Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE EL

MEMO/12/76

Bruxelles, le 8 février 2012

L’UE pourrait ne pas réaliser ses objectifs en matière de décrochage scolaire et d’enseignement supérieur

L’Union européenne (UE) pourrait ne pas réaliser les objectifs qu’elle s’est fixés pour 2020, à savoir réduire le nombre de jeunes en décrochage scolaire et augmenter la proportion de diplômés de l’enseignement supérieur; c’est ce que montre un rapport dont discuteront les ministres, vendredi (10 février), lors de la session du Conseil «Éducation, jeunesse, culture et sport».

La crise frappe durement les jeunes, leur taux de chômage dépassant 40 % dans certains États membres. Le rapport conjoint du Conseil de l’UE et de la Commission, intitulé «Éducation et formation dans une Europe intelligente, durable et inclusive», montre qu’un enseignement de qualité est un facteur déterminant dans la prévention du chômage, car il donne aux jeunes les compétences et les qualifications nécessaires pour trouver un emploi. L’enseignement supérieur et l’excellence universitaire ont un rôle essentiel à jouer pour améliorer la compétitivité de l’Europe et lui permettre de sortir renforcée de la crise.

«Les jeunes ont été frappés par la crise de manière disproportionnée. Nous devons investir efficacement dans l’éducation et la formation pour leur garantir les qualifications et la capacité d’adaptation nécessaires pour réussir dans un monde soumis à la concurrence. Le nouveau programme pour l’éducation, la formation et la jeunesse proposé par la Commission, «Erasmus pour tous», répond à ce besoin en offrant aux jeunes et aux enseignants plus de possibilités d’améliorer leur parcours personnel et leurs compétences», a déclaré Mme Androulla Vassiliou, commissaire à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse.

Le rapport conjoint établit que les États membres progressent lentement vers l’objectif de la stratégie Europe 2020, consistant à ramener les taux d’abandon scolaire en dessous de la barre des 10 %. En 2010, le taux moyen de décrochage scolaire était de 14,1 % dans l’UE contre 14,4 % l’année précédente. Il existe des différences considérables d’un État membre à un autre, Malte (taux pratiquement inchangé à 36,9 %), le Portugal (28,7 %) et l’Espagne (28,4 %) affichant les taux les plus élevés, malgré une amélioration au Portugal et en Espagne par rapport aux taux de 2009 (31,2 % dans les deux cas). Les mieux placés restent la Slovaquie (4,7 %), la République tchèque (4,9 %) et la Slovénie (5 %).

Le rapport indique que l’objectif fixé pour 2020 ne sera pas atteint si la tendance actuelle se poursuit.

Il montre également que l’objectif de l’UE relatif au nombre de diplômés de l’enseignement supérieur faire passer la proportion moyenne de diplômés chez les 30-34 ans de 33,6 % (niveau actuel) à au moins 40 % dans l’Union est loin d’être atteint. Sept États membres enregistrent un taux inférieur à 25 % (la Roumanie, Malte, l’Italie, la République tchèque, la Slovaquie, l’Autriche et le Portugal). Les mieux placés sont l’Irlande (49,9 %), le Danemark (47 %) et le Luxembourg (46,1 %).

Pour ce qui est des aspects positifs, le pourcentage d’élèves maîtrisant mal les compétences de base en lecture, en mathématiques et en sciences, 20 % en 2009 contre 24,1 % en 2006, devrait permettre à l’UE d’atteindre l’objectif fixé, soit un taux inférieur à 15 %, d’ici la fin de la décennie.

Il est prévu que les ministres de l’éducation aient leurs premiers échanges avec la commissaire sur la proposition de programme «Erasmus pour tous». Le nouveau programme, dont l’application doit commencer en 2014, a déjà bénéficié d’un accueil largement favorable au sein du groupe de travail du Conseil de l’UE sur l’éducation et auprès des membres du Parlement européen.

L’éducation et la formation sont au cœur de la stratégie de l’Union européenne pour une croissance intelligente, durable et inclusive. La commissaire insistera auprès des ministres de l’éducation pour qu’ils continuent à se concentrer sur la modernisation de leurs systèmes d’éducation, le but étant de doter les apprenants des compétences adéquates et de lutter contre le décrochage scolaire. Les conclusions du rapport conjoint viennent appuyer le récent appel de la Commission aux États membres pour qu’ils élaborent des plans nationaux de lutte contre le chômage des jeunes (MEMO/12/57).

Contexte

Le rapport conjoint du Conseil et de la Commission présente un examen intermédiaire de la mise en œuvre du cadre stratégique pour la coopération européenne dans l’éducation et la formation («Éducation et formation 2020»), adopté en 2009. Il étudie les principales tendances des politiques d’éducation et de formation dans les pays européens sur la période 2009-2011 et met en évidence le rôle de l’éducation et de la formation dans la réponse apportée aux défis de la crise économique et financière actuelle.

Le rapport est accompagné d’un examen détaillé des tendances observées dans l’UE dans une série de domaines, dont les objectifs d’Europe 2020 en matière d’éducation, les budgets consacrés à l’enseignement, l’apprentissage tout au long de la vie et les compétences, et d’un ensemble de synthèses présentant les principales évolutions dans chaque pays.

Graphique 1: Décrochage scolaire, taux de 2010 en %

Graphique 2: Diplômés de l’enseignement supérieur ou équivalent, taux de 2010 en %


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website