Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN

Commission européenne

MÉMO

Bruxelles, le 11 avril 2014

Conférence Transport Research Arena 2014

La conférence Transport Research Arena (TRA) 2014 est le principal évènement européen consacré à la recherche sur les transports de surface. Elle est organisée conjointement par la Commission européenne, la Conférence européenne des directeurs de route et les trois plateformes technologiques européennes dédiées à la recherche sur les transports routiers, ferroviaires, ainsi que maritimes et fluviaux. Cette année, son organisation a été confiée au Ministère français de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et de l'Énergie (MEDDE). Le programme de la conférence comprend la présentation des meilleurs projets menés récemment dans le cadre de la recherche sur les transports financée par l'UE, mais aussi les opportunités de recherche dans le domaine des transports d’ «Horizon 2020», le nouveau programme sur sept ans pour la recherche et l'innovation en UE. La conférence TRA 2014 se déroulera à La Défense à Paris, du 14 au 17 avril.

Combien l'UE investit-elle dans la recherche sur les transports ? Quels sont les défis qui se présentent à elle ?

Entre 2007 et 2013, l'UE a investi près de 4,2 milliards d'euros dans 620 projets de recherche liés aux transports, et impliquant plus de 8 300 participants dans 69 pays différents. Les petites et moyennes entreprises ont participé à environ un cinquième des projets.
Dans le secteur des transports de surface, ces projets ont permis de concevoir et de développer des technologies à faible teneur en carbone et des véhicules propres, des systèmes de mobilité intelligente et des services intégrés pour les passagers et les marchandises.

Quels sont les axes principaux de la recherche sur les transports du programme « Horizon 2020 » ?

« Horizon 2020 » comprend des initiatives de recherche et d'innovation rattachés à sept défis sociétaux, parmi lesquels, « Transports intelligents, verts et intégrés ». L'objectif est de développer un système de transport européen étant efficace du point de vue des ressources, respectueux de l'environnement, sûr et interconnecté, tout en bénéficiant à l'ensemble des citoyens, de l'économie et de la société. Au total, environ 6,3 milliards d'euros devraient être investis pour atteindre ce but. Les objectifs comprennent une mobilité plus importante, une décongestion, une sécurité accrue, soit plus précisément une réduction de l'encombrement du trafic, l'amélioration de la mobilité des biens et des personnes, le développement de nouveaux concepts de transport de fret et de logistique, ainsi que la baisse des taux d'accidents, du nombre de morts et de blessés et l'amélioration de la sécurité.

Rôle du service scientifique interne de la Commission européenne dans la recherche sur les transports

Le Centre commun de recherche (Joint Research Centre – JRC) est en charge de la recherche sur les transports. Il apporte un soutien scientifique à la mise en œuvre d'une législation européenne. Un de ses principaux domaines d'expertise concerne la conception, le développement et la mise en place des normes (Euro) d'émissions européennes pour les voitures et les poids lourds. Le JRC réalise des tests relatifs aux émissions dans ses propres laboratoires, mais a également dirigé le groupe de travail ayant développé une procédure de test utilisant des systèmes portables de mesure des émissions (portable emissions measurement system – PEMS). Ce dispositif sera présenté dans l'espace d'exposition de la conférence TRA. Le système permet de mener des tests en conduite réelle, car les tests en laboratoire ne permettent pas de capter de façon précise la quantité d'oxydes d'azote émise par les voitures diesel sur la route, alors que celle-ci peut s'avérer bien plus importante en extérieur. Ce nouveau test devrait être pleinement opérationnel à partir de 2017, et contribuera à traiter les problèmes de qualité de l'air en permettant de garantir le respect des normes d'émissions.

Autre domaine d'expertise, les véhicules électriques. En collaboration avec le Département américain de l'énergie, le JRC développe actuellement un centre d'interopérabilité pour ce type de véhicules. En effet, l'harmonisation technologique est une condition préalable à l'interopérabilité, à la réduction des coûts et la garantie d'un fonctionnement sûr et sécurisé.

