Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

L'alliance européenne pour les batteries: en un an seulement, des avancées importantes dans la mise en place d'une industrie de fabrication de batteries en Europe

Bruxelles, le 15 octobre 2018

en un an seulement, des avancées importantes dans la mise en place d'une industrie de fabrication de batteries en Europe

Un an après le lancement de l'alliance européenne pour les batteries, le plan d'action de la Commission est en place, les premières installations de production pilotes sont en cours de construction et d'autres projets sont annoncés afin de faire de l'UE le leader du secteur stratégique de la fabrication de batteries et de l'innovation en la matière.

Les batteries seront aussi essentielles à l'industrie automobile du 21e siècle que l'ont été les moteurs à combustion au 20e siècle. Si l'UE veut conserver sa position de leader non seulement dans le secteur automobile, mais aussi dans celui des systèmes d'énergie propre, elle doit se doter d'une capacité indépendante de développement et de production de batteries. Aujourd'hui, le vice-président Šefčovič organise une réunion à haut niveau avec les représentants des États membres et des PDG afin de présenter les principales avancées et d'examiner les prochaines étapes décisives.

M. Maroš Šefčovič, vice-président pour l'union de l'énergie, a déclaré à ce propos: «Je suis fier de voir l'effet d'entraînement produit par l'alliance européenne pour les batteries. À l'occasion de la commémoration de son premier anniversaire, nous pouvons montrer comment les différentes pièces du puzzle s'assemblent grâce à notre collaboration avec la Banque européenne d'investissement, plusieurs gouvernements et l'industrie. Nous sommes en train de bâtir une chaîne de valeur compétitive complète en Europe, centrée sur une fabrication durable des batteries. Et nous faisons cela à la vitesse de la lumière.»

Mme Elżbieta Bieńkowska, commissaire pour le marché intérieur, l'industrie, l'entrepreneuriat et les PME, s'est exprimée en ces termes: «Cette alliance est au cœur de notre politique industrielle. Un secteur des batteries puissant est exactement ce qu'il nous faut pour répondre à notre ambition de promouvoir la mobilité propre. Les voitures électriques sont certes l'exemple type, mais nous pensons aussi déjà à la manière dont l'alliance pour les batteries pourrait être utile aux camions, à la navigation maritime et aux ferries. Si l'Europe veut devenir leader dans ce domaine et être capable de concurrencer les autres grands acteurs industriels dans le monde, nous n'avons pas de temps à perdre.»

Pour l'Europe, la production de batteries constitue un impératif stratégique, tant pour la transition vers les énergies propres et la modernisation que pour la compétitivité de son industrie, notamment le secteur automobile. Cela permettra, dans le même temps, de favoriser l'emploi et la croissance, de stimuler la recherche et l'innovation et de préparer l'industrie européenne à soutenir les engagements en faveur du climat prévus par l'Union pour lutter contre le changement climatique dans le cadre de l'accord de Paris. En outre, la «nouvelle stratégie de politique industrielle» de la Commission vise à faire de l'UE le leader mondial en matière d'innovation, de numérisation et de décarbonisation.

Le plan d'action stratégique pour les batteries couvrait toutes les activités susceptibles d'aider les États membres, les régions et l'industrie européenne à développer des projets compétitifs, innovants et durables de fabrication de batteries dans l'UE, y compris des mesures concernant l'accès aux matières premières, la recherche et l'innovation, les compétences et le cadre réglementaire qui contribueront à assurer que les batteries mises sur le marché soient non seulement compétitives, de haute qualité et sûres, mais aussi durables et recyclables. Le plan d'action a été élaboré sur la base des discussions menées avec les principaux acteurs de l'industrie, les États membres intéressés et la Banque européenne d'investissement.

Du côté de l'industrie, on a déjà pu observer des progrès considérables dans de nombreux domaines.

Sur l'écosystème de l'UE:

En moins d'un an, l'InnoEnergy de l'Institut européen d'innovation et de technologie (EIT) a réussi à mobiliser et à diriger un réseau de près de 260 acteurs de l'industrie et de l'innovation, provenant de tous les segments de la chaîne de valeur des batteries. Ces acteurs clés se sont engagés à investir dans des actions et des projets qu'ils ont collectivement érigés en priorités absolues, allant de la fabrication de cellules au renforcement de la coopération entre universités et entreprises pour mettre en place des programmes d'éducation et de formation pertinents, en passant par l'utilisation en seconde vie des batteries, le label écologique, la réduction de l'empreinte carbone dans la fabrication, un centre d'échange pour le recyclage des batteries et le «véhicule-réseau».

Sur les projets de fabrication:

matériaux de batteries

  • Umicore a annoncé en juin 2018 un investissement important en Pologne — Nysa — pour la production de matériaux de cathode. L'usine s'appuiera sur les technologies de pointe et devrait commencer les opérations de livraison à la fin de 2020. En outre, un nouveau centre de compétences en matière de processus sera construit en Belgique afin de mettre au point et de développer des technologies de production à haut rendement.
  • BASF est un acteur majeur sur le marché des matériaux de batterie. L'entreprise s'attend à ce que le marché des batteries au lithium-ion connaisse une croissance rapide et prévoit de renforcer ses capacités de production en Europe.
  • Solvay travaille au développement d'électrolytes et de liants et séparateurs d'électrodes de pointe qui sont nécessaires pour les batteries hautement performantes. L'entreprise envisage de construire une usine en Europe.

Cellules de batteries

  • Les travaux de construction d'une ligne de démonstration dans le cadre d'un projet mené par le Suédois Northvolt (avec un prêt de 52,5 millions d'euros de la Banque européenne d'investissement) ont déjà commencé.
    La production doit débuter au second semestre de 2019. Northvolt a en outre obtenu le permis de construire une installation à plus grande échelle à Skellefteå en Suède. L'objectif est de porter la production jusqu'à 32 GWh en 2023.
  • Le groupe BMW, Northvolt et Umicore ont formé un consortium technologique conjoint afin de poursuivre, en collaboration étroite, le développement d'une chaîne de valeur complète et durable pour les cellules de batteries destinées aux véhicules électriques en Europe.
  • Le fabricant de batteries SAFT a annoncé, en février 2018, la création d'un consortium avec Solvay, Umicore, Manz et d'autres afin de développer et de fabriquer des cellules de batteries, en commençant par la technologie Li-ion avancée, suivie de l'état solide du Li-ion.
  • Siemens travaille, avec l'ensemble de la chaîne de valeur de la fabrication de cellules, à la résolution des problèmes de fabrication et a récemment commencé à tester les premières lignes de production entièrement automatisées et numérisées en Europe.
  • Les entreprises et les instituts de recherche en Allemagne travaillent avec la grande ambition d'établir en temps utile une production de cellules de batteries en Allemagne.
  • D'autres opérateurs de l'UE construisent également des installations pour produire des cellules de batteries, notamment pour des applications de stockage de l'énergie (FAAM en Italie et MES en Tchéquie).

Cette liste d'investissements et de projets annoncés de fabrication n'est en aucun cas exhaustive.

La Commission a commencé par la mise en œuvre rapide du plan d'action stratégique pour les batteries. Les actions clés sont actuellement en cours:

  1. Le cadre réglementaire — les travaux relatifs à un nouveau règlement sur l'écoconception vont bon train afin de fixer les critères de performance et de durabilité auxquels les batteries devront satisfaire pour être mises sur le marché de l'UE. L'étude préparatoire est en cours d'élaboration et une première consultation publique des parties prenantes sera organisée le 20 décembre à Bruxelles. Dans le contexte de l'écoconception des batteries, le Centre commun de recherche de la Commission a également publié aujourd'hui les résultats d'une enquête sur les normes relatives aux batteries. Le rapport de la Commission sur l'évaluation de la directive européenne relative aux piles et aux accumulateurs devrait également être publié avant la fin de l'année. Il portera notamment sur la collecte des déchets de piles et d'accumulateurs, les niveaux de recyclage atteints dans l'UE ou le système d'étiquetage. Les résultats de l'étude réalisée à l'appui de cette évaluation seront disponibles d'ici à la fin du mois d'octobre.
  2. Matières premières – la conférence à haut niveau sur les matières premières qui se tiendra le 14 novembre à Bruxelles visera à formuler des recommandations sur la base du dialogue lancé par la Commission avec les États membres sur les matières premières utilisées dans la production des batteries, en vue de définir des conditions-cadres attractives pour l'exploration, l'extraction et le recyclage de ces matières premières en Europe. La Commission demande à l'industrie de construire également des capacités de raffinage de matières premières dans l'UE.
  3. Partenariat interrégional sur les batteries — un partenariat interrégional sur les batteries a été institué dans le cadre d'un atelier organisé le 8 octobre. La Slovénie a proposé d'assumer le rôle de chef de file avec 7 régions au total en ce qui concerne les matériaux avancés. Ce partenariat bénéficiera du soutien d'équipes spéciales constituées au sein de la Commission et pourra également bénéficier de services de conseil externes en vue d'accélérer le passage aux activités d'extrapolation et de commercialisation. Un autre partenariat mené par la Lombardie dans le domaine de la dé-et-refabrication des batteries est déjà bien avancé dans la mise en place d'un réseau d'installations de démonstration pilotes pour le recyclage. En fonction de leurs atouts particuliers respectifs, plusieurs régions manifestent actuellement un intérêt pour l'un ou l'autre de ces partenariats. Un soutien financier est apporté par le Fonds européen de développement régional (FEDER).
  4. Recherche — le 24 janvier 2019, un appel sera lancé pour un budget total de 114 millions d'euros provenant du programme de recherche et d'innovation de l'UE Horizon 2020 dans le domaine des batteries, soutenant également les objectifs de l'alliance européenne pour les batteries. En 2020, des thèmes supplémentaires pour les projets relatifs aux batteries seront publiés pour un budget total de 70 millions d'euros. Pour le prochain CFP, la Commission a également l'intention de proposer un «partenariat» sur les batteries au titre du programme Horizon Europe. Parallèlement, une nouvelle plateforme technologique et de l'innovation européenne est en train d'être mise en place. L'objectif est de progresser en ce qui concerne les priorités de recherche relatives aux batteries, de définir une vision à long terme, d'élaborer un programme de recherche stratégique et des feuilles de route. La direction de cette plateforme sera assurée par les acteurs de l'industrie, la communauté des chercheurs et les États membres.
  5. Compétences — Dans le cadre du programme Erasmus+, le prochain appel à propositions concernant les alliances sectorielles pour les compétences mettant en œuvre le plan de coopération sectorielle en matière de compétences sera publié à la fin du mois d'octobre 2018. Ce nouvel appel portera sur six secteurs, dont celui des «batteries destinées à l'électromobilité». Les alliances retenues permettront de recenser les déficits de compétences et les futurs besoins de compétences dans le secteur, d'élaborer une stratégie sectorielle en matière de compétences, de travailler sur les profils professionnels européens «de base» et les programmes d'enseignement professionnel européens «de base» en lien avec le marché du travail, et d'établir un plan d'action en vue de la mise en œuvre au niveau national ou régional.

Contexte

L'alliance européenne pour les batteries a été lancée par le vice-président Šefčovič avec les États membres et l'industrie en octobre 2017. Cette plateforme coopérative réunit aujourd'hui la Commission européenne, les pays de l'UE intéressés, la Banque européenne d'investissement et plus de 260 acteurs industriels et de l'innovation. L'objectif est de créer en Europe une chaîne de valeur compétitive, innovante et durable, centrée sur la fabrication de cellules de batterie durables. Afin d'éviter une dépendance technologique à l'égard de nos concurrents et de faire fructifier le potentiel d'emploi, de croissance et d'investissement lié aux batteries, l'Europe doit avancer rapidement dans cette course mondiale. Selon les prévisions disponibles, le marché des batteries pourrait représenter 250 milliards d'euros par an à partir de 2025. Pour couvrir la seule demande de l'UE, selon une estimation prudente, au moins 20 «gigausines» (installations de production de cellules de batteries à grande échelle) sont nécessaires en Europe. Compte tenu de l'ampleur des investissements requis et de la rapidité avec laquelle ils doivent être réalisés, il est indispensable de conjuguer nos efforts pour relever ce défi industriel.

Le principal résultat de l'alliance européenne pour les batteries a été jusqu'ici le plan d'action stratégique pour les batteries adopté en mai 2018 et les investissements industriels annoncés dans le domaine des matériaux et des cellules de batteries. Le plan d'action, qui fait partie du troisième train de mesures intitulé «L'Europe en mouvement», complétant l'ambitieux programme de la Commission Juncker pour la modernisation de la mobilité, prévoit un ensemble de mesures solides en ce qui concerne les matières premières critiques, la recherche et l'innovation dans l'UE et les exigences réglementaires, afin de soutenir la compétitivité de nos entreprises.

Pour en savoir plus

MÉMO/18/6113

Site web de l'alliance européenne pour les batteries 

Site web consacré à «L'Europe en mouvement»

 

 

 

 

IP/18/6114

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar