Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN IT

Commission européenne

COMMUNIQUÉ

Bruxelles, le 13 mars 2014

Le vice-président Antonio Tajani se rend dans la région italienne de Campanie afin d’encourager la reprise parmi les PME locales

Comme dans beaucoup d’autres régions de l’Union européenne, les entreprises de Campanie ont été durement touchées par la crise économique des dernières années. Entre 2008 et 2012, quelque 8 400 entreprises ont disparu chaque année du marché campanien. Le vice-président de la Commission et commissaire chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, Antonio Tajani, se rend aujourd’hui à Naples afin d’aider les PME de Campanie à sortir de la récession et à prendre part au prochain cycle de croissance économique. Il sera accompagné par des représentants de quelque 360 entreprises européennes qui participeront à plus de 600 réunions bilatérales avec des PME campaniennes, en vue de conclure de nouveaux partenariats et de discuter les possibilités de coopération dans des secteurs clés de l’économie régionale, tels que l’aérospatiale, l’agroalimentaire, les biotechnologies et l’industrie de la mode.

Le vice-président en profitera pour visiter le pôle aérospatial Alenia, le pôle automobile de Pomigliano et le pôle d’excellence agroalimentaire de Napoli Est, qui jouent tous un rôle de premier plan dans l’économie régionale et qui pourraient devenir des acteurs clés de la mutation économique de la Campanie. Le vice-président se rendra également sur le site de Pompéi, un exemple significatif de partenariat public-privé aidant à mettre en valeur et à entretenir le formidable patrimoine culturel de la région.

De nouveaux marchés, synonymes de meilleurs débouchés commerciaux

Pour les entreprises de Campanie qui parviennent à résister à la crise, le facteur-clé réside dans l’adoption de stratégies d’internationalisation, et non dans la taille de l’entreprise concernée. Certaines sociétés – qui s’implantent sur les nouveaux marchés, alors qu’elles enregistrent toujours des baisses sensibles de leurs recettes et de leurs investissements – affichent des résultats moins défavorables que d’autres. Toutefois, la diffusion d’activités innovantes, indispensable pour réussir sur les marchés internationaux, reste bien plus lente que celle de la moyenne italienne.

C’est pourquoi l’événement de mise en réseau interentreprises du 14 mars constituera un élément central de cette visite en Campanie. L’objectif est d’encourager les partenariats commerciaux des entreprises et des pôles d’activité régionaux avec d’autres pays de l’UE, mais également avec des pays tiers, dans des secteurs qui apportent une contribution déterminante à la croissance économique de la région, notamment:

  • l’industrie aérospatiale;

  • le patrimoine culturel;

  • les constructions durables;

  • les biotechnologies;

  • l’énergie;

  • le transport et la logistique;

  • l’industrie automobile;

  • l’agroalimentaire;

  • l’industrie de la mode;

  • le tourisme.

Stratégie pour la croissance

La Conférence sur la stratégie «Europe 2020» pour la croissance constituera un autre élément essentiel de cette visite. Elle sera ouverte par le vice-président Tajani et le président de la Campanie, Stefano Caldoro. Le financement d’entreprises par l’UE, l’internationalisation des PME et l’accès aux marchés figureront parmi les thèmes abordés lors de la conférence. Le vice-président profitera de cette occasion pour présenter le programme COSME, une nouvelle initiative dotée d’une enveloppe de 2,3 milliards d’euros et destinée aux PME, visant à relever les défis principaux auxquels celles-ci sont actuellement confrontées. Ce programme vise notamment à améliorer l’environnement des entreprises et à soutenir les entrepreneurs. Il aidera également les entreprises de l’UE, dont celles qui sont implantées en Campanie, à résoudre le problème actuel de la raréfaction du crédit, en leur facilitant l’accès aux prêts bancaires et au capital-risque (IP/13/1135).

Fermetures d’entreprises et polarisation en Campanie

La région Campanie a été éprouvée par la récente récession à double creux. Le nombre d’entreprises en activité a encore chuté, principalement à la suite de liquidations volontaires, dans lesquelles les procédures de faillite représentent cependant une part croissante. Le taux de création de nouvelles entreprises a également diminué. La mise en place d’un environnement favorable aux entreprises est donc une priorité pour inverser la tendance et revenir à la conjoncture antérieure à la crise.

Les performances de l’industrie régionale se caractérisent par une polarisation marquée. Toutefois, nombre de secteurs affichent un niveau d’activité supérieur à ce qu’il était avant la crise, notamment lorsque l’accent est mis sur les activités de transformation. Les entreprises travaillent à la fois dans des secteurs de haute technologique (produits pharmaceutiques et aérospatiale) et des secteurs traditionnels (agroalimentaire, textile et habillement, caoutchouc et plastiques). Dans d’autres branches de l’industrie malheureusement, les signes d’une relance sont plutôt rares ou tout simplement inexistants.

Problèmes d’emploi en Campanie

Entre 2007 et 2011, le taux d’emploi dans la région a accusé le recul le plus long et le plus intense des régions italiennes. En 2012, le nombre de salariés a enregistré une première hausse (1,3 %), mais ce rythme de progression est modéré et ne suffit pas à réduire l’ampleur du déséquilibre entre offres et demandes d’emploi. Le taux de chômage se situait en 2012 au niveau le plus élevé de toutes les régions italiennes (19,3 %). Les femmes et les jeunes étaient particulièrement touchés (leur taux de chômage spécifique s’établissant à respectivement 22,3 % et 48,2 %). En 2012, le taux d’emploi en Campanie était le plus bas d’Italie et seuls 40 % de la population en âge de travailler avait un emploi.

Améliorer l’environnement des entreprises afin de favoriser une mutation de l’économie

Dans ce contexte, le vice-président profitera de sa visite pour expliquer les possibilités de financement du nouveau programme «Horizon 2020» pour la recherche et l’innovation. Par exemple, un nouvel «instrument réservé aux PME» (assistés par le réseau Entreprise Europe) soutiendra les PME innovantes durant un cycle d’innovation complet, c’est–à–dire de la conception d’une l’idée jusqu’à la création du nouveau produit ou service. Les entreprises auront ensuite la responsabilité de commercialiser leur innovation, en ayant recours aux mécanismes existants d’accès au financement.

Stratégies pour la croissance

Cette visite fait partie intégrante de la nouvelle série de missions pour la croissance, qui visent à aider les entreprises européennes – et plus particulièrement les PME – à tirer profit des marchés émergents qui affichent une forte croissance. L’objectif global de cette mission est de renforcer la croissance et la compétitivité de l’industrie européenne et ce, en aidant les entreprises européennes à s’implanter sur le marché chinois, en consolidant la coopération politique bilatérale dans différents domaines et exploitant plus judicieusement le potentiel de développement dans les pays tiers, par le biais d’un renforcement des réformes et de la coopération économique.


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website