Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

La Commission publie un rapport sur le développement des protéines végétales dans l'UE

Bruxelles, le 22 novembre 2018

Le rapport pointe l'existence d'un potentiel de croissance pour les protéines végétales de l'UE dans les secteurs des aliments pour animaux de qualité supérieure et des denrées alimentaires, en raison de la demande des consommateurs.

La Commission européenne a adopté aujourd'hui son rapport sur le développement des protéines végétales dans l'Union européenne (UE). Ce rapport dresse un état de l'offre et de la demande de protéines végétales (telles que les graines de colza et de tournesol ou les lentilles) dans l'UE et examine les manières d'accroître leur production d'une manière rationnelle sur le plan économique et dans le respect de l'environnement.

M. Phil Hogan, Commissaire à l'agriculture et au développement rural, a déclaré: "Les protéines végétales sont une composante essentielle du secteur agroalimentaireeuropéen, qui produit des denrées alimentaires et des boissons répondant aux normes qualitatives les plus élevées au monde. Cependant, en raison de facteurs divers liés au marché et au climat, la productioneuropéenne de protéagineux ne suffit pas à satisfaire une demande croissante. À cet égard, je souhaiteégalement saluer la volonté affirmée du Parlement européen de renforcer le soutien à la production deprotéines végétales en Europe. Le rapport adopté aujourd'hui sera un point de départ important pour undébat au niveau européen afin de définir le chemin à suivre de manière durable. Il s'agit d'une tâche qui nesaurait être menée à bien par la Commission seule et qui nécessitera la contribution active de tous lesacteurs concernés.»

Le rapport présente un certain nombre d'instruments existants ou faisant partie des propositions pour la future PAC susceptibles de contribuer au développement économique et écologique des protéagineux au sein de l'UE.  On citera, parmi ces mesures:

  • le soutien aux producteurs de protéines végétales dans le cadre de la future PAC, par leur inclusion dans les plans stratégiques nationaux relevant de cette politique. Il s'agira notamment de reconnaître les bénéfices des légumineuses sur le plan de l'environnement et des objectifs climatiques par des programmes écologiques et des engagements en matière de gestion de l'environnement et du climat dans le cadre des programmes de développement rural, de mobiliser les aides au développement rural, par exemple pour encourager les investissements et la coopération tout au long de la chaîne de production alimentaire, et de mettre en place l'aide couplée au revenu;
  • l'accroissement de la compétitivité grâce à la recherche et à l'innovation issues des programmes de recherche de l'UE et des États membres et au budget deux fois plus important accordé au programme Horizon Europe pour la période 2021-2027;
  • l'amélioration de l'analyse et de la transparence des marchés grâce à de meilleurs outils de suivi;
  • les actions de sensibilisation aux bienfaits des protéines végétales sur le plan de la nutrition, de la santé, du climat et de l'environnement avec le soutien du programme de promotion de la Commission, doté d'une enveloppe de près de 200 millions d'euros en 2019;
  • l'intensification des échanges de savoirs et de bonnes pratiques en matière de gestion de la chaîne d'approvisionnement et de pratiques agronomiques durables, par exemple au moyen d'une plateforme en ligne spécialisée.

Situation des protéines végétales dans l'UE

La demande de protéines végétales en Europe est élevée: environ 27 millions de tonnes de protéines brutes en 2016/2017. Or, le taux d'autosuffisance de l'UE varie considérablement selon l'origine de ces protéines (à titre d'exemple, il est de 79 % pour les graines de colza et de 5 % pour le soja). L'UE importe de ce fait chaque année environ 17 millions de tonnes de protéines brutes, dont 13 millions à base de soja. Cependant, des tendances favorables se font jour: la surface consacrée au soja dans l'UE a doublé, atteignant près d'un million d'hectares depuis la réforme de la PAC en 2013. La production de légumineuses (pois fourragers, fèveroles, lentilles, pois chiches) a quant à elle quasiment triplé dans l'UE depuis 2013.

Bien que l'alimentation animale demeure le principal débouché (93 %) de ces produits, le marché des protéines végétales a connu une importante segmentation, avec une demande croissante dans les secteurs des aliments pour animaux de qualité supérieure et des denrées alimentaires. Le marché des protéines végétales destinées à la production de denrées alimentaires connaît actuellement une croissance à deux chiffres, stimulée par la recherche de substituts à la viande et aux produits laitiers.

Contexte

Le rapport présenté aujourd'hui vise à répondre à l'engagement pris par la Commission de faire le point sur la situation de l'offre et de la demande de protéines végétales dans l'UE et d'examiner les possibilités de développer plus avant leur production d'une manière rationnelle sur le plan économique et dans le respect de l'environnement.

Le Parlement européen a par ailleurs appelé de ses vœux, dans un rapport adopté en avril 2018, une stratégie européenne en faveur des protéagineux dans l'UE.

Pour en savoir plus

Rapport sur le développement des protéines végétales en Europe

Programme de la conférence de 2018 sur les protéines végétales en Europe

IP/18/6495

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar