Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN DE

MEMO/10/581

Bruxelles, le 16 novembre 2010

Déclaration du Président Barroso sur le budget de l'UE pour 2011

Je suis extrêmement déçu par l'échec des négociations entre le Conseil et le Parlement européen sur le budget 2011. Nombreux sont ceux qui au Parlement européen et au Conseil ont travaillé sans relâche pour trouver un compromis. Je voudrais aussi saluer tout particulièrement les efforts déployés par le commissaire Lewandowski et par la présidence belge. Je regrette qu'un petit nombre d'États membres n'ait pas été disposé à négocier dans un esprit européen. En effet, compte tenu de l'état avancé des négociations et des progrès réalisés, une solution aurait dû être possible la nuit dernière.

Toutes les parties concernées doivent à présent montrer leur sens des responsabilités et œuvrer aussi rapidement que possible pour trouver une solution acceptable.

Ceux qui pensent avoir remporté une victoire sur «Bruxelles» se sont tiré une balle dans le pied. Ils devraient savoir qu'ils ont porté un coup aux populations de l'Europe tout entière et des pays en développement. Ce n'est pas un budget pour «Bruxelles». Ce sont les bénéficiaires des programmes de l'UE (à savoir les citoyens, les entreprises, les villes, les communes, les régions et les communautés rurales) qui vont ressentir les conséquences de cet échec à trouver un accord.

En vertu du traité de Lisbonne, tant que le budget n'est pas adopté, les institutions de l'UE devront travailler sur la base du système des «douzièmes provisoires», chaque chapitre du budget étant alimenté dans la limite du douzième des crédits qui lui ont été alloués en 2010.

J'ai demandé à M. Lewandowski de présenter dans les plus brefs délais un nouveau projet de budget de l'UE pour 2011 qui permette de réaliser les objectifs de l'Europe.


Side Bar

Mon compte

Gérez vos recherches et notifications par email


Aidez-nous à améliorer ce site