Navigation path

Left navigation

Additional tools

Questions fréquemment posées concernant le programme Erasmus

European Commission - MEMO/12/54   30/01/2012

Other available languages: EN DE DA ES NL IT SV PT FI EL CS ET HU LT LV MT PL SK SL BG RO

MEMO/12/54

Bruxelles, le 30 janvier 2012

Questions fréquemment posées concernant le programme Erasmus

(IP/12/83)

1. Qu’est-ce qu’une «période de mobilité» Erasmus et qui décide de son contenu?

Une période d’études Erasmus dure de 3 à 12 mois et fait partie intégrante du programme d’études suivi par l’étudiant dans son université d’origine ou un autre établissement d’enseignement supérieur. Toute période d’études accomplie avec succès à l’étranger doit être pleinement reconnue sur le plan académique, comme le prévoit la «convention d’études» signée par l’étudiant, l’établissement d’origine et l’établissement d’accueil. Celle-ci est une sorte de contrat qui doit être conclu avant le début de la période d’études, et qui stipule précisément quels sont les modules que suivra l’étudiant. À la fin de la période d’études à l’étranger, l’institution d’accueil délivre à l’étudiant, ainsi qu’à l’institution d’origine, un rapport faisant état des résultats obtenus dans le cadre du programme d’études convenu.

Les universités et les autres établissements d’enseignement supérieur qui participent au programme Erasmus doivent être détenteurs d’une Charte universitaire Erasmus et être reconnus par les autorités nationales du pays où ils sont implantés. La Charte universitaire Erasmus vise à garantir la qualité du programme en définissant les principes fondamentaux et les engagements à respecter par les institutions concernées.

Les étudiants qui sont inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur ayant signé une Charte universitaire Erasmus «élargie» peuvent également bénéficier d’une période de placement (stage de formation ou stage pratique) dans une entreprise ou un organisme à l’étranger. L’établissement d’origine est tenu de reconnaître pleinement la période passée dans l’autre pays, sur la base d’une «convention de formation» souscrite par l’ensemble des parties avant le début de la période de mobilité.

2. Comment solliciter une bourse de mobilité Erasmus?

Un étudiant qui souhaite participer au programme d’échange Erasmus doit remplir les conditions suivantes:

  • être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur associé au programme dans l’un des 33 pays participants (UE 27 + Croatie, Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse et Turquie) et y suivre un programme d’études officiel sanctionné par un diplôme (doctorat inclus),

  • avoir réussi au moins la première année de ses études supérieures (cette condition ne s’applique pas aux stages professionnels).

L’immense majorité des universités et des autres établissements d’enseignement supérieur de l’UE participent au programme Erasmus. Le bureau des relations internationales ou le bureau Erasmus de l’établissement d’origine est le premier point de contact auprès duquel il est possible d’obtenir des informations sur les modalités d’octroi des bourses Erasmus. Il peut fournir des renseignements sur tous les échanges Erasmus auxquels l’institution participe.

3. Combien d’étudiants ont déjà bénéficié du programme Erasmus?

Le volume des échanges d’étudiants dans le cadre du programme Erasmus ne cesse d’augmenter depuis le lancement du programme en 1987 et le nombre total des bénéficiaires devrait atteindre les 3 millions au cours de l’année universitaire 2012-2013.

Mobilité estudiantine: progression vers l’objectif des 3 millions

Répartition des étudiants partis à l’étranger pour des études ou un placement en entreprise (2009-2010)

4. Quel est le montant des bourses d’études Erasmus?

En 2009-2010, le montant mensuel moyen d‘une bourse Erasmus était de 254 EUR. Dans la plupart des pays, la demande est nettement supérieure au nombre de bourses disponibles. Toujours en 2009-2010, plus de 213 000 étudiants ont obtenu une bourse Erasmus pour étudier ou effectuer un stage à l’étranger – ce qui représente une augmentation de 7,4 % (et un nouveau record) par rapport à l’année précédente.

Les bourses sont accordées aux étudiants à l’issue d’un processus de sélection dans leur établissement d’origine et après acceptation de leur dossier par l’établissement d’accueil ou l’entreprise d’accueil (dans le cas des stages). Un principe fondamental d’Erasmus est que l’établissement qui reçoit les étudiants ne doit pas leur facturer de frais d’inscription.

Le montant des bourses varie d’un pays à l’autre et n’est pas destiné à couvrir la totalité des dépenses de l’étudiant, mais seulement à compenser une partie de la différence du coût de la vie dans le pays d’accueil.

La Commission fixe des plafonds mensuels par pays de destination; il appartient ensuite aux agences nationales chargées de la mise en œuvre du programme Erasmus et aux établissements d’enseignement supérieur de décider du montant effectif de la bourse. Si la plupart cherchent à maximiser le nombre des boursiers (étudiants et membres du personnel), d’autres préfèrent verser une subvention plus élevée à nombre plus réduit de bénéficiaires. Les agences nationales et les établissements du pays d’origine peuvent notamment tenir compte de la situation socio-économique de l’étudiant et de la distance entre les établissements d’origine et d’accueil. La bourse Erasmus peut être complétée par une aide accordée par l’université, les États membres, les régions ou d’autres organismes publics ou privés. Un nombre croissant d’entreprises privées proposent des bourses de mobilité, et de plus en plus d’étudiants ont désormais accès des prêts étudiants accordés par les banques.

5. Est-il exact qu’Erasmus soutient également la mobilité du personnel et l’enseignement des langues?

Oui. Les «actions décentralisées», qui encouragent la mobilité individuelle et sont gérées par les agences nationales des 33 pays participants, concernent notamment la mobilité du personnel Erasmus à des fins d’enseignement et de formation, les programmes intensifs Erasmus et les cours intensifs de langue Erasmus.

Mobilité du personnel Erasmus

Les membres du corps enseignant ont la possibilité de se rendre à l’étranger dans le cadre de missions d’enseignement. Ces missions ont une durée comprise entre 1 journée (d’au moins cinq heures de cours) et 6 semaines passées dans un établissement d’enseignement supérieur d’un autre pays. L’objectif est de promouvoir l’excellence de l’enseignement et la coopération internationale entre les établissements d’enseignement supérieur. La mobilité du personnel représente 8 % du budget total d’Erasmus. Au cours de l’année universitaire 2009-2010, Erasmus a financé 29 031 missions d’enseignement et 8 745 sessions de formation. Le personnel non enseignant peut également bénéficier d’actions de formation.

Croissance du nombre de membres du personnel ayant participé à la mobilité entre 2007-2008 et 2009-2010

Programmes intensifs Erasmus et cours de langue intensifs Erasmus

Un programme intensif est un programme d’études court qui associe des étudiants et des universitaires d’au moins trois pays participants. D’une durée pouvant aller de 10 jours pleins consécutifs à 6 semaines, il est consacré à des travaux sur un thème déterminé. L’objectif est d’encourager l’enseignement de matières qui ne pourraient pas être étudiées dans les différents établissements d’enseignement supérieur, et de permettre aux étudiants et aux enseignants de travailler ensemble au sein de groupes plurinationaux. Les programmes intensifs Erasmus se caractérisent principalement par des approches inter- et pluridisciplinaire innovantes. En 2009-2010, 12 606 étudiants et 4 378 enseignants ont pris part à 384 de ces programmes.

Cours de langue intensifs Erasmus – Cette initiative soutient l’enseignement spécialisé des langues peu utilisées et enseignées. Les classes sont organisées dans les pays où ces langues sont utilisées comme langues de cours dans des établissements d’enseignement supérieur. L’anglais, l’allemand, le français et l’espagnol (castillan) ne peuvent pas faire l’objet de cours de langues intensifs Erasmus. L’objectif des cours est d’assurer la préparation linguistique et culturelle des futurs étudiants Erasmus dans le pays d’accueil, en vue de la période de mobilité. En 2009-2010, 5 386 étudiants ont participé à 361 cours de langue intensifs Erasmus.

Autres actions

Les «actions centralisées» telles que les réseaux, les projets multilatéraux et les mesures d’accompagnement sont gérées par l’Agence exécutive «Éducation, audiovisuel et culture» de l’UE. Elles servent à développer des activités spécifiques entre des établissements d’enseignement supérieur et d’autres parties prenantes (telles que des entreprises) afin de moderniser différents aspects de l’enseignement supérieur et de mettre en œuvre et informer les politiques dans ce secteur.

Grands axes des projets de coopération universitaires financés par Erasmus (2007-2010)

Priorités des projets de coopération Erasmus en matière de politique de l’enseignement supérieur (2007-2010)

6. Quel est le rôle des États membres dans Erasmus?

Les États membres interviennent à divers niveaux. Tout d’abord, les représentants ministériels de chaque État membre participent, au sein du Conseil de l’Union européenne, à l’adoption de la législation et à la coordination des politiques, parmi lesquelles le Programme d’éducation et de formation tout au long de la vie dont Erasmus fait partie. Le budget d’Erasmus est adopté conjointement par le Conseil et le Parlement européen, pour une période de sept ans. La dotation actuelle d’Erasmus s’élève à environ 450 millions d’euros par an. Ensuite, les autorités nationales cofinancent les frais de fonctionnement de leur agence nationale et supervisent la mise en œuvre du programme Erasmus dans leur pays. La Commission européenne est assistée dans la mise en œuvre du Programme d’éducation et de formation tout au long de la vie par le «Comité pour l’éducation et la formation tout au long de la vie», qui est composé de représentants des États membres. Enfin, les établissements d’enseignement supérieur doivent être reconnus par les autorités nationales pour pouvoir bénéficier de la Charte universitaire Erasmus permettant de participer au programme.

7. Qu’est-ce que Erasmus pour tous?

Erasmus pour tous est le nouveau programme d’aide financière proposé par la Commission européenne pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport. Il devrait débuter en 2014 et verra une augmentation considérable des montants alloués au développement du savoir et des compétences. Erasmus pour tous repose sur le postulat selon lequel l’investissement dans l’éducation et la formation est décisif pour libérer le potentiel des individus et leur permettre de renforcer leur développement personnel, d’acquérir de nouvelles compétences et d’améliorer leurs perspectives d’emploi.

Erasmus pour tous s’appuiera sur une structure rationalisée garante d’une meilleure efficacité, ce qui signifiera davantage de bourses pour les étudiants, les stagiaires, les enseignants et d’autres bénéficiaires. Les possibilités de mobilité et de coopération seront renforcées de manière significative dans le cadre du nouveau programme: des moyens accrus seront en particulier disponibles pour offrir des opportunités d’études, de formation, d’enseignement ou de bénévolat à l’étranger à des étudiants de l’enseignement supérieur et de l’enseignement professionnel, des stagiaires, des enseignants, des formateurs et des animateurs socio-éducatifs. Ensuite, les établissements d’enseignement et de formation et les organisations de jeunesse bénéficieront de chances accrues de créer des partenariats pour l’échange de bonnes pratiques et de coopérer avec les entreprises pour promouvoir l’innovation et l’employabilité, et un soutien renforcé sera apporté à des plateformes informatiques du type eTwinning permettant de relier les établissements scolaires et d’autres prestataires de services éducatifs via l’Internet.

8. En quoi Erasmus pour tous est-il différent des programmes actuels?

L’objectif principal reste le même – à savoir améliorer le développement et les compétences des personnes, et donc leur employabilité, et soutenir la modernisation des systèmes d’éducation et de formation. Erasmus pour tous fusionnera sept programmes actuels en un seul: le programme d’éducation et de formation tout au long de la vie (Erasmus, Leonardo da Vinci, Comenius et Grundtvig), Jeunesse en action et cinq programmes de coopération internationale (Erasmus Mundus, Tempus, Alfa, Edulink et le programme pour la coopération avec les pays industrialisés).

Les grands objectifs des programmes actuels seront maintenus (mobilité à des fins d’apprentissage, projets de coopération et soutien à la réforme des politiques), mais les actions seront renforcées aux endroits où leur impact systémique est le plus fort et où il existe clairement une valeur ajoutée européenne. Des propositions innovantes, telles que le mécanisme de garantie de prêts pour les étudiants de master, les alliances de la connaissance et les alliances sectorielles pour les compétences, sont également formulées. L’existence d’un programme unique permettra de simplifier les modalités de mise en œuvre et les procédures et d’éviter le morcellement des actions et les doubles emplois (voir IP/11/1398).

Depuis 2007, quelque 400 000 personnes ont bénéficié chaque année de bourses de l’UE pour se rendre à l’étranger dans le cadre d’études, d’une formation ou d’activités bénévoles. Avec la proposition de la Commission, ce chiffre devrait pratiquement doubler.

La proposition Erasmus pour tous est actuellement examinée par le Conseil (les 27 États membres) et le Parlement européen, qui arrêteront la décision finale sur le cadre budgétaire pour 2014-2020.

9. Qui bénéficie du programme Erasmus?

* Estimation

10. Où peut-on consulter les statistiques relatives au programme Erasmus?

Les statistiques concernant le programme Erasmus sont publiées sur le site Internet ci-dessous ou dans la brochure «Erasmus – Faits, chiffres et tendances – Le soutien de l’Union européenne aux échanges d’étudiants et de membres du personnel de l’enseignement supérieur et à la coopération universitaire en 2009-2010»:

Statistiques: http://ec.europa.eu/education/erasmus/doc920_en.htm

Brochure: http://ec.europa.eu/education/pub/pdf/higher/erasmus0910_fr.pdf

Annexe 1

Les ambassadeurs Erasmus

Des «ambassadeurs Erasmus» ont été sélectionnés dans les 33 pays participant au dispositif. Chaque pays est représenté par un étudiant et un membre du personnel choisis pour l’importance qu’Erasmus a eue dans leurs vies professionnelle et privée. Le rôle de ces ambassadeurs est d’encourager les autres étudiants et le personnel à saisir les opportunités offertes par le programme.

Pays

Ambassadeurs étudiants

Ambassadeur pour le personnel

BE

Marc GOFFART
from University of Ghent
in 1990 (3 months)
to Free University of Amsterdam (Netherlands)

Hugo MARQUANT
Head of International Office and Erasmus Coordinator (1986-2003)
Léonard de Vinci University College

BG

Boryana KLINKOVA
from Burgas Free University
in 2001 (3 months)
to Chemnitz University of Technology (Germany)

Rumyana TODOROVA
Vice-Rector for International Relations
University of Shumen

CZ

Tomas VITVAR
from Czech Technical University in Prague
in 2000 (6 months)
to Cork Institute of Technology (Ireland)

Milada HLAVÁČKOVÁ
Erasmus department coordinator since 1998/99
VŠB – Technical University of Ostrava

Nina SIIG SIMONSEN
from Roskilde University
in 2009 (4 months)
to Mykolas Romeris University (Lithuania)

Connie VÆVER
Lecturer
VIA University College (TEKO Design)

DE

Katja KROHN
from University of Greifswald
in 2007 (5 months)
to University of Oviedo (Spain)

Christiane BIEHL
LLP/Erasmus institutional coordinator since 1997
University of Cologne

EE

Helen MARGUS
from Tallinn University
in 2005 (5 months)
to University of Ioannina (Greece)

Sirje VIRKUS
Lecturer and Erasmus departmental coordinator
Tallinn University

IE

Jessica GOUGH
from University of Limerick
in 2009 (5 months)
to Autonomous University of Barcelona (Spain)

Miriam BRODERICK
Head of Department of Languages and Cultural Studies
Dublin Institute of Technology

EL

Maria KALIAMBOU
from Aristotle University of Thessaloniki
in 1995 (6 months)
to Ludwig-Maximilians-University of Munich (Germany)

Katerina GALANAKI-SPILIOTOPOULOS
Head of International Relations / LLP/Erasmus ECTS institutional coordinator
Athens University of Economics and Business

ES

Tomás SÁNCHEZ LÓPEZ
from Polytechnic University of Valencia
in 2002 (1 year)
to Helsinki Metropolia University of Applied Sciences (Finland)

Fidel CORCUERA MANSO
Vice-Rector of International relations
University of Zaragoza

FR

Julien PEA
from University of Franche-Comté
2003 (9 months)
to University of Birmingham (UK)

Nathalie BRAHIMI
Lecturer
Lycée Ozenne

IT

Maurizio OLIVIERO
from University of Perugia
in 1988 (9 months)
to University of Alicante (Spain)

Ann Katherine ISAACS
Lecturer
University of Pisa

CY

Stavroulla ANTONIOU
from University of Cyprus
in 2004 (6 months)
to Roma Tre University (Italy)

Maria HADJIMATHEOU
LLP/Erasmus institutional coordinator
University of Cyprus

LV

Madara APSALONE
from University of Latvia
in 2006 (5 months)
to Copenhagen Business School (Denmark)

Aleksejs NAUMOVS
Rector
Art Academy of Latvia

LT

Tadas ZUKAS
from Mykolas Romeris University
in 2001 (6 months)
to Christian Albrechts University of Kiel (Germany)

