Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Fiche d'information

Abus de position dominante: la Commission adresse à Google une communication des griefs concernant le système d’exploitation et les applications Android – Fiche d'information

Bruxelles, le 20 avril 2016

La Commission européenne a informé Google de sa conclusion préliminaire selon laquelle la société a, en violation des règles de concurrence de l’UE, abusé de sa position dominante en imposant des restrictions aux fabricants d'appareils Android et aux opérateurs de réseaux mobiles.

La conclusion préliminaire de la Commission est exposée dans une communication des griefs adressée à Google. Alphabet en est également destinataire, étant donné qu'il est d'usage que les griefs soient aussi communiqués à la société mère concernée.

La présente fiche d'information résume les principaux éléments de l’avis préliminaire de la Commission exposé dans la communication des griefs.

L’envoi d’une communication des griefs ne préjuge en rien de l’issue de l’enquête. Voir également le communiqué de presse.

 

Position dominante présumée de Google sur le marché

La Commission considère que Google occupe une position dominante sur les marchés des services de recherche générale sur l'internet, des systèmes d’exploitation mobiles intelligents faisant l'objet d'une licence et des boutiques d'applications en ligne pour le système d'exploitation mobile Android.

La Commission a pris en considération un certain nombre de facteurs, parmi lesquels:

Les services de recherche générale sur l'internet

Google détient des parts de marché d'au moins 90 % dans la plupart des États membres.

Les systèmes d’exploitation mobiles intelligents sous licence[1]

  • Les parts de marché de Google dans l'EEE concernant les systèmes d'exploitation mobiles sous licence dépassent les 90 %. Android est utilisé sur presque tous les téléphones intelligents et les tablettes d'entrée de gamme, c'est-à-dire ceux qu'achètent la majorité des clients.

  • Diverses barrières à l'entrée protègent la position de Google, dont les «effets de réseaux» (plus les consommateurs qui adoptent un système d'exploitation sont nombreux, plus les développeurs écrivent des applications pour ce système).

  • Enfin, les utilisateurs d'Android qui souhaitent changer de système d'exploitation devraient supporter des coûts d'adaptation importants, comme la perte de leurs applications, données et contacts.

Les boutiques d'applications en ligne pour le système d'exploitation mobile Android

  • Plus de 90 % des applications téléchargées sur des appareils Android dans l'EEE le sont via Google Play Store.

  • Les fabricants estiment qu'il est commercialement important de préinstaller Google Play Store sur leurs appareils. Celui-ci est préinstallé sur la grande majorité des appareils Android dans l'EEE et il n'est pas téléchargeable par les utilisateurs finaux. Ces derniers ne peuvent pas non plus télécharger d'autres boutiques d'applications à partir de Google Play Store.

  • En règle générale, les utilisateurs d'Android ne se tournent pas vers des boutiques d'applications liées à d'autres systèmes d'exploitation, car ils devraient acheter un nouvel appareil et seraient confrontés à des frais d'adaptation importants

 

Préoccupations de la Commission

Octroi de licences pour les applications propriétaires de Google

L'enquête de la Commission a démontré que les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store, la boutique d'applications de Google pour Android, sur leurs appareils sont forcés par Google de préinstaller également Google Search et d'en faire leur moteur de recherche par défaut sur ces appareils. En outre, les fabricants qui souhaitent préinstaller Google Play Store ou Google Search doivent aussi préinstaller le navigateur Chrome de Google. De cette manière, Google a fait en sorte que son moteur de recherche et son navigateur soient préinstallés sur la grande majorité des appareils vendus dans l’EEE.

Il y a évidemment lieu que les fabricants de téléphones intelligents et de tablettes puissent offrir à leurs clients une «expérience de déballage» en leur proposant des appareils couplés à diverses applications préinstallées. La Commission entend veiller à ce que les fabricants soient libres de choisir les applications qu'ils préinstallent sur leurs appareils. Cette liberté est d'autant plus importante que l'analyse de la Commission a montré que les consommateurs téléchargent rarement des applications qui offriraient la même fonctionnalité qu'une application déjà préinstallée (sauf quand l'application préinstallée est d'une qualité particulièrement médiocre).

Dans ce contexte, la Commission conclut à titre préliminaire qu'en imposant les conditions mentionnées ci-dessus aux fabricants, Google limite leur liberté de choisir les meilleures applications à préinstaller. Il s'avère que cette stratégie protège et renforce la position dominante de Google en matière de recherche générale sur l'internet et fausse la concurrence sur le marché des navigateurs mobiles. La Commission dispose d'éléments prouvant que les fabricants de téléphones intelligents souhaiteraient acquérir au moins une partie des applications qu'ils préinstallent auprès de fournisseurs autres que Google.

Antifragmentation

Android est un système «open source», ce qui signifie qu’il peut être utilisé et développé librement par n’importe qui pour créer un système d’exploitation mobile modifié (appelé «fork Android»). Le modèle «open source» ne pose bien entendu aucun problème de concurrence – bien au contraire. Les craintes de la Commission portent sur les conditions d'utilisation des applications et services propriétaires de Google sur les appareils Android, qui ne sont pas «open source».

En particulier, si un fabricant souhaite préinstaller sur n'importe lequel de ses appareils des applications propriétaires de Google, dont Google Play Store et Google Search, Google l'oblige à conclure un «accord antifragmentation» en vertu duquel il s'engage à ne pas vendre d'appareils fonctionnant sous des forks Android.

Les règles de concurrence de l'UE autorisent les sociétés dominantes à mettre en place des restrictions uniquement si elles se justifient objectivement. Toutefois, Google n'a pas encore été en mesure de le démontrer dans le cas des restrictions figurant dans les «accords antifragmentation».

Le comportement de Google a eu une incidence directe sur les consommateurs, dans la mesure où il les a empêchés d'accéder à des appareils mobiles intelligents novateurs basés sur d’autres versions, potentiellement supérieures, du système d’exploitation Android. La Commission dispose d'éléments attestant que, par son comportement, Google a empêché les fabricants de vendre des appareils mobiles intelligents fonctionnant sous un fork Android concurrent susceptible de devenir une alternative crédible au système d'exploitation Android de Google. Par cette pratique, Google a également privé ses concurrents d'un vecteur important de commercialisation d'applications et de services, notamment de services de recherche générale, pouvant être préinstallés sur des forks Android.

Exclusivité

Google a accordé des incitations financières importantes à certains des plus gros fabricants de téléphones intelligents et de tablettes ainsi qu'à des opérateurs de réseaux mobiles, à la condition qu'ils préinstallent exclusivement Google Search sur leurs appareils.

La Commission ne conteste pas les incitations financières en général mais bien les conditions liées aux incitations financières de Google, notamment la condition selon laquelle l'incitation financière n'est pas versée si un moteur de recherche autre que Google Search est préinstallé sur des appareils mobiles intelligents.

 

[1] Android est un système d'exploitation faisant l'objet d'une licence, ce qui signifie que les fabricants de combinés tiers peuvent l'utiliser pour leurs appareils; par opposition aux systèmes d'exploitation utilisés exclusivement par des développeurs verticalement intégrés.

MEMO/16/1484

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar