Navigation path

Left navigation

Additional tools

Bruxelles, le 15 janvier 2014 Déclaration conjointe de Mme Ashton, haute représentante de l'Union et vice-présidente de la Commission, de la commissaire Mme Georgieva et du commissaire M. Piebalgs au sujet du récent naufrage au Soudan du Sud

European Commission - MEMO/14/24   16/01/2014

Other available languages: EN DE

Commission européenne

MO

Bruxelles, le 15 janvier 2014

Déclaration conjointe de Mme Ashton, haute représentante de l'Union et vice-présidente de la Commission, de la commissaire Mme Georgieva et du commissaire M. Piebalgs au sujet du récent naufrage au Soudan du Sud

Mme Ashton, haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Mme Georgieva, commissaire européenne chargée de la coopération internationale, de l'aide humanitaire et de la réaction aux crises, et M. Piebalgs, commissaire européen au développement, ont fait ce jour la déclaration suivante:

«Nous sommes profondément attristés par la nouvelle du naufrage dans lequel plus de 200 civils auraient perdu la vie, y compris nombre de femmes et d'enfants, alors qu'ils fuyaient la violence de Malakal, au Soudan du Sud. Toutes nos pensées vont aux familles et aux amis des victimes.

Cet accident tragique allonge encore la liste des victimes du conflit en cours au Soudan du Sud. L'UE déplore ces pertes d'innocents, qui apportent la souffrance dans d'innombrables foyers.

L'UE est particulièrement préoccupée par la situation humanitaire qui se dégrade et les dénonciations de violations des droits de l'homme perpétrées à grande échelle. Selon les dernières estimations en date, au moins 10 000 personnes ont perdu la vie au Soudan du Sud, plus de 400 000 sont actuellement déplacées à l'intérieur du pays et près de 50 000 cherchent refuge ou sont enregistrées dans les pays voisins.

Cet événement tragique illustre parfaitement les risques que des personnes désespérées et apeurées sont prêtes à prendre. La responsabilité de veiller à ce que ce genre de situation ne se produise pas incombe à tous les dirigeants du pays. C'est pourquoi l'UE exhorte toutes les parties concernées à s'entendre sur une cessation immédiate et inconditionnelle des hostilités et des actes de violence, ainsi qu'à s'engager sur la voie d'un processus politique sous les auspices de l'IGAD. L'UE demande instamment à tous les chefs politiques et militaires de protéger la population et d'agir dans l'intérêt du peuple sud-soudanais dans son ensemble.»


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website