Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Enquête Eurobaromètre standard de l'automne 2018: l'image positive de l'UE domine à la veille des élections européennes

Bruxelles, le 21 décembre 2018

Selon une nouvelle enquête Eurobaromètre publiée aujourd'hui, pour la première fois, une majorité d'Européens pensent que leur voix compte dans l'UE. Le nombre d'Européens ayant une image positive de l'UE augmente.

Le soutien à l'Union économique et monétaire reste fort et atteint un niveau historiquement élevé dans la zone euro.

Ce sont là quelques-uns des principaux résultats de la dernière enquête Eurobaromètre standard menée entre le 8 et le 22 novembre et publiée aujourd'hui.

1. Les indicateurs politiques positifs sont à la hausse

Pour la première fois depuis que la question est posée, une majorité d'Européens s'accordent à dire que «leur voix compte dans l'UE» (49 %, +4 points de pourcentage depuis le printemps 2018), tandis que 47 % ne sont pas d'accord avec cette affirmation (-2 depuis le printemps 2018) et 4 % (-2) ont répondu «je ne sais pas». Dans 16 États membres de l'UE, une majorité de répondants s'accordent à dire que leur voix compte dans l'Union européenne, les scores les plus élevés étant enregistrés au Danemark (73 %), en Suède (71 %) et en Allemagne (70 %).

43 % des Européens ont une image positive de l'UE (+3 points de pourcentage par rapport au printemps 2018), ce qui représente le plus haut niveau depuis l'automne 2009. Plus d'un tiers des répondants ont une image neutre de l'UE (36 %, -1 par rapport au printemps 2018), tandis qu'un cinquième d'entre eux ont une image négative (20 %, -1) et 1 % n'ont pas d'avis. Depuis la dernière enquête Eurobaromètre standard du printemps 2018, la part des répondants ayant une image positive de l'UE a augmenté dans 17 États membres de l'UE, la progression étant la plus forte en Suède (53 %, +11), en Espagne (43 %, +10) et au Royaume-Uni (43 %, +9).

La confiance dans l'UE s'est stabilisée à 42 % et reste à son niveau le plus élevé depuis l'automne 2010. La confiance règne dans 17 États membres de l'UE (15 au printemps 2018), les pourcentages étant les plus élevés en Lituanie (65 %), au Danemark (60 %) et en Suède (59 %). La confiance dans l'UE reste plus élevée que celle dans les gouvernements ou parlements nationaux. 42 % des Européens font confiance à l'Union européenne, tandis que 35 % font confiance à leur Parlement et à leur gouvernement nationaux (+1 point de pourcentage dans les deux cas par rapport au printemps 2018).

2. Soutien à la citoyenneté de l'UE et à la libre circulation dans tous les États membres

Dans l'ensemble des 28 États membres, une majorité de répondants se sentent citoyens de l'UE: 71 % dans toute l'UE (+1 point de pourcentage depuis le printemps 2018), et au niveau national, ce sentiment va de 89 % au Luxembourg à 51 % en Bulgarie.

Une grande majorité de répondants soutiennent «la libre circulation des citoyens de l'UE» (83 %, +1 point de pourcentage depuis le printemps 2018) et dans chaque État membre de l'UE, plus de deux tiers des répondants partagent cet avis.

3. Le soutien ferme en faveur de l'euro est confirmé

20 ans après l'introduction de notre monnaie unique, le soutien à l'Union économique et monétaire ainsi que le soutien en faveur de l'euro demeurent à un niveau historiquement élevé, trois quarts des répondants (75 %, +1 point de pourcentage) dans la zone euro soutenant la monnaie unique de l'UE.

Une majorité de citoyens de l'UE pensent que la situation de l'économie européenne est «bonne» (49 %), soit une légère baisse depuis le printemps 2018 (-1 point de pourcentage). 38 % des répondants estiment que l'économie européenne est «mauvaise» (+ 1), et 13 % n'ont pas d'avis.

Les opinions positives sur la situation de l'économie nationale (49 %, pas d'évolution) continuent de l'emporter sur les opinions négatives (48 %, +1), mais avec une marge d'un point. La majorité des répondants dans 16 États membres de l'UE (14 au printemps 2018) indiquent que la situation économique nationale est bonne. Malte (95 %), ainsi que le Luxembourg et les Pays-Bas (tous deux 91 %) sont les pays affichant les pourcentages les plus élevés. Au Danemark, en Allemagne, en Suède (chacun 88 %), ainsi qu'en Autriche (81 %), plus de huit répondants sur dix partagent également ce point de vue. Les pourcentages les plus faibles sont observés en Grèce (6 %), en Croatie (16 %), ainsi qu'en Espagne et en Bulgarie (toutes deux 18 %).

4. La migration et le terrorisme restent les principales préoccupations des Européens

L'immigration reste la principale préoccupation au niveau de l'UE, avec 40 % des mentions (+2 points de pourcentage depuis le printemps 2018). Elle est citée deux fois plus souvent que le terrorisme (20 %), qui reste la deuxième préoccupation la plus importante, malgré une forte baisse (-9 depuis le printemps 2018). L'état des finances publiques des États membres occupe la troisième position (19 %, +2): il fait partie des trois principales préoccupations pour la première fois depuis l'automne 2014, dépassant les préoccupations relatives à la situation économique, désormais en quatrième position (18 %, pas d'évolution) pour la première fois depuis l'automne 2010. Le changement climatique est une préoccupation principale pour 16 % des répondants et enregistre la plus forte hausse (+5 points de pourcentage), pour atteindre la cinquième position.

Même si le chômage se classe sixième au niveau de l'UE (13 %, soit le niveau le plus faible pour cet indicateur depuis 2010), il reste la principale préoccupation au niveau national (23 %, -2 points de pourcentage). Il s'agit du score le plus faible depuis 2007. La hausse des prix/de l'inflation/du coût de la vie (21 %, +4) est deuxième à égalité avec l'immigration (21 %, pas d'évolution). C'est la première fois depuis l'automne 2008 que les préoccupations relatives au coût de la vie figurent parmi les deux principales au niveau national. La santé et la sécurité se classent en quatrième position, avec 20 % des mentions (-3) et repassent au niveau observé à l'automne 2017. La situation économique (15 %, pas d'évolution) et les pensions (15 %, -2) partagent la cinquième position, juste au-dessus des questions environnementales, climatiques et énergétiques (14 %, +4), qui ont atteint un nouveau pic.

 

Contexte

L'«enquête Eurobaromètre standard de l'automne 2018» (EB 90) s'est fondée sur des entretiens individuels menés entre le 8 et le 22 novembre 2018. 32 600 personnes ont été interrogées dans les États membres de l'UE[1] et dans les pays candidats[2].

[1] 27 424 entretiens dans les 28 États membres de l'UE.

[2] Les 28 États membres de l'Union européenne (UE), cinq pays candidats (l'ancienne République yougoslave de Macédoine, la Turquie, le Monténégro, la Serbie et l'Albanie) et la communauté chypriote turque établie dans la partie du pays qui n'est pas contrôlée par le gouvernement de la République de Chypre.

 

Pour en savoir plus

Eurobaromètre standard 90

 

ANNEXE

1. «Ma voix compte dans l'UE»

Perception de la situation de l'économie européenne

 

2. Image de l'UE

1.

 

3. Confiance dans l'UE

Image de l'UE

 

4. Le soutien en faveur de l'euro demeure à son niveau le plus élevé

 Confiance dans l'UE

 

5. Perception de la situation de l'économie européenne

Perception de la situation de l'économie européenne

 

6. Perception de la situation de l'économie nationale

Perception de la situation de l'économie nationale

 

 7. Libre circulation

Libre circulation

 

8. Citoyenneté de l'UE

Citoyenneté de l'UE

 

9. Principaux défis auxquels l'UE est confrontée 

 Libre circulation

 Deux réponses maximum – six points les plus fréquemment mentionnés

 

10. Principaux défis au niveau national

 Citoyenneté de l'UE

 Deux réponses maximum – six points les plus fréquemment mentionnés

 

IP/18/6896


Side Bar