Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: aucune

Commission européenne

MEMO

Bruxelles, 6 juin 2012

La coopération entre l'Union européenne et le Niger

L'Union européenne prévoit d'allouer €483 millions pour le Niger pour la période 2008-2013 (dans le cadre du 10e Fonds européen de Développement). Les principaux secteurs de coopération sont:

  • le développement rural et la sécurité alimentaire;

  • l'intégration régionale;

  • la gouvernance;

  • l'appui à la réduction de la pauvreté via l'appui budgétaire.

Une somme de €73 millions supplémentaire a été dégagée pour atténuer les risques liés aux crises alimentaires auxquelles le Niger fait face régulièrement.

Ces deux enveloppes financières sont complétées par d'autres programmes qui portent sur l'accès à l'eau et à l'énergie, la sécurité alimentaire ou encore le renforcement de la société civile et de la gouvernance des autorités locales.

Sécurité dans la région

A la demande du gouvernement du Niger, l'UE planifie le déploiement d'une mission civile d'appui aux Forces de sécurité intérieure et à l'Etat de Droit dans le cadre de la Politique de sécurité et de défense commune. Cette mission devrait démarrer ses activités à partir de la fin du mois de juillet 2012.

La Commission européenne finance également plusieurs projets dotés d'une dimension sécuritaire: dans le secteur de la justice par exemple, des projets sont en cours pour appuyer les forces de sécurité intérieure.

D'autres projets ont été lancés en faveur du développement socio-économique au Nord Niger. Un exemple est le "Projet de lutte contre le terrorisme au Sahel (CT Sahel – €6,7 millions)", financé par l'Instrument de stabilité à long terme, qui a démarré il y a quelques mois. Outre le Mali et la Mauritanie, le Niger en est l'un des 3 pays bénéficiaires. Le projet prévoit entre autres la création d'une plateforme de formation, le "Collège sahélien de sécurité - CSS" qui complétera les interventions européennes dans le cadre de la mission Politique de sécurité et de défense de l'UE.

Sécurité alimentaire : Quelques exemples de projets de l'UE

Programme d'appui à la sécurité alimentaire par petite irrigation (ASAPI):

Les résultats de ce projet qui a appuyé 56 communes sont nombreux et variés :

  • 273 km de pistes rurales construites ou réhabilitées pour désenclaver les zones de productions agricoles ;

  • 22.250 personnes disposent d'un accès à une eau de meilleure qualité ;

  • 473 ha de terres ont été aménagés pour la petite irrigation.

  • 10 seuils d'écrêtage ont été réalisés (6 sont encore en travaux);

  • Plus de 15.000 ha (116 sites) protégés contre l'érosion hydrique ou éolienne ont contribué à réduire l'exode rural ;

  • Environ 49 000 ha d'aires de pâturage délimités et 1 465 km de couloirs de passage;

  • Conciliation de plus de 600 conflits liés à la répartition des terrains et la délivrance de plus de 5.300 attestations de transactions foncières ;

  • Grâce à un réseau de 165 banques céréalières de plus de 100 tonnes de stock initial, 50.000 personnes bénéficient d'un approvisionnement de proximité en céréales et à moindre coût ou à crédit au moment de la soudure et du démarrage de la campagne agricole ;

  • 563 Organisations des Producteurs (Comités villageois de Développement, groupements féminins, comités de gestion, etc.) ont été formées, équipées et appuyées dans la mise en œuvre des activités de développement local.

Réponse à la crise alimentaire 2010:

Près de €94 millions ont été mobilisés par la Commission européenne.

  • Appui au Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires: 14,9 millions ont été mis à la disposition de l’Etat sous forme d’appui budgétaire sectoriel en août 2010. Cet appui a permis d’organiser l’opération d’achat direct de céréales auprès des producteurs, de donner un appui aux éleveurs sinistrés, de participer aux travaux de "cash for work" au profit des populations vulnérables. Le nombre de personnes touchées par cette opération était estimé à 700 000.

  • 10 millions a été mobilisés dès le début 2010 afin de soulager les populations d’éleveurs qui ont subi deux mauvaises années pastorales consécutives et d’appuyer les efforts engagés dans la lutte contre la malnutrition aiguë par une opération de prise en charge de la malnutrition modérée.

  • Facilité alimentaire (19,2 millions): Une première tranche de €6 millions a été mise en œuvre dès juillet 2009 pour la prise en charge de la malnutrition aiguë et pour l’extension des zones d’irrigation. 3,2 millions ont été attribués à l'agence Belge de développement CTB et à une ONG (Afrique Verte) pour l'amélioration de la production agricole.

Les 10 millions restants ont été mis en œuvre par différents agences des NU pour la prise en compte de la thématique nutrition sous différents aspects :

  • aspects curatifs : UNICEF (malnutrition aiguë sévère), Programme Alimentaire Mondial (malnutrition aiguë modérée);

  • aspects économiques : l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (production maraichère, jardins scolaires, amélioration de la production);

  • aspects santé : Le Fonds des Nations Unies pour la population (santé de la mère et de l’enfant dans les aspects nutrition et planning familial).

Autres exemples de résultats de projets financés par l'UE

Programme de fourniture d'eau potable: Les travaux de ce projet ont pris fin en 2010. Au total 108 systèmes de pompage solaire ont été réalisés en vue à l'élargir l'accès à l'eau pour environ 240.000 personnes.

Appui aux acteurs non étatiques: 161 projets de promotion des droits humains et de la citoyenneté ont été financés en 2009 et 2010.

Facilités Eau: Le projet Soutien aux Initiatives Communales en Eau et Assainissement (SICEAS) a permis d'améliorer durablement les conditions d’alimentation en eau potable, d’hygiène, d’assainissement et d’environnement dans les écoles du département de Boboye à travers la réalisation de plusieurs investissements dont entre autres: 233 équivalents points d'eau moderne faisant passer le taux de couverture hydraulique dans les écoles de 4 à 27%; 66 forages réalisés dont 37 équipés en pompe à motricité humaine; 140 latrines scolaires construites; 8 latrines communautaires; 500 membres de comités villageois de salubrité formés.

L'aide humanitaire de l'Union européenne au Niger

L'action du service d'Aide humanitaire de la Commission européenne au Niger vise à atténuer les conséquences de la crise alimentaire dans ce pays. Le problème de la malnutrition au Niger étant structurel, l'aide humanitaire de la Commission européenne n'est pas seulement ponctuelle, elle est engagée avant et après la période de crise. Depuis 2005, ce service a alloué 150 millions d'euros au Niger.

L'objectif principal des programmes soutenus par l'Union européenne est de réduire la surmortalité causée par la malnutrition aiguë.

Cet objectif peut être atteint de différentes façons:

  • une meilleure connaissance de la situation nutritionnelle du pays et ses origines;

  • le traitement immédiat et la prévention de la malnutrition;

  • des actions de plaidoyer à l'intention des autorités nationales et des donateurs d'aide au développement.

Quelques exemples de projets soutenus par l'Union européenne:

  • à ce jour, 300 000 enfants malnutris reçoivent un traitement grâce à des fonds de la Commission européenne;

  • l'aide humanitaire européenne finance également l'accès aux soins de base pour les enfants;

  • prévention: afin de lutter contre la malnutrition et pour éviter une détérioration de la situation, des bons d'achat sont distribués aux ménages les plus vulnérables pour leur permettre d'acheter de la nourriture.

La Commission européenne soutient sept organisations partenaires sur le terrain qui travaillent en coordination avec les autorités locales.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site