Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

IP/99/343

Bruxelles, le 25 mai 1999

La Commission approuve l'acquisition de Berlin Brandenburg Airport Holding par un consortium regroupant Hochtief et Frankfurt Airport

La Commission européenne a décidé d'autoriser l'acquisition de Berlin Brandenburg Airport Holding GmbH (BBF) par un consortium réunissant l'entreprise de construction Hochtief AG, Frankfurt Mainz Airport AG (FAG), le groupe électrique ABB et la banque de détail Bankgesellschaft Berlin AG. Le BBF, dont le capital est détenu par l'État fédéral allemand et par les Länder de Berlin et de Brandebourg, exploite les trois aéroports de Berlin, à savoir Tegel, Tempelhof et Schönefeld. Dans le cadre du plan qui vise à concentrer le trafic aérien de la région berlinoise dans un seul aéroport, ce consortium veut faire de Schönefeld un aéroport international, sous le nom de "Berlin Brandenburg International" (BBI), dont il assurerait également l'exploitation. L'opération crée des liens structurels entre l'aéroport de Berlin, l'aéroport de Francfort et, indirectement par l'entremise de Hochtief, l'aéroport de Düsseldorf. À l'issue de son examen, la Commission a conclu que le projet n'aurait aucun effet défavorable sur les rapports de concurrence, car les zones d'attraction des différents aéroports ne se chevauchent pas.

L'aéroport de Francfort est de loin le premier aéroport allemand, puisqu'il draine un tiers environ de tous les passagers allemands. Celui de Düsseldorf, dans lequel Hochtief fait partie du groupe RWE, l'un des membres du consortium, détient une participation, vient en troisième position, juste devant les aéroports de Berlin. Pour autant, l'opération n'aura pas pour effet de créer ni de renforcer une position dominante. Les marchés de la fourniture des infrastructures du trafic aérien (par exemple, les pistes) sont déterminés par les zones d'attraction des différents aéroports. L'étendue de ces dernières varie en fonction de la classification des vols: régionaux (Allemagne et Europe) ou intercontinentaux. Il n'existe aucun chevauchement entre l'aéroport de Berlin et ceux de Francfort et de Düsseldorf en ce qui concerne les vols régionaux. Pour ce qui est des vols intercontinentaux, le chevauchement entre les zones d'attraction des aéroports de Berlin et de Francfort est limité, ce qui ne permet pas de conclure à l'existence de rapports de concurrence importants entre ces aéroports.

Cette situation changerait si l'aéroport de Berlin, où le trafic intercontinental n'est pas encore très développé, devenait à long terme une plaque tournante ("hub") accueillant des passagers des vols intercontinentaux qui, pour une large part, seraient transportés à Berlin par des lignes d'apport. Toutefois, dans un tel cas, Berlin ne serait plus seulement en concurrence avec les deux plaques tournantes allemandes de Francfort et de Munich, mais ferait partie d'un marché incluant les autres plaques tournantes d'Europe occidentale, comme celles de Londres, d'Amsterdam ou de Copenhague. Étant donné l'importance de ces aéroports, les liens entre les aéroports de Francfort et de Berlin n'auraient pas pour effet de créer une position dominante sur ce marché.

En raison de la zone d'attraction limitée de l'aéroport de Düsseldorf et du très faible trafic intercontinental au départ de Düsseldorf, il n'existe aucun rapport de concurrence notable entre les aéroports de Francfort et de Düsseldorf. On ne saurait donc en déduire que la coopération entre Hochtief et FAG au sein du consortium de Berlin puisse conduire à une coordination du comportement concurrentiel entre les aéroports de Francfort et de Düsseldorf.


Side Bar