Le JRC est également impliqué dans des projets liés à la sécurité des transports, comme « SMART Tachygraphe » ou le système « eCall ». Pour ce dernier, le JRC effectue actuellement des tests afin d'évaluer la préparation et la capacité des modules « eCall » à prendre en charge la réception et le traitement de signaux provenant du satellite européen de navigation Galileo.

L'expertise de JRC comprend également l'analyse des émissions de gaz à effet de serre, de l'efficacité énergétique et des écarts de coûts de production des différents carburants et transmissions automobiles.

Quelques projets de l'UE présentés à la conférence TRA:

MARATHON - Développement de longs trains de marchandises - Contribution de l'UE : 2,7 millions d'euros

Le projet Marathon exploite le potentiel visant à révolutionner les transports de fret ferroviaires en Europe : le regroupement de trains afin d'augmenter les capacités, de diminuer les coûts et de réaliser des économies d'énergie. Les tests ont d'ores et déjà montré la possibilité de faire circuler ce type de trains à 100 km/h en toute sécurité, ouvrant la porte à un regroupement efficace du trafic et à des services réseau performants. Coordinateur du projet : Newopera Aisbl, Bruxelles, Belgique.

CITYMOBIL2 - Transports publics sans conducteur - Contribution de l'UE : 9,5 millions d'euros

Le principal objectif de CityMobil2 est de préparer l'arrivée des transports publics sans conducteur en Europe. Le projet fournit et teste deux groupes de véhicules automatisés, et les met à disposition dans sept villes, sélectionnées pour accueillir une démonstration durant de six à huit mois (par ex : Milan en Italie pendant l'Exposition universelle en 2015 ; La Rochelle en France ; le campus de l'EPFL à Lausanne en Suisse). CityMobil2 vise également à proposer un cadre législatif européen commun permettant d'homologuer et de déployer des systèmes de transports routiers automatisés. Une étude complémentaire doit évaluer l'impact socio-économique de systèmes automatisés ainsi que tout autre effet négatif. Coordinateur du projet : Centre for Transport and Logistics, Université La Sapienza, Rome, Italie.

EURAXLES - Réduction du risque de défaillance des essieux de trains - Contribution de l'UE : 2,9 millions d'euros

EURAXLES cible le risque de défaillance des essieux de wagons. Réduire ce risque permettrait en effet de garantir un fonctionnement sécurisé des trains en Europe. Une approche R&D commune autour de la conception, de la protection, de l'inspection et de la maintenance des essieux fera évoluer les normes, les règlementations ainsi que le marché. EURAXLES a pour but de développer des solutions innovantes, sûres, rentables et à la fiabilité accrue pour les essieux de trains. Coordinateur du projet : UNIFE, l'Association de l'industrie ferroviaire européenne, Bruxelles, Belgique.

ULYSSES - Baisse de la vitesse de navigation des navires pour réduire les émissions - Contribution de l'UE : 2,3 millions d'euros

L'objectif d'ULYSSES est de prouver, en réduisant les vitesses de navigation des navires et en utilisant des technologies complémentaires, que l'efficacité de la flotte marchande mondiale peut être améliorée à un niveau tel que les objectifs suivants en matière de CO2 seront respectés : avant 2020, réduction de 30 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990 ; après 2050, réduction de 80 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990. Les technologies étudiées concernent l'optimisation des moteurs, le développement de grandes hélices, l'énergie éolienne comme assistance, ainsi que l'intégration intelligente de l'approvisionnement en énergie et l'utilisation de l'énergie à bord. Coordinateur du projet : Bureau Veritas, Paris, France.

