Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

MEMO/10/638

Bruxelles, le 2 décembre 2010

Enquête Eurobaromètre: perception par les employeurs de l’aptitude à l’emploi de la main- d’œuvre diplômée

Aptitudes et compétences: importance et satisfaction

Les aptitudes et compétences abordées dans l’enquête ont pratiquement toutes été considérées très importantes ou assez importantes dans le recrutement de travailleurs diplômés de l’enseignement supérieur. Parmi les aptitudes de haut niveau, c’est la capacité de travailler en équipe qui est jugée la plus importante (67%), suivie des aptitudes spécifiques au secteur, des facilités de communication, des connaissances en informatique, de la capacité d’adaptation à des situations nouvelles, des aptitudes de lecture et d’écriture et des capacités d’analyse et de résolution des problèmes. Entre 58% et 67% des employeurs interrogés considèrent qu’il est très important pour les travailleurs nouvellement recrutés de posséder ces aptitudes.

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Importance des diverses aptitudes et compétences dans le recrutement de diplômés de l’enseignement supérieur – TOTAL

Si les employeurs titulaires d’un diplôme étaient moins enclins à souligner l’importance de la connaissance de langues étrangères dans les recrutements actuels (aptitude jugée «très importante» par 33% des recruteurs et «assez importante» par 34% d’entre eux), 30% des employeurs ont tout de même déclaré que la maîtrise des langues étrangères est la compétence désormais la plus recherchée. Autrement dit, les compétences linguistiques étaient, pour les futurs diplômés, le critère qui prévalait sur la capacité à s’adapter à des situations nouvelles (27%) et sur les compétences de programmation et d’organisation (23%). Cette tendance a été la plus observable dans les entreprises dont l’activité suppose de très nombreuses transactions internationales au quotidien. Pour 48% d’entre elles, la connaissance de langues étrangères serait la compétence la plus importante à l’avenir.

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Diplômés de l’enseignement supérieur recrutés au cours des 3 à 5 dernières années possédant les compétences requises pour travailler dans les entreprises ayant participé à l’enquête – TOTAL

Concernant l’importance qu’ils accordent aux diverses aptitudes et compétences des travailleurs, les employeurs partagent le même avis. Dans leur grande majorité (89%), les employeurs – qui ont recruté des diplômés universitaires au cours des cinq dernières années – ont reconnu que ces personnes possédaient les qualifications requises pour travailler dans leur entreprise. Les niveaux généraux de satisfaction se situaient entre 80% pour les aptitudes décisionnelles et 91% pour les compétences informatiques.

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED
Diplômés de l’enseignement supérieur recrutés au cours des 3 à 5 dernières années possédant les compétences requises pour travailler dans les entreprises ayant participé à l’enquête – TOTAL

Aptitudes et compétences requises des futurs diplômés

Les qualifications de base jugées les plus importantes par le plus grand nombre d’employeurs que les futurs diplômés de l’enseignement supérieur devraient posséder concernent notamment les domaines du calcul, de la lecture et de l’informatique.

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Avis sur les aptitudes et compétences attendues des diplômés de l’enseignement supérieur pour les 5 à 10 prochaines années – TOTAL

Les chargés du recrutement dans le secteur industriel avaient davantage tendance, dans une proportion de 40%, à souligner l’importance des compétences linguistiques à l’avenir, contre 15% pour les employeurs d’autres secteurs comme, par exemple, le secteur public. Il était prévisible que les employeurs diplômés opérant sur les marchés internationaux allaient reconnaître majoritairement la connaissance de langues étrangères comme un atout d’importance pour les candidats diplômés de l’enseignement supérieur (48% pour ceux d’entre eux dont plus de la moitié des tâches suppose de composer avec des personnes de cultures différentes, contre 18% si aucun contact international n’est prévu).

Importance de l’établissement d’enseignement supérieur

Selon plus de la moitié des employeurs interrogés (55%), les travailleurs titulaires d’une licence répondent le mieux aux besoins de compétences de leur entreprise. Si 35% considéraient que le diplôme le plus approprié était la maîtrise, 3% seulement pensaient qu’il fallait un doctorat pour satisfaire au mieux aux exigences de leur entreprise. Plus de 9 employeurs diplômés sur 10 interrogés ont affirmé connaître la différence entre une licence et une maîtrise. Ces résultats montrent de manière probante que la nouvelle structure de l’enseignement supérieur introduite par le processus de Bologne est reconnue par les employeurs européens.

L’expérience professionnelle, un atout essentiel pour les postulants

Outre l’éventail des aptitudes susmentionnées, l’expérience professionnelle est un autre facteur important aux yeux des recruteurs. Dans l’ensemble, 87% des employeurs diplômés se sont accordés à reconnaître que l’expérience professionnelle est un argument essentiel en faveur des postulants. C’est donc très logiquement que les employeurs, interrogés sur la manière pour les universités d’améliorer l’aptitude à l’emploi de leurs diplômés, ont le plus souvent désigné les stages dans le secteur concerné comme une composante obligatoire des programmes d’études. L’intégration de la pratique dans l’enseignement théorique était le deuxième choix le plus souvent sélectionné. L’un de ces deux choix a été retenu par 66% des répondants.

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Avis sur l’expérience professionnelle des postulants – TOTAL

Les stages et les séjours d’études à l’étranger étaient hautement appréciés par environ un employeur sur cinq, voire un sur quatre, alors que 29% des employeurs interrogés ont déclaré être «totalement d’accord» ou «assez d’accord» sur l’importance capitale pour les postulants diplômés d’avoir accompli un stage en entreprise à l’étranger, et que 24% partageaient le même avis sur les études à l’étranger. Les employeurs du secteur industriel apprécient plus particulièrement l’expérience professionnelle acquise à l’étranger. C’est dans une proportion de 38% que ces employeurs ont reconnu qu’il était très important ou assez important d’avoir effectué un tel stage. L’intérêt des études à l’étranger a été particulièrement souligné par les employeurs titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur entretenant des relations au niveau international. Un tiers environ des employeurs (32%) dont les activités impliquent plus de 50% de relations internationales au quotidien ont affirmé qu’il était très important ou assez important pour les postulants diplômés d’avoir accompli des études à l’étranger.

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

De l’importance d’avoir accompli un stage en entreprise à l’étranger

Bien que l’importance de l’expérience professionnelle en général (acquise à l’étranger ou non) ait été jugée prédominante par la plupart des employeurs de l’échantillon enquêté, il ne faut pas perdre de vue que la mobilité d’apprentissage peut contribuer à valoriser les compétences particulières recherchées par les employeurs (comme la capacité de travailler en équipe, les aptitudes de communication, la capacité de s’adapter à des situations nouvelles) ainsi que les qualifications jugées plus importantes à l’avenir (connaissance de langues étrangères).

Coopération avec les universités

En revanche, les avis, étaient partagés quant à l’importance de coopérer avec les établissements d’enseignement supérieur à la conception des études et à l’élaboration des programmes d’enseignement. Interrogées sur la fréquence de leur collaboration avec les universités, 14% seulement des entreprises ont affirmé collaborer très ou peu fréquemment avec les universités dans la conception des programmes d’enseignement. Pratiquement 6 employeurs diplômés sur 10 ont avoué n’avoir jamais coopéré avec des universités sur ce plan. Toutefois, la coopération s’est concrétisée plus souvent pour le recrutement de diplômés universitaires. Invités à se prononcer sur la meilleure manière de coopérer avec les universités, les employeurs ont affiché manifestement une préférence pour les programmes d’apprentissage (52%), ensuite pour le recrutement direct dans les universités (32%).

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Avis sur les meilleures manières de coopérer avec les établissements d’enseignement supérieur en matière de recrutement – TOTAL

Plus d’un employeur sur quatre aussi embauche des travailleurs d’autres pays européens

Plus d’un quart des employeurs interrogés (27%) ont embauché des travailleurs diplômés de l’enseignement supérieur originaires d’autres pays européens et un cinquième des employeurs (18%) ont recruté des diplômés de pays extérieurs à l’Europe.

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Motifs de recrutement de diplômés de l’enseignement supérieur originaires d’autres pays – TOTAL

Nombreux sont les répondants (41%) qui ont déclaré avoir recruté des diplômés d’autres pays parce qu’ils recherchaient les meilleurs talents disponibles, tandis que 15% d’entre eux ont justifié cela en arguant que les diplômés des autres pays possédaient une forte déontologie. Un peu plus d’un quart des employeurs interrogés (27%) ont embauché des diplômés de l’enseignement supérieur d’autres pays parce qu’ils avaient besoin d’une main-d’œuvre internationale.

Méthode d’enquête et d’échantillonnage

La présente enquête Flash Eurobaromètre «Perception par les employeurs de l’aptitude à l’emploi des diplômés» (No 304) fait le point sur les besoins et les perceptions des recruteurs diplômés au travers de l’analyse des avis du personnel de direction des entreprises comptant 50 salariés au moins dans un éventail de secteurs d’activités économiques, publics et privés. L’enquête couvre 27 États membres, plus la Norvège, l’Islande, la Croatie et la Turquie. Les entreprises ciblées dans cette étude ont embauché des diplômés de l’enseignement supérieur au cours des cinq dernières années ou envisagent de le faire au cours des cinq prochaines années. Dans l’ensemble, 7036 entreprises ont été interrogées entre le 30 août et le 7 septembre 2010.

Figures and graphics available in PDF and WORD PROCESSED

Recrutement de diplômés de l’enseignement supérieur – TOTAL

Deux tiers environ (68%) des employeurs participant à l’enquête ont recruté des diplômés de l’enseignement supérieur au cours des cinq dernières années et prévoient d’en recruter au cours des cinq prochaines années. Plus d’un tiers (35%) des répondants ont estimé qu’un cinquième de leur personnel appartenait à ce type de diplômés. Si les entreprises participant à cette enquête ont recruté ce genre de travailleurs diplômés parmi une diversité de domaines d’enseignement, les domaines de qualification les plus fréquemment évoqués sont la technique, le commerce ou l’économie (54-55% des entreprises). Les entreprises interrogées relevaient majoritairement du secteur industriel, ensuite du secteur des services privés et publics. Plus de 4 répondants sur 10 (42%) ont estimé qu’au moins 10% de leurs opérations quotidiennes supposaient de négocier avec des personnes d’autres pays, alors que 26% de ces entreprises ont déclaré n’être jamais en relation avec des personnes de l’étranger.

Pour en savoir plus:

Enquête Eurobaromètre sur la perception des employeurs de l'employabilité des diplômés


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website