Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN

  Sur la période 1976-1988, l'action de la Communauté envers 33 pays en
  voie de développement d'Asie et d'Amérique Latine ainsi que des
  organismes et instituts internationaux a mobilisé un total de 4.409
  millions d'ECU, essentiellement sous forme d'aide au développement
  (3.973 millions), l'aide humanitaire représentant 265 millions et la
  coopération économique, 171 millions, celle-ci s'étant développée très
  récemment mais à un rythme rapide.
  Au sein de l'aide au développement, ce sont l'aide alimentaire normale
  (1.836 millions d'ECU) et la coopération financière et technique
  (1.950 millions) qui dominent largement.
  Telles sont les chiffres citées par le rapport sur treize ans de
  coopération au développement de la Communauté avec les pays en voie de
  développement (PVD) d'Asie et d'Amérique Latine que la Commission
  vient d'adopter pour transmission au Conseil et au Parlement européen,
  qui l'avaient demandé.
  Selon le rapport, la répartition géographique de cette aide entre
  continents a atteint sur l'ensemble de cette période environ 74 % pour
  l'Asie et 26 % pour l'Amérique Latine.
  L'Inde a été le plus important bénéficiaire, suivie par le Bangladesh,
  la Thaïlande, le Pakistan et la Bolivie. Les pays les moins avancés
  (PMA) ont reçu 64 % des ressources.
  Conformément aux orientations du Conseil, 74 % des ressources engagées
  ont été affectées au secteur agricole ainsi qu'aux autres domaines
  ruraux.
  Du point de vue des versements, on constate que la moitié des
  ressources engagées sur l'ensemble de la période 1976-1988 a été
  effectivement versée aux bénéficiaires finaux, compte tenu de la
  nature des aides accordées (projets).
  Le rapport détaille, dans une analyse qualitative, les différentes
  actions financées par type d'action et secteur. Sont analysées
  notamment, outre l'appui au secteur rural au sens large, l'appui à la
  recherche agricole internationale, la reconstruction et la prévention
  de catastrophes, l'appui au secteur industriel ainsi que des thèmes
  spécifiques tels que stratégie et sécurité alimentaire, appui à la
  réforme agraire et au communautés traditionnelles, crédit rural et
  assistance technique.
  Le bilan spécifique constate que l'utilisation faite des crédits a
  bien répondu aux besoins prioritaires des PVD d'Asie et d'Amérique
  Latine ainsi qu'aux objectifs que la Communauté s'était fixés :
  concentration sur les pays les plus pauvres, production rurale, niveau
  de vie des populations les plus nécessiteuses, intégration régionale.
  Le rapport cite trois raisons pour un bilan positif : la Communauté a
  été capable, depuis 1976, d'étendre son action à l'ensemble des PVD,
  ce qui était l'objectif du Conseil; les objectifs opérationnels fixés
  par le Conseil ont été remplis (concentration sur les pays et les
  populations pauvres et sur le secteur agricole), et l'aide a été mise
  en oeuvre avec efficacité.
  En ce qui concerne les enseignements à retirer pour orienter l'action
  future, le rapport relève quatre points : nécessité d'accélerer les
  versements et de mettre au point des formes d'aide améliorées;
  recherche d'une meilleure intégration de tous les instruments
  communautaires de coopération financière et technique; recherche d'une
  coordination renforcée avec les Etats membres et, dans les cas
  appropriés, avec les institutions internationales, et recherche d'une
  révision du niveau global de l'aide.

Side Bar