Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Fiche d'information

Énergies renouvelables: l'Europe sur la bonne voie pour atteindre son objectif de 20 % à l'horizon 2020

Bruxelles, le 1er février 2017

Le rapport sur l'avancée des énergies renouvelables vient d'être publié

Quel est le bilan de l'Europe en matière d'énergies renouvelables?

La part des énergies renouvelables a atteint 16 % de la consommation finale d'énergie en 2014 et est estimée à près de 16,4 % en 2015. L'Union européenne dans son ensemble est donc sur la bonne voie pour atteindre son objectif de 20 % d'énergies renouvelables d'ici à 2020.Les États membres devront cependant maintenir l'effort pour atteindre leurs objectifs nationaux.

L'Europe dans son ensemble affiche de bons résultats en ce qui concerne le déploiement des énergies renouvelables. En 2011, celles-ci représentaient 21,7 % de la production d'électricité de l'UE; trois ans plus tard, cette proportion s'est établie à 27,5 %, et il est prévu qu'elle atteigne 50 % d'ici à 2030. Les efforts initialement déployés par l'UE pour promouvoir les énergies renouvelables ont favorisé cette progression constante de leur utilisation, qui s'est traduite par une baisse de leur coût: le prix des modules photovoltaïques a chuté de 80 % entre fin 2009 et fin 2015. Les énergies renouvelables sont devenues compétitives et parfois même moins chères que les combustibles fossiles.

Avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 144 milliards d'euros en 2014 et plus d'un million d'emplois, le secteur des énergies renouvelables joue un rôle essentiel pour l'économie de l'UE.

Les investissements européens ont chuté de plus de moitié depuis 2011 pour s'établir à 44 milliards d'euros l'an dernier, tandis que les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables continuent d'augmenter et dépassent 260 milliards d'euros.

Pourquoi les énergies renouvelables sont-elles un élément clé de la stratégie de l'Union en matière d'énergie et par rapport au rôle prééminent qu'elle entend jouer?

La directive sur les sources d'énergie renouvelables [1] a été et continuera d'être un élément central de la politique de l'Union dans le domaine de l'énergie et un moteur essentiel en vue de fournir une énergie propre à tous les Européens, l'objectif étant de faire de l'Union européenne le numéro un mondial des énergies renouvelables — et elle revêt de l'importance pour chacune des cinq dimensions de l'union de l'énergie.

  1. Les énergies renouvelables ont joué un rôle essentiel dans la sécurité énergétique. Selon les estimations, elles ont permis de réduire les importations de carburants fossiles de 16 milliards d'euros en 2015, un chiffre qui devrait atteindre 58 milliards d'euros en 2030 [2].
  2. Grâce à la forte diminution des coûts, les énergies renouvelables peuvent être progressivement intégrées dans le marché. La refonte de la directive sur les énergies renouvelables, ainsi que les propositions relatives à l'organisation du marché [3], permettront en outre de placer les énergies renouvelables davantage sur un pied d'égalité avec les autres sources d'énergie.
  3. Les énergies renouvelables sont synonymes d'efficacité énergétique. Dans le secteur de l'électricité, passer des combustibles fossiles aux énergies renouvelables non combustibles pourrait réduire la consommation en énergie primaire.[4] Dans le secteur de la construction, les solutions renouvelables peuvent améliorer la performance énergétique des bâtiments de façon rentable.
  4. Les énergies renouvelables sont l'un des piliers de la décarbonation. En 2015, les énergies renouvelables ont contribué à réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'UE de 436 millions de tonnes d'équivalent CO2 (Mteq CO2), soit l'équivalent des émissions de l'Italie.[5]
  5. Les énergies renouvelables ont un rôle majeur à jouer pour faire de l'UE un leader mondial dans le domaine de l'innovation. Avec 30 % des brevets mondiaux sur les technologies des énergies renouvelables détenus par ses États membres, l'Union européenne a joué un rôle de pionnier dans ce domaine et entend donner la priorité à la recherche et à l'innovation pour accélérer la transition énergétique.

Quel est le rôle des énergies renouvelables dans la réalisation des objectifs de l'accord de Paris sur le climat?

Lors de la conférence de Paris de 2015 sur le climat, l'Europe s'est engagée à contribuer à limiter à 1,5° la hausse mondiale des températures. Les énergies renouvelables, ainsi que l'efficacité énergétique, sont essentielles pour parvenir à cet objectif.

L'Europe atteindra-t-elle son objectif contraignant d'une part d'au moins 27 % d'énergies renouvelables dans le bouquet énergétique à l'horizon 2030?

Le paquet «Une énergie propre pour tous les Européens», qui a été présenté par la Commission en novembre dernier, contient les principales dispositions devant permettre aux États membres d'atteindre collectivement l'objectif d'au moins 27 % d'énergies renouvelables d'ici à 2030. La réalisation de cet objectif sera rendue possible grâce à une action coordonnée dans les domaines des énergies renouvelables, de l'efficacité énergétique et de l'organisation du marché et sera assurée au moyen d'un processus de gouvernance solide.

Y a-t-il des écarts significatifs entre les résultats des différents États membres?

En 2009, la directive sur les sources d'énergie renouvelables (2009/28/CE) a défini des objectifs en matière d'énergies renouvelables et en matière de consommation d'énergie produite à partir de sources renouvelables dans le secteur des transports, ainsi que la trajectoire à suivre par chaque État membre pour les atteindre [6].

En 2014, tous les pays de l'UE sauf un [7] sont parvenus à une part d'énergies renouvelables supérieure ou égale à celle prévue dans la trajectoire indicative qui leur a été recommandée. En 2015, 25 États membres ont dépassé leur trajectoire indicative, certains ayant même dépassé leurs objectifs pour 2020.

Les interconnexions peuvent-elles permettre de combler ces écarts?

Les interconnexions peuvent faciliter les échanges d'électricité entre États membres et, partant, réduire la congestion et rendre les énergies renouvelables plus rentables dans certaines régions. Avec un objectif de 10 % de la capacité installée de production d'électricité d'ici à 2020 et de 15 % d'ici à 2030, les interconnexions permettront non seulement de faciliter les échanges d'électricité et d'améliorer les signaux transmis par les prix, mais aussi de renforcer la sécurité de l'approvisionnement et de garantir une approche européenne de l'électricité d'origine renouvelable.

Peut-on dire que les énergies renouvelables sont source de croissance pour l'économie européenne?

Avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 144 milliards d'euros en 2014, le secteur des énergies renouvelables apporte en effet une contribution majeure à l'économie de l'UE.

Les énergies renouvelables ont également une valeur ajoutée en termes de création d'emplois, puisque le nombre d'emplois créés par unité d'énergie produite est plus élevé dans le cas des énergies renouvelables que dans celui des combustibles fossiles.

En outre, les énergies renouvelables sont locales: l'économie renouvelable étant très peu dépendante de l'importation de matières premières et de combustibles, la valeur ajoutée est donc conservée au niveau de l'UE et contribue à la croissance économique.

Le déploiement des énergies renouvelables est-il synonyme de dépenses ou d'économies pour l'Europe?

Les énergies renouvelables doivent être considérées comme un investissement plutôt que comme une dépense.

Au niveau micro-économique, les coûts de départ de l'installation des technologies des énergies renouvelables sont généralement compensés par des coûts d'exploitation et de maintenance nettement plus faibles que pour les combustibles fossiles. De surcroît, une fois les technologies en place, les énergies renouvelables, telles que l'éolien et le solaire, restent disponibles presque gratuitement.

Au niveau macroéconomique, les énergies renouvelables ont réduit la facture des importations d'énergie de l'UE d'environ 16 milliards d'euros en 2015, une économie qui pourrait atteindre environ 58 milliards d'euros d'ici 2030. Tout comme dans le domaine de l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables sont donc un investissement à long terme rentable, qui sera source d'indépendance et de bénéfices futurs.

Les énergies renouvelables ont-elles permis aux consommateurs de réduire leur facture d'énergie?

Les énergies renouvelables ont entraîné une baisse des coûts européens au niveau des marchés de gros, mais les consommateurs n'en profitent pas encore:

  • Au niveau des marchés de gros, plus on utilisera les sources d'énergie renouvelables, plus l'électricité deviendra bon marché. Chaque point de pourcentage d'augmentation de la part de marché des énergies renouvelables réduira le prix de marché de 0,4 EUR par mégawatt-heure[8].
  • Au niveau des ménages, la part des taxes et prélèvements utilisés dans l'UE pour soutenir l'énergie renouvelable et la production combinée de chaleur et d'électricité a augmenté de façon régulière. En 2015, la part des coûts d'appui aux énergies renouvelables et à la production combinée de chaleur et d'électricité allait de 0 % à 23 % du prix de détail de l'électricité selon les États membres.

De quelle manière les énergies renouvelables peuvent-elles permettre aux consommateurs de devenir des participants actifs du marché?

Les consommateurs sont les moteurs de la transition énergétique. Le caractère décentralisé des énergies renouvelables, les coûts de plus en plus compétitifs des technologies sous-jacentes et les progrès récents en matière de réseaux intelligents, de maisons intelligentes et de solutions de stockage par batteries font que les consommateurs d'énergie, qu'il s'agisse de particuliers ou d'entreprises, peuvent jouer un rôle actif sur le marché:

  • en Allemagne, un ménage classique de quatre personnes peut économiser près de 680 EUR par an sur ses coûts annuels d'électricité en installant un système photovoltaïque de 4 kWc;
  • en Italie, un ménage moyen peut économiser environ 720 EUR par an sur sa facture d'électricité, avec un délai de récupération du capital investi d'environ 7 à 9 ans selon la région; [9]
  • Les énergies renouvelables peuvent également profiter aux petites et moyennes entreprises. Par exemple, une entreprise italienne du secteur agroalimentaire a installé des panneaux solaires sur le toit de son usine et utilisé 89 % de l'électricité ainsi produite sur place (c'est ce que l'on appelle le taux d'autoconsommation). Cela lui a permis de réduire sa facture annuelle d'électricité d'environ 35 % et de diminuer de plus de 200 tonnes par an ses émissions de CO2. [10]

Comment la transition vers une énergie propre va-t-elle se poursuivre?

Le paquet «Une énergie propre pour tous les Européens» prévoit des dispositions visant à soutenir la transition énergétique vers une plus grande part d'énergies renouvelables, en particulier dans les secteurs des bâtiments, des transports et de l'industrie. À cet effet, il définit plusieurs domaines d'action clés:

  1. renforcer la sécurité réglementaire pour les investissements en «européanisant» encore davantage la politique en matière d'énergies renouvelables. Cela favorisera encore davantage le déploiement des énergies renouvelables, en particulier dans le secteur de l'électricité;
  2. intégrer les sources d'énergie renouvelables dans le secteur du chauffage et du refroidissement;
  3. décarboniser et diversifier le secteur des transports;
  4. donner plus de pouvoir aux consommateurs et les informer;
  5. durcir les critères européens de durabilité pour la bioénergie;
  6. veiller à ce que l'objectif contraignant au niveau de l'Union soit atteint dans les délais et d'une manière efficace.

Qui paiera?

Alors qu'à l'échelle mondiale, les investissements dans les énergies renouvelables dépassent 260 milliards d'euros et continuent d'augmenter, les investissements européens ont chuté de plus de moitié depuis 2011, pour s'établir à 44 milliards d'euros l'an dernier. L'UE ne représente plus aujourd'hui que 18 % [11] du montant total des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables, contre près de 50 % il y a seulement six ans.

Il faut mobiliser de nouvelles sources de financement pour atteindre les 379 milliards d'euros d'investissements nécessaires chaque année pour réaliser les objectifs climatiques et énergétiques de l'UE:

  • À l'heure actuelle, 25 % des 154 milliards d'euros alloués au titre du Fonds européen pour les investissements stratégiques concernent l'énergie, les énergies renouvelables figurant parmi les priorités; par ailleurs, 27 milliards d'euros par an sont consacrés à la recherche, au développement et à l'innovation, publics et privés, dans des domaines liés à l'union de l'énergie, afin de promouvoir des opportunités industrielles et économiques concrètes.
  • Le Fonds européen pour les investissements stratégiques sera renforcé et prolongé jusqu'à la fin de 2020, l'objectif d'investissement total passant ainsi de 314 milliards d'euros à au moins 500 milliards d'euros. De nouveaux dispositifs de financement innovants dans le cadre de l'EFSI et du mécanisme pour l'interconnexion en Europe contribueront à la réalisation de cet objectif.

Quel est le lien entre la stratégie de l'union de l'énergie et le paquet «énergie propre» récemment adopté?

Dans le cadre stratégique de l'union de l'énergie [12], l'Union européenne s'est engagée à devenir le numéro un mondial dans le secteur des énergies renouvelables et une plateforme mondiale pour la mise au point de la prochaine génération de sources d'énergie renouvelables techniquement avancées et compétitives. L'UE s'est également fixé comme objectif de parvenir à ce qu'au moins 27 % de l'énergie consommée dans l'UE en 2030 soit produite à partir de sources renouvelables.

Le paquet «énergie propre» présente des propositions de réglementation et des mesures de facilitation qui visent à atteindre ces objectifs et, dans le même temps, à accélérer, transformer et consolider la transition de l'économie européenne vers une énergie propre, ce qui permettra de créer des emplois et de la croissance dans de nouveaux secteurs économiques et de nouveaux modèles commerciaux.

Outre la proposition législative sur les énergies renouvelables, ce paquet de mesures comprend également des propositions concernant l'efficacité énergétique, l'organisation du marché de l'électricité, la sécurité de l'approvisionnement et les règles de gouvernance pour l'union de l'énergie, qui permettront de soutenir le cadre stratégique pour l'union de l'énergie.

Les mesures de facilitation comprennent des initiatives visant à donner un coup d'accélérateur à l'innovation en faveur d'une énergie propre et à rénover les bâtiments en Europe, ainsi que des mesures destinées à encourager les investissements publics et privés et à tirer le meilleur parti du budget de l'UE disponible; à promouvoir les initiatives prises par l'industrie pour stimuler la compétitivité; à atténuer l'impact sociétal de la transition vers une énergie propre; à associer de multiples acteurs, notamment, d'une part, les autorités des États membres et les autorités municipales et locales et, d'autre part, les entreprises, les partenaires sociaux et les investisseurs; et à maximiser le rôle de premier plan joué par l'Europe dans le domaine des technologies et des services pour une énergie propre afin d'aider les pays tiers à atteindre leurs objectifs stratégiques.

Quels avantages une utilisation accrue des énergies renouvelables présente-t-elle pour

…les consommateurs? Les prix des technologies solaires et éoliennes ont baissé respectivement de 80 % et de 30 à 40 % entre 2009 et 2015.[13] Grâce à cette baisse des coûts, les consommateurs sont de plus en plus à même de produire leur propre énergie renouvelable. Dans la directive révisée, les consommateurs bénéficieront de droits plus importants pour:

  1. produire leur propre électricité et injecter le surplus éventuel dans le réseau;
  2. s'organiser en communautés d'énergie renouvelable pour la production, la consommation, le stockage et la vente à partir de sources d'énergie renouvelables;
  3. cesser d'acheter de la chaleur et/ou du froid provenant d'un réseau de chauffage/refroidissement urbain s'ils peuvent réaliser de meilleures performances énergétiques par eux-mêmes.

…l'environnement? La directive révisée sur les énergies renouvelables contribuera à la lutte contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. La réalisation de l'objectif d'au moins 27 % d'énergies renouvelables contribuera à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à réaliser notre objectif d'au moins 40 % d'émissions en moins d'ici à 2030. Avec l'efficacité énergétique, le système d'échange de quotas d'émission (SEQE) et d'autres politiques d'atténuation du changement climatique, les énergies renouvelables pourraient aider l'UE à réduire son intensité de carbone d'un tiers entre 2020 et 2030.[14]

En outre, la directive révisée prévoit un ensemble de critères de durabilité plus stricts pour la bioénergie, en vue de maximiser les bénéfices climatiques et environnementaux et d'éviter le risque que la production de biomasse n'entraîne une déforestation ou une dégradation des forêts.

…les entreprises? Le cadre juridique plus clair qu'apporte la nouvelle directive éliminera les incertitudes pour les investisseurs, réduira les charges administratives et diminuera les coûts. Tant les producteurs que les investisseurs en bénéficieront: les fournisseurs de technologies d'énergies renouvelables conserveront un rôle de premier plan et les coûts des chaînes d'approvisionnement des énergies renouvelables diminueront.

…l'emploi? La nouvelle directive vise à créer des conditions propices à l'essor des énergies renouvelables et à faire de l'UE un marché florissant de l'énergie propre. Le secteur emploie déjà plus d'un million de personnes pour un chiffre d'affaires de 144 milliards d'euros par an.

La mise en œuvre de nos politiques énergétiques pourrait permettre la création nette de 900 000 emplois supplémentaires dans l'économie de l'UE d'ici à 2030, par rapport au scénario de référence.[15]

…la sécurité de l'approvisionnement énergétique? En 2014, le déploiement des énergies renouvelables a réduit les importations de combustibles fossiles à concurrence d'environ 20 milliards d'euros. Grâce aux énergies renouvelables, l'Europe pourrait économiser environ 58 milliards d'euros par an d'ici à 2030 du fait des importations de combustibles fossiles qu'elles permettent d'éviter.[16] Cela équivaut au produit intérieur brut actuel du Luxembourg.

Quelles sont les prochaines étapes?

Jusqu'en 2020, les États membres de l'UE devront préserver la part de l'énergie produite à partir de sources renouvelables dans leur consommation d'énergie ou continuer de l'augmenter afin d'atteindre leurs objectifs en la matière à l'horizon 2020.

Conformément à la déclaration commune exposant les objectifs et les priorités de l'UE pour le processus législatif en 2017, les propositions législatives liées à l'union de l'énergie présentées par la Commission, telles que celles figurant dans le paquet «Une énergie propre pour tous les Européens», devraient être traitées cette année comme une priorité par le Parlement européen et le Conseil.

 

Vue d'ensemble des progrès réalisés par les États membres dans la réalisation des objectifs fixés pour 2020 dans le domaine des énergies renouvelables (en %)

État membre

Part sources d'énergie renouvelables
2013

Part moyenne sources d'énergie renouvelables 2013/2014

Trajectoire indicative directive énergies renouvelables (2013/2014)

Part sources d'énergie renouvelables 2014

Part sources d'énergie renouvelables 2015 (approximation)

Trajectoire indicative directive énergies renouvelables (2015/2016)

 

%

AT

32,3%

32,7 %

26,5 %

33,1 %

33,6 %

28,1 %

BE

7,5 %

7,8 %

5,4 %

8,0 %

7,3 %

7,1 %

BG

19,0 %

18,5 %

11,4 %

18,0 %

18,4 %

12,4 %

CY

8,1 %

8,5 %

5,9 %

9,0 %

9,1 %

7,4 %

CZ

12,4 %

12,9 %

8,2 %

13,4 %

13,6 %

9,2 %

DE

12,4 %

13,1 %

9,5 %

13,8 %

14,5 %

11,3 %

DK

27,3 %

28,2 %

20,9 %

29,2 %

30,6 %

22,9 %

EE

25,6 %

26,0 %

20,1 %

26,5 %

27,9 %

21,2 %

EL

15,0 %

15,2 %

10,2 %

15,3 %

15,5 %

11,9 %

ES

15,3 %

15,8 %

12,1 %

16,2 %

15,6 %

13,8 %

FR

14,0 %

14,2 %

14,1 %

14,3 %

14,5 %

16,0 %

FI

36,7 %

37,7 %

31,4 %

38,7 %

39,5 %

32,8 %

HR

28,1 %

28,0 %

14,8 %

27,9 %

27,5 %

15,9 %

HU

9,5 %

9,5 %

6,9 %

9,5 %

9,4 %

8,2 %

IE

7,7 %

8,2 %

7,0 %

8,6 %

9,0 %

8,9 %

IT

16,7 %

16,9 %

8,7 %

17,1 %

17,1 %

10,5 %

LT

23,0 %

23,4 %

17,4 %

23,9 %

24,3 %

18,6 %

LU

3,6 %

4,1 %

3,9 %

4,5 %

5,0 %

5,4 %

LV

37,1 %

37,9 %

34,8 %

38,7 %

39,2 %

35,9 %

MT

3,7 %

4,2 %

3,0 %

4,7 %

5,3 %

4,5 %

NL

4,8 %

5,2 %

5,9 %

5,5 %

6,0 %

7,6 %

PL

11,3 %

11,4 %

9,5 %

11,4 %

11,8 %

10,7 %

PT

25,7 %

26,3 %

23,7 %

27,0 %

27,8 %

25,2 %

RO

23,9 %

24,4 %

19,7 %

24,9 %

24,7 %

20,6 %

SE

52,0 %

52,3 %

42,6 %

52,6 %

54,1 %

43,9 %

SI

22,5 %

22,2 %

18,7 %

21,9 %

21,8 %

20,1 %

SK

10,1 %

10,9 %

8,9 %

11,6 %

11,9 %

10,0 %

UK

5,6 %

6,3 %

5,4 %

7,0 %

8,2 %

7,5 %

EU-28

15,0 %

15,5 %

12,1 %

16,0 %

16,4 %

13,8 %

Sources: directive 2009/28/CE, Eurostat SHARES 2014; AEE approximation part sources énergie renouvelables (2015); PRIMES (2020, 2025, 2030)

 

Pour en savoir plus:

IP/17/161

MEMO/17/162 sur les avancées dans le domaine de l'efficacité énergétique

 

 

[1]Directive 2009/28/CE relative à la promotion de l'utilisation de l'énergie produite à partir de sources renouvelables (JO L 140 du 5.6.2009).

[2] Par rapport à l'année de référence 2005, Rapport de la Commission européenne sur les progrès accomplis dans le secteur des énergies renouvelables

[3] Dans le cadre du paquet «Une énergie propre pour tous les Européens», présenté le 30 novembre 2016.

[4] Si l'on suppose un facteur relatif à l'énergie primaire de 2,5, une unité d'énergie renouvelable pourrait remplacer 2,5 unités d'électricité fossile.

[5] Comparé à l'année de référence 2005. Source: AEE.

[6] Dans son annexe I

[7] Les Pays-Bas - le pays a informé la Commission de l'adoption de nouvelles mesures destinées à lui permettre de se remettre sur la trajectoire recommandée et de respecter son objectif.

[8] SDW(2016) 420. Prix et coûts de l'énergie en Europe

[9] SWD (2015) 141. Bonnes pratiques en matière d'autoconsommation d'énergies renouvelables.

[10] SWD (2015) 141. Bonnes pratiques en matière d'autoconsommation d'énergies renouvelables.

[11] Frankfurter School-UNEP Centre/BNEF, 2016. Global Trends in Renewable Energy Investments, 2016, (Tendances mondiales des investissements dans les énergies renouvelables, 2016) http://www.fs-unep-centre.org.

[12] COM (2015) 80. Paquet «union de l'énergie»

[13] IRENA (2016). The Power to Change: Solar and Wind Cost Reduction Potential to 2025. (L'énergie du changement: potentiel de réduction des coûts du solaire et de l'éolien à l'horizon 2025).

[14] Sur la base du scénario PRIMES EUCO30, intensité de carbone du PIB (t de CO2/M€13).

[15] Dans lequel les objectifs pour 2030 ne seraient pas atteints.

[16] Avec 2005 comme année de référence, rapport intermédiaire sur les progrès accomplis dans le domaine des énergies renouvelables [à paraître].

MEMO/17/163

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar