Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Eurobaromètre: quatre citoyens de l'Union sur cinq sont favorables à la participation du secteur privé à la coopération au développement

Bruxelles, le 25 septembre 2018

La dernière enquête Eurobaromètre révèle que les citoyens de l'UE sont de plus en plus nombreux à penser que le secteur privé a un rôle plus important à jouer dans le développement international et considèrent la coopération au développement comme un moyen de lutter contre la migration irrégulière.

«Les citoyens européens soutiennent nos efforts pour stimuler l'investissement privé dans la coopération au développement, assurer l'égalité entre les femmes et les hommes et lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière. Il en ressort que notre proposition visant à approfondir nos relations économiques avec l'Afrique en mettant l'accent sur les investissements privés remporte l'adhésion des citoyens. Nous devrions considérer cela comme un appel à agir davantage pour le développement et ce dès à présent», a déclaré à cet égard le commissaire pour la coopération internationale et le développement, M. Neven Mimica.

Principales constatations:

  • un soutien général marqué en faveur de la coopération au développement

89 % des personnes interrogées sont favorables à l'aide aux populations des pays en développement. Elles sont plus nombreuses à penser que la coopération financière devrait être plus élevée aujourd'hui qu'en 2016. Plus de trois quarts des personnes interrogées dans tous les États membres considèrent que la promesse de l'UE quant au montant de l'aide qu'elle fournit aux pays en développement devrait être tenue.

  • l'égalité entre les femmes et les hommes: une priorité majeure

Le soutien aux mesures favorisant l'égalité entre les femmes et les hommes s'accroît encore: près de neuf personnes interrogées sur dix estiment qu'il convient d'en faire une priorité de la politique de développement de l'UE. C'est sur la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles (78 %), la lutte contre la discrimination à l'encontre des femmes (63 %), et l'ouverture de l'accès à l'éducation aux femmes et aux jeunes filles (61 %) qu'elles souhaitent voir les efforts se concentrer en particulier.

  • la lutte contre la migration irrégulière

Sept personnes sur dix s'accordent à penser que l'aide financière aux pays en développement est un moyen efficace pour lutter contre la migration irrégulière. Par rapport à 2016, ce point de vue a recueilli un plus grand assentiment parmi les citoyens de 14 pays — notamment à Malte, en Grèce et en Bulgarie.

Invités à définir les défis les plus pressants pour les pays en développement, les citoyens ont le plus souvent mentionné la paix et la sécurité (37 %), l'éducation (35 %) et la santé (33 %). La migration se situe au 10e rang des défis les plus pressants (10 %). Ces chiffres révèlent une tendance stable, dans l'ensemble, depuis 2010.

Au niveau personnel, plus de la moitié des Européens estiment que leur propre action en tant qu'individu peut avoir une incidence en matière de développement — elle peut prendre la forme, par exemple, de dons à des organisations à but non lucratif, ou de choix éthiques lorsqu'il s'agit d'effectuer des achats, ou d'un bénévolat.

Lorsqu'il leur a été demandé si la lutte contre la pauvreté dans les pays en développement devait figurer parmi les priorités de l'UE, les personnes interrogées dans 26 pays - et 7 Européens sur 10 dans l'ensemble — ont répondu favorablement. En revanche, les Lettons et les Estoniens semblent plus sceptiques à l'égard de la coopération au développement. Parmi les 28 États membres de l'UE, seules la République tchèque et l'Estonie ne voient pas en la politique de développement un moyen efficace de lutter contre la pauvreté dans les pays en développement.

Pour en savoir plus

Veuillez trouver ici des fiches pays dans les langues nationales de tous les États membres de l'UE, des infographies dans toutes les langues de l'UE, ainsi que des fiches consacrées aux résultats globaux pour l'UE ainsi qu'aux jeunes en tant que groupe cible.

IP/18/5840

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar