Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

L'Union européenne et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture redoublent d'effort pour améliorer la résilience face aux crises alimentaires

New York, le 25 septembre 2018

L'Union européenne débloque 70 millions d'euros pour renforcer le partenariat mondial contre la faim

La Commission européenne et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ont renforcé leur partenariat en vue d'améliorer les capacités de millions de citoyens à lutter contre des crises alimentaires graves et souvent prolongées, voire récurrentes, dans le monde. L'accord de partenariat, portant sur une contribution de 70 millions d'euros, signé par le commissaire chargé de la coopération internationale et du développement, Neven Mimica, et le directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, José Graziano da Silva, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies qui s'est tenue à New York aujourd'hui, participe au réseau mondial contre les crises alimentaires visant à promouvoir des solutions durables aux crises alimentaires. 

Le commissaire européen chargé de la coopération internationale et du développement, M. Neven Mimica, a déclaré à ce sujet: «L'année dernière, le réseau mondial contre les crises alimentaires nous a permis de prendre des mesures concrètes et concertées pour atténuer les crises alimentaires et éviter la famine dans le nord du Nigéria, le sud du Soudan, en Somalie et au Yémen. Mais nous devons aller plus loin. Cette contribution supplémentaire de 70 millions d'EUR en faveur de la FAO continuera de renforcer notre partenariat et d'accélérer les efforts du réseau dans sa lutte contre la faim dans le monde, en resserrant les liens entre les acteurs œuvrant en faveur de l'humanitaire, du développement et de la paix, comme le recommande la résolution 2417 du Conseil de sécurité des Nations unies». 

La résolution condamnant le recours à la méthode de guerre consistant à affamer les civils témoigne d'une ambition partagée de prévenir et d'éradiquer la faim provoquée par des conflits. 

José Graziano da Silvade la FAO s'est exprimé en ces termes: «La contribution de l'Union européenne permettra d'améliorer la détection et la prévention des crises alimentaires, ainsi que les réponses apportées à celles-ci. Elle renforcera les capacités des communautés rurales touchées par la faim à réagir en cas de crise alimentaire naissante. Il est essentiel d'investir dans la résilience pour lutter contre la faim aujourd'hui et à l'avenir. Compte tenu de l'ampleur et de la persistance des crises alimentaires, nous devons investir davantage dans les interventions de résilience et nouer des alliances plus solides avec toutes les parties (acteurs œuvrant en faveur de l'humanitaire, du développement et de la paix) qui concourent ensemble à l'éradication de la faim dans le monde.»

Le nouveau financement permettra à l'Union européenne, à l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture et à leurs partenaires de mener à bien des interventions de résilience partout où elles sont nécessaires, d'élaborer des analyses sur la sécurité alimentaire et la résilience pour mieux cibler les actions contre la faim et de renforcer la coordination, la stratégie, ainsi que les mécanismes de prévention et de réaction aux niveaux national et mondial afin de mieux lutter contre l'enlisement des crises alimentaires. Par ailleurs, l'accord complétera les interventions menées dans 12 pays frappés par des crises alimentaires en vue d'éradiquer les causes de la faim.

Contexte

La contribution de l'Union européenne intervient à un moment où les conflits et les événements climatiques extrêmes s'intensifient, plongeant des millions de gens dans la famine et forçant un nombre record de personnes (68 millions) à quitter leurs terres et leurs maisons. Plus de 120 millions de personnes dans 51 pays ont été touchées par une insécurité alimentaire aiguë en 2017, soit 11 millions de personnes de plus que l'année précédente. Par insécurité alimentaire aiguë, on entend une famine si grave qu'elle représente une menace directe pour la vie ou les moyens de subsistance des populations. 

L'Union européenne, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture et le programme alimentaire mondial ont mis en place le réseau mondial contre les crises alimentaires lors du sommet humanitaire mondial qui s'est tenu en 2016. Lancé il y a deux ans par trois membres fondateurs, le réseau prend de l'expansion et a pour objectif de devenir le moteur d'une coordination plus étroite entre les acteurs œuvrant en faveur de l'humanitaire, du développement et de la paix.

Cet accord s'appuie sur des partenariats et interventions antérieurs menés à bien par l'UE et la FAO; il témoigne des efforts constants déployés par les deux organisations en vue de renforcer la résilience de tous face aux crises alimentaires (au niveau des familles, des communautés et des pays).

Pour en savoir plus

La FAO et l'UE

Résolution 2417 du Conseil de sécurité des Nations unies (en anglais)

Rapport mondial sur les crises alimentaires 2018 (en anglais)

Travaux de la FAO visant à renforcer la résilience

Les travaux d'urgence de la FAO — les réponses aux crises

IP/18/5841

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar