Navigation path

Left navigation

Additional tools

Les objectifs du millénaire pour le développement et le programme mondial de développement pour l'après-2015

European Commission - MEMO/13/809   23/09/2013

Other available languages: EN

Commission européenne

MÉMO

Bruxelles, le 23 septembre 2013

Les objectifs du millénaire pour le développement et le programme mondial de développement pour l'après-2015

Quels sont les objectifs du millénaire pour le développement?

En l’an 2000, la communauté internationale a fixé, lors du sommet du millénaire des Nations unies, huit objectifs du millénaire pour le développement (OMD) à atteindre d’ici à 2015:

1. éradiquer l’extrême pauvreté et la faim

2. assurer une éducation primaire pour tous

3. promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes

4. réduire la mortalité infantile

5. améliorer la santé maternelle

6. combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies

7. assurer un environnement durable

8. mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Sommes-nous en bonne voie pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement?

Des progrès considérables ont été accomplis ces dernières années en ce qui concerne certains objectifs. L’objectif visant à réduire de moitié le pourcentage de la population vivant dans une pauvreté extrême a été atteint en 2010. La proportion de la population n’ayant pas accès à une eau potable salubre a également été réduite de moitié, avant la date prévue. Les enfants ont beaucoup moins de risques de mourir de maladies ou de malnutrition qu'il y a vingt ans. Le taux d'infection par le VIH diminue au niveau mondial et moins de personnes meurent de la malaria.

Il reste cependant encore un long chemin à parcourir, en particulier en Afrique subsaharienne. Au niveau mondial, 89 % des enfants fréquentent l’école primaire et le taux de scolarisation des filles est à présent presque comparable à celui des garçons. Il n'en demeure pas moins que la mise en place d’une éducation primaire pour tous est trop lente. Plus de 850 millions de personnes ne mangent pas à leur faim. Les femmes continuent de se heurter à des discriminations et d’être exposées à de graves risques sanitaires, en particulier dans le domaine de la santé maternelle ainsi que de la santé et des droits génésiques et sexuels. Selon les estimations, 2,5 milliards de personnes n’ont pas accès à des installations sanitaires décentes et 780 millions de personnes n’ont toujours pas accès à une eau potable salubre.

En quoi l’Union européenne a-t-elle contribué au processus?

L’Union européenne a eu à coeur de contribuer à la réalisation des OMD dès leur origine et a montré la voie en les intégrant dans sa politique de développement et dans la mise en oeuvre de celle-ci. Avec une aide au développement de 55,2 milliards € en 2012, l’Union européenne et ses États membres continuent d'être les plus gros donateurs au niveau mondial et fournissent plus de la moitié de l’aide publique mondiale. Au-delà de cette aide, l’UE s’est fixé pour objectif de veiller à ce que toutes ses politiques soient cohérentes avec l’objectif d’éradication de la pauvreté.

Afin d’encourager les avancées dans le domaine des objectifs du millénaire pour le développement, l’Union européenne a lancé, en 2010, une initiative OMD dotée d'un milliard €, mettant ainsi à disposition un financement fondé sur les besoins et octroyé sur la base des résultats. Sur ce montant, 700 millions € sont affectés aux OMD les plus négligés (faim, santé maternelle, mortalité infantile, eau et hygiène), alors que 300 millions € sont destinés aux pays ayant obtenu de bons résultats dans la mise en œuvre de l’aide. À ce jour, l’initiative OMD a financé 70 projets dans 46 pays.

En voici quelques exemples:

  1. Au Togo: construction et remise en état d’infrastructures destinées à fournir de l’eau potable à 200 000 personnes dans 28 villes au moins; amélioration des capacités des autorités chargées de la gestion de l’eau et de la santé au moyen d'actions de formation et d'une assistance technique

  2. En République démocratique du Congo: fourniture de services de santé plus accessibles et de meilleure qualité à près de 1 million de jeunes enfants et à leurs mères

  3. Au Puntland (Somalie): amélioration des zones de pâturages et aide fournie aux populations pour mieux gérer les ressources naturelles, l'objectif étant de faire sortir 1,5 million de personnes de la pauvreté

En 2012, l’UE et ses États membres ont adopté le programme pour le changement afin d'accroître l’impact de la coopération au développement et d'améliorer les résultats obtenus dans le domaine des objectifs du millénaire pour le développement. La mise en œuvre de ce programme a commencé et l'accent, pour la coopération future, est mis sur les pays qui en ont le plus besoin (notamment des pays fragiles) et sur les secteurs prioritaires afin de promouvoir la bonne gouvernance et une croissance inclusive et durable.

Comment le cadre pour l’après-2015 est-il défini? Quels sont les liens avec les objectifs de développement durable définis à Rio+20?

Des discussions sont en cours sur l’élaboration d’un programme mondial pour la période postérieure à 2015. En septembre 2012, le Secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-moon, a constitué un «groupe de personnalités de haut niveau chargées du programme de développement pour l'après-2015». Le commissaire européen chargé du développement, M. Andris Piebalgs, faisait partie de ce groupe, présidé conjointement par le président indonésien, M. Susilo Bambang Yudhoyono, la présidente libérienne, Mme Ellen Johnson Sirleaf, et le premier ministre britannique, M. David Cameron. Le groupe a rendu son rapport, intitulé «Pour un nouveau partenariat mondial: vers l'éradication de la pauvreté et la transformation des économies par le biais du développement durable», le 30 mai 2013.

