Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

HAITI UN AN APRES: L'action de l'Union européenne en Haïti

Commission Européenne - MEMO/11/10   10/01/2011

Autres langues disponibles: EN

MEMO/11/10

Brussels, 10 January 2011

HAITI UN AN APRES: L'action de l'Union européenne en Haïti

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED
Il y a un an, le 12 janvier 2010, Haïti a été frappé par un séisme dévastateur.

CHIFFRES GLOBAUX

  • 222 750 morts

  • 1.7 million de personnes devenues sans-abri

  • 60% des hôpitaux détruits

  • Environ 5 000 d'écoles détruites (23% du total en Haïti)

  • 3 millions de personnes touchées (presqu'un tiers de la population)

  • Prix total de l'impact environ de 5.9 milliards

Le tremblement de terre a principalement détruit la capitale, Port-au-Prince, et les alentours. Il a frappé les bâtiments gouvernementaux, les infrastructures essentielles et les zones à haute concentration de population.

Avant le séisme, Haïti était déjà l’un des pays les plus pauvres du monde occidental – la majorité des habitants dépendaient de l’aide extérieure pour leur survie quotidienne, le système de santé était sous-développé, les infrastructures routières étaient insuffisantes et le pays marqué par des années de faible gouvernance.

Pourtant, cette situation déjà complexe avant le séisme est devenue encore plus compliquée à la suite de la catastrophe. De plus, pour faire empirer les choses, Haïti a continué d'être affecté par des catastrophes naturelles et épidémies tout au long the 2010 – l'ouragan Tomas, l'épidémie de choléra et l'instabilité politique.

L'aide aux victimes du séisme a donc dûe être effectuée dans un environnement caractérisé par de nombreux défis logistiques, infrastructurels, sociaux, et politiques.

Contrairement à d'autres catastrophes, celle d'Haïti a été unique en raison de la complexité des contraintes causées par le tremblement de terre – la capitale a été détruite, les infrastructures ravagées et les agences gouvernementales et humanitaires sur le terrain ont perdu beaucoup de leur personnel, de leurs ressources et installations.

Cependant, malgré ces défis, les premiers mois de notre engagement humanitaire ont produit des résultats. L'intervention de l'UE était concentrée sur 3 champs principaux – la reconstruction des infrastructures, l'appui à l'Etat et la provision d'abris d'urgence.

La réponse de l'UE: L'UE est le premier bailleur d'Haïti.

L'AIDE IMMEDIATE

Les Etats membres de l'UE ont promis presque €201 millions en aide d'urgence. L'aide humanitaire d'urgence de la Commission européenne s'est élevée à €120 million.

25 pays européens furent impliqués dans les efforts d'assistance du mécanisme de coopération pour la protection civile (MIC). Il comprenait 12 équipes de recherche et sauvetage urbain, 7 équipes d'évaluation, 38 équipes médicales avec des secours, 2 hôpitaux de campagne, 6 stations d'épuration des eaux, 2 334 tentes pour environ 20 000 personnes et un camp de base à la capacité d'accueillir 300 personnes.

RECONSTRUCTION A MOYEN ET A LONG-TERME

A la Conférence internationale des bailleurs qui s’est tenue le 31 mars à New York, les bailleurs ont promis d’apporter une aide de $9.8 billions pour la reconstruction à moyen et à long-terme.

Une promesse européenne unique : L'Union européenne s'est engagée à contribuer à la reconstruction d'Haïti pour un montant de €1.235 milliards. Cette promesse a réuni les engagements de la Commission européenne, de 18 Etats membres et de la Banque européenne d'investissement.

Distribution de l'UE jusqu'à ce jour : Dans le cadre de la promesse unique de l'UE faite à New York, les 18 Etats membres ont promis une somme de €775 millions (l'Allemagne, la Belgique, le Chypre, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, le Finlande, la France, l'Ireland, l'Italie, la Lettonie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, la République Tchèque, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède). La Commission européenne a promis €460 millions ; cette promesse a été augmenté jusqu'à €522 millions. Avant la fin de 2010, les déboursements de l'UE ont atteint €331,9 millions.

Pour réaliser la promesse de l'UE, la Commission et les Etats membres appliquent une méthode de programmation conjointe à l'aide pour la reconstruction. Ce processus a pour but d'améliorer la coordination et d'effectuer un partage des tâches entre des différents acteurs. Une attention spéciale continue d'être accordée aux domaines suivants : les infrastructures, l'accès à l'eau et l'hygiène, l'éducation, la santé, la gouvernance, l'agriculture et le développement rural.

Exemples d'activités de reconstruction par les Etats membres de l'UE :

L'Espagne se concentre sur l'eau et l'épuration à Port-au-Prince et à six autres villes, de plus petites tailles. Ces efforts visent à améliorer la situation des 52% d'Haïtiens qui, selon des estimations, n'ont toujours pas l'accès à l'eau et aux installations sanitaires. La coopération espagnole soutient également les programmes dans les domaines de la gouvernance, de l'agriculture et de l'éducation par son appui au Ministère de l'Education, et sa protection du patrimoine culturel.

La France finance la reconstruction de l'Hôpital universitaire à Port-au-Prince. Elle accorde une concentration particulière à la reconstruction territoriale par la réhabilitation des bidonvilles à Port-au-Prince et l'appui à la réforme cadastrale. La coopération française s'engage aussi pour augmenter l'accès et améliorer la qualité de l'éducation. Pour soutenir la stabilité macroéconomique, la France a fourni de l'appui budgétaire et a mis en œuvre des mesures d'allègement de la dette.

L'Allemagne financera la construction de l'usine hydroélectrique Peligre qui améliora les capacités de production d'énergie d'Haïti et constituera la base pour le développement économique. L'Allemagne va aussi soutenir des projets de reconstructions à la ville de Léogâne.

Les Pays-Bas se concentreront sur la provision de logements et sur l'appui d'activités pour produire des revenus. Cette contribution serait coordonnée par un consortium d'ONG néerlandaises (SHO), en plus des fonds collectés par le public néerlandais et le secteur privé par la collecte de fonds.

L'éducation est une priorité pour l'Espagne, la France, le Finlande et le Luxembourg.

La situation des enfants est en particulier un objet de préoccupation en Haïti depuis le tremblement de terre. La Slovénie finance la construction de services modulaires de mode de garde d'enfant (qui peuvent accueillir jusqu'à 100 enfants).

La réduction de la vulnérabilité d'Haïti aux catastrophes naturelles est essentielle pour une reconstruction durable. Le Royaume-Uni soutient des programmes de réduction de risques et de catastrophes, ce qui comprend des évaluations de dégâts structurels et la reconstruction de logements plus sûrs et d'installations de santé.

L'Espagne, La Finlande, la France, l'Irlande, l'Italie, les Pays-Bas, la Suède et le Royaume-Uni se sont engagé pour l'annulation de dettes pour une somme totale de €149 millions.

L'Espagne, L'Estonie, la Finlande, la France, l'Irlande, la Lettonie et la Suède ont promis des contributions au Fonds de Reconstruction pour Haïti, géré par la Banque mondiale. Le rôle de ce fonds est de financer des projets de reconstruction qui mettent en œuvre le Plan d’action pour le relèvement et le développement national d’Haïti.

La réponse de la Commission européenne

La Commission européenne a répondu dès les premières heures après le séisme ; elle a envoyé des experts en protection humanitaire et civile sur place et s'est engagée pour donner une somme immédiate de €3 millions.

L'AIDE HUMANITAIRE

  • L'aide humanitaire d'urgence de la Commission constitue €120 millions au total.

  • Bénéficiaires : environ 4 millions de personnes.

  • Secteurs d'intervention : la provision d'abris, la gestion de camps, des provisions non-alimentaires, de l'eau, l'épuration et l'hygiène, la santé et l'orthopédie, la nutrition, l'aide alimentaire, la coordination et la logistique/les télécommunications, la protection et la prévention de risques et de catastrophes.

PROTECTION CIVILE

  • 25 pays européens ont été impliqués dans les efforts conjoints d'assistance dont l'aide a été coordonnée par le mécanisme de coopération pour la protection civile de l'UE (MIC).

  • Trois équipes de protection civile de l'UE, qui sont déployées sur le terrain pour coordonner l'assistance européenne, pour effectuer des évaluations des besoins et pour soutenir les efforts internationaux d'assistance, ont directement mis en place une station d'épuration des eaux et cinq postes médicaux avancés avec une salle d'opération.

RECONSTRUCTION A MOYEN ET A LONG-TERME

A long-terme, les interventions de la Commission européenne sont concentrées sur les infrastructures et l'appui à l'Etat, ce qui correspond aux priorités des autorités haïtiennes.

A New York, la Commission européenne a promis €460 millions pour soutenir le gouvernement et son Plan d’action pour le relèvement et le développement national d’Haïti. Cette promesse financière a été augmentée par la suite jusqu'à €522 million.

Plusieurs programmes sont soit actuellement en cours, soit sur le point d'être lancé. Les déboursements en 2010 ont atteint €74 millions. Il est prévu que les déboursements en 2011 atteignent jusqu'à €150 millions. Les programmes de développement et de reconstruction se déroulent sur des périodes d'exécution qui durent plusieurs années et les activités des programmes sont mise en place progressivement. Ainsi, les déboursements effectués s'étendent à travers toute la durée du programme selon le progrès des activités.

Promesse globale de la Commission européenne à New York pour l'aide à long-terme

Année

Engagements

Déboursements

2010

327 M€

74 M€

2011*

195 M€*

150M€*

2012 onwards

-

298M€*

Total

522 M€

522 M€

*Projection

Karel De Gucht, le Commissaire responsable pour le Développement et l'aide humanitaire lors du séisme, a visité Haïti quelques jours après. Par la suite, la Haute Représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Cathy Ashton, la Commissaire chargée de la Coopération internationale, de l'Aide humanitaire et de la Gestion des crises, Kristalina Georgieva, le Commissaire responsable pour le développement, Andris Piebalgs, et le Commissaire au Marché intérieur et aux Services, Michel Barnier, se sont rendus en Haïti pendant les premiers mois après le séisme.

Les études de cas suivantes soulignent les principaux programmes de la Commission européenne sur le terrain en Haïti depuis le tremblement de terre. Les contrats et les projets sont toujours en cours. Tous les chiffres présentés sont soit les chiffres finaux, soit des projections pour les actions en cours.

Aide alimentaire

Le tremblement de terre en janvier 2010 a touché plus de troos millions de personnes.

La réponse humanitaire de la Commission, avec €33.6 millions consacrés à l'aide alimentaire, bénéficiera au total à environ 4 millions d'Haïtiens.

Les activités effectuées par la Commission et ses partenaires comprennent :

  • L'aide alimentaire : la distribution de plus de 67 000 tonnes de nourriture

  • La provision de "plats cuisinés"

  • Le traitement et la prévention de la sous-alimentation aiguë dans les camps

  • Un programme "d'Argent contre Travail" sans précédent (qui permet aux Haïtiens de gagner un emploi tout en reconstruisant leur communauté), qui met l'accent sur l'enlèvement des décombres, la prévention de risques et la protection des moyens d'existence aux niveaux national et communautaire

  • Des bons pour fournir l'accès à la nourriture vendue sur les marchés

  • L'appui au rétablissement agricole (graines et outils)

  • L'alimentation supplémentaire pour les enfants de moins de 5 ans (l'alimentation générale pour éviter la sous-alimenation)

  • La promotion de l'allaitement

  • Un programme nutrititionnel pour les moins de 5 ans, les femmes enceintes et les mères allaitantes.

L'aide à la reconstruction de logements

Le séisme en janvier a laissé plus de 1.7 millions de personnes sans abri. Immédiatement après, la Commission européenne a aidé à fournir des abris d'urgence à 1.5 millions de personnes en distribuant des tentes, des matériaux de construction, et en construisant des abris provisoires. Elle a également fourni des objets essentiels non-alimentaires comme des jerricanes, des couvertures, des ustensiles de cuisine et des moustiquaires.