Vilma LEONAVICIENE
Lecturer
Vilnius Pedagogical University

LU

Matthieu CISOWSKI
from Paris IV – Sorbonne
in 2000
to Bremen University (Germany)

Lucien KERGER
Vice-President
University of Luxembourg

HU

Piroska BAKOS
from University of Pécs
in 1998
to European University Viadrina Frankfurt Oder (Germany)

Mária DUDÁS
Lecturer and institutional coordinator
Óbuda University

MT

David FRIGGIERI
from University of Malta
in 2000 (7 months)
to University of Rennes I (France)

John SCHRANZ
Lecturer
University of Malta

NL

Désirée MAJOOR
from Utrecht University
in 1987 (6 months)
to Bologna University (Italy)

Bram PEPER
Lecturer
Erasmus University Rotterdam

AT

René KREMSER
from Vorarlberg University of Applied Sciences
in 2005 (5 months)
to VAMK University of Applied Sciences (Finland)

Elena LUPTAK
Docent and Erasmus departmental coordinator
Konservatorium Wien University

PL

Diana DMUCHOWSKA
from Medical University of Bialystok
in 2005 (1 year)
to University of Duisburg-Essen (Germany)

Ryszard ZAMORSKI
Vice-Dean
Bydgoszcz University of Technology and Life Sciences

PT

Filipe ARAÚJO
from Catholic University of Portugal
in 1999 (10 months)
to LUMSA University (Italy)

José MARAT-MENDES
Lecturer
New University of Lisbon

RO

Laura Adelina POPA
from Academy of Economic Studies Bucharest
in 2008 (10 months)
to Istanbul University

Ion VISA
Rector
Transilvania University of Brasov

SI

Jure KUMLJANC
from Faculty of Tourism Studies Portorož
in 2007 (6 months)
to University College Birmingham (UK)

Vesna RIJAVEC
Lecturer
University of Maribor

SK

Jana VITVAROVÁ
from University of Žilina
in 2000 (5 months)
to National Institute of Telecommunications, Evry (France)

Jozef RISTVEJ
Vice-Dean for Development and International Relations
University of Žilina

FI

Elina YLIPELKONEN
from Seinäjoki University of Applied Sciences
in 2006
to Protestant University of Applied Sciences Berlin (Germany)

Paula PIETILÄ
Disability Coordinator
University of Turku

SE

Karl-Fredrik AHLMARK
from University of Gothenburg
in 2008 (6 months)
to Loughborough University (UK)

Hans ÅHL
Swedish and Swedish as a second language
Erasmus Intensive Language Course coordinator
Mid Sweden University

UK

Kate SAMWAYS
from Cardiff University
in 2008 (10 months)
to IT Institute for the Disabled in Aveyron (France) and Ca' Foscari University Venice (Italy)

Julia KENNEDY
Erasmus institutional coordinator
Robert Gordon University

HR

Jelena SIMIĆ
from University of Rijeka
in 2010 (4 months)
to University of Wrocław (Poland)

Katica ŠIMUNOVIĆ
Erasmus Faculty coordinator
Josip Juraj Strossmayer University of Osijek

TR

Begum YURDAKOK
from Ankara University
in 2004 (9 months study exchange) and in 2008 (10 months training exchange)
to University of Bologna (Italy) and Karolinska Institut Stockholm (Sweden)

Mr. Mustafa ÇOBAN
Lecturer
Akdeniz University Vocational High School of Health Services

IS

Ásgerður KJARTANSDÓTTIR
from University of Iceland
in 1997 (5 months)
to Umeå University (Sweden)

Guðmundur HÁLFDANARSON
Lecturer
University of Iceland

LI

Gerold BÜCHEL
from University of Liechtenstein
in 2001 (6 months)
to Catholic University of Lyon (France)

Hansjörg HILTI
Lecturer
University of Liechtenstein

NO

Frederik STRAND SARDINOUX
from INSA Toulouse
in 2008 (6 months)
to Norwegian University of Science and Technology

Wolfgang LASCHET
EU Programme coordinator
Norwegian University of Science and Technology

CH

Marco AMHERD
from Zurich University of the Arts
in 2011 ( 10 months)
to CESMD Toulouse (Centre d’Etudes supérieures Musique et Danse)

Antoinette CHARON WAUTERS
Lecturer and International Relations coordinator
University of Lausanne


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website