Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Fiche d'information

Initiatives en matière d'éducation et de formation

Bruxelles, le 17 janvier 2018

Questions et réponses

1. Projet de recommandation du Conseil sur les compétences clés pour l'éducation et la formation tout au long de la vie

Quel est le principal objectif de cette recommandation?

La recommandation proposée vise à améliorer le développement des compétences clés (comme, par exemple, la lecture et l'écriture, la connaissance des langues ou les compétences civiques et numériques) dans les systèmes éducatifs, à tout âge et tout au long de la vie, ainsi qu'à fournir des orientations aux États membres afin de leur permettre d'atteindre cet objectif. Il est important de mieux préparer les citoyens à l'évolution des marchés du travail et à la citoyenneté active dans des sociétés de plus en plus diversifiées, mobiles, numériques et mondiales. À cette fin, la recommandation insiste en particulier sur le développement des attitudes et des mentalités tournées vers l'esprit d'entreprise et l'innovation.

La proposition s'inscrit également dans le cadre de la réponse apportée en vue de l'amélioration des systèmes éducatifs dans l'ensemble de l'Europe afin de mieux répondre aux différents défis soulignés par la dernière enquête PISA, qui a mis en évidence les piètres résultats moyens obtenus dans l'UE en ce qui concerne les compétences de base.

 

En quoi la recommandation permettra-t-elle aux États membres de mettre en œuvre une éducation, une formation et un apprentissage axés sur les compétences?

La nouvelle recommandation répond aux principales difficultés rencontrées jusqu'ici pour ce qui est de la mise en place d'une éducation, d'une formation et d'un apprentissage axés sur les compétences: soutien insuffisant au personnel éducatif, développement limité de méthodes et d'outils d'évaluation et de validation des compétences et nécessité d'introduire de nouveaux modes d'apprentissage en vue d'un développement accru des compétences.

L'annexe de la recommandation définit les bonnes pratiques susceptibles de promouvoir des approches axées sur les compétences dans les domaines de l'éducation, de la formation et de l'apprentissage non formel. Ces bonnes pratiques portent sur les difficultés susmentionnées et indiquent des pistes éventuelles pour les surmonter.

Comment la Commission européenne entend-elle soutenir la mise en œuvre de la recommandation?

La Commission européenne contribuera à la mise en œuvre de la recommandation et à l'application du cadre de référence européen des compétences clés figurant en annexe en aidant les États membres à apprendre les uns des autres. Elle élaborera également du matériel et des outils de référence en collaboration avec les États membres, tels que des cours en ligne ouverts à tous, des outils d'évaluation, des réseaux comme le jumelage électronique (eTwinning), qui est le plus grand réseau d'enseignants au monde, et la plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe (EPALE). Enfin, elle suivra également l'acquisition des compétences dans les États membres.

Quelles sont les modifications par rapport au cadre de référence européen des compétences clés de 2006?

Les modifications apportées aux huit compétences clés consistent notamment à:

  • mettre davantage l'accent sur les compétences de base (écriture et lecture, connaissance des langues et compétences numériques de base), ainsi que sur des compétences horizontales comme la créativité, la capacité à résoudre des problèmes, la réflexion critique et la communication. Ces compétences contribuent à la résilience des citoyens et aident ceux-ci à s'adapter à la volatilité accrue des marchés du travail et à l'évolution rapide des sociétés;
  • insister tout particulièrement, à tous les niveaux d'enseignement, sur la promotion de l'apprentissage et de l'acquisition d'une expérience dans le monde des entreprises. La Commission recommande aux États membres de permettre aux élèves de vivre au moins une expérience dans le domaine de l'entrepreneuriat au cours de l'enseignement obligatoire. Elle les encourage également à mettre en place des plateformes réunissant des écoles et des entreprises, à dispenser une formation appropriée aux enseignants et aux chefs d'établissement et à créer des mini-entreprises au sein des écoles;
  • mettre l'accent sur l'amélioration de l'acquisition de compétences relatives aux sciences, aux technologies, à l'ingénierie et aux mathématiques et renforcer l'intérêt des carrières dans ces domaines;
  • actualiser la définition des compétences numériques, parmi lesquelles des aspects liés à la codification, à la cybersécurité et à la citoyenneté numérique;
  • accorder davantage de poids à la citoyenneté, aux valeurs démocratiques et aux droits de l'homme dans les compétences civiques et mettre l'accent sur les compétences interculturelles en ce qui concerne la sensibilité et l'expression culturelles.

 

2. Plan d'action en matière d'éducation numérique

Comment l'Union européenne peut-elle aider les personnes et les établissements et systèmes d'enseignement à s'adapter à l'évolution numérique?

Le plan d'action en matière d'éducation numérique définit une série d'initiatives visant à aider les citoyens et les organisations à faire face à l'évolution rapide du numérique. Il met l'accent sur le développement des compétences numériques (compétences, connaissances et attitudes) pour le travail et la participation à la société au sens large, de même que sur l'utilisation efficace des technologies dans l'éducation et l'utilisation de données et de prévisions susceptibles d'améliorer les systèmes éducatifs. Il s'agira notamment d'aider les écoles à accéder à des connexions très rapides à haut débit, de développer un nouvel outil d'autoévaluation (SELFIE) élaboré par la Commission afin d'aider les écoles à mieux utiliser les technologies à des fins d'enseignement et d'apprentissage, ainsi que de mener une campagne de sensibilisation en faveur de la sécurité en ligne, de l'hygiène informatique et de l'éducation aux médias.

Comment la Commission européenne va-t-elle soutenir la mise en œuvre du plan d'action?

Le plan d'action expose une série d'initiatives que la Commission, en partenariat avec les États membres et les parties prenantes, mettra en œuvre d'ici à la fin de 2020. Il sera mis en œuvre dans le contexte du processus «Éducation et formation 2020», soit le cadre de l'UE pour la coopération entre les États membres en matière d'éducation et de formation. La Commission collaborera étroitement avec les parties prenantes, parmi lesquelles le groupe «Éducation et formation 2020» sur les compétences numériques.

Quelles sont les principales priorités du plan d'action?

Le plan d'action s'articule autour de trois grands objectifs:

  • améliorer l'utilisation des technologies numériques pour l'enseignement et l'apprentissage;
  • développer les aptitudes numériques nécessaires pour vivre et travailler à une époque marquée par l'évolution rapide du numérique;
  • améliorer l'éducation par une meilleure analyse des données et une meilleure prospective.

Que peut-on faire pour accroître l'intérêt des filles pour les technologies de l'information et de la communication (TIC) et les sciences, les technologies, l'ingénierie et les mathématiques?

Les études montrent que l'intérêt des élèves de sexe féminin pour les études et les carrières dans les domaines des sciences, des technologies, de l'ingénierie et des mathématiques décline à partir de l'âge de 15 ans. Les filles aimeraient voir plus d'exemples de femmes ayant réussi dans ces secteurs et disposer de davantage d'expériences pratiques et concrètes dans les matières liées aux sciences, aux technologies, à l'ingénierie et aux mathématiques. Dans le plan d'action, la Commission s'engage à collaborer avec les entreprises, les ONG et les systèmes éducatifs pour que les élèves de sexe féminin acquièrent des aptitudes numériques et disposent des modèles et des mentors féminins dont elles ont besoin pour contribuer à parvenir à une participation équilibrée entre hommes et femmes dans les études et les carrières liées aux sciences, aux technologies, à l'ingénierie et aux mathématiques.

La Commission encouragera l'organisation de davantage de cours de programmation pour les filles dans le contexte de la semaine européenne du code. Elle collaborera également avec la coalition en faveur des compétences et des emplois numériques et d'autres organisations à travers l'Europe afin de promouvoir les activités visant à encourager les filles et les femmes à développer des aptitudes numériques. La Commission s'emploiera, avec les entreprises et la société civile, à briser les stéréotypes et à faire en sorte que les filles soient mieux informées des possibilités d'emploi dans le secteur des TIC. Elle s'appuiera également sur les initiatives couronnées de succès promues par l'Institut européen d'innovation et de technologie (EIT), telles que des ateliers ciblant les élèves de l'enseignement secondaire.

Comment la Commission européenne appuiera-t-elle l'utilisation du haut débit dans les écoles?

Il existe une fracture numérique nette entre les pays de l'UE: certains disposent déjà d'écoles connectées au haut débit, tandis que d'autres sont à la traîne. Une des raisons de cette connectivité insuffisante des écoles est la méconnaissance, par un certain nombre d'établissements scolaires et d'autorités locales, des possibilités de services à haut débit disponibles, ainsi que des sources de soutien et de financement possibles. La Commission européenne s'emploiera à changer cela, par exemple au moyen du réseau européen des bureaux de compétences en matière de haut débit, récemment créé.

Par ailleurs, la Commission examinera la possibilité de soutenir la connectivité à haut débit dans les écoles, notamment par un système de crédits axé sur les zones défavorisées.

Pourquoi la Commission propose-t-elle un cadre pour la délivrance de titres certifiés numériquement?

Les technologies numériques offrent de nouvelles possibilités d'accroître la crédibilité et la transparence des qualifications et de fournir une protection contre la falsification de documents. Les qualifications numériques sont plus transférables que les titres sur support papier et peuvent être hébergées sur plus d'un serveur ou dans plus d'un établissement. Elles peuvent inclure un grand nombre de métadonnées, peuvent être plus aisément apposées dans les CV, les médias sociaux et les pages web personnelles et peuvent être consultées par les parties intéressées.

Pour mettre en place un espace européen de l'éducation, il convient de garantir que les titres délivrés même par de petits prestataires sont reconnus et sont fiables, en particulier dans un contexte transfrontière. Un cadre pour la délivrance de titres signés numériquement permettra d'assurer une plus grande cohérence et d'appuyer l'assurance de la qualité; il améliorera la portabilité et la comparabilité et soutiendra la mobilité, la coopération et les échanges.

 

Comment la Commission entend-elle promouvoir la programmation?

L'objectif de la Commission est qu'au moins la moitié des écoles participent à la semaine européenne du code d'ici à 2020. La semaine européenne du code est une initiative de terrain dynamique qui vise à présenter la programmation et l'habileté numérique d'une manière ludique et attrayante à tous les Européens, en laissant les participants tester la programmation ainsi que le matériel, l'impression en 3D, les robots, etc.

Par l'intermédiaire des écoles, elle pourra toucher tous les jeunes de la même manière, quel que soit leur sexe. En outre, donner aux enseignants la possibilité d'explorer la programmation dans différentes matières avec leurs étudiants renforce leurs compétences à utiliser la programmation comme un outil pour enseigner les compétences numériques.

Pour promouvoir davantage la programmation, la Commission collaborera avec les ambassadeurs de la semaine européenne du code, les États membres, le réseau e-Twinning, la coalition en faveur des compétences et des emplois numériques, les «champions du numérique» et d'autres organisations et organismes intéressés.

 

Quels sont les risques auxquels les étudiants sont confrontés lorsqu'ils utilisent les technologies et que peut faire l'UE pour les protéger et leur donner plus de moyens d'action?

Dans un monde de plus en plus connecté, les risques concernent la vulnérabilité des données à caractère personnel, les atteintes à la cybersécurité et la fraude, les fausses informations, le harcèlement électronique et la radicalisation violente. Tous les aspects de la sécurité en ligne et de l'hygiène informatique doivent être pris en compte et chaque personne doit savoir, par exemple, comment gérer sa présence en ligne et protéger ses comptes, ses informations et ses appareils.

Renforcer l'esprit critique et l'éducation aux médias chez les enfants et les jeunes est essentiel. Les technologies numériques continueront de s'immiscer dans nos vies, physiquement et mentalement, et toutes les générations doivent devenir des citoyens qui s'assument dans le monde numérique, rendus plus forts grâce aux possibilités offertes par la technologie numérique et, dans le même temps, conscients des risques liés à la numérisation et capables d'y faire face.

L'UE encouragera les activités d'éducation et de sensibilisation visant à autonomiser tous les citoyens de l'Union afin d'en faire des utilisateurs actifs et responsables, capables de faire un usage sûr et critique des technologies. Une action dans ce domaine prendra la forme d'une campagne lancée à l'échelle de l'Union et consacrée à l'hygiène informatique, à l'éducation aux médias et aux médias sociaux ainsi qu'aux manières efficaces de lutter contre les risques en ligne tels que le harcèlement, les fausses informations ou les contenus choquants. La campagne associera tous les acteurs concernés et visera les enfants, les jeunes, les parents et les éducateurs. Par ailleurs, cette action aidera les enseignants dans toute l'Europe à comprendre et à enseigner la cybersécurité en créant et en dispensant des cours en ligne et présentiels destinés aux enseignants.

 

3. Recommandation relative à la promotion des valeurs communes, de l'éducation inclusive et de la dimension européenne de l'enseignement

Quel est l'objectif de cette recommandation?

Aujourd'hui, les États membres de l'UE sont confrontés à de graves difficultés pour maintenir des sociétés ouvertes, équitables et solidaires face à la montée du populisme, de la xénophobie, du nationalisme suscitant la division, des discriminations, ainsi qu'à la diffusion de fausses nouvelles, à la désinformation et au défi de la radicalisation.

Tous ces phénomènes mettent en péril les fondements de nos sociétés. Ils minent la cohésion sociale, empêchent l'émergence d'un sentiment commun d'appartenance et affaiblissent la confiance des citoyens dans les institutions publiques et dans nos systèmes démocratiques. En outre, de nombreux citoyens ne connaissent pas le fonctionnement de l'Union européenne ni ses objectifs. Bon nombre d'entre eux connaissent mal les autres États membres et leur diversité.

L'éducation a un rôle crucial à jouer pour contribuer à renverser ces tendances, en promouvant nos valeurs communes, en favorisant l'inclusion et en permettant aux citoyens de mieux comprendre l'Union européenne et de mieux se comprendre entre eux.

Pourquoi l'UE définit-elle des orientations à l'échelle européenne concernant les valeurs communes, l'éducation inclusive et la dimension européenne de l'enseignement?

Cette recommandation vise à renforcer l'engagement des États membres dans un domaine qui relève exclusivement de leur compétence.

Une action à l'échelle de l'Union est particulièrement utile lorsqu'il s'agit de financer des projets spécifiques (voir ci-dessous). En particulier, en finançant la mobilité entre établissements scolaires et les échanges virtuels au moyen d'e-Twinning, l'Union peut aider les écoles, les enseignants et les élèves à réaliser des échanges et à nouer des amitiés avec des pairs dans d'autres pays, ce qui leur permet de faire l'expérience directe de ce que représente le fait d'être européen.

La fourniture d'orientations à l'échelle de l'Union peut aussi aider les décideurs politiques et les hommes et femmes de terrain à recenser les bonnes pratiques, à apprendre de leurs pairs dans d'autres pays et à s'inspirer de pratiques mises en œuvre ailleurs pour répondre à des problèmes similaires à ceux qu'ils rencontrent dans leur pays.

Que mettra en place la Commission européenne pour épauler les États membres dans ces efforts?

La Commission espère un financement adéquat en faveur d'Erasmus+ pour la période de financement postérieure à 2020 afin de permettre à un nombre plus important de personnes – étudiants, apprentis, stagiaires, mais surtout enseignants et élèves de niveau primaire – de profiter de la mobilité transfrontière au moyen d'Erasmus+. Déjà en 2018, la Commission consacrera jusqu'à 180 millions d'euros aux échanges scolaires.

La Commission s'efforcera d'intégrer un million d'enseignants et d'écoles dans le réseau eTwinning au cours des dix prochaines années afin de soutenir leurs activités. Cela permettra à un nombre encore plus important d'élèves et d'enseignants de communiquer, de collaborer et d'élaborer des projets dans le cadre de cette communauté d'apprentissage.

La Commission continuera à concevoir des instruments de financement, parmi lesquels Erasmus+, Europe créative et Europe pour les citoyens, de manière à donner la priorité à des projets soutenant la promotion des valeurs communes, de l'éducation inclusive et d'une meilleure compréhension de l'UE et de ses États membres. Les Fonds structurels et d'investissement européens peuvent également aider à promouvoir l'éducation inclusive, en soutenant des projets ciblant les systèmes d'éducation, les enseignants et les élèves. Ils financent des initiatives visant à garantir que les jeunes mènent à bien leur parcours éducatif et acquièrent les compétences qui les rendront plus concurrentiels sur le marché de l'emploi. La réduction des taux de décrochage scolaire est une priorité majeure, de même que l'amélioration des possibilités de formation professionnelle et d'enseignement de troisième cycle. Pour la période 2014-2020, plus de 39 milliards d'euros ont été alloués à cet objectif.

Pour en savoir plus

Communiqué de presse «Train de mesures en matière d'éducation»

MEMO/18/103

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar