Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN

MEMO/10/674

Brussels, 13 Décembre 2010

FACHSHET EPIDEMIE DE CHOLERA EB HAITI

1. Derniers chiffres disponibles

Au 06/12/2010

Estimations

Nombre de décès dans le pays

2 193

Nombre d'hospitalisations dans le pays

46 749

Nombre total de cas dans le pays

99 595

Rapport du Ministère de la Santé Publique, données épidémiologiques, 6 décembre 2010

Un agent communautaire de Grande Saline réhydrate un malade du choléra-ACTED

Dans la salle de récupération des enfants à l'hôpital L'Estere. 28/10/2010. Photo:
B. Garlaschi/Croix Rouge espagnole

2. Contexte

Haïti et toute l'île d'Hispaniola connaissent leur première épidémie de choléra depuis près de 100 ans Le premier cas de choléra est apparu le 19 octobre 2010. Au début, la majorité des cas provenaient du bassin fluvial de l'Artibonite, entre Mirebalais et Saint-Marc. Le 21 octobre 2010, le choléra a été confirmé par des tests en laboratoire. Il est probable que le fleuve Artibonite soit à l'origine de l'épidémie.

Les dix départements sont désormais touchés, particulièrement ceux de l'Artibonite, du Nord, du Nord-Ouest et de l'Ouest ainsi que la ville de Port-au-Prince. Au 30 novembre, onze cas de choléra avaient été détectés en République Dominicaine.

Le nombre d'admissions hospitalières et le taux de mortalité semblaient se stabiliser dans les régions les plus affectées (Artibonite, Port-au-Prince, Nord-Ouest, Centre). Le taux de mortalité reste haut dans les régions plus récemment affectées (Grande Anse, Sud-Est et Nord-Est).

http://www.healthmap.org/en/ - 07/12/2010

3. Priorités immédiates de l'aide humanitaire

  • Au 3 décembre, 54 CTC et 102 CTU sont maintenant opérationnels. On estime que la capacité en lits de ces centres est respectivement de 4.681 et 1.222. Cependant, il y a toujours un urgent besoin de plus de Centres et d'Unités de Traitement du Choléra et (CTC/CTU), de Postes de Réhydratation Orale (ORS), de plus fournitures et de personnel formé pour les traitements. La capacité à augmenter le volume des opérations est le plus grand défi pour tous les acteurs.

  • Le système de santé publique est débordé pour faire face à l'augmentation rapide du nombre de nouveaux cas et la coopération internationale, essentiellement MSF et les Brigades cubaines, fait face aux cas recensés.

  • L'approvisionnement, la gestion des cadavres et des excréments et le transport des malades posent un problème majeur.

  • Au niveau départemental, il y a un besoin urgent d'un soutien épidémiologique supplémentaire, en particulier au travers d'équipes sociales mobiles de proximité.

  • Les besoins en lits, en lactate de Ringer, en antibiotiques, en cathéters intraveineux et en sacs mortuaires sont mis à jour régulièrement.

  • L'accès à l'eau potable pose un problème majeur. La distribution de quantités supplémentaires de tablettes de purification d'eau, de sachets de sels de réhydratation orale et de chlore en poudre pour la chlorination de l'eau dans des zones prioritaires est essentielle.

  • Les CTCs/CRUs doivent veiller en priorité à la qualité adéquate de l'eau et à l'assainissement (gestion des déchets biologiques). Des experts dans le secteur Eau Assainissement Hygiène (WASH) sont indispensables dans les plus brefs délais.

  • La DINEPA (Direction Nationale de l'Eau Potable et de l'Assainissement) souligne le besoin en promoteurs à l'hygiène.

  • L'Organisation panaméricaine de la santé (PAHO) prévoit l'apparition de 400 000 cas symptomatiques dans les mois à venir. La mise à disposition d'eau potable et d'assainissement est le seul moyen de réduire ces chiffres.

4. Principaux défis pour l'assistance internationale

Les événements actuels en Haïti ont des conséquences très sérieuses sur les opérations humanitaires. A cause de la violence qui empêche les centres de traitement du choléra de fonctionner et le personnel médical de circuler librement, les personnes affectées par le choléra n'ont plus accès à un traitement de survie.

La violence empêche également la distribution d'eau potable et d'autres services de base aussi bien aux communautés affectées par le choléra qu'aux nombreux camps de tentes qui servent encore d'abris à plus d'un million de personnes affectées par le tremblement de terre du 12 janvier.

Plus l'insécurité persiste et plus les chiffres risquent d'augmenter massivement. La situation est particulièrement préoccupante dans les zones où l'attaque du choléra et les taux de mortalité sont très élevés à l'heure actuelle.

Le choléra étant une maladie inconnue pour le personnel de santé local et la population, les capacités techniques font défaut et la peur grandit au sein de la population.

Malgré un soutien massif de la communauté internationale, le système de santé publique est débordé. Une aide internationale supplémentaire est nécessaire de toute urgence pour couvrir les besoins croissants en matière de santé, d'eau, d'assainissement, d'hygiène et de logistique.

On s'attend à ce que l'épidémie atteigne son niveau maximal dans les prochaines semaines et qu'elle décline ensuite lentement à partir du début de l'année prochaine. Le choléra restera alors endémique pendant les prochaines années.

5. Réponse humanitaire de la Commission

La Direction Générale de l’aide humanitaire et de la protection civile de la Commission européenne (ECHO) dispose d'un bureau à Port-au-Prince.

ECHO consacre actuellement 12 millions d'euros à la signature de nouveaux contrats et à l'adaptation de contrats existants avec les ONG humanitaires dans les zones touchées.

La stratégie de la DG ECHO est triple:

  • Curative strategies:<}85{>Stratégies curatives:<0} {0>training of health staff, support of cholera treatment centres (CTC, CTU) and Oral Rehydration Points, referral system for patients, supply chain for medical products.<}85{>formation du personnel de santé, soutien des centres et unités de traitement du choléra (CTC, CTU) et des points de réhydratation orale, système d'orientation des patients, chaîne d'approvisionnement en médicaments.

  • Stratégies préventives: intensification des services existants par le biais de partenaires: promotion de l'hygiène (en insistant sur la chloration de l'eau dans les habitations et aux points d'eau, la désinfection des toilettes dans les camps, l'information et la communication sur le choléra), distribution de savons, d'aquatabs et de sels de réhydratation orale, extension de la fourniture d'eau chlorée par camion.

  • Soutien du système de surveillance épidémiologique et de la coordination sanitaire au niveau départemental et à Port-au-Prince.

Présence des partenaires humanitaires d'ECHO en Haïti

6. Réponse de la Commission en matière de protection civile

La DG ECHO a déployé une équipe de protection civile de l'UE (EUCP) depuis le 24/11, avec une durée de mission de 3 semaines. L'équipe est composée de trois experts venant de Belgique, France et Suède; d'un épidémiologiste du Centre européen pour la prévention et le contrôle des épidémies (ECDC); de deux membres de l'EUTAC Johanniter (Allemagne) apportant un support en communications et logistique et une aide technique à l'équipe, et d'un officier de liaison du MIC.

Les objectifs de cette équipe sont :

  • facilitation de la coordination de l'aide envoyée par les Etats participants,

  • aide aux autorités haïtiennes pour l'évaluation de la situation,

  • conseils aux autorités sur l'accès à l'eau et à l'hygiène, le contrôle de qualité de l'eau et la gestion des déchets des unités de soins,

  • concertation et conseils à la protection civile haïtienne et aux services municipaux,

  • concertation et conseils aux autorités et aux autres organisations concernées sur place, en particulier avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la DINEPA et le COUN (Centre d'Opérations d'Urgence Nationale).

L'équipe est entrée en contact avec la DINEPA et suit la situation de près en étroite coordination. Les domaines principaux sont : la distribution d'eau potable, d'aquatabs et de savon, la chlorination de réservoirs d'eau et des unités de traitement de l'eau.

Une partie de l'équipe est en mission de terrain avec des représentants de la DINEPA en Artibonite (vallée du fleuve Artibonite), avec pour objectif d'identifier des sites appropriés pour l'installation d'unités de purification d'eau. Leur évaluation montre que chaque village visité le long de l'Artibonite a besoin : 1. de latrines et de traitement des déchets; 2. d'unités de purification de l'eau, en particulier un système d'"osmose inversée" à cause de l'eau saumâtre; 3. d'un système de distribution de l'eau de l'unité de purification vers le groupe cible.

Une deuxième mission de terrain centrée sur les questions médicales a été effectuée à St Marc et à Gonaives, pour visiter les CTC et les CTU.

Les Etats participants devraient se focaliser sur l'eau et l'assainissement (eau saine, sels de réhydratation orale, poudre ou granulés chlorés pour la purification de l'eau, gestion des déchets) et l'aide médicale (équipes médicales, médecins, infirmières, équipements médicaux).

L'Autriche a offert 1.008.000 Aquatabs Oasis 67mg (1 Aquatab purifie 5 à 10 litres d'eau). L'offre a été acceptée par la DINEPA. L'avion qui les transporte est parti pour Haïti le 6 décembre.

La France a livré trois tonnes de médicaments et d'équipement médical qui ont été acceptés par l'hôpital universitaire de Port-au-Prince. L'aide a été acheminée par trois avions les 24, 25 et 29 novembre.

L'Italie a offert quatre Kits Inter Agence de Maladies liées à la Diarrhée (IDDK) et de l'équipement médical ainsi que du matériel pour le traitement du choléra (en tout, 9,5 tonnes de matériel). L'offre a été acceptée par la PAHO et devait arriver en Haïti le 7 décembre.

La Belgique a offert 2 unités de purification de l'eau 4m³/h et 10m³/h. L'équipe EUCP sur place travaille avec la DINEPA pour les arrangements nécessaires à la réception et l'installation de ces unités. La Belgique va demander l'aide de la Commission pour le transport, l'aide devrait partir pour Port-au-Prince à la fin de la semaine.

7. Réponse des autres services de la Commission

Des experts du centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) ont été déployés à Port-au-Prince depuis le 13 novembre pour y soutenir les actions d'ECHO. Cette agence de l'UE, qui fait rapport à la DG SANCO, est spécialisée dans les maladies transmissibles et l'évaluation des risques pour la santé. Les experts, qui travaillent en étroite collaboration avec l'équipe d'ECHO sur place, évalueront les besoins supplémentaires et définiront une stratégie de soutien européen au système de surveillance épidémiologique. De plus, ECDC a identifié et facilité le déploiement d'experts européens en épidémiologie et en logistique pour des missions de terrain avec l'OMS/PAHO.

Leur mission est d'évaluer les besoins éventuels d'équipes suivantes de l'ECDC en termes de taille, d'expertise et de durée. Ces équipes devraient inclure de la lotistique comme le logement, le transport, l'administration, la communication, la sécurité et la finance.

La Délégation de l'Union européenne à Port-au-Prince soutient l'approvisionnement en fournitures médicales au travers du PAHO/PROMESS (Program for Essential Medicine and Supplies).

8. Réponse des États membres de l'UE

Au 10/12/2010

 

Commitments in 14pts

 

Cash

In-kind

Total

Pledges (2)

Total financial
contributions

 

A

B

 

B

A + B

AUSTRIA

 

 

0 €

PM

 

BELGIUM

 

 

0 €

 

BULGARIA

 

 

0 €

 

CYPRUS

 

 

0 €

 

CZECH REPUBLIC

 

 

0 €

 

DENMARK

134.131 €

 

134.131 €

 

134.131 €

ESTONIA

 

 

0 €

 

FINLAND

800.000 €

 

800.000 €

 

800.000 €

FRANCE (1)

331.500 €

65.000 €

396.500 €

 

396.500 €

GERMANY

826.500 €

 

826.500 €

 

826.500 €

GREECE

 

 

HUNGARY

 

 

IRELAND

 

 

PM

 

ITALY

100.000 €

 

100.000 €

 

100.000 €

LATVIA

 

 

LITHUANIA

 

 

LUXEMBURG

67.511 €

 

67.511 €

 

67.511 €

MALTA

 

 

NETHERLANDS

500.000 €

 

500.000 €

 

500.000 €

POLAND

 

 

PORTUGAL

 

 

ROMANIA

 

 

SLOVAK REPUBLIC

 

 

SLOVENIA

 

 

SPAIN

2.500.000 €

140.000 €

2.640.000 €

 

2.640.000 €

SWEDEN (2)

2.827.582 €

 

2.827.582 €

3.300.330 €

6.127.912 €

UNITED KINGDOM

5.822.292 €

 

5.822.292 €

 

5.822.292 €

TOTAL

13.909.516 €

205.000 €

14.114.516 €

3.300.330 €

17.414.846 €

(1) €331,500 (cash and in-kind): cholera outbreak + hurricane Tomas

(2) cash: of which €2,214,326 for cholera outbreak and hurricane Tomas

Pour de plus amples informations:

http://ec.europa.eu/echo/index_fr.htm


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site