Navigation path

Left navigation

Additional tools

Perte de la diversité biologique: faits et chiffres

European Commission - MEMO/04/27   09/02/2004

Other available languages: EN DE

MEMO/04/27

Bruxelles, le 9 février 2004

Perte de la diversité biologique: faits et chiffres

Qu'est-ce que la perte de la biodiversité?

Depuis que l'Homme est apparu sur Terre et a commencé à pratiquer la chasse et la cueillette et à couper du bois, il a agi sur la biodiversité. Au cours des deux siècles écoulés, la population humaine a augmenté, la surexploitation des ressources naturelles et la dégradation de l'environnement ont provoqué le déclin de la biodiversité mondiale à un rythme toujours plus rapide. Le nombre d'espèces diminue et certaines s'éteignent, des écosystèmes sont endommagés et disparaissent.

La biodiversité raccourci pour «diversité biologique» - désigne la diversité de la vie sous toutes ses formes: diversité des espèces, des facteurs génétiques au sein d'une même espèce et des écosystèmes.

  • On estime que 80 % de la forêt originelle qui couvrait la surface de la Terre il y a 8 000 ans ont disparu, ou ont été endommagés ou fractionnés.

  • D'après certains experts, les espèces disparaissent aujourd'hui à un rythme 1000 à 10000 fois supérieur au rythme naturel [est-ce ce que nous voulons ?].

  • L'étude d'un échantillon de 23 espèces communes d'oiseaux des champs et de 24 espèces communes d'oiseaux des bois dans 18 pays européens montre que leur nombre a chuté de 71 % entre 1980 et 2002.

Combien d'espèces sont-elles menacées d'extinction?

L'UICN, qui est l'organisme mondial pour la conservation de la nature, dénombre 12 259 espèces menacées d'extinction. L'UICN tient le registre mondial de l'état de conservation des animaux et des plantes, à partir de données fournies par des milliers de scientifiques et de conservateurs dans le monde.

Cependant, les 12 259 espèces menacées ne sont que la partie visible de l'iceberg. Personne ne sait combien il y a d'espèces sur Terre, sans parler de leur état. Le nombre total d'espèces vivantes répertoriées est d'environ 1,75 million. Mais plus des deux tiers sont des insectes et autres invertébrés, qui sont extrêmement difficiles à étudier. On estime qu'il y a en réalité 14 millions d'espèces sur Terre.

Pour établir sa «liste rouge des espèces menacées» en 2003, l'UICN a pu évaluer l'état de conservation de 2 % de 1,53 million d'espèces pour lesquelles elle disposait d'une description. Les deux seuls groupes qui sont bien étudiés sont les oiseaux et les mammifères, l'UICN a donc pu examiner le statut de 100 % des espèces d'oiseaux et de 99 % des espèces de mammifères pour déterminer si elles étaient menacées ou non.

On estime que le continent européen héberge plus de 200 000 espèces d'animaux et de plantes. C'est un chiffre relativement faible si on fait une comparaison avec d'autres régions du monde, mais la proportion d'espèces menacées y est bien plus importante qu'ailleurs.

La densité de la population et le degré d'industrialisation en Europe occidentale ont gravement nui à la biodiversité.

  • Les deux groupes d'animaux bien étudiés sont les mammifères et les oiseaux. Actuellement, un quart (24%) des mammifères et un huitième (12 %) des oiseaux sont confrontés à un risque d'extinction élevé.

  • Parmi les mammifères menacés se trouvent les lions d'Afrique et d'Asie, les orangs-outans, les tigres, les alligators de Chine. En Europe: le vison d'Europe, le renard polaire, plusieurs variétés d'écureuils et de lézards, et tous les dauphins, phoques et baleines.

  • Le fauve le plus menacé dans le monde est le lynx pardelle. Autrefois répandu en Espagne et au Portugal, il n'en reste plus que quelques centaines, qui vivent dans quelques zones isolées en Espagne.

  • Sur l'ensemble du continent européen, 42 % des mammifères sont menacés, 15 % des oiseaux, 45 % des papillons, 30 % des amphibiens, 45 % des reptiles et 52 % des poissons d'eau douce.

  • Le dernier représentant d'une variété de chèvre de montagne, qui répondait au nom de "Bucardo", est mort en janvier 2000 dans un parc national espagnol. Sa dépouille a été retrouvée par des gardes forestiers.

Comment se portent les écosystèmes?

Les écosystèmes sont des communautés de plantes, d'animaux et de micro-organismes qui interagissent entre eux et avec leur environnement non vivant - forêts, marécages, montagnes, lacs, rivières, déserts et zones agricoles. Les écosystèmes sont sensibles aux interférences, car la destruction de l'un des éléments peut bouleverser l'équilibre global. Ils sont aussi très sensibles à la pollution. De nombreux écosystèmes ont déjà été perdus et de nombreux autres sont en danger.

Les forêts de la Planète abritent environ la moitié des espèces présentes sur Terre. Mais elles disparaissent au rythme de 0,8 % par an. Les forêts tropicales quant à elles disparaissent au rythme annuel de 4 %.

  • L'EU a perdu plus de la moitié de ses zones humides, qui avaient autrefois une diversité biologique si riche.

  • Un tiers des récifs coralliens dans le monde sont déjà morts et un deuxième tiers est menacé.

  • Seulement 10% des zones abritant une diversité biologique et 1% des océans du Globe sont protégés parfois pas très bien.

Pourquoi avons-nous besoin de biodiversité?

Les hommes dépendent de la biodiversité. Elle nous procure la nourriture, les médicaments, les matières premières et beaucoup d'autres biens et services dont nous avons besoin. Les forêts, par exemple, nous fournissent du bois, oxygènent l'air, purifient l'eau, préviennent l'érosion et les inondations, tempèrent le climat, transforment les déchets en nutriments ou en matières premières telles que le pétrole et le gaz.

  • Les experts estiment la valeur financière des biens et services fournis par les écosystèmes à quelque 26 000 milliards d'euros par an, soit près de deux fois la valeur de ce que produisent les humains chaque année.

  • Entre 10 000 et 20 000 espèces de plantes sont utilisées en médecine dans le monde.

Quelles sont les principales menaces sur la biodiversité?

  • L'augmentation de la population entraîne l'accroissement des besoins en espace et en nourriture.

  • L'extension urbaine, ainsi que l'agriculture et l'exploitation forestière intensives empiètent sur les habitats.

  • L'extension des réseaux routiers, ferrés et électriques fractionne les habitats et fait fuir certaines espèces.

  • La surexploitation des ressources naturelles signifie que nous consommons trop d'une espèce ou d'un bien fourni par un écosystème. Cette notion s'applique aussi à la chasse, au ramassage et au commerce excessifs d'une espèce et de spécimens d'une espèce.

  • La pollution nuit à la santé des animaux et des plantes autant qu'à la santé des êtres humains. Les catastrophes écologiques telles que les marées noires ont des conséquences désastreuses pour les oiseaux et pour la faune et la flore marines.

  • On prévoit que le changement climatique aura pour effet, d'ici la fin de ce siècle, une augmentation de la température, à l'échelle de la Planète, comprise entre 1,4 et 5,8 degrés Celsius et une élévation du niveau de la mer comprise entre 9 et 88 cm. De nombreuses espèces ne pourront pas s'adapter ou se déplacer vers d'autres régions. Au cours du siècle dernier, la température moyenne sur la Terre a augmenté d'environ 0,6 degré Celsius et le niveau de la mer a monté de 10 à 20 cm. Les années 1990 ont été les plus chaudes du dernier millénaire.

  • Les espèces exotiques envahissantes sont des espèces qui pénètrent un écosystème où elles ne sont pas présentes naturellement, puis se développent et supplantent les espèces endémiques. Elles y ont souvent été introduites par l'Homme.

  • La population mondiale a augmenté de 1,65 milliard environ en 1900 à 6,3 milliards aujourd'hui, d'après les estimations. Les Nations unies prévoient qu'elle atteindra 9 milliards dans 50 ans.

  • En raison de la surpêche, 80 % des stocks de poissons dans l'UE s'effondrent, ou bien leur état est inconnu.

  • En 2001, 40 % de toutes les prises de poissons dans l'UE ont été prélevées sur des stocks dont le niveau est considéré comme en deçà des limites biologiques raisonnables. Pour certaines variétés de poisson, comme le cabillaud, l'églefin, le merlan, le colin et d'autres poissons ronds, ainsi que le saumon et la truite de mer, le pourcentage atteint même 60%.

  • Selon une étude publiée dans la revue "Nature" en janvier 2004, le changement climatique pourrait anéantir un tiers des espèces présentes sur Terre d'ici 2050.

  • Importé d'Amérique du Nord pour servir d'animal de compagnie, le «petit gris» a provoqué l'extinction de l'écureuil d'Europe, une espèce locale au Royaume-Uni et en Italie, car il est le plus fort dans la lutte pour la nourriture.

  • La savoureuse perche du Nil a été introduite dans le lac Victoria en Afrique en 1954 et a entraîné l'extinction de plus de 200 espèces endémiques de poissons.

Que fait l'UE?

1979 "Directive Oiseaux" première législation communautaire visant à protéger le milieu naturel, elle répertorie 181 espèces d'oiseaux vulnérables natives de l'UE et oblige les États membres à créer des "zones de protection spéciales" (ZPS) pour les préserver. Aujourd'hui, les ZPS sont intégrées dans le réseau Natura 2000.

1992 "Directive Habitats" elle recense 700 (800 à ce jour) espèces animales et végétales et 200 types d'habitat d'importance communautaire. Ils doivent être protégés dans des "zones spéciales de conservation" (ZSC), que les États membres sélectionnent en collaboration avec la Commission européenne. La directive Habitats a également lancé la création du réseau Natura 2000, qui est constitué des ZPS et des ZSC.

1992 le programme LIFE-Nature est lancé dans le but de cofinancer des projets de conservation du milieu naturel et d'aide à la mise en œuvre des directives Oiseaux et Habitats.

1992 la Convention sur la Biodiversité est adoptée pendant le Sommet de la Terre à Rio de Janeiro. La Communauté européenne l'a signée. Les trois principaux objectifs de la Convention sont les suivants: 1. la conservation de la biodiversité, 2. l'utilisation durable de ses composants, et 3. le partage juste et équitable des avantages découlant de l'exploitation des ressources génétiques.

1998 Stratégie communautaire en faveur de la diversité biologique elle a pour but de prévenir et de combattre les causes de la perte de la biodiversité à la source.

2000 Directive-cadre sur l'eau elle vise à protéger le milieu aquatique et à garantir une bonne qualité de toutes les ressources en eau de l'UE d'ici 2015, sur la base d'une gestion transfrontalière durable de l'eau.

2001 Quatre plans d'action en faveur de la biodiversité ils définissent les modalités de mise en œuvre de la stratégie en faveur de la diversité biologique et traitent des problèmes de conservation dans les secteurs de l'agriculture, de la pêche, de l'utilisation des ressources naturelles et de la coopération dans le domaine de l'économie et du développement. L'objectif est de s'assurer que les politiques dans ces secteurs ne compromettent pas les efforts de conservation.

2001 Stratégie de développement durable de l'UE elle a été lancée par les responsables politiques de l'UE réunis à Göteborg l'une de ses quatre priorités est de stopper la perte de la diversité biologique dans l'UE d'ici 2010.

2002 Réforme de la politique commune de la pêche le but est de parvenir à un développement durable des stocks de poissons, de protéger le milieu marin et d'assurer l'avenir de l'activité de la pêche en Europe.

2002 Participation active de l'UE au Sommet mondial sur le développement durable, en vue de fixer un certain nombre d'objectifs concrets et d'établir des calendriers. Parmi ces objectifs, citons la réduction notable de la perte de la biodiversité à l'échelle mondiale d'ici 2010.

2003 Résolution de Kiev sur la biodiversité lors d'une conférence paneuropéenne des ministres de l'environnement qui a eu lieu à Kiev, en Ukraine, l'UE s'est déclarée fermement décidée à stopper la perte de la biodiversité en Europe d'ici 2010 grâce à neuf actions spécifiques.

2003 Révision à mi-parcours de la politique agricole commune le rapport entre les subventions et les volumes de production est supprimé et des dispositions plus avantageuses sont prises concernant le soutien au développement rural et aux programmes agroenvironnementaux.

2003 Conformément aux dispositions de la Convention sur la biodiversité relatives à l'accès aux ressources génétiques et au partage des avantages découlant de leur exploitation, la Commission européenne exhorte les entreprises et les centres de recherche de l'UE à ne pas prélever de ressources génétiques dans d'autres pays sans leur consentement, ni sans leur offrir une part équitable des bénéfices et des résultats de recherche découlant de l'exploitation de leurs ressources.

  • Natura 2000, le réseau communautaire de zones protégées à l'intérieur desquelles les espèces animales et végétales et les habitats menacés ou fragiles peuvent subsister, est constitué de plus de 18 000 sites et couvre environ 17,5 % du territoire terrestre des 15 pays de l'UE (soit 63,7 millions d'hectares).

  • Grâce aux plans d'action communautaires en faveur des espèces, la population de l'aigle impérial d'Espagne est passée de 50 couples en 1974 à 175 couples en 2002 et la population espagnole du vautour moine est passée de 370 couples en 1984 à 1 300 couples en 2002.

  • Depuis 1992, 535 projets ont été cofinancés au titre du programme LIFE-Nature dans l'UE et les pays en voie d'adhésion et ont grandement contribué à la conservation de la faune et de la flore sauvages.

  • Au cours de la période 2000 - 2004, l'UE a doté le programme LIFE-Nature de 300 millions d'euros.

  • Onze projets menés en Grèce, en Italie, en Espagne et au Portugal, financés au titre du programme LIFE-Nature, ont permis de stabiliser la population du phoque moine qui était gravement menacé.

  • Deux projets en cours financés au titre du programme LIFE-Nature ont pour objet d'aider la population du lynx pardelle à se rétablir en Espagne. Ils prévoient l'amélioration de son habitat et des accords avec les propriétaires terriens en vue d'accroître les populations d'espèces dont il se nourrit, comme le lapin.

  • L'UE est le donateur le plus généreux à l'échelle mondiale. D'après les estimations, 3 % du budget de la coopération dans le domaine du développement, soit 190 millions d'euros, vont directement à des actions de conservation et d'utilisation durable de la biodiversité.

  • Grâce aux efforts de l'UE, le saumon revient peupler de nombreux cours d'eau en Europe occidentale, les loutres et les castors sont redevenus des espèces répandues, et les cigognes noires sont revenues.

Programme d'action de l'UE pour 2004 en vue d'atteindre l'objectif de 2010:

  • Révision de la stratégie communautaire en faveur de la biodiversité et de la législation en matière de conservation, en collaboration avec les États membres et les parties concernées, afin de déterminer les domaines dans lesquels il est nécessaire d'intervenir plus fortement pour atteindre l'objectif fixé pour 2010.

  • 9-20 février: 7ème Conférence des Parties à la Convention sur la biodiversité, à Kuala Lumpur, en Malaisie, en vue d'adopter des mesures concrètes pour atteindre l'objectif fixé pour 2010 au niveau mondial

  • 25-27 mai: Conférence de l'UE sur la biodiversité à Malahide, en Irlande, pour l'élaboration d'un "plan de mise en œuvre 2010 "

  • Établissement d'un ensemble d'indicateurs de la biodiversité, en collaboration avec l'Agence européenne pour l'environnement, afin de mesurer la biodiversité et d'évaluer les effets des mesures prises

  • Des efforts plus importants seront faits pour s'assurer que les autres politiques (agriculture, pêche, transport, énergie) ne sont pas contraires aux impératifs de conservation

  • Achèvement du réseau Natura 2000 dans l'UE à 15, y compris son extension au milieu marin, et mesures en vue d'améliorer sa gestion, de garantir un contrôle et un financement appropriés, de l'intégrer dans des plans plus large de développement foncier et de susciter un soutien général en faveur de ce réseau

  • Extension du réseau Natura 2000 de façon à intégrer des sites sélectionnés par les dix pays en voie d'adhésion, que ces derniers doivent proposer au moment de leur adhésion le 1er mai

Pour de plus amples informations, veillez consulter les sites suivants:

Commission européenne Conservation de la nature

http://ec.europa.eu/environment/nature/home_fr.htm

Direction générale «Environnement»

http://ec.europa.eu/environment/

Agence européenne pour l'environnement

http://eea.europa.eu

UICN - Union Internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources

http://www.iucn.org/

Convention sur la biodiversité

http://www.biodiv.org/default.aspx

WWF International:

http://www.panda.org


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website