En juillet, le Secrétaire général des Nations unies a publié son rapport annuel, intitulé «une vie de dignité pour tous», qui esquisse les contours d'un cadre pour l’après-2015.

Le 25 septembre 2013, les Nations unies organiseront un événement spécifique consacré à cette thématique afin de (i) réviser les OMD, (ii) examiner comment accélérer les progrès dans le domaine des OMD et (iii) préparer l’avenir en définissant un cadre pour la période après 2015.

En février 2012, la Commission européenne a apporté sa propre contribution au débat sur un cadre pour l’après-2015 en publiant une communication intitulée «Une vie décente pour tous — éradiquer la pauvreté et offrir au monde un avenir durable» , qui proposait cinq éléments essentiels pour l'établissement d'un cadre général unifié concernant l’élimination de la pauvreté et le développement durable:

  1. Des conditions de vie élémentaires pour tous, correspondant à un seuil au-dessous duquel personne ne devrait tomber: il importe, pour ce faire, de parachever les dossiers OMD encore en souffrance et d'établir de nouveaux objectifs actualisés, qui devraient s'appliquer à tous les citoyens du monde.

  2. La promotion d'éléments moteurs d’une croissance inclusive et durable: le fait d'investir dans des infrastructures ou dans des sources d'énergie permet de créer de la croissance et des emplois de qualité, tout en stimulant le développement humain.

  3. Une gestion plus durable des ressources naturelles: il s'agit d'une condition sine qua non pour arrêter la dégradation de l’environnement.

  4. L'égalité, l'équité et la justice: il s'agit non seulement de valeurs en soi, mais également d'éléments essentiels à la réduction de la pauvreté et au développement durable.

  5. La lutte contre l’insécurité et la fragilité des États, qui constituent des obstacles à la réduction de la pauvreté et au développement durable.

Parallèlement aux discussions sur le programme pour l’après-2015, les participants au sommet Rio+20 (juin 2012) ont défini un processus visant à proposer des objectifs de développement durable. Dans ce cadre, un groupe de travail à composition non limitée a été créé en vue de formuler des propositions relatives aux objectifs de développement durable. Quinze États membres de l’UE sont représentés au sein de ce groupe, la plupart d’entre eux siégeant à tour de rôle. Le groupe recueille actuellement différentes propositions et définit les priorités, avant d’entrer dans une phase de négociation, qui aura probablement lieu au début de l'année 2014.

Ce cadre général devrait faire la synthèse des discussions sur l'après-2015 et du processus relatif aux objectifs de développement durable.

Comment le nouveau cadre pour l’après-2015 sera-t-il financé?

La Commission européenne a adopté cet été un document stratégique intitulé «Après 2015: vers une approche globale et intégrée du financement de l’éradication de la pauvreté et du développement durable», qui esquisse des pistes pour une approche commune, au niveau de l'UE, du financement de l'après-2015.

Cette communication préconise la consolidation et la rationalisation des processus internationaux en cours dans le domaine du financement (concernant notamment le développement, le climat et la biodiversité) et mentionne six principes universels susceptibles d’orienter les discussions internationales:

  1. pas de résultats sans de bonnes politiques: il convient de définir en priorité les politiques afin d'éviter de devoir dépenser de l’argent a posteriori pour corriger de mauvaises décisions;

  2. toutes les sources de financement (nationales/étrangères, public/privé) doivent être mises à contribution;

  3. il importe d'assurer flexibilité et appropriation au niveau des pays;

  4. il convient de privilégier une approche intégrée afin de tirer le meilleur parti des synergies entre les différents objectifs stratégiques: si un euro ne peut être utilisé qu’une seule fois, il peut contribuer à atteindre plusieurs objectifs stratégiques en même temps;

  5. l’aide publique au développement (APD) devrait être rééquilibrée en faveur des pays qui en ont le plus besoin. Ce principe est conforme à l'approche que nous avons exposée dans le programme pour le changement. Les économies émergentes doivent contribuer équitablement à cet effort.

  6. tous les acteurs concernés doivent assumer une responsabilité mutuelle.

Pour de plus amples informations:

IP/13/852: L'Union européenne contribue de manière décisive à la lutte mondiale contre la pauvreté

Rapport du groupe de haut niveau:

http://www.post2015hlp.org/the-report/

Communication sur le financement du développement:

http://ec.europa.eu/europeaid/what/development-policies/financing_for_development/documents/financing_for_dev_2013_communication_en.pdf

La Commission européenne a publié une brochure intitulée «Contribution de l’UE aux objectifs du millénaire pour le développement», qui précise les principaux résultats des programmes de la Commission européenne:

http://ec.europa.eu/europeaid/documents/mdg-brochure-2013_fr.pdf

Site web d'EuropeAid, la DG Développement et coopération:

http://ec.europa.eu/europeaid/index_fr.htm

Site web de M. Andris Piebalgs, commissaire européen chargé du développement:

http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/piebalgs/index_fr.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website