Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE EL

Commission européenne

MÉMO

Bruxelles, le 26 novembre 2012

Conseil «Éducation»: Androulla Vassiliou heureuse du très large soutien en faveur du futur programme Erasmus pour tous

Déclaration de Mme Androulla Vassiliou, commissaire chargée de l’éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse, lors de la réunion des ministres de l’éducation de l’Union européenne (UE) à Bruxelles le 26 novembre, à propos de l’état d’avancement de la proposition de programme Erasmus pour tous pour la période 2014-2020.

«L’an dernier, la Commission a adopté une audacieuse proposition de nouveau programme dans le domaine de l’éducation, de la formation, de la jeunesse et des sports. Ce programme, Erasmus pour tous, repose sur les lignes de force suivantes: valeur ajoutée de l’UE, incidence systémique, rationalisation et simplification. Les actions proposées sont directement liées aux objectifs politiques généraux de l’UE. Le programme offrira aux organisations actives en matière d’éducation et de jeunesse davantage de possibilités de mobilité et de possibilités de coopération et de formation par les pairs. Dans le même temps, il garantira une meilleure utilisation des ressources, une plus grande convivialité pour les bénéficiaires et une amélioration des résultats, obtenus de façon plus économique.

Un an plus tard, j’ai le plaisir de constater que les négociations relatives au programme Erasmus pour tous sont en bonne voie. Le Conseil a déjà exprimé son point de vue sur pratiquement tous les aspects de la proposition. Et je me réjouis que le Conseil ait soutenu la création d’un programme intégré unique et approuvé les principes généraux qui sous-tendent la proposition. Demain, la commission «Culture» du Parlement européen adoptera son avis.

Je suis très heureuse que les points essentiels de la proposition bénéficient d’un très large soutien tant au sein du Conseil que du Parlement.

Il importe toutefois, au cours de la phase finale des négociations, de rester fidèle aux clés de voûte du prochain cadre financier pluriannuel, qu’il s’agisse de la valeur ajoutée de l’UE ou de la simplification. La base juridique devrait être aussi compacte et rationnelle qu’auparavant pour garantir la convivialité, une application harmonieuse et la flexibilité, et les mécanismes de gestion devraient être aussi simples que possible pour l’ensemble des protagonistes participant au programme.

Je pense également qu’il faudrait donner à ce nouveau programme un nom fort et reconnaissable, de nature à permettre une communication efficace avec les citoyens européens. C’est la raison pour laquelle il nous faut pleinement tirer parti de la «marque» Erasmus, qui est très appréciée.

Je suis bien consciente des doutes qu’éprouvent plusieurs délégations à l’égard du mécanisme de garantie de prêts destiné aux étudiants de Master. Qu’il me soit permis de dire que je ne partage pas ces doutes, et que j’ai bien entendu pris bonne note de ces préoccupations. Nous en débattrons dans la prochaine phase de nos travaux sur Erasmus pour tous dont le début est imminent puisque nous sommes sur le point d’entamer aussi les négociations avec le Parlement européen.

Permettez-moi de profiter de cette occasion pour souligner l’excellence des relations de travail que nous entretenons avec les deux institutions. Je reste convaincue que nous serons en mesure de parvenir rapidement à un accord définitif sur cet important dossier et je remercie d’ores et déjà la présidence chypriote et la future présidence irlandaise pour les efforts qu’elles voudront consentir à cet effet.

Pour conclure, je tiens à souligner que le nouveau programme sera un outil important pour des investissements ciblés dans l’éducation, la formation et la jeunesse et qu’il contribuera à créer une croissance et des emplois durables.

Erasmus pour tous sera un outil rationalisé conçu pour maximiser la valeur ajoutée de l’UE en aidant les États membres à mettre en place des réformes stratégiques hautement nécessaires.

C’est sur cette base que nous avons demandé une hausse du budget de l’éducation dans le contexte du cadre financier pluriannuel. Le budget proposé pour le programme s’élève à 19 milliards d’euros pour la période 2014-2020, soit 1,64 % seulement du budget total de l’Union. Comme la raison d’être du programme et du budget proposés est de renforcer les compétences pour favoriser la sortie de la crise actuelle et de jeter les bases de la future croissance de l’Europe, ils devraient être épargnés par les coupes budgétaires.»


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site