Alors que des camps improvisés apparaissaient, la Commission européenne a également aidé à les gérer – en faisant des plans de sites, en les organisant et en collectant des données pour la protection. Au total, €38.4 millions du financement humanitaire ont été consacrés aux abris.

A plus long-terme, la Commission européenne s'est engagée à améliorer la situation de personnes déplacées qui vivent dans des camps et sous des abris provisoires. Elle va fournir à des kits permettant de construire des logements en bois pouvant résister aux ouragans et aux tremblements de terre à plus de 20 000 de familles. Ces logements ont vocation à pouvoir résister pendant plusieurs années – ce qui fournirait plus de sécurité aux familles que les tentes. Dans les cas où cela est possible, de jeunes Haïtiens des bidonvilles seront impliqués dans la construction de ces maisons dans le cadre des programmes d'"Argent contre Travail".

Reconstruction des infrastructures principales

A la suite du séisme, le piteux état des routes haïtiennes constituait l'un des défis les plus importants pour les efforts d'assistance. Après des décennies de dégradation (en 2004, seulement 5% des routes dans le pays ont été qualifiées comme en bon état), il était très difficile de traverser le pays pour distribuer l'aide où elle était exigée.

La route de 200 km entre Port-au-Prince et Cap Haïtien (la deuxième ville d'Haïti) est un axe essentiel entre le nord et le sud du pays. En Janvier, le trajet entre les deux villes prenait plus de huit heures. Actuellement, grâce à un programme de la Commission européenne, cette durée sera diminuée à seulement 3 heures.

La première partie de la route (entre Port-au-Prince et Mirebalais) a été achevée, ce qui permet une hausse de 200% du nombre de personnes et de véhicules commerciaux qui voyagent entre les deux villes. La reconstruction de la seconde partie entre Mirebalais et la ville de Hinche est en cours. Au total, la Commission européenne investira €160 million de fonds supplémentaires dans le réseau routier haïtien.

Des projets routiers à cette échelle ont pour résultat l'amélioration des perspectives économiques dans les environs, ce qui permet aux entreprises locales de transporter leurs marchandises à travers le pays et d'accéder à des marchés qui leur seraient, autrement, inaccessibles.

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED
(Les contrats et les projets sont toujours en cours. Tous les chiffres présentés sont soit les chiffres finaux, soit des projections pour les actions en cours).

La réponse face à l'épidémie de cholera

Les chiffres

A compter du 01/01/11

Estimations

Nombre de morts dans le pays

3 651

Nombre d'admissions dans des hôpitaux dans le pays

95 039

Somme totale de cas dans le pays

171 304

La fourniture d'eau, de traitement médical et de centres sanitaires (€22 millions)

€12 millions ont été réalloués sur les financements prévus + €10 millions ajoutés sur la base d'une décision additionnelle.

  • La Commission européenne a rapidement réagi à l'épidémie de choléra, et elle a fourni l'accès à l'eau potable à plus de 650 000 de personnes.

  • Elle a également contribué à la provision de traitements pour plus de 158 000 de personnes sous la forme d'assistance médicale, de kits anti-choléra, de médicaments, ainsi que des objets simples mais essentiels tels que le savon. La promotion de l'hygiène et la sensibilisation au choléra ont profité plus d'un million de personnes.

  • Grâce au financement de la Commission européenne, plus de 894 000 de personnes ont pu bénéficier des installations sanitaires, de la construction de latrines, de douches et d'éviers.

(Les contrats et les projets sont toujours en cours. Tous les chiffres présentés sont soit les chiffres finaux, soit des projections pour les actions en cours.)

Pour savoir plus à propos des activités de la Commission européenne en Haïti, vous pouvez visiter : http://europa.eu/press_room/press_packs/haiti/index_en.htm, et pour l'aide humanitaire:

http://ec.europa.eu/echo/aid/caribbean_pacific/haiti_earthquake_en.htm


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site