Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Déclaration conjointe UE - États-Unis du 25 juillet: les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) américain vers l'Union européenne sont en hausse

Bruxelles, le 9 août 2018

Entre l'arrivée du premier transporteur de GNL américain dans le port de Sines au Portugal en avril 2016 et aujourd'hui, les importations européennes de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis, à l'origine inexistantes, ont atteint 2,8 milliards de mètres cubes.

Dans leur déclaration conjointe du 25 juillet à Washington D.C., le président Juncker et le président Trump sont convenus de renforcer la coopération stratégique entre l'UE et les États-Unis dans le domaine de l'énergie. Ce rapprochement devrait permettre à l'Union européenne d'importer plus de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis et, dès lors, de diversifier et de sécuriser davantage son approvisionnement en énergie. L'UE et les États-Unis s'emploieront par conséquent à faciliter les échanges de gaz naturel liquéfié.

Le président de la Commission européenne, M. Jean-Claude Juncker, a déclaré: «L'Union européenne est disposée à faciliter des importations accrues de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis, et c'est déjà le cas en ce moment même. La hausse des exportations de gaz naturel liquéfié américain, si leur prix est compétitif, pourrait jouer un rôle stratégique croissant dans l'approvisionnement en gaz de l'Union européenne, cependant les États-Unis doivent aussi jouer leur rôle et supprimer les formalités administratives liées aux exportations de gaz naturel liquéfié. Les deux parties ont beaucoup à gagner d'une coopération dans le domaine de l'énergie.»

Le commissaire pour l'action pour le climat et l'énergie, M. Miguel Arias Cañete, s'est exprimé en ces termes: «La diversification est un élément important pour garantir la sécurité de l'approvisionnement en gaz dans l'Union européenne. Il faut donc se féliciter de la hausse des importations, à un prix compétitif, de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis. Et ceci alors que la production indigène de gaz de l'Union diminue plus rapidement que prévu et que l'élimination progressive des centrales au charbon dans l'UE s'accélère.»

L'UE a cofinancé ou s'est engagée à cofinancer des projets d'infrastructure de GNL, d'une valeur globale supérieure à 638 millions d'euros (la liste de ces projets figure au point 2 de l'annexe). Outre les 150 milliards de mètres cubes de capacité de réserve qu'elle possède, l'UE soutient 14 projets d'infrastructure de gaz naturel liquéfié qui permettront d'augmenter la capacité de 15 milliards de mètres cubes supplémentaires d'ici à 2021, qui pourraient accueillir les importations de gaz naturel liquéfié américain, si les conditions du marché sont adéquates et le prix compétitif.

À l'heure actuelle, la législation américaine exige toujours que les exportations de gaz naturel liquéfié vers l'Europe fassent l'objet d'une autorisation réglementaire préalable. Il convient de lever ces restrictions et de simplifier les règles américaines pour que le gaz naturel liquéfié américain puisse être exporté vers l'UE.

MM. Juncker et Trump ont institué un groupe de travail exécutif lors de leur réunion à Washington D.C., le 25 juillet. Depuis cette date, des contacts ont lieu entre le président Juncker et le président Trump, entre Cecilia Malmström, commissaire européenne au commerce, et Robert Lighthizer, représentant américain au commerce, ainsi qu'entre les conseillers de haut rang du président Juncker et du président Trump (à savoir Martin Selmayr, secrétaire général de la Commission, et Larry Kudlow, conseiller économique en chef de la Maison Blanche).

Il est convenu que le 20 août, le conseiller au commerce du président Juncker et un haut fonctionnaire européen chargé du commerce se rendront à Washington D.C. pour y rencontrer leurs homologues américains et poursuivre les travaux sur la mise en œuvre de la déclaration conjointe. Dans ce contexte, l'UE et les États-Unis œuvrent dorénavant dans le cadre de ce groupe de travail exécutif afin d'augmenter les exportations américaines de gaz naturel liquéfié vers l'Europe.

Historique du dossier

Le marché mondial du gaz naturel liquéfié devient de plus en plus fluide et compétitif. Entre 2017 et 2023, les échanges mondiaux de gaz naturel liquéfié devraient croître de plus de 100 milliards de mètres cubes, passant de 391 à 505 milliards de m³[1]. Selon l'Agence internationale de l'énergie, les importations de gaz naturel liquéfié vers l'Europe devraient augmenter de près de 20 % d'ici à 2040 par rapport aux niveaux de 2016.

L'augmentation de la production de gaz aux États-Unis et le début, en 2016, des exportations de gaz naturel liquéfié américain vers l'UE ont permis d'améliorer la sécurité de l'approvisionnement en gaz en Europe et dans le monde. Environ 70 % des besoins en gaz de l'Europe sont couverts par les importations, part qui devrait augmenter dans les années à venir. Le gaz naturel liquéfié est également un élément important de la stratégie de diversification de l'UE, qui constitue par ailleurs une option attrayante pour les États-Unis compte tenu de son statut de deuxième plus grand marché unique du gaz au monde après ce pays.

Pour que les importations vers l'Europe continuent d'augmenter, les prix américains du gaz naturel liquéfié doivent être compétitifs sur le marché de l'UE. Par ailleurs, les actions suivantes sont essentielles pour faciliter les importations:

Développement des capacités de gaz naturel liquéfié dans l'UE et aux États-Unis:

  • Développement des capacités de gaz naturel liquéfié dans l'UE et aux États-Unis:

Les capacités d'importation de gaz naturel liquéfié de l'UE, qui s'élèvent actuellement à environ 150 milliards de mètres cubes de capacité de réserve, sont bien développées. Dans le même temps, compte tenu de l'importance stratégique que ces capacités revêtent pour sa diversification, l'UE renforce ses capacités actuelles et développe de nouvelles capacités, notamment en mer Adriatique (sur l'île de Krk, en Croatie), dans la région de la mer Baltique, notamment en Pologne, et dans la mer Méditerranée, en Grèce. Ces mesures devraient permettre d'augmenter sensiblement les importations de gaz naturel liquéfié vers l'UE.

Les États-Unis, qui possèdent actuellement une capacité de liquéfaction de 28 milliards de mètres cubes, à laquelle devraient s'ajouter 80 milliards de mètres cubes supplémentaires d'ici à 2023, agrandissent leurs terminaux d'exportation de gaz naturel liquéfié.

  • Suppression des restrictions réglementaires américaines: l'UE a levé toutes les entraves non liées au marché pour importer du gaz naturel américain. Elle cherche à obtenir le même traitement de la part des États-Unis et espère notamment que l'obligation d'autorisation préalable pour l'exportation de gaz naturel liquéfié à destination de l'UE sera supprimée.

Les chiffres actuels montrent que les importations de gaz naturel liquéfié américain dans l'UE n'ont cessé d'augmenter:

  • Entre la première livraison de gaz naturel liquéfié américain dans l'UE en avril 2016 et aujourd'hui, les importations européennes de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis ont déjà atteint 2,8 milliards de mètres cubes.
  • Depuis le début de l'année 2016, l'UE a accueilli plus de 40 cargos de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis. En 2017, l'Europe représentait plus de 10 % du total des exportations de gaz naturel liquéfié américain, contre 5 % en 2016.

Pour en savoir plus

Déclaration conjointe UE - États-Unis

Gaz naturel liquéfié (GNL) — contexte

ANNEXE

1. Importations de gaz naturel liquéfié américain dans l'UE

Image

2. Soutien de l'UE aux capacités de gaz naturel liquéfié

Terminaux GNL construits entre 2013 et 2018

 

 

 

État membre

Terminal

Année de début de l'exploitation

Capacité (milliards de m³/an)

Co-financement de l'UE

Italie

FSRU OLT Offshore LNG Toscana

2013

3,8

 

Lituanie

FSRU Independence

2014

4,0

27,4 millions d'euros (MIE) pour des gazoducs de raccordement

France

Terminal GNL de Dunkerque

2016

13,0

 

Pologne

Terminal GNL de Świnoujście

2016

5,0

130 millions d'euros (PEER)

202 millions d'euros (FEDER)

Total de 332 millions d'euros

Malte

Terminal GNL de Delimara

2017

0,7

0,7 million d'euros pour des études (MIE)

 

 

 

 

 

 Terminaux GNL en construction

 

 

 

État membre

Terminal

Année de début de l'exploitation

Capacité (milliards de m³/an)

Co-financement de l'UE

Grèce

Terminal GNL de Revithoussa (renforcement de la capacité)

2018

2,0 (de 5,0 à 7,0)

50,8 millions d'euros (FEDER)

Espagne

Terminal GNL de Tenerife (Arico-Granadilla)

2021

1,3

 

Espagne

Terminal GNL de Gran Canaria (Arinaga)

2022

1,3

 

 

 

 

 

 

Terminaux GNL figurant sur la liste des PIC

 

 

 

État membre

Terminal

Année de début de l'exploitation

Capacité (milliards de m³/an)

Co-financement de l'UE

Croatie

Terminal GNL de Krk

2019

2,6

108 millions d'euros (MIE) pour le terminal, 16 millions d'euros (MIE) pour une conduite d'évacuation

Total de 124 millions d'euros

Grèce

Terminal GNL dans le nord de la Grèce

2020

5,5

2 millions d'euros pour des études (MIE)

 

Chypre

Terminal GNL de Chypre

2020

 

101,2 millions d'euros (MIE)

Suède

Terminal GNL de Göteborg

2021

0,5

 

Pologne

Terminal GNL de Świnoujście (renforcement de la capacité)

2022

2,5 (de 5,0 à 7,5)

 

Irlande

Terminal GNL de Shannon

2022

6,2

 

MIE: mécanisme pour l'interconnexion en Europe

PEER: programme énergétique européen pour la relance

FEDER: Fonds européen de développement régional

PIC: projets d'intérêt commun

 

[1]Source: Agence internationale de l'énergie.

IP/18/4920

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar