Chemin de navigation

Left navigation

Additional tools

Autres langues disponibles: EN

IP/99/156

Bruxelles, le 4 mars 1999

La Commission autorise Lafarge SA (France) et Titan Cement Company SA (Grèce) d'acquérir le contrôle conjoint de Beni Suef Cement Co (Egypte)

La Commission européenne autorise Lafarge SA et Titan Cement Company SA d'acquérir le contrôle commun de Beni Suef Cement Co. Lafarge en France, Titan en Grèce et Beni Suef en Egypte sont tous des producteurs de matériaux de construction et en particulier de ciment et de béton prêt à l'emploi. La concentration ne sera active que sur le marché du ciment en Egypte et par conséquent n'aura d'impact direct sur aucun marché de l'Union européenne ni de l'Espace économique européen (EEE).

Lafarge SA (Lafarge) est l'un des producteurs les plus importants au monde de matériaux de construction et en particulier de ciment et de béton prêt à l'emploi. Lafarge est surtout présent sur le marché français du ciment avec 35% de parts de marché. En 1997 son chiffre d'affaires a été de 6,361 milliards d'euros.

Titan Cement Company SA (Titan) produit des matériaux de construction et surtout du ciment et du béton prêt à l'emploi. Titan est très présent sur le marché grec avec 45% de parts du marché du ciment. En 1997 son chiffre d'affaire a été de 435 millions d'euros.

Beni Suef Cement Co. (Beni Suef) est un producteur de ciment surtout actif en Egypte ou il détient 6,2% de parts du marché du ciment.

Trois étapes seront nécessaires à la réalisation de cette concentration. Lafarge prend le contrôle de Beni Suef en rachetant 76% de son capital. Ensuite Lafarge forme la nouvelle société (la concentration) à laquelle il transfère les actions détenues dans Beni Suef et enfin il transfère à Titan qui rachète, 50% des actions de cette nouvelle société. Cette société sera contrôlée conjointement par Lafarge et Titan, chacun détenant 50% du capital. La concentration ne sera active que sur le marché égyptien du ciment qui souffre de sous-capacité et n'aura donc aucun impact direct sur un quelconque marché européen. C'est pourquoi la Commission a décidé de ne pas s'opposer à cette opération et de la déclarer compatible avec le marché commun et avec le fonctionnement de l'EEE


Side Bar