Navigation path

Left navigation

Additional tools

Principales conclusions du rapport de suivi 2011 concernant l'ancienne République yougoslave de Macédoine

European Commission - MEMO/11/689   12/10/2011

Other available languages: EN DE

MEMO/11/689

Bruxelles, le 12 octobre 2011

Principales conclusions du rapport de suivi 2011 concernant l'ancienne République yougoslave de Macédoine

Le 12 octobre dernier, la Commission a adopté le rapport de suivi consacré à l'ancienne République yougoslave de Macédoine, qui fait partie du paquet Élargissement 2011. La Commission a conclu que ce pays continue de remplir de manière satisfaisante les critères politiques et qu'il est prêt à entamer les négociations d'adhésion. Il a poursuivi ses réformes en vue de l'adhésion, même si des défis fondamentaux persistent.

Critères politiques

L'ancienne République yougoslave de Macédoine continue de remplir de façon satisfaisante les critères politiques. Les élections législatives de juin se sont, dans l'ensemble, déroulées dans le respect des normes internationales. La coalition gouvernementale a été rapidement constituée. Des progrès ont été accomplis dans les domaines du pouvoir judiciaire et de l'administration publique, pour ce qui est en particulier du cadre juridique. Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour garantir une mise en œuvre efficace, notamment en ce qui concerne la réforme du pouvoir judiciaire et de l'administration, la lutte contre la corruption et la liberté d'expression dans les médias. Le dialogue entre le gouvernement et l'opposition doit être renforcé afin de garantir le bon fonctionnement des institutions et de permettre au Parlement de jouer pleinement son rôle.

Critères économiques

L'économie a commencé à se redresser au second semestre de 2010, tirée par l'augmentation de la demande extérieure et des investissements dans le secteur de la construction. Le pays a continué de progresser sur la voie de la mise en place d'une économie de marché viable, notamment en facilitant l'enregistrement des sociétés et en poursuivant la simplification du cadre de régulation. Le cap de la stabilité fixé à la politique budgétaire a été maintenu. Le pays devrait être en mesure de faire face à moyen terme aux pressions concurrentielles et aux forces du marché au sein de l'Union européenne, pour autant qu'il mette en œuvre avec détermination son programme de réforme et remédie ainsi aux importantes faiblesses structurelles.

Les lacunes de l'État de droit continuent toutefois d'entraver le bon fonctionnement de l'économie de marché. L'efficience de l'administration publique reste faible et certains organes de régulation et de surveillance ne disposent toujours pas de l'indépendance et des ressources nécessaires pour s'acquitter de leurs tâches de manière efficace. La qualité de la gouvernance budgétaire reste médiocre, en raison du fait que les dépenses publiques sont fortement axées sur le court terme. Les progrès dans la réduction du chômage structurel très élevé sont restés très limités. Les lacunes de l’État de droit continuent d'avoir une incidence négative sur l’environnement dans lequel évoluent les entreprises.

Droit de l'UE

De nouveaux progrès ont été accomplis en matière d'alignement de la législation, des politiques et des capacités administratives sur celles de l'UE, en particulier en ce qui concerne le marché unique (droit des sociétés, services financiers et énergie). Des progrès appréciables ont également été réalisés sur le plan de la sécurité alimentaire et de l'Union économique et monétaire. Des efforts sont actuellement déployés pour répondre à la nouvelle augmentation des demandes d'asile dans les États membres de l'UE.

Les progrès sont restés plus limités dans d'autres domaines, tels que la fiscalité, les marchés publics, ainsi que la politique sociale et l'emploi. Des efforts soutenus sont nécessaires pour renforcer les capacités administratives en vue de la mise en œuvre et du contrôle de l'application de la législation.

UE-ANCIENNE RÉPUBLIQUE YOUGOSLAVE DE MACÉDOINE: DATES-CLÉS

2001: signature de l' accord d'Ohrid; modification de la constitution

Avril 2001: signature de l'accord de stabilisation et d'association (ASA)

Mars 2004: demande d’adhésion à l'UE

Avril 2004: entrée en vigueur de l'accord de stabilisation et d'association (ASA)

Décembre 2005: octroi du statut de pays candidat

Octobre 2009: la Commission recommande l'ouverture de négociations d'adhésion

décembre 2009: exemption de visas pour les ressortissants du pays se rendant dans l'espace Schengen

Pour de plus amples informations, voir:

http://ec.europa.eu/enlargement/press_corner/key-documents/reports_oct_2011_fr.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website