protègent les consommateurs contre les marchandises qui présentent un risque pour leur santé et leur sécurité. Ainsi, 454,2 tonnes de stupéfiants, 35 millions de marchandises de contrefaçon et 3,2 milliards de cigarettes ont été saisis dans l'Union en 2014. La réalisation de contrôles appropriés passe par l'échange rapide d'informations de haute qualité et à jour et par une bonne coordination entre les administrations douanières de nos États membres.

Que prévoit le nouvel «instrument relatif aux équipements de contrôle douanier»?

Le nouvel instrument relatif aux équipements de contrôle douanier vise à aider les États membres à effectuer les contrôles douaniers en finançant les équipements nécessaires. Si ce nouvel instrument, doté d'une enveloppe de 1,3 milliard d'euros, est créé, c'est afin de permettre l'acquisition, la maintenance et le remplacement d'équipements douaniers innovants, dès lors que ni le Programme «Douane» ni d'autres instruments financiers existants ne sont disponibles à cette fin.

Cet instrument financera les équipements douaniers pour les quatre types de frontières (terrestres, maritimes, aériennes et postales), un groupe de travail composé d'États membres volontaires étant chargé de superviser et d'évaluer les besoins en équipement pour chaque type de frontière. Les fonds seront mis à la disposition de tous les États membres. Des travaux ont déjà été menés par l'équipe d'experts douaniers de la frontière terrestre est et sud-est de l'Union (CELBET), qui réunit les onze États membres chargés des frontières terrestres de l'Union. L'équipe CELBET poursuivra ses activités. S'agissant des autres types de frontières, les travaux peuvent désormais commencer afin que les besoins des États membres puissent être évalués, et des fonds alloués, dès l'entrée en vigueur, en 2021, de l'instrument relatif aux équipements de contrôle douanier.

Quel type d'équipement est-il possible d'acquérir au moyen du nouvel instrument?

L'instrument a pour objectif de financer des équipements qui ne sont pas intrusifs, mais qui permettent la réalisation de contrôles douaniers efficaces et efficients. Parmi les équipements que les États membres pourraient acquérir ou moderniser ou dont ils pourraient solliciter la maintenance, citons les scanners, les systèmes de détection automatisée des plaques d'immatriculation, les équipes de chiens renifleurs et les laboratoires mobiles d'analyse d'échantillons. Les besoins en équipement seront définis dans le cadre du Programme «Douane» qui s'applique parallèlement au nouvel instrument relatif aux équipements de contrôle douanier annoncé aujourd'hui. Les équipements de contrôle douanier mis à disposition au titre de ce Fonds pourront également être utilisés pour d'autres contrôles de conformité, réalisés, par exemple, en application de dispositions en matière de visas ou de prescriptions de police, le cas échéant, ce qui permettra d'en maximiser l'impact.

L'instrument établit des priorités en matière de financement des équipements selon certains critères d'éligibilité. Les équipements pourront être achetés au titre de la nouvelle réglementation uniquement s'ils se rapportent à au moins un des six objectifs suivants: inspections non intrusives; détection d'objets cachés sur des êtres humains; détection des rayonnements et identification de nucléides; analyse d'échantillons en laboratoire; échantillonnage et analyse sur le terrain des échantillons; et fouille à l'aide de dispositifs portables, Cette liste pourra être réexaminée en tant que de besoin. L'instrument soutiendra également l'acquisition ou la modernisation d'équipements de contrôle douanier pour l'expérimentation de nouveaux dispositifs ou de nouvelles conditions sur le terrain avant que les États membres n'entament des achats à grande échelle d'équipements neufs.

2. Fonds «Asile et migration» (FAMI)

Quelles sont les priorités du Fonds «Asile et migration»?

Au cours des vingt dernières années, l'Union européenne a mis en place des normes communes en matière d'asile qui comptent parmi les plus élevées au monde. S'agissant des migrations, la politique européenne a progressé à pas de géant ces trois dernières années, sous l'effet de l'agenda européen en matière de migration proposé par la Commission Juncker en mai 2015. Une ligne de conduite plus homogène se dégage peu à peu pour faire face au phénomène.

Outre qu'il soutiendra les efforts déployés actuellement, le nouveau Fonds accroîtra encore le soutien octroyé à la gestion des migrations, en s'attachant prioritairement:

  • à offrir davantage de soutien aux États membres soumis aux pressions migratoires les plus fortes;
  • à soutenir davantage la migration légale et l'intégration rapide des ressortissants de pays tiers en séjour régulier;
  • à lutter contre l'immigration irrégulière, en accroissant le nombre de retours effectifs des personnes qui n'ont pas le droit de séjourner dans l'UE et en renforçant la coopération en matière de réadmission avec les pays tiers;
  • à équiper l'Union de moyens plus rapides et plus souples pour faire face aux crises.

Comment les fonds prévus au titre du FAMI seront-ils répartis entre les États membres?

La Commission a proposé de consacrer 10,4 milliards d'euros au nouveau Fonds «Asile et migration» (FAMI).

Un montant de 4,2 milliards d'euros (40 %) de cette enveloppe sera distribué tout au long de la période de financement pour apporter un appui ciblé aux États membres, qui concernera des projets ayant une véritable valeur ajoutée européenne comme la réinstallation ou servira à répondre à des besoins urgents et à orienter les financements d'urgence vers les États membres au moment et à l'endroit où ils en ont besoin.

Le Fonds consacrera 6,3 milliards d'euros (60 %) à des financements de long terme destinés à soutenir les États membres en matière de gestion des migrations.

Dans ce cadre sont prévus une dotation initiale accordée aux États membres (50 % de l'intégralité du Fonds, soit 5,2 milliards d'euros) et un ajustement à mi-parcours pour tenir compte de pressions nouvelles ou supplémentaires (10 %, soit 1,1 milliard d'euros).

Chaque État membre recevra une somme forfaitaire de 5 millions d'euros, tandis que le solde sera réparti en fonction de la pression migratoire et des besoins des États membres dans les domaines de l'asile (30 %), de l'intégration et de la migration régulière (30 %) et de la lutte contre l'immigration illégale et du retour (40 %).

Comment les dotations nationales seront-elles calculées? Pourquoi n'est-il pas possible de fournir dès à présent la ventilation par État membre?

Les financements alloués aux États membres reflèteront précisément les besoins de chacun. Au début de la période de programmation, chaque État membre recevra un montant forfaitaire de 5 millions d'euros. Au-delà, leurs dotations respectives seront calculées sur la base d'une évaluation des besoins les plus pressants. Le solde sera réparti en fonction de la pression migratoire et des besoins des États membres en matière d'asile. Pour chaque État membre, cette évaluation tiendra compte:

  • pour l'asile (pondération de 30 %): du nombre de bénéficiaires reconnus d'une protection internationale (30 %), de demandeurs d'asile (60 %) et de personnes réinstallées (10 %);
  • pour la migration légale et l'intégration (pondération de 30 %): du nombre de ressortissants de pays tiers en séjour régulier (40 %) et du nombre de ressortissants de pays tiers qui ont obtenu un premier permis de séjour (les travailleurs saisonniers, les étudiants et les chercheurs ne relèvent pas de cette catégorie);
  • pour le retour (pondération de 40 %): du nombre de ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier qui ont fait l'objet d'une décision de retour (50 %) et du nombre de retours effectivement réalisés (50 %).

Les calculs seront basés sur des données statistiques recueillies par Eurostat au cours des trois années civiles précédant l'entrée en application du nouveau budget.

Étant donné que le prochain budget à long terme doit couvrir une période s'ouvrant en 2021, il n'est possible de prédire dès à présent ce que montreront des données futures. Une ventilation basée sur les données d'aujourd'hui donnerait une image biaisée, ne correspondant pas à ce que seront les dotations effectives.

Quelles sont les mesures qui ont été prises au titre des Fonds actuels pour soutenir les États membres au cours de la crise migratoire?

Dans l'ensemble, l'actuel Fonds «Asile, migration et intégration» (FAMII) a soutenu efficacement et avec succès la réponse commune apportée par l'Union à l'aggravation des problèmes de migration et de sécurité, tout en envoyant également un message de solidarité aux États membres situés en première ligne. Par ailleurs, face à la crise migratoire, aux difficultés accrues sur le plan de la sécurité et à un environnement politique en perpétuelle évolution, la Commission a dû recourir à une multitude de modalités financières ad hoc pour appuyer une réponse commune et adéquate de l'UE, et ce d'autant plus que les mécanismes et réserves de flexibilité ont été créés à une époque où les flux migratoires étaient stables.

Les augmentations budgétaires réalisées jusqu'au milieu de la période de financement actuelle 2014-2020 ont clairement prouvé que les moyens budgétaires avaient atteint leurs limites. La dotation du Fonds «Asile, migration et intégration» a plus que doublé (+ 123 %), les financements destinés aux organismes décentralisés pratiquement doublé (+ 86 %), et l'aide d'urgence augmenté de près de 500 %. Outre des instruments de financement de l'Union, dont certains devaient être modifiés pour être utilisés à l'intérieur de l'Union (notamment l'instrument d'aide d'urgence), l'Union a dû mettre en place des solutions de financement innovantes comme les Fonds fiduciaires pour mobiliser des financements au-delà des limites du cadre financier.

L'expérience acquise avec l'actuel cadre financier fait apparaître un besoin évident de montants de financement considérablement accrus et d'une plus grande souplesse, de manière à garantir une gestion budgétaire saine et prévisible.

Qu'en est-il de l'intégration qui figurant dans le Fonds précédent?

La Commission propose de donner un nouvel élan au soutien aux politiques d'intégration au titre du prochain budget à long terme en associant la force de frappe de plusieurs instruments de financement.

Au titre du Fonds «Asile et migration», le soutien à l'intégration se concentrera sur les mesures d'intégration rapide et aura pour objectif d'apporter une aide lors des premières étapes clés de l'intégration comme les cours de langue, tout en soutenant également le renforcement des capacités des autorités chargées de la politique d'intégration, les guichets uniques d'information pour les migrants en séjour régulier récemment arrivés et les échanges entre les migrants en séjour régulier récemment arrivés et les membres de la communauté d'accueil.

L'intégration à plus long terme bénéficiera d'un soutien au titre des Fonds de cohésion de l'UE, en particulier le futur Fonds social européen + et le futur Fonds européen de développement régional. Ces mesures d'intégration à long terme incluront des mesures d'appui structurel comme la formation professionnelle, l'éducation et le logement.

Y aura-t-il des financements à la réinstallation?

Oui. La Commission propose que les États membres reçoivent 10 000 euros par personne réinstallée, comme dans le cadre des actuels programmes de réinstallation de l'UE.

Comment les politiques de retour seront-elles soutenues?

Des retours effectifs sont une composante essentielle d'une politique migratoire de l'UE qui soit équitable et humaine, mais aussi – et c'est tout aussi important – viable. Le Fonds aidera à combattre la migration irrégulière, en garantissant la pérennité du retour et la réadmission effective dans les pays tiers. Comme pour toutes les politiques de l'UE, cela se fera dans le plein respect des droits fondamentaux et de la dignité des personnes faisant l'objet d'une mesure de retour.

Seront soutenus: la mise en œuvre des retours; le renforcement des infrastructures de retour et des capacités de rétention; le développement de la coopération avec les pays d'origine, afin de faciliter la conclusion d'accords de réadmission, assortis de modalités pratiques, et leur mise en œuvre; et la réintégration. Le Fonds soutiendra également les mesures visant d'abord à prévenir la migration irrégulière (campagnes d'information, collecte de données, suivi des flux et des routes migratoires, etc.).

Quel est le lien avec la gestion des flux migratoires externes?

Les dimensions interne et externe à l'UE de la gestion des migrations sont étroitement liées. Le Fonds «Asile et migration» sera à même de soutenir la dimension externe des politiques internes de l'Union.

Ce soutien sera largement complété par les fonds alloués, au titre de la politique extérieure de l'Union, à la lutte contre la dimension extérieure de la migration irrégulière, et notamment aux efforts déployés pour remédier à ses causes profondes, améliorer les perspectives d'avenir qu'offrent les pays d'origine et développer la coopération en matière de retour, de réadmission et de migration légale (voir les propositions sectorielles distinctes qui seront présentées dans les jours à venir).

Les autorités locales et les organisations de la société civile pourront-elles également bénéficier de financements du Fonds?

La Commission considère que les administrations locales et régionales et la société civile jouent un rôle fondamental, notamment en matière d'intégration, et devraient en conséquence recevoir autant de soutien que possible.

C'est pourquoi, alors que les fonds allaient jusqu'à présent aux autorités nationales en couverture de 75 % des coûts d'une mesure (taux de cofinancement), à l'avenir, lorsque des régions, des municipalités ou des organisations de la société civile mettront en œuvre semblables mesures, le budget de l'UE couvrira 90 % des coûts.

Pourquoi des financements au nouveau système de Dublin sont-ils prévus au titre du FAMI, alors qu'il n'y a pas encore eu d'accord à ce sujet?

La proposition relative au FAMI prévoit d'ores et déjà un soutien au transfert des demandeurs d'asile en application du règlement de Dublin tel qu'il est proposé de le réformer. Les financements couvriraient les mesures de premier accueil et d'assistance de base, l'aide à l'intégration si le demandeur reçoit un statut de protection et l'aide aux personnes qui devraient faire l'objet d'une mesure de retour au cas où elles n'obtiendraient pas de protection ou de droit de séjour.

La proposition reflète le règlement de Dublin en l'état actuel des négociations, mais elle sera adaptée en fonction du résultat final de ces négociations.

Comment le suivi des fonds alloués à la gestion des frontières et des migrations sera-t-il assuré?

La Commission suivra la mise en œuvre des actions en gestion directe et indirecte. Pour les fonds dont la gestion est partagée entre l'UE et les États membres, la responsabilité première d'assurer le suivi des projets financés par l'UE incombera à ces derniers. Les autorités administrant les fonds de l'UE dans les États membres doivent mettre en place des systèmes de gestion et de contrôle satisfaisant aux exigences de l'UE, y compris en matière de suivi. Le suivi des actions faisant l'objet d'une gestion partagée sera assuré par chaque État membre, dans le cadre d'un système de gestion et de contrôle conforme au droit de l'UE (règlement portant dispositions communes). Une priorité nouvelle sera accordée à la réalisation d'évaluations régulières selon des indicateurs de performance (les États membres devront communiquer des données pour chaque programme, jusqu'à six fois par an).

Les États membres devront également communiquer un rapport annuel de performance, fournissant des informations sur l'état de mise en œuvre du programme et indiquant si les valeurs intermédiaires et les valeurs cibles ont été atteintes. Une réunion de réexamen sera organisée tous les deux ans entre la Commission et chaque État membre pour apprécier la performance de chaque programme. À la fin de la période, chaque État membre présentera un rapport de performance final.

Pour en savoir plus

Communiqué de presse

Textes juridiques et fiches d'information en matière de migration et de gestion des frontières

 

 

MEMO/18/4127

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar