Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Fiche d'information

D'Erasmus à Erasmus+: 30 ans de succès

Bruxelles, le 26 janvier 2017

La Commission lance aujourd'hui les festivités à l'occasion du 30ème anniversaire du programme Erasmus, un des programmes les plus populaires de l'Union européenne.

Elle publie également le rapport annuel Erasmus+ 2015, qui couvre la deuxième année d'Erasmus+, l'actuel programme de l'UE en faveur de l'éducation, de la formation, de la jeunesse et des sports pour la période 2014-2020.

Comment Erasmus a-t-il évolué au cours des 30 dernières années?

À sa création en 1987,Erasmus était un programme d'échange destiné aux étudiants de l'enseignement supérieur. Cette année-là, 3 200 étudiants issus de 11 pays européens (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, France, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Portugal et Royaume-Uni) y ont participé et depuis lors, le programme n'a cessé d'évoluer. Aujourd'hui, Erasmus+ offre aux apprenants, aux enseignants et aux animateurs de jeunesse un large éventail de possibilités dans le domaine de l'enseignement supérieur, de l'enseignement et de la formation professionnels, de l'enseignement scolaire, de l'éducation des adultes, de la jeunesse et des sports. Au cours des 30 dernières années, le programme a permis à 9 millions de personnes d'étudier, de se former, de faire du volontariat ou d'acquérir une expérience professionnelle à l'étranger. Erasmus+ a forgé des liens plus étroits avec le marché du travail que les programmes qui l'ont précédé: il permet à des étudiants d'effectuer un stage dans une entreprise ou une organisation à l'étranger et à des jeunes de se préparer au marché du travail et à la participation à la vie civique par des expériences d'apprentissage non formel.

Erasmus+: 30 ans d'expériences

Quel est le degré de réussite du programme Erasmus?

Depuis 30 ans, la mobilité offerte par le programme aide les participants à renforcer les compétences et les qualifications nécessaires pour mener une vie épanouissante et indépendante. Elle leur offre également la possibilité de vivre une expérience européenne et d'acquérir un sentiment d'appartenance à une communauté. Diverses évaluations et analyses d'impact ont souligné la valeur de la mobilité. Elles montrent que les séjours à l'étranger permettent aux jeunes Européens d'acquérir les compétences requises sur le marché du travail d'aujourd'hui et de demain, tout en améliorant leurs perspectives de carrière. Les étudiants mobiles ont deux fois plus de chances de trouver du travail dans l'année qui suit l'obtention de leur diplôme, et, parmi les étudiant qui effectuent un stage à l'étranger, un sur trois se voit ensuite offrir un poste par l'entreprise qui l'a accueilli. Par ailleurs, les enquêtes menées auprès des participants depuis 2014 montrent combien les étudiants jugent cette expérience positive: 96 % se déclarent satisfaits d'avoir participé au programme.

Outre la mobilité, qu'offre Erasmus+?

Erasmus+ est devenu bien plus qu'un programme de mobilité. Les projets de coopération permettent aux organisations actives dans les domaines de l'éducation, de la formation, de la jeunesse et des sports de former des partenariats entre elles et avec d'autres acteurs tels que des entreprises et des autorités publiques. Ces projets contribuent à améliorer la qualité et à stimuler l'innovation, par exemple en améliorant les politiques qui sont indispensables à la croissance économique et à la création d'emplois. Voir un aperçu complet des projets passés et en cours.

Comment l'UE va-t-elle célébrer le 30e anniversaire du programme Erasmus?

Le 30e anniversaire sera célébré durant toute l'année avec un programme de festivités au niveau européen, national et local, avec le soutien et l'inspiration des Européens qui ont participé au programme Erasmus. La Commission souhaite s'appuyer sur ces événements et sur la communication en ligne avec les citoyens pour favoriser un dialogue ouvert sur les moyens de renforcer le programme pour qu'il puisse continuer à contribuer à la société européenne.


Erasmus+: la deuxième année

Le rapport annuel 2015 Erasmus+ donne une vue d'ensemble des progrès réalisés au cours de la deuxième année de mise en œuvre du programme et décrit comment les priorités d'Erasmus+ en 2015 ont été influencées par l'évolution de la société.

Quelles ont été les principales évolutions en 2015?

Erasmus+ a un rôle important à jouer dans l'inclusion sociale et le soutien aux réfugiés et aux migrants récemment arrivés. Le programme est à présent davantage axé sur leurs besoins en matière d'éducation. Ses services de soutien linguistique en ligne ont été dotés de 4 millions d'euros supplémentaires, afin d'aider 100 000 réfugiés au cours des trois prochaines années.

L'accent a également été mis sur des mesures de lutte contre la radicalisation, au moyen d'actions d'Erasmus+. Les actions en matière d'éducation et de jeunesse contribuent de manière essentielle à favoriser l'intégration sociale, à améliorer la compréhension interculturelle et à développer un sentiment d'appartenance à une communauté. Erasmus+ finance notamment des projets aidant à améliorer les qualifications des jeunes dans toute l'Europe et dans les régions voisines, ainsi que leur intégration: en 2015, quelque 28 millions d'euros ont permis de soutenir près de 38 000 animateurs socio-éducatifs participant à des projets Erasmus+.

Erasmus+ en chiffres en 2015

La mobilité a-t-elle augmenté en 2015?

Les actions de mobilité sont restées très demandées en 2015: le nombre de demandes a augmenté de 10 % par rapport à l'année précédente.

Au total, 678 000 apprenants et membres du personnel ayant participé à 19 600 projets dans tous les secteurs de l'éducation, de la formation et de la jeunesse ont bénéficié d'un soutien au cours de la deuxième année du programme Erasmus+, avec des subventions d'un montant de 2,1 milliards d'euros, des chiffres sans précédent. Pour la première fois, des établissements européens d'enseignement supérieur ont pu poser leur candidatures pour des échanges avec des établissements dans le monde entier, de sorte que plus de 28 000 personnes ont pu bénéficier de subventions d'un montant de 110 millions d'euros. En outre, 32 masters communs Erasmus Mundus ont été mis en place par des consortiums internationaux d'établissements d'enseignement supérieur au cours de la deuxième année d'Erasmus+, chacun offrant aux étudiants des bourses financées par l'UE.

Quels autres projets liés à l'éducation, la formation et la jeunesse ont reçu un financement en 2015?

Au cours de sa deuxième année, le programme Erasmus+ a également financé plus de 1 900 projets de partenariat stratégique dans les secteurs de l'éducation, de la formation et de la jeunesse, réunissant environ 11 000 organisations au sein de ces secteurs et en dehors. Les projets visent à relever des défis importants, tels que la qualité de l'enseignement et de la formation, l'employabilité, les nouvelles technologies et les compétences numériques, ainsi que la promotion de l'intégration et de la tolérance.

En 2015, le programme a également soutenu dix nouveaux projets de coopération entre des établissements d'enseignement supérieur et des entreprises («alliances de la connaissance»), huit projets entre des établissements d'études et de formations professionnelles et des entreprises («alliances sectorielles pour les compétences») et 279 initiatives destinées à renforcer les systèmes d'éducation et d'animation socio-éducative dans les pays en développement («projets de renforcement des capacités»), en Asie, en Afrique et en Amérique latine par exemple.

Comment le programme aide-t-il les jeunes issus de milieux défavorisés?

Les échanges Erasmus sont ouverts à tous ceux qui souhaitent poser leur candidature. Conformément à son objectif de promouvoir l'équité et l'inclusion sociale, le programme a facilité l'accès des personnes confrontées à des obstacles liés à leur situation économique, à un handicap, à un statut social, à l'éloignement géographique ou à des problèmes de santé. Ces personnes représentent actuellement environ 10 % des participants aux activités de mobilité. Le programme Erasmus+ prévoit un financement supplémentaire de 100 à 200 euros par mois pour les candidats issus de milieux défavorisés, sur la base de critères nationaux. Il fournit déjà des subventions complémentaires à plus de 39 000 étudiants défavorisés. Dans le domaine de la jeunesse, un jeune sur trois participant à un échange provient d'un milieu socioéconomique défavorisé. La participation au service volontaire européen et aux échanges de jeunes est gratuite et ouverte à tous. Le programme couvre les frais de voyage et de séjour des volontaires, l'argent de poche et l'assurance, et le jeune reçoit une carte de réduction.

Quelles ont été les évolutions dans le secteur du sport?

Dans le cadre du volet Erasmus+ Sport, le nombre de projets retenus en vue d'un financement est passé à 53 en 2015. 8 projets étaient directement liés à la première édition de la Semaine européenne du sport, tandis que 45 autres ont couvert un large éventail de domaines sportifs, l'accent étant mis en particulier sur la pratique d'une activité physique bienfaisante et la double carrière des athlètes.

Quelles sont les données disponibles sur les projets Erasmus+ finalisés?

Les premiers projets de mobilité Erasmus+ sont arrivés à leur terme, et des statistiques sur les activités clôturées qui ont été financées au cours de l'année universitaire 2014-2015 sont désormais disponibles. Elles montrent que la mobilité des étudiants Erasmus+, qui a atteint un niveau sans précédent — plus de 290 000 activités de mobilité à des fins d'études et de stages —, a battu un nouveau record. Les 3 principaux pays d'envoi sont restés les mêmes que les années précédentes: la France (39 985), l'Allemagne (39 719) et l'Espagne (36 842). Les pays ayant accueilli le plus grand nombre d'étudiants sont l'Espagne (42 537), l'Allemagne (32 871) et le Royaume-Uni (30 183). Le montant moyen de la bourse mensuelle des étudiants était de 281 euros.

Pour en savoir plus

IP/17/82

Erasmus+ (rapport annuel Erasmus+ 2015; fiches d'information; clips vidéo; témoignages; infographies)

MEMO/17/83


Side Bar