Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

Concentrations: la Commission autorise, sous conditions, l'acquisition de Shire par Takeda

Bruxelles, le 20 novembre 2018

La Commission européenne a autorisé, en vertu du règlement de l'UE sur les concentrations, le rachat de Shire par Takeda Pharmaceutical Company. La décision est subordonnée à la cession d'un produit de traitement biologique actuellement développé par Shire pour traiter la maladie inflammatoire de l'intestin.

Margrethe Vestager, commissaire pour la politique de concurrence, a déclaré à ce propos: «Dans le cas de nombreuses maladies, il n'existe qu'un nombre limité de traitements efficaces et sûrs. La maladie inflammatoire de l'intestin est l'une d'elles. Il s'agit d'une maladie chronique qui a des effets dévastateurs sur la vie des patients. Il est donc essentiel que les entreprises continuent à développer de nouveaux produits prometteurs pour la traiter. Nous pouvons aujourd'hui autoriser la concentration entre Shire et Takeda, mais uniquement sous réserve de la cession du produit que Shire développe pour traiter la maladie et qui aurait été perdu à l'issue de la concentration. Cette mesure préservera l'innovation sur ce marché et, chose importante, elle élargira l'éventail des traitements proposés aux patients.»

L'enquête de la Commission

L'enquête de la Commission s'est concentrée sur les traitements de la maladie inflammatoire de l'intestin (MII), et en particulier sur les traitements biologiques de la maladie, pour lesquels les activités de Shire et de Takeda se chevauchent.

La MII est une maladie chronique qui est souvent diagnostiquée chez les patients à un jeune âge. Les traitements conventionnels, comme les anti-inflammatoires et les corticostéroïdes, n'ayant qu'un effet limité, les patients se voient prescrire des traitements biologiques lorsque la maladie s'aggrave.

Takeda propose déjà un traitement biologique très efficace de la MII, l'Entyvio, qui appartient à une catégorie de traitements biologiques appelés les «anti-intégrines». Ce type de traitement biologique a pour avantage d'offrir une plus grande sécurité d'utilisation, que ce soit chez les patients plus âgés ou très jeunes ou chez ceux présentant des problèmes médicaux existants ou ayant mal réagi aux médicaments par le passé. Chez certains patients souffrant de la MII, les anti-intégrines sont le seul type de traitement biologique pouvant être prescrit.

Shire développe actuellement un traitement biologique qui appartient à la même catégorie, à savoir les anti-intégrines. Ce traitement aurait donc dû être un concurrent direct de l'Entyvio lors de sa mise sur le marché.

La Commission craignait que le rachat, tel que notifié à l'origine, entraîne une perte d'innovation et une réduction de la concurrence potentielle future.

L'enquête menée sur le marché par la Commission a notamment conclu que Takeda ne poursuivrait certainement pas le développement du nouveau traitement de Shire à base d'anti-intégrines. Il en aurait résulté une grave perte d'innovation sur un marché où les patients ne disposent pas actuellement de possibilités de traitement en nombre suffisant. Cela n'aurait pas non plus permis de commercialiser un produit en mesure de concurrencer l'Entyvio et d'entraîner une baisse des prix pour ce type de traitement biologique.  

Les mesures correctives proposées

Afin de dissiper les inquiétudes de la Commission en matière de concurrence, Takeda a proposé que le produit actuellement développé par Shire et qui devrait concurrencer l'Entyvio soit cédé, avec les droits liés à son développement, à sa fabrication et à sa commercialisation, à un acquéreur qui serait disposé à mettre au point le médicament.

Ces engagements suppriment donc totalement le chevauchement entre les activités de Takeda et celles de Shire sur le marché sur lequel la Commission a constaté des problèmes de concurrence.

La Commission a dès lors conclu que l'opération envisagée, telle que modifiée par les engagements, ne poserait plus de problème de concurrence. La décision est subordonnée au respect intégral des engagements contractés.

Les sociétés concernées

TakedaPharmaceutical Company Limited, dont le siège est au Japon, est une société pharmaceutique mondiale active dans quatre grands domaines thérapeutiques: l'oncologie, la gastroentérologie, les neurosciences et les vaccins.

Shire plc, dont le siège est en Irlande, est une société biopharmaceutique mondiale spécialisée dans le développement des traitements des maladies rares dans un large éventail de domaines thérapeutiques dont l'immunologie, l'hématologie, les neurosciences, la gastroentérologie et les maladies génétiques.

Règles et procédures en matière de contrôle des concentrations

L'opération a été notifiée à la Commission le 28 septembre 2018.

La Commission a pour mission d'apprécier les fusions et les acquisitions entre entreprises dont le chiffre d'affaires dépasse certains seuils (voir l'article 1er du règlement sur les concentrations) et d'empêcher les concentrations qui entraveraient de manière significative l'exercice d'une concurrence effective dans l'EEE ou une partie substantielle de celui-ci.

La grande majorité des concentrations notifiées ne posent pas de problème de concurrence et sont autorisées après un examen de routine. À partir de la date de notification d'une opération, la Commission dispose en général d'un délai de 25 jours ouvrables pour décider d'autoriser cette opération (phase I) ou d'ouvrir une enquête approfondie (phase II). Ce délai est porté à 35 jours ouvrables si des mesures correctives sont présentées par les parties, comme en l'espèce.

Des informations plus détaillées seront disponibles sur le site web de la DG Concurrence, dans le registre public des affaires de concurrence de la Commission, sous le numéro M.8955.

 

 

IP/18/6497

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar