Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN

    La  Commission  a  décidé  de cofinancer des  actions  pilotes  visant  à
    s'attaquer   aux  problèmes  de  réhabilitation  urbaine  dans   certains
    quartiers de Londres et de Marseille. Une dotation totale de 9,1 millions
    d'écus  (5,1 millions  d'écus  pour Londres  et  4 millions  d'écus  pour
    Marseille)  doit être fournie par le FEDER, sur une période de deux  ans,
    en  faveur de diverses actions d'un coût total de  20,2 millions  d'écus.
    Cette décision est l'aboutissement d'une initiative que  M. Bruce Millan,
    membre  de  la  Commission plus particulièrement  chargé  des  politiques
    régionales,  a prise en 1989 lorsqu'il a invité les villes de Londres  et
    de   Marseille   - deux  villes  ne  bénéficiant   pas,   par   ailleurs,
    d'interventions  du  Fonds régional de la Communauté -  à  présenter  des
    projets  pilotes novateurs susceptibles d'être financés sur  des  crédits
    affectés à cet effet (1).
    Des décisions concernant le déblocage pour ces projets, d'un concours  du
    Fonds social européen (destiné essentiellement à cofinancer les  dépenses
    d'exploitation liées aux actions de formation) sont actuellement étudiées
    sous l'autorité de Mme Papandreou.
    En  ce  qui  concerne  la genèse de la  décision  susvisée,  M. Millan  a
    déclaré :
    "Nous devons opérer une sélection judicieuse des problèmes auxquels  nous
    essayons de nous attaquer avec les Fonds structurels de la Communauté  si
    nous  voulons  être sûrs de parvenir à de bons résultats.  Les  objectifs
    nº 1 et 2  de  la réforme des Fonds structurels mettent, à  juste  titre,
    l'accent  sur  les zones industrielles en déclin. En  sont  donc  exclues
    certaines zones urbaines qui connaissent de graves problèmes de poches de
    chômage  et  un  déclin de leur économie et de  leur  environnement.  Les
    habitants  et  les élus de ces zones urbaines se tournent  - ce  qui  est
    parfaitement  compréhensible -  vers la Communauté ainsi que  vers  leurs
    autorités  nationales et locales afin qu'elles soutiennent leurs  efforts
    pour venir à bout de ces problèmes. Les projets à cofinancer qui ont  été
    approuvés  aujourd'hui, représentent sans doute une modeste  contribution
    mais  la  Commission  estime que leurs  effets  s'étendront  au-delà  des
    localités concernées, dans la mesure où de nombreuses villes  connaissent
    les  mêmes  problèmes  que Londres et Marseille  et  où  elles  devraient
    pouvoir tirer profit de l'expérience acquise. Nous envisagerons d'étendre
    ces  projets pilotes à d'autres villes dont certaines ont  déjà  présenté
    des propositions à la Commission."
       
       (1) Article 10 du règlement FEDER nº 4254/88.
                                      - 2 -
    Les  projets concernant Londres et Marseille qui ont été conçus  par  les
    autorités   locales,  en  consultation  avec  les  autorités   nationales
    françaises  et  britanniques  et  la Commission,  visent  à  adopter  une
    nouvelle approche des problèmes urbains et à servir d'exemple à  d'autres
    villes européennes.
    Les objectifs de ces actions sont les suivants :
    -      introduction d'une activité économique dans les grands ensembles;
    -      réhabilitation    de   terrains   abandonnés,   amélioration    de
           l'environnement et meilleure utilisation de l'espace;
    -      orientation de l'emploi vers les collectivités locales concernées
           et extension à ces dernières d'autres avantages résultant des
           activités des secteurs porteurs locaux, y compris la réalisation
           de grands projets de développement qui pourraient sinon leur
           échapper;
    -      développement du potentiel économique des membres de minorités
           ethniques.
    A Londres, huit quartiers centraux ont été retenus, à savoir Brixton, à
    l'est de la Cité de Londres, Deptford, Finsbury Park et Seven Sisters,
    Central Hackney, Kings Cross, Lower Lea Valley et South Canning Town, une
    partie de Newham dans Custom House et la partie nord de Southwark. Il
    s'agit de petites zones urbaines comptant chacune entre 25 000 et
    50 000 habitants. La population des huits zones réunies est d'environ
    330 000 personnes.
    Au nombre des actions envisagées pour la ville de Londres figurent
    notamment les actions ci-après :
    -    reconversion de garages en ateliers et adoption de mesures visant à
         encourager la création de petites entreprises;
    -    actions de formation en faveur de minorités ethniques (par exemple,
         constitution d'équipes mobiles chargées de mener des actions de
         formation dans les grands ensembles);
    -    création d'un "Arts Technical Centre" et d'une unité de conception
         graphique assistée par ordinateur à Kings Cross.
    Les actions à mener à Marseille concernent trois cités périphériques, à
    savoir La Bricarde, La Castellane et le Plan d'Anjou qui comptent une
    population d'environ..... Deux projets doivent également être mis en
    oeuvre au Panier et dans le quartier de Belsunce, à proximité du
    centre-ville.
    Au nombre des actions envisagées pour la ville de Marseille figurent
    notamment les actions ci-après :
    -    mise en place d'infrastructures de loisirs et meilleure utilisation
         de l'espace dans les grands ensembles en vue de favoriser le
         développement commercial et économique;
                                      - 3 -
    -    reconversion en ateliers d'appartements en rez-de-chaussée
         connaissant des problèmes de sécurité en ateliers;
    -    création d'une équipe mobile chargée de mener des actions de
         formation au profit des habitants des trois cités susvisées et mise
         en oeuvre d'autres actions destinées à améliorer les perspectives
         d'emploi des intéressés;
    -    dans le quartier de Belsunce, à proximité du centre-ville, mise en
         oeuvre d'un projet intitulé "Cité de la musique", visant à étudier
         de quelle manière musique et culture peuvent promouvoir le
         développement économique.
    Ces deux projets pilotes sont de nature à développer la coopération
    interrégionale et les échanges d'idées entre les villes. Dans les deux
    cas, des comités seront institués pour suivre l'état d'avancement des
    projets et évaluer leurs résultats. Il est prévu d'organiser des réunions
    mixtes pour permettre aux villes de Londres et de Marseille de tirer
    directement profit des expériences de l'une et l'autre et d'améliorer
    ultérieurement leurs résultats.

Side Bar