BIKE INTERMODALNouveaux vélos pour résidents - Contribution de l'UE : 1,6 millions d'euros

Bike Intermodal part du principe que les progrès technologiques (c'est-à-dire des produits innovants, de meilleure qualité et plus performants) peuvent faire autant, voire plus, que la persuasion, l'obligation ou la répression pour promouvoir l'utilisation du vélo. Le principal objectif est de développer un vélo pliable, ultra léger et avec assistance électrique, qui sera utilisé en association avec d'autres formes de transports publics et privés. Ce vélo devra pouvoir être plié dans un emballage plat et peser moitié moins lourd que les vélos actuels sans assistance électrique. Coordinateur du projet : Tecnologie Urbane, Florence, Italie.

WIDEMOB – Véhicule électrique léger pour usage urbain - Contribution de l'UE : 2,6 millions d'euros

Le projet a permis de concevoir un véhicule urbain 3 places, innovant, léger, et pouvant circuler dans un environnement urbain sur une distance de 20 km en utilisant uniquement l'énergie solaire directement captée. C'est donc un véhicule complètement gratuit qui ne nécessite pas d'autre infrastructure que les rayons du soleil. Coordinateur du projet : CRF, Fiat research center, Turin, Italie.

Autres exemples de projets de recherche sur les transports financés par l'UE :

Le Conseil européen de la recherche (CER) finance également des projets dans le domaine des transports. À titre d’exemple :

OFAV - Voiture sans conducteur pour l'amélioration de la sécurité sur les routes, subvention avancée du CER en 2008 : 1,7 millions d'euros sur cinq ans

Avec le projet OFAV, le professeur Alberto Broggi vise l'amélioration de la sécurité sur les routes et de la gestion des pics de circulation. Il a conçu une voiture sans conducteur entièrement autonome, équipée de capteurs à bas prix intégrés dans le châssis du véhicule, et pouvant percevoir l'environnement ambiant, sans aucune intervention humaine. Le prototype de ce véhicule, appelé « BRAIVE », a été testé avec succès en juillet dernier dans des conditions réelles de circulation à Parme (Italie), et a montré sa capacité à conduire selon une configuration d'autoroute, à prendre les ronds-points, à ralentir aux passages piétons et à s'arrêter aux feux de circulation. L'équipe de recherche a entre-temps conçu un nouveau prototype de véhicule, et ainsi prouvé que la technologie peut également être utilisée avec succès pour des véhicules normaux, sans devoir changer leur apparence extérieure ou leur design.

FASTER - Étude sur les nanoparticules atmosphériques émises par les véhicules routiers, subvention avancée du CER en 2012 : 2,4 millions d'euros sur cinq ans

Jusqu'à présent, l'impact des émissions des véhicules routiers diesel sur la santé publique restait méconnu. Le projet FASTER, dirigé par le professeur Roy Harrison, vise à combler cette carenceen évaluant quantitativement les processus de volatilité, de dilution et d'évaporation de ces particules dans le cadre d'études de laboratoire et de mesures réalisées sur le terrain. Entouré de son équipe, il développera des modèles et les appliquera à l'échelle de la rue et du quartier (5 x 5 km). Il prévoit de pouvoir analyser les sources, les propriétés et les réactions dans l'environnement de ces nanoparticules, de les comparer avec d'autres mesures indépendantes, et d'éclaircir certaines questions concernant la pollution urbaine.

Clean-ICE - Conception d'un moteur à combustion propre, subvention avancée du CER en 2008: 1,9 millions d'euros sur cinq ans

Le projet Clean-ICE est motivé par le manque d'informations sur les risques associés à la combustion basée sur le gaz naturel et le pétrole, mais aussi sur les éventuelles alternatives. Le professeur Frédérique Battin-Leclerc a dirigé une équipe travaillant sur des modèles chimiques susceptibles de contribuer à des technologies de combustion plus propres et plus efficaces. Le projet a suivi le processus de combustion d'un vaste spectre de carburants, y compris de bio-carburants novateurs, et a approfondi la compréhension de la formation de certains polluants dangereux.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website