Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE ES IT PT EL HR

Commission européenne - Fiche d'information

L'UE: leader mondial de l'aide aux victimes de crises

Bruxelles, le 18 août 2017

L'UE dispose d'une panoplie d'instruments de financement et de dispositifs d'intervention d'urgence pour venir en aide aux pays touchés par des catastrophes naturelles telles que des incendies de forêts, des inondations et des tremblement de terre ou qui ont besoin d'une aide d'urgence en raison d'autres crises.

Le centre de coordination de la réaction d'urgence vu de l'intérieur

Dans l'Union européenne: aider les citoyens et les États membres en interne

Mécanisme de protection civile de l'UE

Lorsque les capacités nationales pour faire face à des catastrophes naturelles sont dépassées, les pays européens font souvent preuve de solidarité en envoyant une aide sous la forme d'équipements, d'experts et de matériels tels que des avions ou des véhicules, pendant la phase d'intervention d'urgence.

Ils passent pour ce faire par le mécanisme de protection civile de l'UE, qui a été activé à huit reprises cet été, un record, pour prêter main-forte aux pays touchés par des incendies de forêts tels que l'Italie, la France, le Portugal, l'Albanie et le Monténégro.

  • Le centre de coordination de la réaction d'urgence est la plateforme de réaction d'urgence de la Commission européenne. Il est opérationnel 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par an. Il coordonne l'aide paneuropéenne fournie au moyen du mécanisme de protection civile et garantit que l'ensemble des États participant au mécanisme sont rapidement informés des besoins d'un pays victime d'une catastrophe. La décision d'activer le mécanisme de protection civile ne relève pas de la Commission, mais doit être prise par les autorités nationales du pays concerné.
  • Le mécanisme de protection civile de l'UE facilite et cofinance l'acheminement de l'aide vers la zone touchée.
  • Le mécanisme de protection civile de l'UE, auquel participent 34 États européens (les 28 États membres de l'UE plus l'ancienne République yougoslave de Macédoine, l'Islande, le Monténégro, la Norvège, la Serbie et la Turquie) facilite la coopération dans le domaine de la réaction aux catastrophes. Les pays participants mettent en commun les ressources qui peuvent être mobilisées pour venir en aide aux pays sinistrés partout dans le monde.
  • Depuis son lancement en 2001, le mécanisme de protection civile de l'UE a suivi plus de 400 catastrophes et reçu près de 300 demandes d'assistance. Il est intervenu dans certaines des catastrophes les plus dévastatrices que le monde ait connues, notamment lors des inondations en Serbie et en Bosnie-Herzégovine (2014), de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest (2014), du conflit en Ukraine (2014), du séisme au Népal (2015), du conflit en Iraq (2016) et de l'ouragan «Matthew» en Haïti (2016).

Financement, par l'UE, de la reconstruction après une catastrophe naturelle

L'UE fournit des fonds pour venir en aide à ses citoyens et à ses États membres victimes de catastrophes naturelles.

  • Le Fonds de solidarité de l'UE a été créé afin d'exprimer la solidarité européenne à l'égard des régions sinistrées dans les États membres et les pays engagés dans des négociations d'adhésion avec l'Union. Il a été mis en place à la suite des graves inondations qui ont touché l'Europe centrale au cours de l'été 2002. Depuis, il a été mobilisé pour plus de 76 catastrophes, notamment des inondations, des incendies de forêts, des tremblements de terre, des tempêtes et des sécheresses. À ce jour, 24 pays en ont bénéficié, pour un montant global de plus de 5 milliards d'euros.
  • Le fonds complète les dépenses publiques consenties par les États membres pour financer les actions de secours de première nécessité telles que: la remise en fonction des infrastructures essentielles (énergie, eau, transports, télécommunications, santé et éducation); l'hébergement provisoire et les services de secours visant à répondre aux besoins immédiats de la population; la sécurisation des infrastructures de prévention, telles que barrages et digues; les mesures de protection du patrimoine culturel; et les opérations de nettoyage.
  • Le montant le plus élevé jamais mobilisé au titre du Fonds européen de solidarité — 1,2 milliard d'euros — a été récemment proposé pour l'Italie, à la suite des tremblements de terre qui ont frappé le pays en 2016 et 2017.
  • En outre, les États membres peuvent désormais (depuis juillet 2017) mobiliser un soutien spécial de l'UE, sous la forme d'un cofinancement de l'UE relevé à 95 % pour les travaux de reconstruction liés à des catastrophes naturelles financés par le Fonds européen de développement régional (FEDER). Ce soutien spécial de l'UE peut être mobilisé dès le premier jour d'une catastrophe, et pour les catastrophes qui ont eu lieu depuis le début de la présente période de programmation, soit depuis le 1er janvier 2014. Il peut donc compléter le soutien du Fonds de solidarité de l'UE et permet à celle-ci d'apporter une aide rapide et efficace aux régions en difficulté.

Enfin, la Commission est disposée à modifier les programmes relevant de la politique régionale, à la demande des autorités nationales et dans le cadre de la flexibilité autorisée par les règles existantes, afin de faire face à de nouvelles priorités sur le terrain. Ainsi, le programme pour la région Centre du Portugal a été modifié et des fonds ont été réaffectés pour rétablir les infrastructures vitales et relancer l'activité économique dans la région après les incendies de forêts de juin 2017.

Aide d'urgence au sein de l'UE pour faire face à la crise des réfugiés

Depuis 2016, la Commission européenne peut financer l'octroi d'une aide humanitaire en faveur de personnes dans le besoin sur le territoire de l'UE, au moyen de l'instrument d'aide d'urgence. Jusqu'en 2018, une enveloppe d'aide financière de l'UE dont le montant pourra aller jusqu'à 700 millions d'euros sera disponible par l'intermédiaire d'organisations partenaires, telles que les agences des Nations unies, la Croix-Rouge et des organisations non gouvernementales. À ce stade, l'UE a fourni cette aide d'urgence à des milliers de réfugiés en Grèce, où elle a aidé à fournir des abris, de la nourriture et de l'eau, ainsi qu'à assurer la protection des enfants réfugiés.

L'aide humanitaire de la Commission s'inscrit en complément de celle apportée par d'autres instruments de financement de l'UE qui ont déjà fourni d'importantes ressources financières pour venir en aide à la Grèce, tels que le Fonds «Asile, migration et intégration», le Fonds pour la sécurité intérieure, le Fonds européen d'aide aux plus démunis et le programme «Santé» de l'UE. Elle complète aussi les offres bénévoles d'assistance matérielle faites par les États participant au mécanisme de protection civile de l'UE.

La solidarité de l'UE en action: le corps européen de solidarité

En Europe, le corps européen de solidarité créé il y a peu offre aux jeunes Européens âgés de 18 à 30 ans la possibilité de venir en aide aux personnes qui en ont le plus besoin, en tant que bénévoles ou dans le cadre d'un stage ou d'un emploi. Onze mois à peine après que le président Juncker a annoncé, pour la première fois, cette nouvelle initiative dans son discours sur l'état de l'Union 2016, plus de 34 000 jeunes ont rejoint le corps européen de solidarité. La sélection par rapport aux besoins des organisations a débuté en mars 2017. Depuis, quelque 15 000 participants ont été contactés et 700 placements acceptés, dont la plupart ont déjà commencé. Cette semaine, le premier groupe de bénévoles du corps européen de solidarité est arrivé à Norcia (Italie) pour contribuer aux travaux en cours visant à réparer les dégâts et à rétablir les services sociaux pour les populations touchées par les violents tremblements de terre qui ont frappé la région il y a un an. Au total, 230 volontaires du corps européen de solidarité viendront en aide, au cours des prochaines années, aux populations italiennes victimes des tremblements de terre. L'objectif est de faire en sorte que 100 000 jeunes aient rejoint le corps européen de solidarité d'ici à la fin de l'année 2020.

 

En dehors de l'UE: un leader mondial en matière d'aide humanitaire et d'aide au développement

Aide humanitaire d'urgence

L'aide qu'elle apporte, ajoutée aux fonds fournis par ses États membres, fait de l'Union européenne le premier donateur humanitaire au monde. Cette aide est dispensée à ceux qui en ont le plus besoin dans des endroits tels que la Syrie et les pays voisins de celle-ci qui accueillent de nombreux réfugiés. Elle l'est également aux personnes déplacées de force en Afrique et dans d'autres régions du monde. L'aide humanitaire est, dans son intégralité, allouée en toute impartialité et indépendance à des organisations non gouvernementales et internationales, aux Nations unies et aux sociétés de la Croix-Rouge.

  • Globalement, l'aide humanitaire provenant du budget de l'UE a permis d'aider plus de 120 millions de personnes victimes de catastrophes naturelles ou de conflits dans plus de 80 pays à travers le monde en 2016.
  • Pour 2016, la Commission européenne a adopté le budget le plus élevé jamais consacré à l'aide humanitaire, soit 2,1 milliards d'euros, en raison des besoins sans précédents de par le monde.
  • Une grande partie de l'aide humanitaire de l'UE bénéficie aux réfugiés et aux personnes déplacées, la Commission européenne ayant consacré en 2016 plus de 1,9 milliard d'euros sur son budget annuel affecté à l'aide humanitaire à des projets d'aide aux réfugiés et aux déplacés internes dans 56 pays. Ces fonds financent des projets qui aident les personnes déplacées de force à trouver de quoi s'abriter et se nourrir, à obtenir une protection et à accéder à d'autres services de base tels que les services de santé, de nutrition, d'approvisionnement en eau et d'assainissement et d'enseignement. Compte tenu des crises humanitaires sans précédents qui ont marqué l'année 2016, la Commission européenne a concentré l'aide humanitaire sur les plus nécessiteux et les plus vulnérables, en renforçant notamment sa réponse stratégique. Lors du premier sommet humanitaire mondial, qui s'est tenu en mai 2016, l'Union s'est félicitée du lancement du «Grand Bargain» (grand compromis), visant à réorienter au moins un milliard d'USD, sur les cinq prochaines années, vers l'action humanitaire de première ligne, là où les besoins sont les plus criants.

La solidarité européenne bénéficie du soutien massif des citoyens de l'Union: selon la dernière enquête Eurobaromètre, près de neuf Européens sur dix pensent que l'aide humanitaire financée par l'UE est importante.

La solidarité de l'UE en action: volontaires de l'aide de l'UE

L'initiative «Volontaires de l'aide de l'UE» réunit des volontaires et des organisations de différents pays en vue d'apporter une aide pratique aux projets d'aide humanitaire et de contribuer au renforcement des capacités locales et de la résilience des populations victimes de catastrophes à travers le monde. Le programme offre aux citoyens européens la possibilité de devenir volontaires de l'aide de l'UE dans des projets humanitaires partout dans le monde et de faire preuve de solidarité à l'égard de ceux qui en ont le plus besoin. Il fournit un soutien professionnel, par l'intermédiaire de volontaires formés et expérimentés, aux populations sinistrées, renforce les capacités des travailleurs et volontaires locaux des organisations installées dans les pays touchés par des catastrophes et apporte une assistance technique aux organisations basées en Europe afin de renforcer leur capacité à participer à ses activités. Les projets de volontariat peuvent durer entre 1 et 18 mois. Au total, 4 000 volontaires de l'aide de l'UE seront déployés sur le terrain sur les six années que durera l'initiative.

Aide au développement à long terme

L'UE est aussi le premier donateur d'aide humanitaire au monde. L'aide publique au développement fournie par l'UE et ses États membres a atteint 75,5 milliards d'euros en 2016, soit 11 % de plus qu'en 2015.

L'UE vient en aide aux régions les plus pauvres du monde et œuvre avec les pays partenaires pour lutter contre l'extrême pauvreté et améliorer la résilience. Les programmes mis en œuvre visent à émanciper les femmes et les jeunes, à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à renforcer les soins de santé, à créer de l'emploi et à augmenter les énergies renouvelables. Le résultat est que les filles et les garçons sont plus nombreux que jamais auparavant à être scolarisés et que moins d'enfants et de mères meurent de causes évitables.

L'Union européenne a joué un rôle important dans la création de coalitions à niveau élevé d'ambition dans le cadre d'un certain nombre de grands accords internationaux, qui définiront le cadre global de notre action extérieure jusqu'en 2030. Citons, par exemple, le programme d'action d'Addis-Abeba, qui propose une approche inédite du financement du développement durable, le programme, global et à vocation universelle, de développement durable des Nations unies à l'horizon 2030, le cadre de Sendai, tourné vers l'avenir, qui vise à renforcer les capacités de réduction des risques de catastrophe et le tout premier engagement mondial juridiquement contraignant en faveur de la lutte contre le changement climatique.

 

MEMO/17/2661

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar