Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE DA ES NL IT PT

M. Bruce MILLAN, membre de la Commission responsable des politiques
régionales a présenté un rapport intérimaire sur l'état d'avancement des
projets de coopération interrégionale qui font l'objet d'une aide au titre
de l'article 10 du Fonds européen de développement régional.

Si les premier projets de coopération interrégionale ont été lancés en
1990, la plupart d'entre eux n'ont toutefois été cofinancés qu'en 1991, à
la suite d'un appel à propositions. Les 36 projets bénéficiaires d'une aide
communautaire portent sur des domaines très divers et ils impliquent la
participation de 345 autorités régionales et locales dont 41% relèvent de
régions prioritaires de l'objectif no 1.

Pour la période 1989-1993, le Fonds européen de développement régional a
participé à raison de 48 millions d'écus au financement de 36 projets de
coopération interrégionale, représentant un budget total de 78 millions
d'écus.

M. MILLAN a déclaré : "Le rapport intérimaire vise principalement à mesurer
les progrès réalisés grâce à cette approche nouvelle et variée de la
coopération interrégionale, et à définir les facteurs qui ont permis
d'aboutir à une coopération fructueuse et utile. La Commission a contribué
à développer cette activité, en insistant en particulier sur la nécessité
de veiller à ce que les autorités régionales et les municipalités des
régions prioritaires y jouent pleinement leur rôle. Ces projets montrent
comment la coopération interrégionale peut contribuer à la cohésion sociale
et à la réalisation des objectifs de la politique régionale, notamment par
le développement et le transfert de savoir-faire.

Même si seul un petit nombre de projets sont complètement terminés,
beaucoup d'enseignements peuvent déjà être tirés. Il est encourageant de
constater que, dans la plupart des cas, les partenaires associés à la
réalisation de ces projets ont décidé de poursuivre et d'étendre leur
coopération. Les expériences diverses et intéressantes dont le rapport
intérimaire fait état fournissent les  informations nécessaires pour
déterminer la marche à suivre à l'avenir dans le cadre de ce type d'action.
Je tiendrai compte de ces indications en élaborant prochainement les
orientations pour l'action future".

Le rapport donne un aperçu des résultats que les projets ont permis
d'obtenir jusqu'ici, eu égard aux objectifs  généraux fixés par la
Commission, à savoir :

-   encourager le transfert rapide des savoir-faire, notamment des
régions les plus avancées vers les régions les moins développées;

-   parvenir à des économies d'échelle grâce à la mise en oeuvre de
programmes communs pour répondre à des problèmes et à des défis
partagés par tous;

-   promouvoir l'efficacité des administrations, en ce qui concerne
notamment le processus de développement régional des régions les
moins favorisées;

-   aider au développement des politiques communautaires en particulier
quand elles ont un impact sur le développement régional.

Le rapport met en lumière les facteurs affectant les dynamiques des réseaux
de coopération interrégionale et, notamment :

-   les motivations de la coopération, qui sont plus fortes quand le
projet concerne des problèmes spécifiques qui sont communs aux
différents partenaires,

-   la mise en place d'une structure spécialement conçue aux fins de la
réalisation du projet de coopération en cause, permettant à la fois
une gestion ciblée et un réel engagement des partenaires,

-   la  constitution  d'équipes  de gestion  "professionnelles"  et
spécialisées,

-   une certaine  expérience de  relations transnationales  et  de
coopération interrégionale.

Le rapport donne également une description de chaque projet. Le suivi et
l'évaluation de ces projets sont assurés par un organisme extérieur, qui a
également élaboré le rapport intérimaire.

Ce rapport intérimaire va être envoyé au Parlement européen, aux acteurs
principalement intéressés des gouvernements nationaux, du Comité des
régions, du Comité économique et social ainsi qu'à toutes les organisations
qui assurent la direction des projets.

Les projets examinés dans ce rapport ne forment que l'un des aspects de
l'approche  adoptée par  la  Commission en  matière de  coopération
interrégionale.  Un  autre programme  d'échange d'expériences  auquel
participaient des autorités locales et régionales a été financé à l'aide
d'une ligne budgétaire spéciale approuvée par le Parlement européen en
1989. 

Enfin, la Commission participe au financement, dans le cadre des programmes
OUVERTURE et ECOS d'actions stimulant la coopération entre les pouvoirs
publics d'Europe centrale et orientale et de la Communauté.  Dans
l'ensemble, il apparait  que l'expertise en matière  de coopération
interrégionale a atteint dans l'Union Européenne un degré très prometteur
pour la poursuite de ces actions dans le futur.

* * *

Side Bar