Navigation path

Left navigation

Additional tools

24 pays, 1.600 universités, 200.000 étudiants participeront en 1998/99 au programme Erasmus de l'Union européenne

European Commission - IP/98/451   25/05/1998

Other available languages: EN

ip/98/451

Bruxelles, le 25 mai 1998

24 pays, 1.600 universités, 200.000 étudiants participeront en 1998/99 au programme Erasmus de l'Union européenne

Une participation sans précédent du milieu universitaire européen et l'ouverture du programme à six nouveaux pays, dont cinq pays d'Europe centrale et orientale (PECO), marqueront l'année académique 1998/99 d'Erasmus, le volet "Enseignement Supérieur" du programme Socrates en faveur de l'éducation en Europe. Le succès d'Erasmus a été confirmé cette année par l'approbation, par la Commission, de 1.627 contrats institutionnels, les documents exposant, pour chaque établissement participant, la stratégie de coopération européenne ainsi que les activités envisagées pour l'année 1998/99.

Les 1.627 universités (ou autres établissements du même niveau) bénéficiant du programme proviennent de 24 pays: les quinze Etats membres de l'Union européenne (UE), les trois pays de l'Espace économique européen (Norvège, Islande et Liechtenstein) et, pour la première fois, la Hongrie, la Roumanie, la Pologne, la Slovaquie, la République tchèque et Chypre.

Les activités que la Commission vient d'approuver prévoient l'échange de quelque 200.000 étudiants et de 35.000 enseignants (en 1996/97, ils étaient respectivement 80.000 et 16.000); l'adoption par plus de 1.000 établissements du système européen d'accréditation des études (ECTS); et l'organisation de plus de 250 programmes intensifs, à savoir des programmes courts de 10 jours à 3 mois portant sur des thèmes d'intérêt spécifique. En outre, Erasmus soutiendra les activités d'une cinquantaine de réseaux thématiques entre facultés ou départements universitaires, destinés à développer la dimension européenne dans une discipline déterminée.

"Renforcer le niveau des financements, stimuler l'implication des nouveaux pays participants, promouvoir une participation plus équilibrée entre pays et entre disciplines: voici les objectifs principaux pour l'année prochaine de Socrates/Erasmus" a déclaré Edith CRESSON, membre de la Commission responsable pour l'éducation, la formation et la jeunesse.

Le soutien financier a pu être amélioré grâce à l'augmentation du budget Socrates pour les années 1998 et 1999, décidée par le Parlement européen et le Conseil des Ministres. Ainsi, le budget annuel d'Erasmus pour 1998/99 sera de 116,25 millions d'Ecus (soit une augmentation de 18,8% par rapport à l'année dernière), dont 82,7 millions d'Ecus réservés aux bourses en faveur des étudiants.

En termes absolus, les cinq pays les plus peuplés de l'UE restent les plus impliqués dans la mobilité des étudiants, mais en termes relatifs (pourcentage des étudiants en mobilité sur la population étudiante nationale) plusieurs "petits" pays, dont les Pays Bas, la Belgique, la Suède ou la Finlande montrent un dynamisme remarquable.

Les disciplines les plus concernées par les échanges d'étudiants sont la Gestion (19%), les Langues et la Philologie (15%), l'Ingénierie et les Sciences technologiques (12%) et les Sciences sociales (10%).

Des statistiques encourageantes marqueront aussi la première année de participation de six nouveaux pays, auxquels Socrates a été ouvert: 149 établissements bénéficieront de Socrates/Erasmus, comprenant 5.500 échanges d'étudiants et 2.900 échanges d'enseignants), la participation à 205 programmes intensifs, ainsi que l'adoption de l'ECTS par 63 établissements de ces pays.

Lancé en 1987 avec une poignée d'universités, Erasmus a permis jusqu'à présent à quelque 500.000 étudiants d'effectuer une année académique à l'étranger, en contribuant ainsi à la construction d'une véritable citoyenneté européenne. Incorporé à partir de 1995 dans Socrates, le programme en faveur de l'ensemble du secteur de l'éducation en Europe, Erasmus est devenu progressivement l'instrument privilégié de l"européanisation" des établissements d'enseignement supérieur.

La présente phase de Socrates prenant fin le 31 Décembre 1999, la Commission s'apprête à adopter dans les prochains jours des nouvelles propositions portant sur une deuxième phase, laquelle assurera, comme souhaité par l'ensemble des parties intéressées, la continuation, la consolidation et l'innovation


Side Bar

My account

Manage your searches and email notifications


Help us improve our website