Navigation path

Left navigation

Additional tools

MEMO/ 11/783

Bruxelle s, le 14 novembre 2011

Questions-réponses sur les additifs alimentaires

Que sont les additifs alimentaires?

Les a dditifs sont des substances utilisées pour diverses raisons (conserver, colorer, édulcorer, etc.) durant la préparation des aliments. La législation de l’Union européenne définit l’additif alimentaire comme « toute substance habituellement non consommée comme aliment en soi et non utilisée comme ingrédient caractéristique dans l’alimentation, possédant ou non une valeur nutritive, et dont l’adjonction intentionnelle aux denrées alimentaires, dans un but technologique, au stade de leur fabrication, transformation, préparation, traitement, conditionnement, transport ou entreposage a pour effet, ou peut raisonnablement être estimée avoir pour effet, qu’elle devient elle-même ou que ses dérivés deviennent, directement ou indirectement, un composant de ces denrées alimentaires ».

Pourquoi utilise-t-on des additifs alimentaires?

Les additifs peuvent être utilisés pour diverses raisons. La législation de l’Union définit 26 «buts technologiques». Les additifs sont notamment utilisés en tant que:

  • c olorants : substances qui ajoutent ou redonnent de la couleur à des denrées alimentaires ,

  • conservateurs : substances qui prolongent la durée de conservation des denrées alimentaires en les protégeant des altérations dues aux micro-organismes,

  • a ntioxydants : substances qui prolongent la durée de conservation des denrées alimentaires en les protégeant des altérations provoquées par l’oxydation, telles que le rancissement des matières grasses et les modifications de la couleur,

  • agents de traitement de la farine : substances qui, ajoutées à la farine ou à la pâte, améliorent sa qualité boulangère .

L es additifs alimentaires sont-ils sûrs?

L’innocuité de tous les additifs alimentaires actuellement autorisés a été vérifiée par le Comité scientifique de l’alimentation humaine (SCF) et/ ou l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Seuls les additifs dont les utilisations proposées étaient considérées comme sûres figurent sur la liste de l’Union européenne.

Étant donné que la plupart des é valuations datent des années 1980 et 1990, voire des années 1970, une réévaluation par l’EFSA de tous les additifs autorisés est plus que nécessaire. Cette réévaluation s’achèvera d’ici l’année 2020 . En fonction des avis de l’EFSA, la Commission peut proposer une révision des conditions d’utilisation actuelles des additifs et, si nécessaire, retirer un additif de la liste.

L e programme de réévaluation a jusqu’à présent entraîné la révision de l’utilisation de trois colorants alimentaires, l’EFSA ayant réduit leur dose journalière admissible (DJA) et estimé que l’exposition humaine à ces colorants pouvait être trop élevée. En conséquence, au début de l’année 2012, le niveau maximal autorisé dans les denrées alimentaires sera réduit pour les colorants E 104 ( j aune de quinoléine ), E 110 (jaune orangé S) et E 124 (Ponceau 4R).

Comment la sécurité d es additifs alimentaires est-elle évaluée?

L ’EFSA évalue l’innocuité des additifs alimentaires à partir d’un dossier qui est généralement fourni par un demandeur (en règle générale, le producteur ou un utilisateur potentiel de l’additif alimentaire). Le dossier doit préciser la dénomination chimique de l’additif, le processus de fabrication, les méthodes d’analyse, la réaction et le devenir de cette substance dans les denrées alimentaires, la raison pour laquelle l’additif est employé, les utilisations proposées et les données toxicologiques.

Les données toxicologiques doivent contenir des informations sur le métabolisme, la toxicité subchronique et chronique, le potentiel carcinogène et génotoxique, la toxicité pour la reproduction ou le développement et, le cas échéant, d’autres études .

À partir de ces données, l’EFSA fixe le seuil en dessous duquel la consommation de cette substance peut être considérée comme sûre, c’est-à-dire la dose journalière admissible (DJA) . L’EFSA étudie parallèlement, en se fondant sur les utilisations proposées pour les différents aliments, si cette DJA peut être dépassée.

Si cette DJA n’est pas dépassée, l’utilisation de l’additif alimentaire est considérée comme sûre.

Est-il possible de consommer des additifs alimentaires dans des quantités dangereusement élevées?

Lorsque l’ EFSA évalue l’exposition possible à un additif alimentaire, elle prend en considération la dose maximale dont l’ajout est demandé dans les différents aliments. Elle suppose de plus que des quantités très élevées de ces denrées alimentaires sont consommées quotidiennement. L’EFSA ne considère l’usage proposé des substances comme sûr que si l’exposition estimée compte tenu des différents aliments reste inférieure à la DJA. Si cette dernière est dépassée, la Commission peut décider de restreindre ou de ne pas autoriser l’emploi de l’additif en question.

Par conséquent, l a présence d’additifs alimentaires doit être considérée comme sans danger, même pour les personnes qui consomment de grandes quantités d’aliments contenant les doses maximales autorisées d’additifs.

Quelles sont les conditions nécessaires à l’autorisation des additifs alimentaires?

Un additif alimentaire ne peut être autorisé que s’il remplit les conditions suivantes:

  • sur la base des données scientifiques disponibles, il ne présente pas de risque pour la santé du consommateur aux doses proposées,

  • i l répond à un besoin technologique valable qui ne peut pas être satisfait par d’autres moyens,

  • s on utilisation n’induit pas en erreur le consommateur et doit présenter un intérêt pour ce dernier.

La décision d’autoriser d es additifs alimentaires peut aussi prendre en compte d’autres facteurs pertinents, tels que l’éthique, les traditions ou l’environnement.

Quel est l’intérêt des additifs pour le consommateur?

La lé gislation de l’Union européenne stipule que les additifs alimentaires doivent présenter des avantages ou un intérêt pour le consommateur et doivent, par conséquent, servir un ou plusieurs des objectifs suivants:

  • con server la qualité nutritive des denrées alimentaires,

  • fournir les ingrédients ou constituants nécessaires à la fabrication de denrées alimentaires destinées à des groupes de consommateurs ayant des besoins nutritionnels particuliers,

  • accroître la capacité de conservation ou la stabilité d’une denrée alimentaire ou améliorer ses propriétés organoleptiques, à condition de ne pas induire le consommateur en erreur,

  • aider à la fabrication, à la transformation, à la préparation, au traitement, à l’emballage, au transport ou à l’entreposage des denrées alimentaires, y compris des additifs, enzymes et arômes alimentaires, à condition que l’additif alimentaire ne soit pas utilisé pour masquer l’emploi de matières premières défectueuses ou le recours à des pratiques non hygiéniques .

Les colorants alimentaires peuvent induire le consommateur en erreur. Pourquoi sont-ils autorisés?

L’utilisation de colorants alimentaires est jugée acceptable s’ils servent les objectifs suivants:

  • rétablir l’ aspect initial des denrées alimentaires dont la couleur a été altérée par la transformation, le stockage , l’emballage et la distribution,

  • amélior er l’attractivité visuelle des denrées alimentaires ,

  • color er les denrées alimentaires normalement incolores .

L’ utilisation des colorants alimentaires ne doit en aucun cas induire le consommateur en erreur. À titre d’exemple, elle ne doit pas donner l’impression que le produit alimentaire contient certains ingrédients qui n’y ont jamais été ajoutés.

Toute substance peut-elle être utilisée comme additif alimentaire?

Seuls les additifs alimentaires répertoriés dans la législation de l’Union européenne peuvent être ajoutés à des denrées alimentaires, dans le respect strict de conditions spécifiques.

Les additifs soulevant des préoccupations d’ordre toxicologique minimales peuvent être ajoutés à la plupart des denrées alimentaires transformées. Il peut s’agir par exemple de carbonate de calcium (E 170), d’acide lactique (E 270), d’acide citrique (E 330), de pectines (E 440), d’acides gras (E 570) et d’oxygène (E 941).

L’emploi d’autres additifs est soumis à des restrictions supplémentaires. À titre d’exemples:

  • la n atamycine (E 235) peut uniquement être utilisée comme conservateur pour le traitement en surface des fromages ou des saucissons et saucisses sèches,

  • l’ acide isoascorbique (E 315) peut uniquement être utilisé comme antioxydant dans certains produits à base de viande ou de poisson,

  • le ferrocyanure de sodium (E 535) peut uniquement être utilisé comme antiagglomérant dans le sel et ses substituts.

L es additifs peuvent-ils être employés dans tous les aliments?

L ’emploi d’additifs est très limité dans certains aliments. Seuls quelques additifs sont autorisés dans les denrées alimentaires non transformées telles que le lait, les fruits et légumes frais, la viande fraîche et l’eau .

Plus un aliment est transformé, plus le s additifs sont autorisés et utilisés. Les confiseries, les amuse-gueules salés, les boissons aromatisées et les desserts font partie de cette catégorie de produits alimentaires très transformés, dans lesquels de nombreux additifs sont autorisés.

Existe-t-il une liste des additifs alimentaires autorisés?

L es additifs autorisés dans les denrées alimentaires et leurs conditions d’utilisation sont répertoriés à l’annexe II du règlement (CE) n° 1333/2008 sur les additifs alimentaires. Seuls les additifs figurant sur cette liste sont autorisés, sous certaines conditions. Ces additifs sont classés en fonction des catégories d’aliments auxquels ils peuvent être ajoutés.

La base de données des additifs alimentaires de la Commission est disponible sur Internet ( https://webgate.ec.europa.eu/sanco_foods/?sector=FAD ).

Cette base de données permet au consommateur ou à l’exploitant du secteur alimentaire de vérifier quels additifs sont autorisés dans un aliment spécifique.

Quelle est la procé dure d’autorisation des additifs alimentaires?

La procédure d’ autorisation des additifs alimentaires est décrite dans le règlement (CE) n° 1331/2008 .

L’emploi d’un additif est généralement autorisé à la suite d’une demande soumise à la Commission européenne par une partie intéressée. En ce qui concerne les nouveaux additifs, la Commission demande à l’EFSA d’évaluer l’ innocuité de la substance. Après que l’EFSA a rendu son avis (dans un délai de neuf mois suivant la demande), la Commission, en consultation avec les experts en additifs alimentaires de tous les États membres, envisage son éventuelle autorisation. Elle tient compte de tous les aspects suivants: évaluation de l’ innocuité , besoin technologique, possibilité d’un usage impropre, et avantages et intérêt pour le consommateur.

Si elle le juge utile, la Commission prépare une proposition en vue de l’éventuelle autorisation de l’additif et la soumet au vote du Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale . Si ce dernier soutient la proposition, elle est présentée au Conseil et au Parlement européen. Ils peuvent encore la rejeter s’ils considèrent que l’autorisation ne respecte pas les conditions d’utilisation énoncées dans la législation de l’Union européenne .

Comment le consommateur est-il informé de la présence d’additifs?

Les additifs présents dans les denrées alimentaires sont étiquetés conformément aux règles énoncées dans la directive 2000/13/CE . Les additifs alimentaires sont des ingrédients alimentaires et doivent être mentionnés dans la liste des ingrédients. Ils doivent être désignés par le nom de leur catégorie fonctionnelle, suivi de leur nom spécifique ou de leur numéro E (p ar exemple, «colorant: curcumine» ou «colorant: E 100»).

Ce numéro E peut être utilisé pour simplifier l’étiquetage des substances, dont la dénomination chimique est parfois compliquée.

Est-il possible de préparer des aliments sans additifs?

Il est effe ctivement possible de préparer des aliments sans additifs. Les additifs n’entrent habituellement pas dans la composition des plats cuisinés chez soi, d’autant plus que la nourriture est en général consommée rapidement. De plus, une préparation domestique altère sans doute moins l’apparence du produit qu’un traitement industriel.

L es produits alimentaires préparés industriellement ne nécessitent pas tous des additifs. Tel est notamment le cas de certains types de pains et de repas préparés, ou de certaines céréales pour petit-déjeuner. La nécessité d’inclure des additifs dépend du processus de production, des ingrédients utilisés, de l’apparence finale, du degré de conservation requis, de la nécessité de protéger le produit contre l’éventuel développement de bactéries nuisibles, du type d’emballage, etc.

I l est par ailleurs intéressant de noter que de nombreux aliments contiennent des substances présentes à l’état naturel qui sont aussi des additifs alimentaires autorisés. Les pommes, par exemple, contiennent les substances suivantes: riboflavines (E 101), caroténoïdes (E 160a), anthocyanes (E 163), acide acétique (E 260), acide ascorbique (E 300), acide citrique (E 330), acide tartrique (E 334), acide succinique (E 363), acide glutamique (E 620) et L-cystéine (E 920).

Quelles ont été les conditions d’approbation des glycosides de stéviol?

Les glycosides de stéviol sont des édulcorants extraits des feuilles de la plante Stevia rebaudiana Bertoni , originaire du Paraguay.

À la suite de la demande présentée à la Commission européenne, l’EFSA a été chargée d’évaluer l’innocuité de cette substance. Dans son avis de mars 2010, l’Agence a conclu que les édulcorants ne sont pas carcinogènes ni génotoxiques, et ne présentent pas de toxicité pour la reproduction ou le développement; elle a établi une dose journalière admissible (DJA) de 4 mg/kg de poids corporel/jour. D’après des estimations prudentes de l’exposition des adultes et des enfants aux glycosides de stéviol, il est probable que la DJA soit dépassée aux doses maximales d’utilisation proposées .

En vue de garantir des conditions d’exposition sûres pour le consommateur, il a été nécessaire de revoir les doses et les utilisations demandées . En conséquence, une consultation supplémentaire a eu lieu avec l’EFSA et les demandeurs, afin de proposer des niveaux qui, tout en étant sûrs, permettent d’utiliser les produits en tant qu’édulcorants.

L’utilisation de la stévia est désormais autorisée, à des niveaux adaptés, dans 31 catégories d’aliments, dont les boissons non alcoolisées, les desserts, les confiseries et les édulcorants de table.


Side Bar