Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Une enquête de la Commission européenne révèle des citoyens inquiets face au risque d'ingérence à quelques mois des élections européennes

Bruxelles, le 26 novembre 2018

La Commission européenne dédie le colloque 2018 sur les droits fondamentaux à la "démocratie dans l'Union européenne", un thème d'actualité au moment où les européens s'inquiètent de l'ingérence dans les élections.

Une nouvelle enquête Eurobaromètre, publiée aujourd'hui, dévoile les attentes des Européens pour les élections européennes de mai 2019 et les facteurs qui les inciteraient à voter. L'enquête montre également qu'une majorité de citoyens européens s'inquiète du fait que des campagnes de désinformation, des violations de données et des cyberattaques puissent perturber les processus électoraux.

Le Colloque annuel 2018 sur les droits fondamentaux rassemble des responsables politiques, des chercheurs, des journalistes, des organisations non gouvernementales et des militants en vue d'une discussion sur la manière de rendre nos démocraties plus résilientes et inclusives, de soutenir la société civile et de mieux préserver le caractère libre et équitable des élections.

M. Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne, a déclaré: «Nos études montrent que la désinformation suscite de vives préoccupations, ce qui a comme aspect positif que de plus en plus de citoyens font preuve d'esprit critique face aux informations qu'ils reçoivent, et sont tout à fait conscients des potentiels éléments perturbateurs qui aspirent à influencer ce qu'ils lisent et pensent, afin de manipuler leur vote. Or il est essentiel que les citoyens exercent leur droit de vote pour que notre démocratie européenne conserve sa légitimité. Et c'est pour cela que nous tous, les institutions de l'UE comme les États membres, devons protéger nos élections et renforcer notre démocratie.»

 Et Mme Vĕra Jourová, commissaire européenne chargée de la justice, des consommateurs et de l'égalité des genres, d'ajouter: «Cette enquête confirme que les Européens savent que les élections à venir ne seront pas comme les autres. Ils attendent des mesures garantissant des élections équitables et sûres. Ils souhaitent aussi obtenir davantage d'informations sur l'UE et voir de nouvelles personnalités politiques s'y présenter. Nous travaillons à lutter contre l'utilisation frauduleuse des données et la désinformation, et à mieux protéger nos élections. Mais les gouvernements des pays de l'UE et tous les partis politiques doivent également pleinement s'investir. Nous ne pouvons répondre aux attentes des citoyens que si nous œuvrons de concert».

Ce que veulent les Européens en vue des élections européennes

42 % des Européens se sont rendus aux urnes lors des élections européennes de 2014. Les chiffres publiés aujourd'hui indiquent ce qui pourrait inciter davantage d'Européens à voter:

  • 43 % des personnes interrogées souhaitent recevoir davantage d'informations sur l'Union européenne et son incidence sur leur quotidien;
  • 31 % des personnes interrogées souhaitent voir davantage de jeunes candidats aux élections.

La Commission Juncker travaille activement à rapprocher l'UE de ses citoyens. Les commissaires européens sont allés à la rencontre de ces derniers, et ont participé à plus de 1 000 Dialogues avec les citoyens depuis le début de leur mandat.

La Commission a lancé plusieurs campagnes, dont notamment la campagne EU Protects (L'UE protège) et la campagne EU and Me (L'UE et moi), qui s'adresse aux générations plus jeunes. En amont des élections, la Commission européenne et le Parlement européen mèneront des campagnes de sensibilisation afin d'inciter les citoyens à voter.

Inquiétudes liées aux élections

Les chiffres publiés aujourd'hui montrent que les Européens s'inquiètent d'une ingérence dans les élections:

  • 61 % s'inquiètent de la manipulation potentielle des élections du fait de cyberattaques,
  • 59 % s'inquiètent de l'influence sur les élections d'acteurs étrangers et de groupes criminels,
  • 67 % s'inquiètent de l'utilisation des données personnelles laissées en ligne à des fins de ciblage des messages politiques.

Cependant, les Européens s'accordent en grande majorité (entre 74 % et 81 %) sur la manière de faire face à ces menaces:

  • en rendant les plateformes de médias sociaux plus transparentes, notamment en indiquant clairement l'origine des publicités en ligne;
  • en donnant à tous les partis politiques un égal accès aux services en ligne permettant d'obtenir l'attention des électeurs;
  • en donnant un droit de réponse aux candidats ou partis politiques sur les réseaux sociaux;
  • en instaurant en ligne la même période de silence électoral que celle qui existe déjà pour les médias traditionnels.

Faire face aux défis

En septembre, la Commission européenne a déjà présenté un ensemble de mesures concrètes visant à garantir que les élections de l'année prochaine au Parlement européen se déroulent de manière libre, équitable et sûre. Ces mesures comprennent une plus grande transparence des publicités politiques en ligne, et la possibilité de sanctionner l'utilisation illégale de données personnelles en vue d' influencer de façon délibérée le résultat des élections européennes.

La Commission européenne a également mis en place un réseau européen de coopération électorale, qui se réunira pour la première fois en janvier 2019. La Commission invite les États membres à désigner au plus vite leurs représentants au sein de ce réseau. Le Colloque sur les droits fondamentaux étudiera des solutions potentielles en amont de la première réunion du réseau.

La Commission européenne prend également des mesures en matière de désinformation. Le mois dernier, des entreprises technologiques de premier plan ont signé le code de bonnes pratiques contre la désinformation. Ce code contribuera à rendre les publicités politiques parrainées en ligne plus transparentes. La Commission européenne et le Service européen pour l'action extérieure (SEAE) finalisent actuellement un plan d'action commun sur la désinformation, afin de mettre au point une réponse coordonnée, tant au niveau de l'Union qu'au niveau national, à la menace que constitue la désinformation. Ce plan d'action doit être adopté dans les semaines à venir.

Historique du dossier

L'enquête Eurobaromètre Démocratie et élections a été menée en face à face au domicile des 27 474 personnes interrogées, dans 28 États membres de l'UE.

L'ensemble de mesures de protection des élections européennes est axé sur les éléments suivants:

  • Protection des données: améliorer la protection des données personnelles dans le contexte électoral
  • Transparence: garantir la transparence des publicités politiques en ligne
  • Cybersécurité: protéger les élections des cyberattaques
  • Coopération: renforcer la coopération au niveau national et européen pour lutter contre les menaces potentielles pesant sur les élections au Parlement européen
  • Sanctions appropriées: garantir le respect par tous des règles électorales

Pour en savoir plus

L'Eurobaromètre Démocratie et élections - rapport et fiches d'information

État de l'Union 2018: garantir des élections européennes libres et équitables

Colloque annuel 2018 sur les droits fondamentaux

 

IP/18/6522

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar