Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Fiche d'information

Erasmus+: nouvelle année record - faits et chiffres

Bruxelles, le 30 novembre 2017

La Commission publie aujourd'hui son rapport annuel Erasmus+ 2016, qui couvre la troisième année d'Erasmus+, l'un des programmes les plus populaires et les plus emblématiques de l'Union européenne.

Le programme s'est sensiblement étoffé depuis 2014, il offre désormais des possibilités de périodes d'étude et de stages/contrats d'apprentissage à la fois pour les étudiants de l'enseignement supérieur et pour ceux de l'enseignement et de la formation professionnels, ainsi que des possibilités d'échanges de jeunes, de bénévolat et d'échanges de personnel dans tous les domaines de l'éducation, de la formation et de la jeunesse ainsi que des projets dans le domaine du sport. Le programme Erasmus+ est aussi plus ouvert aux personnes issues de milieux défavorisés que les programmes qui l'ont précédé.

Quelles ont été les principales évolutions en 2016?

En 2016, Erasmus+ a joué un rôle central dans l'aide apportée aux États membres pour favoriser les compétences sociales, civiques et interculturelles, conformément aux objectifs énoncés dans la déclaration de Paris:

  • 200 millions d'euros ont été alloués à 1 200 projets de coopération visant à promouvoir la tolérance, la non-discrimination et l'inclusion sociale. Une attention particulière a été portée à la sélection de projets associant des réfugiés, des demandeurs d'asile et des migrants, principalement dans le cadre de la mobilité des jeunes.
  • Un appel à propositions spécifique de 13 millions d'euros a été lancé pour diffuser, reproduire et améliorer les bonnes pratiques existantes au niveau local. Il a suscité un intérêt majeur auprès des parties prenantes, 35 projets ayant été sélectionnés.
  • L'initiative «soutien linguistique en ligne pour les réfugiés» a aidé plus de 6 500 réfugiés arrivés il y a peu à améliorer leurs compétences linguistiques.
  • Dans le domaine des partenariats transnationaux pour les jeunes, un quart des projets financés soit portaient directement sur les migrants, les réfugiés ou les demandeurs d'asile soit avaient pour objectif leur inclusion, leur citoyenneté et les valeurs communes que sont la liberté, la tolérance et la non-discrimination. Au total, 34 % des partenariats stratégiques dans le domaine de la jeunesse encourageaient l'inclusion sociale et la solidarité.

Le projet eTwinning Plus a permis de mettre en relation des écoles européennes et des écoles jordaniennes, libanaises et marocaines. 

                                2016 en chiffre

La mobilité a-t-elle augmenté en 2016?

Depuis 2014, l'intérêt général porté aux activités de mobilité dans tous les domaines augmente de 10 % par an. En 2016, 725 000 personnes et 79 000 organisations ont été financées grâce au budget d'Erasmus+ pour la mobilité.

Près de 3 900 instituts d'enseignement supérieur ont reçu des bourses de mobilité, ce qui représente une augmentation de 4 % par rapport à l'appel à propositions de 2015.

Plus de 100 000 jeunes ont participé aux projets d'échanges de jeunes financés en 2016, soit 9 % de plus qu'en 2015.

Avec un peu plus de 2 millions d'actions de mobilité soutenues en trois ans (2014-2016), le programme Erasmus+ est bien parti pour atteindre l'objectif fixé, à savoir aider 4 millions de personnes entre 2014 et 2020.

Quels autres projets liés à l'éducation, la formation et la jeunesse ont reçu un financement en 2016?

Erasmus+ promeut également la coopération en matière d'innovation et l'échange de bonnes pratiques dans les domaines de l'éducation, de la formation et de la jeunesse, l'objectif étant d'exercer une influence durable sur les organisations, les personnes et les systèmes politiques:

  • En 2016, Erasmus+ a financé plus de 2 300 projets de partenariat stratégique associant 13 000 organisations dans les secteurs de l'éducation, de la formation et de la jeunesse. Les projets portent sur des travaux innovants, de qualité et inclusifs en matière d'éducation, de formation et de jeunesse dans un environnement numérique; ils visent à améliorer les compétences transversales dans le cadre de l'apprentissage tout au long de la vie ainsi que l'émancipation, la participation et la citoyenneté active des jeunes.
  • Les projets de renforcement des capacités ont comme objectifs la modernisation et l'internationalisation de l'enseignement supérieur dans les pays partenaires[1] ainsi que la coopération et les échanges entre les pays partenaires et ceux participant au programme dans le domaine de la jeunesse. En 2016, cette action a financé 147 projets liés à l'éducation supérieure et 128 projets s'adressant à la jeunesse.
  • Les 20 projets d'alliances de la connaissance financés en 2016 ont rassemblé des entreprises et des établissements d'enseignement supérieur afin de développer des qualifications et des compétences entrepreneuriales dans des secteurs comme l'économie circulaire, la conception ouverte et la fabrication, la gestion de la sécurité internationale, l'ingénierie intelligente, le tourisme et le vin.
  • Les alliances sectorielles pour les compétences ont financé 15 projets d'enseignement professionnel et d'apprentissage tout au long de la vie dans les domaines suivants: fabrication, arts, spectacles et activités récréatives, agriculture, sylviculture, pêche, construction, information et communication.

Comment le programme aide-t-il les jeunes issus de milieux défavorisés?

En 2016, le programme a poursuivi sa lutte contre les obstacles à la mobilité en encourageant l'inclusion des personnes issues de milieux défavorisés et celles présentant des besoins particuliers. Au cours des trois premières années d'Erasmus+, plus de 56 000 personnes défavorisées de l'enseignement supérieur, dont 1 682 avec des besoins particuliers, ont participé à des activités de mobilité.

Les échanges de jeunes sont un format extrêmement propice à la mobilité des jeunes; ainsi, 41 % des 104 000 participants en 2016 étaient des jeunes ayant peu de débouchés.

Plus de 30 % des participants au service volontaire européen - leur nombre ayant franchi pour la première fois la barre des 10 000 - sont des jeunes ayant peu de débouchés.

Dans les projets de renforcement des capacités, une attention particulière a été portée à la représentation des pays moins développés et à l'inclusion des personnes issues de milieux socio-économiques défavorisés et de celles ayant des besoins particuliers.

Quelles ont été les évolutions dans le secteur du sport?

En 2016, le secteur du sport a vu son budget augmenter de 12 millions d'euros (67 %) par rapport à 2015, ce qui a permis de financer trois fois plus de projets. Au total, 140 projets et 789 organisations ont bénéficié de cette action.

En 2016, Erasmus+ a financé 63 projets de partenariat collaboratif dans les domaines de l'inclusion sociale et de l'intégrité du sport. Il a aussi financé 18 manifestations sportives européennes à but non lucratif. Lors de la semaine européenne du sport, plus de 15 000 manifestations organisées dans toute l'Europe ont attiré quelque 10 millions de participants, soit deux fois plus que l'année précédente.

Comment la Commission soutient-elle l'enseignement supérieur dans les pays partenaires?

L'ouverture internationale d'Erasmus en 2015 a été couronnée de succès. Grâce à l'action de mobilité internationale de crédits du programme Erasmus+, plus de 26 000 bourses ont été accordées en 2016 pour la mobilité à court terme dans le secteur de l'enseignement supérieur depuis/vers des pays partenaires du monde entier, 55 % des bourses étant destinées à des étudiants et les 45 % restants à des enseignants ou formateurs. Quelque deux tiers des bourses ont été accordées à des ressortissants de pays partenaires afin qu'ils se rendent dans des pays participant au programme. En moyenne, les étudiants passent cinq mois à l'étranger pour un coût total moyen de 4 400 euros chacun, alors que les membres du personnel partent en moyenne six jours pour un coût moyen de 1 800 euros chacun. Des bourses ont jusqu'à présent été accordées à des participants de 129 nationalités différentes et répartis sur cinq continents. Les pays qui envoient le plus de participants sont la Russie (qui dispose d'un budget propre) suivie de l'Ukraine, de la Serbie, de la Chine et du Maroc. Plus de la moitié (54 %) des 26 000 participants sont des femmes.

Plus de 72 millions d'euros ont servi à financer 27 diplômes de masters communs Erasmus Mundus. Les consortiums comptent au total 150 universités partenaires.

147 nouveaux projets de renforcement des capacités pour l'enseignement supérieur dans 10 régions du monde ont été financés grâce à un budget de 131 millions d'euros et concernaient 1 913 organisations de par le monde.

Un total de 269 modules, chaires universitaires, réseaux, projets, centres d'excellence et associations ont été soutenus par les activités Jean Monnet en 2016 dans 30 pays européens participant au programme et dans 45 pays situés en Europe et hors d'Europe.

                           Visuel 2

Quelles sont les données disponibles sur les projets Erasmus+?

L'annexe statistique du rapport Erasmus+ 2016 donne des informations complètes sur les différentes actions clés, leur budget et leur profil d'engagement, ainsi que des informations détaillées sur le nombre de projets, les participants et les organisations. Des données par pays sont aussi disponibles pour certaines actions.

Des informations qualitatives sur les projets Erasmus+ sont disponibles sur la plateforme de résultats du projet Erasmus+, une base de données permettant d'accéder gratuitement à des descriptions, des résultats et des informations de contact pour tous les projets financés au titre du programme Erasmus+ dans le domaine de l'éducation, de la formation, de la jeunesse et du sport. Les résultats peuvent aussi être obtenus en format Excel pour une analyse plus approfondie.

Pour en savoir plus

Communiqué de presse

Rapport annuel 2016 concernant Erasmus+

Fiche d'information sur Erasmus+

Fiches d'information par pays

Fiche d'information sur le 30ème anniversaire d'Erasmus

Fiche d'information sur l'espace européen de l'éducation

 

*Les 33 pays participant au programme Erasmus+ sont les 28 États membres de l'UE, l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège, l'ancienne République yougoslave de Macédoine et la Turquie.

Les pays partenaires sont tous les autres pays du monde.

 

 

MEMO/17/4963

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar