Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN

MEMO/09/74

Bruxelles, le 19 février 2009

L’anglais, langue rare?

La Commission européenne confrontée à une grave pénurie d’interprètes pour les 5-10 années à venir

Le service d’interprétariat de la Commission européenne est confronté à la perspective d'une crise de remplacement des linguistes pour un certain nombre de langues – et d'une pénurie pour plusieurs autres. Faute d’accroissement du nombre de diplômés qualifiés issus des écoles d’interprètes et des universités, les Institutions de l’Union européenne perdront au moins un tiers de leurs interprètes de langue anglaise d’ici à 2015 du fait des départs en retraite – et de près de la moitié d’entre eux dans les dix années à venir.

La Direction générale de la Commission européenne pour l’interprétation tient à s'assurer que les jeunes gens sachent que l’interprétation peut être un choix de carrière intéressant pour des diplômés de l’enseignement supérieur ayant une bonne connaissance des langues. En collaboration avec ses homologues du Parlement européen et de la Cour de Justice européenne, la DG Interprétation a réalisé un clip vidéo pour aider les jeunes anglophones à en apprendre un peu plus sur la profession d’interprète. "Interpreting for Europe ... into English", adressé essentiellement à un public britannique et irlandais, est lancé aujourd’hui sur YouTube à l’adresse suivante:

http://www.youtube.com/watch?v=MA2fWvtMPDU

et sur un certain nombre de sites communautaires et nationaux sur la Toile. Il sera suivi dans le courant de l’année par des réalisations à l’intention des francophones et des germanophones. En 2008, le tout premier clip de ce genre – destiné aux Lettons, a été réalisé par la Commission européenne. (Voir à l’adresse suivante:

http://www.youtube.com/watch?v=cS9yDc0o0ig&feature=channel_page

Un grand nombre de linguistes anglophones ont été recrutés à partir du milieu des années 1970 et jusqu’au milieu des années 1980 après l’adhésion du Royaume-Uni et de l’Irlande à la Communauté européenne de l’époque en 1973. Alors qu’ils atteignent l’âge de la retraite, ils ne sont pas remplacés au même rythme. Grâce à une formation continue sur le tas, les interprètes qui partent en retraite couvrent au moment de leur départ un plus grand nombre de langues que ne peuvent en assurer leurs jeunes collègues au moment de leur entrée, ce qui – conjugué à une situation comparable en matière de pyramide des âges pour d’autres langues pivot essentielles comme le français, l’allemand, l’italien, le néerlandais – peut créer des difficultés au service d’interprétariat de la Commission européenne pour assurer toutes les nombreuses combinaisons différentes de langues qui doivent être couvertes dans le cadre des réunions.

L’usage croissant de l’anglais comme moyen de communication à l’échelle mondiale a véhiculé une croyance répandue selon laquelle la faculté de parler anglais suffit pour les contacts internationaux, à la fois pour le travail et pour la vie personnelle ou sociale.

Ceci vaut autant pour ceux dont l’anglais n’est pas la langue maternelle que pour les anglophones. Néanmoins, on peut affirmer sans risque que cette perception de la situation prévaut tout particulièrement dans les pays anglophones, où les jeunes gens ne voient aucun avantage à apprendre une autre langue.

Par voie de conséquence, le nombre de jeunes gens apprenant des langues a sensiblement diminué. Ce phénomène est manifeste au Royaume-Uni et de fait dans les pays anglophones en général, mais il en va de même pour de nombreux pays dans le monde où l’apprentissage de l’anglais est considéré comme essentiel alors que les autres langues sont négligées.

Les messages essentiels
Il existe un déficit tangible du nombre d’interprètes en cabine anglaise à la disposition de la DG Interprétation en période de pointe. Bien que les universités commencent à assurer un flux constant de candidats de valeur pour nos tests d’aptitude, ce flux ne suffit pas pour répondre à la demande actuelle ou projetée, notamment si l’on considère la pyramide des âges au sein de l’unité d’interprétation anglaise.
Les effectifs de l’unité anglaise sont critiques pour le fonctionnement du service d’interprétariat de la Commission européenne – et au-delà pour les institutions et organismes qu’il dessert – la quasi-totalité des réunions exigeant une interprétation en anglais. Cela signifie que faute d’interprète anglais la réunion doit être annulée, même si l’on peut trouver des interprètes pour les autres langues. Le besoin d’interprètes de langue anglaise se fera de plus en plus sentir.
En tenant compte de la tendance actuelle de la demande et de plus grands centres de conférence potentiels pour l’avenir, nous envisageons un besoin d’environ 300 interprètes de conférence de langue anglaise pour les dix prochaines années. Nous devons ajouter à cela les besoins d’autres organisations internationales et, évidemment, des entreprises.

La réaction en chaîne a eu pour effet une pénurie mondiale de diplômés en langues. Ce phénomène est peut-être ressenti de façon plus vive par les institutions internationales où il existe une demande constante de traducteurs et d’interprètes, les Institutions de l’Union européenne et des Nations unies éprouvant de plus en plus de difficultés à pourvoir les postes vacants au moment où la vague d’agents entrés dans les années soixante-dix et quatre-vingts atteint l’âge de la retraite. Les Nations unies recherchent activement des candidats en Europe pour pourvoir leurs postes à New York, faisant la démonstration qu’il s’agit d’un marché mondial sur lequel divers organismes nationaux et internationaux sont en concurrence pour trouver de grosses pointures. Dans le même temps, le nombre de réunions va en augmentant et l’anglais y joue la plupart du temps un rôle essentiel.

L'anglais n’est pas seul concerné...

Au cours des dix prochaines années, le nombre d’interprètes de langue française, allemande, italienne et néerlandaise qui vont partir en retraite est également important. Des actions de sensibilisation pour ces langues sont déjà en ordre de bataille, prévues dès 2009 en ce qui concerne le français et l’allemand.

À l’heure actuelle, 5 ans après l’élargissement de 2004 et 2 ans après l’ajout du bulgare et du roumain, la pénurie d’interprètes roumains, lettons et maltais persiste pour le Conseil de l’Union, le Comité des régions et le Comité économique et social européen. La DG interprétation peut couvrir les besoins en interprétation dans la plupart des langues EUR-15 les plus répandues (FR DE EN IT ES NL PT) à près de 100%. La demande pour le grec est satisfaite à près de 97%. Pour le suédois, le finnois et le danois, les taux de couverture varient entre 91 et 81%.

Tableau 1: Trois scénarios pour les 10 années à venir concernant les
départs d’agents fonctionnaires dans cinq langues pivot au sein du service
d’interprétariat de la Commission européenne: y compris des indépendants
(freelance) travaillant de façon régulière (10 jours ou plus en 2008) pour
la DG interprétation

Anglais
Français
Allemand
Italien
Néerlandais

Agents
FL
Agents
FL
Agents
FL
Agents
FL
Agents
FL
Total actuel
70
123*
59
132*
61
111*
51
90*
34
50*
Au mieux
24
40
14
42
20
48
12
23
8
7
Au pire
48
75
30
69
36
75
32
48
21
29
A mi-chemin
35
54
18
55
27
60
18
35
16
18
Contraction moyenne
50%
43%
31%
50%
44%
54%
31%
39%
47%
36%

Dans le scénario correspondant au meilleur des cas, tous les interprètes restent en service jusqu’à l’âge de 65 ans. Dans le pire, tous les interprètes prennent une retraite anticipée à 55 ans. Dans le cas médian – proche de ce qui est observé dans la pratique – les interprètes prennent leur retraite aux alentours de 60 ans. Le tableau suivant fournit davantage de détails concernant les interprètes de langue anglaise.

Pour les langues dont l’ajout est plus récent, la couverture de la demande est généralement de l’ordre de 80%, à l’exception du roumain, du letton, et du maltais pour lesquels le taux de couverture des besoins en interprètes est actuellement de l’ordre de 70%.

Table 2: Nombre de jours de réunions assurées et couverture de la demande
en 2008 pour les nouvelles langues d’États membres ajoutées après 2004 pour le Conseil de l’Union, le Comité des régions et le Comité économique et social européen.
Conseil, CdR, CESE
CS
ET
LV
LT
HU
MT
PL
SK
SL
BG
RO
Jours de réunions
1099
660
861
984
1091
382
1630
1134
835
821
831
Couverture des besoins en %
79,4
77,9
71,7
74,4
87,0
71,3
95,3
83,1
93,8
87,6
72,9

En raison de la croissance de la mondialisation, la demande d’interprétation vers l’arabe, le chinois et le russe est également en progression. Il ne s’agit pas d’une demande régulière énorme en termes absolus mais elle peut augmenter de façon soudaine dans des situations d’urgence, ce qui crée des difficultés de recrutement. Comme les participants aux réunions ont de plus en plus tendance à préférer l’anglais, il existe un besoin croissant d’interprétation entre ces trois langues non communautaires et l’anglais. En outre, il y a une vive concurrence sur le marché européen entre Institutions, entreprises et gouvernements pour les interprètes qui sont disponibles.

L’interprétation au service de l’Europe, une grande carrière
En tant qu’interprète, vous aiderez des personnes issues de cultures et de pays différents à communiquer entre elles. En tant qu’interprète de l’Union européenne, vous serez au cœur même du processus de décision, jouant un rôle essentiel pour permettre aux nations d’Europe de travailler ensemble en faveur de la paix et de la prospérité.
En permettant aux personnes de s'exprimer dans leur propre langue, vous contribuerez également à préserver la richesse de la diversité des pays de l'Union.
Vous travaillerez avec des collègues provenant de toute l’Europe – et parfois au-delà – sur un vaste éventail de sujets différents et dans toutes sortes d’endroits.
Comme interprète statutaire, vous aurez la sécurité de l’emploi et la possibilité d’évoluer vers d’autres services de la Commission si vous décidez ultérieurement de changer de carrière; en tant qu’indépendant, vous aurez la liberté de décider du moment et du lieu où vous travaillerez.
L’apprentissage du métier d’interprète aura pour effet d’améliorer vos compétences en matière de langues et de présentation, tout en vous enseignant la façon d’analyser un message et de le transmettre à d’autres – toutes compétences qui peuvent vous être très utiles dans toutes sortes de métiers.
Si vous parlez très bien votre langue maternelle et comprenez parfaitement au moins deux autres langues de l’Union, que vous êtes diplômé de l’enseignement supérieur, vous pourriez suivre une formation pour devenir interprète de conférence. Une fois votre formation achevée, vous pourrez vous porter candidat à un test à l’adresse suivante:
N’oubliez pas – il n’est pas nécessaire de disposer d’une palette de langues «rares» pour demander à passer un test. En fait, pour les interprètes qui travaillent vers l’anglais, les langues passives les plus recherchées sont l’allemand, le français, l’espagnol, l’italien, le néerlandais et le portugais. Nous vous aiderons à apprendre des langues tout au long de votre carrière.
Vous trouverez plus d’informations concernant les écoles d’interprétariat au Royaume-Uni sur le réseau national d’interprétation:
et en Europe à l’adresse suivante:

Le contexte:

Pour garantir que les réunions de l’Union en plusieurs langues puissent continuer d’être pleinement assurées par des interprètes au cours des 5-10 années à venir, alors qu’un grand nombre d’agents et d’indépendants actuellement en service prennent leur retraite, les Institutions de l’Union doivent dès à présent sensibiliser la jeunesse.

Nous devons veiller à ce que les jeunes Européens sachent que l’étude des langues peut être importante pour une future carrière et que les Institutions offrent divers emplois aux diplômés ayant une bonne connaissance des langues.

La DG Interprétation a déjà mené avec succès des opérations de sensibilisation en République Tchèque et en Lettonie. La campagne à mener pour que l’anglais devienne moins rare commence dès à présent et sera suivie cette année par des campagnes à l’intention des interprètes de langue française et allemande et, en 2010, par des mesures comparables pour les interprètes de langue italienne et néerlandaise.

La pénurie de diplômés évoquée plus haut se fait plus particulièrement sentir pour les anglophones. Les universités du Royaume-Uni et d’Irlande éprouvent de plus en plus de difficultés à faire le plein des cours de langues. Les cours d’interprétation et de traduction au-delà du doctorat ont du mal à attirer des diplômés de gros calibre. Résultat inévitable, seul un petit nombre de candidats réussit le test d’aptitude pour devenir interprète indépendant pour les diverses Institutions. Dans le même temps, les diplômés que nous souhaiterions recruter sont très demandés par d’autres employeurs.


Side Bar