Navigation path

Left navigation

Additional tools

Principales conclusions du rapport de suivi concernant l'ancienne République yougoslave de Macédoine

European Commission - MEMO/10/556   09/11/2010

Other available languages: EN DE

MEMO/10/556

Bruxelles, le 9 novembre 2010

Principales conclusions du rapport de suivi concernant l'ancienne République yougoslave de Macédoine

Le 9 novembre, la Commission a adopté son paquet Élargissement 2010 qui comprend un document de stratégie, les avis sur les demandes d'adhésion présentées par le Monténégro et l'Albanie et sept rapports de suivi concernant les autres pays candidats et les candidats potentiels, dont l'ancienne République yougoslave de Macédoine. S'agissant de cette dernière, la Commission a conclu qu'elle continuait de satisfaire suffisamment aux critères politiques. Après les réformes importantes opérées en 2009, de nouveaux progrès ont été effectués, bien qu'à un rythme inégal.

Après l'adoption du rapport, le commissaire Füle a fait la déclaration suivante: «Le présent rapport confirme que le pays est prêt à entamer les négociations d'adhésion. Ces négociations permettront de relever un certain nombre de défis importants, tels que le renforcement de l'État de droit et de l'administration publique ainsi que l'augmentation de la compétitivité et la réduction du chômage. J'espère qu'une solution pourra être trouvée au problème du nom du pays et que nous pourrons entamer ce processus, essentiel pour l'avenir du pays.»

Critères politiques

L'ancienne République yougoslave de Macédoine continue de satisfaire suffisamment aux critères politiques. Dans l'ensemble, la coalition au pouvoir est stable et les forces politiques font preuve de coopération. Certains progrès ont été enregistrés en ce qui concerne la réforme du parlement, la police, le système judiciaire, l'administration publique, les droits culturels et ceux des minorités. De nouveaux efforts restent toutefois nécessaires dans des domaines relatifs aux critères politiques, en particulier l'indépendance du pouvoir judiciaire, la lutte contre la corruption, la réforme de l'administration publique et la liberté d'expression des médias. Le dialogue politique doit être renforcé.

Critères économiques

Le pays a accompli de nouveaux progrès sur la voie d'une économie de marché viable. Pour être en mesure d'affronter à moyen terme les pressions concurrentielles et les forces du marché au sein de l'Union, il doit continuer à réformer et à renforcer son système juridique et mettre en œuvre son programme de réformes afin de remédier aux faiblesses structurelles.

L'économie du pays n'a accusé qu'un léger recul en 2009 grâce à la solidité des entrées de capitaux privés et à la stabilité de la demande émanant du secteur public. Les politiques monétaires et budgétaires ont été axées sur la stabilité. Les soldes extérieurs se sont améliorés, traduisant un léger redressement des exportations et un fléchissement des importations.

Les réformes structurelles se sont poursuivies mais le taux de chômage structurel reste très élevé, notamment parmi les jeunes et les personnes moins qualifiées. Quelques améliorations ont été notées sur le plan des mesures prises pour remédier aux carences institutionnelles et réduire les barrières à l'entrée et à la sortie du marché mais certaines lacunes de l'État de droit continuent d'avoir une incidence négative sur l'environnement des entreprises et les flux d'investissement directs étrangers.

Législation de l'UE

De nouveaux progrès ont été relevés en ce qui concerne l'alignement de la législation, des politiques et des capacités administratives sur l'acquis de l'UE, en particulier en ce qui concerne la libre circulation des marchandises, le droit des sociétés et les services financiers. Des progrès satisfaisants ont également été accomplis sur le plan de l'alignement sur les politiques de l'UE dans le domaine de la justice, de la liberté et de la sécurité. Des efforts sont entrepris pour faire face à la nouvelle augmentation des demandes d'asile dans les États membres de l'UE.

Les progrès sont restés plus limités dans d'autres domaines, tels que les marchés publics, la société de l'information et les médias ainsi que la politique sociale et l'emploi. Des efforts soutenus sont nécessaires pour renforcer les capacités administratives en vue de la mise en œuvre et du contrôle de l'application de la législation.

UE-Ancienne République yougoslave de Macédoine: DATES CLÉS

2001: signature de l'accord d'Ohrid; modification de la Constitution

Avril 2001: signature de l'accord de stabilisation et d'association (ASA)

Mars 2004: demande d'adhésion à l'UE

Avril 2004: entrée en vigueur de l'accord de stabilisation et d'association (ASA)

Décembre 2005: obtention du statut de pays candidat

Octobre 2009: la Commission recommande l'ouverture de négociations d'adhésion

Décembre 2009: entrée en vigueur du régime d'assouplissement des visas

Pour plus d'informations, voir:

http://ec.europa.eu/enlargement/press_corner/key-documents/reports_nov_2010_fr.htm

http://ec.europa.eu/enlargement/candidate-countries/the_former_yugoslav_republic_of_macedonia/index_fr.htm

Délégation de l'Union européenne à Skopje: http://www.delmkd.ec.europa.eu/en/index.htm


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website