Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Réaction du Commissaire européen à l'Agriculture Dacian Cioloş au vote sur la réforme de la PAC au Parlement européen aujourd'hui

Commission Européenne - MEMO/13/218   13/03/2013

Autres langues disponibles: EN

Commission européenne

MEMO

Strasbourg, 13 mars 2013

action du Commissaire européen à l'Agriculture Dacian Cioloş au vote sur la réforme de la PAC au Parlement européen aujourd'hui

Le vote du Parlement européen, aujourd'hui, constitue une avancée importante dans le processus de réforme de la Politique agricole commune (PAC). Avec l'application de la procédure de codécision pour la première fois à la PAC, le Parlement européen a su mettre sur la table une position de négociation en tenant des délais très courts. Une fois que le Conseil aura également défini une approche commune, nous serons en position d'entamer la dernière phase de la négociation en vue de rendre la PAC plus juste, plus verte, plus réactive dans la gestion des marchés, et plus ouverte à la diversité des territoires, comme les citoyens européens l'ont demandé, dans le cadre du débat public lancé il y a 3 ans par la Commission européenne.

Le Parlement européen a repris les grands principes des propositions de la Commission, notamment sur le plafonnement des aides, le verdissement de 30% des paiements directs ou encore une politique de développement rural plus adaptée à la diversité des défis locaux. Et je me félicite que sur plusieurs sujets, notamment la question du double financement ou de la transparence, le Parlement se soit rapproché des propositions de la Commission.

Désormais une fois que le Conseil aura également défini son mandat de négociation, nous pourrons entamer les trilogues Conseil-Parlement-Commission, pour parvenir, d'ici le début de l'été, à une décision finale que j'espère équilibrée et ambitieuse. C'est le cas, en particulier, sur la question de l'équité dans la répartition des soutiens de la PAC. En plus d'une convergence réelle entre les Etats membres, entre les régions et entre les agriculteurs, la problématique de l'installation des jeunes agriculteurs devra trouver des réponses d'ampleur européenne. Je me réjouis, d'ailleurs, que le Parlement appuie les propositions de la Commission dans ce sens. Nous devrons également affiner la définition des pratiques liées au verdissement, notamment la notion d'équivalence, pour que cet outil soit à la fois consistant, simple, efficace et transparent. Pour cela, il devra intégrer un mécanisme de sanction crédible.

Enfin, des outils réactifs de gestion des marchés, adaptés à la diversité des filières et des territoires devront être mis en place, avec une implication et une responsabilisation accrues des producteurs et de leurs organisations. Il s'agit, en particulier, de renforcer la position des agriculteurs au sein de la chaine alimentaire et leur capacité à faire face aux crises.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site