Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Fiche d'information

Questions et réponses sur la deuxième Semaine européenne des compétences professionnelles

Bruxelles, le 20 novembre 2017

Du 20 au 24 novembre 2017, la Commission européenne organise la deuxième édition de la Semaine européenne des compétences professionnelles, en s'appuyant sur le succès de l'initiative lancée l'année dernière. Pourquoi une Semaine européenne des compétences professionnelles? Les compétences sont un moyen d'accéder à l'employabilité et à la prospérité. Cet objectif est au cœur de la nouvelle stratégie en matière de compétences.

Voir IP/17/4683

Pourquoi une Semaine européenne des compétences professionnelles?

Les compétences sont un moyen d'accéder à l'employabilité et à la prospérité. Il s'agit d'un élément essentiel de la communication du 10 juin 2016 relative à une nouvelle stratégie en matière de compétences pour l'Europe, qui présente dix actions pour relever les défis en matière de compétences en Europe. 

L'une des dix actions consiste à faire de l'enseignement et de la formation professionnels (EFP) un premier choix. Cela requiert d'améliorer la qualité et l'efficacité des programmes professionnels, mais aussi de sensibiliser les jeunes, leur famille et les travailleurs adultes aux possibilités offertes par l'EFP, afin de persuader les entreprises et les autorités d'investir dans le développement des compétences professionnelles. 

Les diplômés de l'EFP trouvent en général un emploi plus rapidement que les diplômés de l'enseignement général (deuxième cycle du secondaire et post-secondaire non supérieur). En 2016, 75 % des diplômés récents de l'EFP (ayant obtenu leur diplôme depuis trois ans ou moins) occupaient un emploi, contre 63 % des diplômés de l'enseignement général. Deux tiers des apprentis décrochent un emploi dès la fin de leur formation. Malgré cela, pour de nombreux jeunes et leurs parents, l'EFP n'est toujours pas aussi attrayante que les filières d'enseignement général. Les possibilités de poursuivre leur formation peuvent permettre aux adultes non seulement de maintenir à jour leurs compétences, mais aussi de les renforcer et de les réorienter tout au long de leur vie, comme cela est nécessaire sur le marché du travail et dans la société d'aujourd'hui. Toutefois, seul un adulte européen sur dix participe à un programme d'éducation des adultes. La Semaine européenne des compétences professionnelles attirera l'attention de toutes les parties prenantes sur les avantages de la filière professionnelle pour les particuliers, les entreprises et la société.

Pourquoi mettre l'accent sur les compétences professionnelles?

L'Europe a besoin de compétences professionnelles en plus grand nombre et de meilleure qualité: même si, chaque année, environ 13 millions de personnes participent à des programmes d'EFP et 3 millions obtiennent un diplôme de l'EFP, ce n'est pas suffisant pour combler la pénurie de personnes diplômées de l'EFP qui est prévue dans plusieurs États membres. 40 % des employeurs européens affirment ne pas trouver de personnes disposant des compétences appropriées pour s'accroître et innover. Parmi les emplois difficiles à pourvoir, nombreux sont ceux qui requièrent généralement des qualifications de l'EFP, comme les cuisiniers ou les mécaniciens dans le secteur métallurgique. Pour la société et l'économie européennes, il est essentiel de garantir le développement des compétences des jeunes travailleurs et des travailleurs adultes, de sorte qu'ils puissent jouer un rôle actif sur le marché du travail actuel, qui est concurrentiel et évolue rapidement. Les entreprises ont besoin de travailleurs dotés des compétences adéquates et, c'est important, de la capacité de développer ces dernières tout au long de leur vie dans un contexte où les compétences professionnelles deviennent rapidement obsolètes. 

Il doit être clair que le concept de «compétences professionnelles» va au-delà des compétences techniques, spécifiques à un emploi, liées à des activités pratiques d'un niveau relativement bas. Si les compétences spécifiques à un emploi restent essentielles, pour bien faire leur travail, les travailleurs ont également besoin d'un bon niveau de compétences transversales ou non techniques, notamment en matière de communication, de résolution de problèmes et d'entrepreneuriat. Les réparateurs de réfrigérateurs, par exemple, doivent bien comprendre le problème des clients et leur expliquer les différentes solutions possibles (en plus, évidemment, de posséder les compétences techniques pour mettre en pratique ces solutions). Lancer une affaire – une agence immobilière, une librairie, un restaurant, une société de logiciels ou un magasin d'articles de plomberie – requiert une volonté d'entreprendre, une capacité de traiter avec les fournisseurs et les clients et des compétences en matière de gestion des personnes.

Combien de jeunes participent à des programmes d'EFP?

Selon Eurostat, l'UE comptait, en 2015, 13,4 millions d'apprenants de l'EFP (54 % du total): 10,3 millions dans le deuxième cycle de l'enseignement secondaire, 1,5 million dans des programmes post-secondaires non supérieurs et 1,4 million dans des programmes de l'enseignement supérieur de cycle court 

La majorité des apprenants de l'EFP viennent des plus grands États membres de l'UE: par exemple, en 2015, au niveau du deuxième cycle du secondaire, on recensait 1,2 million d'élèves de l'EFP en Allemagne, 1,1 million en France, 1,6 million en Italie et 1,6 million au Royaume-Uni.

Combien de jeunes participent à des apprentissages ou à d'autres types de formation sur le lieu de travail?

Les systèmes d'apprentissage varient selon les États membres, mais ont ceci en commun qu'ils combinent et alternent formellement une formation en entreprise et un enseignement à l'école et, en cas de réussite, sont sanctionnés par un diplôme reconnu au niveau national. 

En 2015, au niveau du deuxième cycle du secondaire, presque tous les élèves de l'EFP en Lettonie, en Hongrie et au Danemark participaient à des programmes offrant des possibilités d'acquérir une expérience d'apprentissage en milieu professionnel à laquelle était consacré plus d'un quart du temps de la formation. 

Cette part était de près de 90 % en Allemagne et d'environ 50 % au Royaume-Uni et en Autriche, et bien moindre dans tous les autres pays. Dans un certain nombre de pays, peu d'étudiants – voire aucun – ont eu l'occasion d'accéder à des possibilités de formation en milieu professionnel. 

Les jeunes diplômés de l'EFP trouvent-ils un emploi facilement?

Selon les données d'Eurostat, en moyenne dans l'UE, 75 % des jeunes diplômés de l'EFP trouvent un emploi dans les trois mois suivant l'obtention de leur diplôme. La situation varie toutefois entre les pays: dans un tiers d'entre eux, ce pourcentage est supérieur à 80 % et, dans quelques-uns seulement (Grèce et Italie), il est inférieur à 50 %. Dans la plupart des pays, le pourcentage concernant l'EFP est meilleur que celui concernant les jeunes diplômés des filières d'enseignement général (moyenne de l'UE: 63 %). 

Les diplômés de l'EFP peuvent-ils avoir accès à l'enseignement supérieur?

L'énorme majorité des apprenants de l'EFP du deuxième cycle de l'enseignement secondaire participent à des programmes leur donnant accès directement à l'enseignement supérieur – plus de 90 % dans un tiers des États membres et plus de 60 % dans la plupart des autres. Dans quelques pays seulement, l'accès direct est limité, en général parce que les programmes d'EFP tendent à être courts – pour répondre à des priorités nationales spécifiques – et que des passerelles sont nécessaires pour permettre la progression vers des niveaux supérieurs.

Combien d'adultes s'engagent dans la formation plus tard dans leur vie?

Alors que la quasi-totalité de la population accède à l'éducation dans son jeune âge et que près de la moitié participe à l'EFP, seul un adulte européen sur dix prend part à une formation pour adultes. En d'autres termes, cela signifie que, sur les quelque 270 millions d'Européens âgés de plus de 25 ans, environ 27 millions seulement indiqueraient qu'ils ont récemment entrepris des études ou une formation

Toutefois, pour réussir dans notre monde en rapide mutation, chacun sans exception doit disposer d'un large éventail de connaissances et de compétences à jour – et doit continuer à les développer tout au long de sa vie. Cela apporte des avantages non seulement aux personnes concernées, mais aussi aux entreprises qui les emploient, et cela contribue à accroître la motivation, l'innovation et la productivité. La société dans son ensemble en bénéficie également grâce aux effets économiques et sociaux positifs que cela engendre.

Quelles autres mesures l'Europe prend-elle pour que l'EFP devienne un premier choix?

La Commission a lancé un ensemble de mesures visant à rendre l'EFP plus efficace et plus attrayante, par exemple:

 

 

MEMO/17/4684

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar