Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN

  Apprendre a l'ordinateur a apprendre, a voir, a reconnaitre, a
  faire des connections, a juger, bref, en faire une replique des
  fonctions du cerveau humain : tel est l'objectif d'un projet
  ambitieux que compte lancer la Commission europeenne.
  En effet, a l'invitation du Vice-President, Karl Heinz NARJES,
  des personnalites renommees de differents horizons scientifiques
  de la Communaute europeenne ont decide mercredi a Bruxelles de
  preparer, d'ici le 5 mai 1987, un programme intitule "BRAIN" qui
  doit conforter l'avance sur la scene internationale acquise par
  les Europeens en matiere d'intelligence dite "adaptive" qui
  constitue une percee importante par rapport a la recherche sur
  l'intelligence "artificielle". Ce faisant, l'Europe anticipe sur
  l'ambitieux programme japonais mieux connu sous le nom de
  "frontiere humaine".
  Le gouvernement japonais, s'appuyant sur un schema desormais
  "classique" de la societe nippone, fonde sur le consensus entre
  pouvoirs publics et l'industrie et sur une strategie a long
  terme, a decide, a l'aide d'un budget de 2O0 milliards de yens
  sur dix ans, soit 1,3 milliards de dollars, de lancer un
  ambitieux programme destine a explorer la "machine humaine".
                "BRAIN" INTERESSE LE GOUROU AMERICAIN
  Des personnalites scientifiques europeennes de tout premier plan,
  c'est une coutume dans le monde scientifique, ont echange leurs
  vues a propos du projet "BRAIN" avec leurs homologues americains
  notamment. Dans ce cas par exemple, le Professeur John HOPFIELD,
  du California Institute of Technology (San Diego), le "gourou
  mondial" en matiere d'intelligence artificielle, a estime que le
  projet "BRAIN" meritait la priorite au niveau europeen.
  Les personnalites scientifiques reunies par la Commission
  europeenne le 11 fevrier dernier ont charge six de leurs
  collegues de preparer un programme d'ensemble pour le mois de
  mai prochain. Celui sera ensuite soumis aux membres du Comite
  pour le Developpement Europeen de la Science et de la Technologie
  (CODEST), organe compose de sommites scientifiques qui
  conseillent la Commission europeenne.
                                - 2 -
  Les potentialites de "BRAIN" (Basic Research in Adaptive
  Intelligence and Neurocomputing) sont considerables : a titre
  d'exemple de marches d'avenir, l'on retiendra la robotique
  notamment. L'intelligence artificielle ou, selon la formule
  retenue par les experts europeens, l'intelligence "adaptive"
  devrait aboutir a la mise au point de robots industriels qui
  pourraient litteralement voir ce qu'ils font, alors
  qu'aujourd'hui ils executent encore aveuglement des fonctions
  programmees au prealable.
  Concretement, l'intelligence "adaptive" vise a enrichir les
  fonctions de l'ordinateur : s'il est vrai que ce dernier est
  d'une rapidite infiniment plus grande que le cerveau humain pour
  le calcul, ses fonctions sont pour l'instant limitees a des
  sequences. Le cerveau humain en revanche est beaucoup plus riche
  que l'ordinateur parce qu'il est capable de reagir simultanement
  a plusieurs sollicitations et surtout parce que son processus
  d'apprentissage se modifie continuellement.
  Le budget potentiel de lancement du programme pourrait etre de
  quelque 2O millions d'ECUS pour la periode 1987/88, dans le cadre
  du programme de stimulation de la recherche europeenne (l'Europe
  des chercheurs) adopte en 1984 et portant sur la periode 1985/88.
  A titre de comparaison, il est utile de rappeler que le Japon a
  prevu pour l'annee 1987, au titre de la phase d'etude de
  faisabilite du projet "frontiere humaine" un budget de
  197 millions de yens (1 ECU = 174 yens).
  Les six personnalites chargees de la preparation de l'action sont
  - le Docteur G. TOULOUSE (Laboratoire de Physique - Ecole Normale
  superieure - Paris)
  - M. ROLLS, Department of Experimental Psychology - Oxford
  - Le Professseur D. J. WALLACE _ Department of Physics University
  of Edinburgh
  - Le Docteur C. VON DER MALSBURG - Departement de Neurobiologie
  Institut Max-Planck - Goettingen
  - Le Professeur W. SINGER - Institut Max-Planck pour la recherche
  sur le cerveau - Francfort
  - Le Professeur G. PARISI - Departement de physique - Universite
de Rome 1

Side Bar