Navigation path

Left navigation

Additional tools

Foire aux questions: registre européen de l’enseignement supérieur

European Commission - MEMO/14/447   02/07/2014

Other available languages: EN DE

Commission européenne

MÉMO

Bruxelles, le 2 juillet 2014

Foire aux questions: registre européen de l’enseignement supérieur

Registre européen de l’enseignement supérieur (ETER): qu'est-ce?

Le registre européen de l’enseignement supérieur (ETER), financé par la Commission européenne, a pour but de compiler les établissements européens d'enseignement supérieur (EES) dans un seul et même registre, sur la base de données comparables. Il comprend entre autres les éléments suivants:

  • données institutionnelles, par exemple le nom de l'établissement et l'année de sa fondation;

  • données géographiques, telles que la région, la ville du siège principal et le code postal;

  • nombre d'étudiants et de diplômés en licence, master et doctorat, genre, filières, nationalité et mobilité;

  • dépenses et recettes des EES;

  • nombre de membres du personnel académique et non académique, nombre de professeurs;

  • activités de recherche (étudiants de doctorat, dépenses en recherche et développement).

L’étendue des informations fournies dépend de l’approche de chaque pays. Par exemple, dans de nombreux pays, les données sur les recettes et les dépenses ne sont pas accessibles au grand public.

Qu’est-ce qu'ETER couvre, à partir de quelles données?

En ce qui concerne la couverture de l’enseignement supérieur, ETER englobe quasiment tous les établissements d’enseignement supérieur préparant les étudiants aux niveaux 6 (licence), 7 (master) ou 8 (doctorat) de la CITE.

Le registre comprend actuellement 36 pays et 2673 EES, 29 pays fournissant des données complètes de 2 250 EES. Parmi les pays ayant communiqué des données complètes, c'est en Allemagne que les EES sont les plus nombreux(374), suivie de la Pologne (286), de la France (283), de l’Italie (176) et du Royaume-Uni (152).

Presque toutes les données intégrées dans ETER ont été transmises par les autorités statistiques nationales et les ministères. Les données descriptives et géographiques ont été recueillies auprès de sources publiques, telles que les sites internet des EES.

Pourquoi la Commission finance-t-elle ETER?

Par son projet pour la modernisation des systèmes d’enseignement supérieur en Europe, la Commission s'est engagée à soutenir les réformes via l'amélioration des données factuelles, de l’analyse et de la transparence, ainsi qu'à œuvrer à la création d'un registre européen de l'enseignement supérieur. La Commission apporte une valeur ajoutée en épaulant les initiatives que les États membres ne peuvent mener seuls, afin de créer une dynamique d'amélioration systémique dans l'enseignement supérieur, notamment en développant des outils communs et en collectant des données. La Commission s’est fixé pour objectifs d’améliorer la qualité de l’enseignement supérieur afin que les étudiants acquièrent les connaissances et compétences dont ils ont besoin face à l'exigence et à la mutation du marché du travail; de contribuer à la création d’emplois et à la croissance; d'aider les États membres à moderniser et à diversifier leur offre dans l'enseignement supérieur. Le registre européen de l’enseignement supérieur (ETER) est l'instrument central pour ce faire. La Commission financera ETER jusqu’en 2015, avant de se prononcer sur la poursuite du financement.

À quelles fins la base de données ETER peut-elle être utilisée?

Les graphiques ci-après illustrent les diverses utilisations possibles de la base de données ETER. Les informations contenues dans les graphiques sont basées sur les établissements inclus dans ETER - soit 85 % de la population estudiantine de chaque pays en moyenne. Les établissements de plus petite taille, comptant moins de 200 étudiants, sont exclus. Une base de données plus complète, basée sur des données agrégées au niveau national, peut également être téléchargée auprès d'Eurostat, à partir d'un recueil de données UNESCO-OCDE-Eurostat. Aussi la base de données ETER se prête-t-elle particulièrement bien aux analyses des différences entre les divers établissements (tant à l'intérieur de pays qu'entre pays).

Voir également la foire aux questions sur le site web d'ETER: http://eter.joanneum.at/imdas-eter/.

Taille relative des établissements d'enseignement supérieur (la taille de la bulle est proportionnelle au nombre moyen d'étudiants par EES)

Dans la majorité des pays européens, un EES comprend en moyenne de
5 000 à 10 000 étudiants.

Dans 6 pays sur 29, la taille moyenne dépasse 10 000 étudiants (ES, IT, NL, SE, UK, MT, qui ne possède qu’un établissement d’enseignement supérieur).

En Europe, la plupart des EES sont de petite taille (moins de 3 000 étudiants), mais 60 % des étudiants suivent leurs études dans des EES comptant plus de 15 000 étudiants.

EES privés vs EES publics

La distinction entre public et privé fait référence à l’entité qui exerce, en dernier ressort, le contrôle sur l'organisation, selon la norme d'Eurostat.

Les EES privés (y compris ceux subventionnés par l'État) représentent un tiers des EES, mais seulement 13 % du nombre total d'étudiants. Leur part est beaucoup plus importante dans certains États membres (CY, CZ, EE).

En BE et NL, un grand nombre d’EES sont privés et contrôlés par le privé, tout en étant en grande partie financés par l'État.

De quand datent les établissements européens d’enseignement supérieur?

Le graphique présente la part des EES par année de fondation.

L’Europe compte quelques très vieux EES (par exemple Bologne, fondé en 1088). Mais la plupart sont récents: 75 % des EES ont été fondés après 1945 — en particulier des institutions privées, dont la plupart ont vu le jour au cours de ces trente dernières années.

Cette situation reflète la croissance exponentielle du système d'enseignement supérieur après 1945 et la différenciation de plus en plus marquée, avec l'arrivée de nouveaux types d'établissements (universités de sciences appliquées, EES privés).

Spécialisation des EES — établissements généralistes vs établissements spécialisés

ETER ventile les étudiants entre les dix filières définies par Eurostat.

Les EES européens peuvent être divisés en deux grands groupes d'études: les EES généralistes englobent 25 % des établissements, mais concernent 60 % des étudiants; les EES spécialisés représentent environ la moitié des EES, mais seulement 15 % des étudiants. Bon nombre d’entre eux sont des écoles très spécialisées dans des domaines tels que les arts, la musique et la théologie.

Comment télécharger des données de la base de données ETER

Pour télécharger des données à partir de la base de données ETER, veuillez suivre la procédure suivante.

  • Rendez-vous sur le site d'ETER: http://eter.joanneum.at/imdas-eter/

  • Dans le menu à gauche, cliquez sur «ETER Micro Data».

  • Dans le formulaire de recherche, insérez les termes de votre recherche, comme le code du pays, le nom de l'EES, etc. Pour récupérer l'ensemble des données, introduisez year = 2011.

  • Lorsque l'application vous fournit une liste d'EES répondant à vos critères de recherche, sélectionnez l'onglet «Export results / create reports» au-dessus de la liste des EES.

  • Sélectionnez les données que vous souhaitez télécharger (pour toutes les données, choisissez «Export Full Spreadsheet Public»).

  • Sélectionnez le format de fichier (XLSX ou CSV) et cliquez sur l’icône télécharger.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website