Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE ES IT

Commission européenne - Communiqué de presse

Protection et aide pour les migrants et les réfugiés: nouvelles mesures d'un montant de 467 millions d'euros au titre du fonds fiduciaire de l'UE pour l'Afrique

Bruxelles, le 29 mai 2018

L'Union européenne adopte ce jour des nouveaux programmes et projets pour un montant total de 467 millions d'euros au titre du fonds fiduciaire d'urgence pour l'Afrique.

L'UE continue de tenir les engagements qu'elle a pris de venir en aide aux migrants et réfugiés vulnérables et de lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière. Les nouvelles mesures d'aide en faveur de la région du Sahel/du bassin du Lac Tchad et de la Corne de l'Afrique favoriseront la stabilité, l'emploi et la croissance, en particulier pour les jeunes et les groupes vulnérables.

Ces mesures viennent compléter les efforts actuellement déployés dans des cadres bilatéraux et multilatéraux, notamment par l'intermédiaire du groupe de travail conjoint de l'Union africaine, de l'Union européenne et des Nations unies. Les ressources financières supplémentaires débloquées ce jour permettront de poursuivre l'aide vitale, y compris d'accélérer en priorité les réinstallations de réfugiés en provenance du Niger.

Mme Federica Mogherini, haute représentante/vice-présidente, s'est exprimée dans les termes suivants: «Nous continuons à œuvrer pour sauver des vies, assurer le retour des réfugiés et des migrants en toute sécurité et dans la dignité, mettre en place des voies d'entrée légales et lutter contre les causes profondes de la migration en créant des emplois et de la croissance. Avec le HCR, nous avons procédé à l'évacuation de 1 287 réfugiés de la Libye vers le Niger, qu'il convient de réinstaller dans les plus brefs délais. Avec l'OIM, nous avons aidé 22 000 personnes à rentrer dans leur pays et avons fourni une aide à leur réintégration. Avec les nouveaux engagements pris ce jour, nous continuerons à consolider nos travaux pour gérer, conjointement avec nos partenaires, la mobilité des personnes de façon humaine, sûre et digne.»

M. Neven Mimica, commissaire chargé de la coopération internationale et du développement a, quant à lui, fait la déclaration suivante: «La majeure partie du programme d'aide de 467 millions d'euros annoncé ce jour visera à améliorer les possibilités d'emploi, en particulier pour les jeunes. Mais des problèmes subsistent et les ressources du fonds fiduciaire s'épuisent. Il est essentiel que les États membres de l'UE et d'autres bailleurs de fonds fournissent des contributions supplémentaires si nous voulons continuer à apporter une aide vitale.»

Les mesures adoptées aujourd'hui se concentrent sur les domaines suivants:

Protection et assistance pour les populations en déplacement

Grâce à la coopération entre l'Union européenne et le HCR, 1 287 réfugiés ont jusqu'à présent pu être évacués de Libye vers le Niger par l'intermédiaire du mécanisme de transit d'urgence; 108 personnes ont en outre été réinstallées en Europe. En parallèle, 22 000 migrants bloqués le long des routes migratoires ont bénéficié d'une aide au retour volontaire vers leur pays d'origine, où ils ont reçu une aide à la réintégration, fournie conjointement avec l'Organisation internationale pour les migrations. L'UE mobilise ce jour un montant supplémentaire de 70 millions d'euros; sur cette somme, 10 millions d'euros seront consacrés à accélérer les réinstallations dans le cadre du mécanisme de transit d'urgence du HCR et 60 millions d'euros permettront de garantir que la continuité de l'aide au retour volontaire et à la réintégration apportée par l'OIM. Au Kenya, une approche innovante pour conduire le développement du secteur privé favorisera une meilleure intégration économique des réfugiés et soutiendra la mise en œuvre du cadre d'action global pour les réfugiés. Un soutien régional supplémentaire de 20 millions d'euros aidera les pays de la Corne de l'Afrique à élaborer et à mettre en œuvre des politiques de retour et de réintégration durables et fondées sur les droits.

Renforcement de la stabilité et de la résilience des populations locales et amélioration de la gestion de la migration

Le renforcement de la stabilité et le soutien à la résilience des populations locales sont l'un des piliers de l'approche adoptée par l'UE. Dans le centre du Mali, des mesures, dotées d'un budget de 10 millions d'euros, seront destinées à remédier à la situation en matière de sécurité, qui se détériore rapidement, afin d'accroître la confiance entre les forces de sécurité maliennes et les populations locales. En outre, des activités nouvelles favoriseront la prévention des conflits, encourageront la sécurité alimentaire au Soudan du Sud ou amélioreront les connaissances sur la malnutrition au Soudan. Au Soudan, l'aide permettra également aux acteurs de l'aide humanitaire et à ceux du développement de se rendre dans des zones difficiles d'accès. Au Cap-Vert et en Guinée-Bissau, les nouvelles mesures contribueront à mettre en place un système fiable d'état civil et de délivrance de documents pour permettre à la population de bénéficier d'une mobilité accrue, de la sécurité des documents et d'un meilleur accès aux droits.

Des perspectives économiques pour les jeunes

Il est essentiel d'offrir des possibilités d'emploi durable aux jeunes pour lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière. Les nouvelles actions soutiendront le développement des compétences et la formation professionnelle des jeunes pour contribuer à améliorer les possibilités d'emploi, par exemple en Éthiopie, au Nigeria ou en Gambie. Au Soudan, un nouveau programme d'aide renforcera les compétences professionnelles des jeunes et les aidera à créer et à développer des entreprises grâce à des actions de formation. Ce projet ciblera les groupes défavorisés, comme les réfugiés et les personnes déplacées à l'intérieur du pays et, à l'instar de tous les programmes d'assistance de l'UE au Soudan, sera mis en œuvre par des partenaires de confiance.

Les ressources financières du système spécifique de suivi et d'apprentissage ont été doublées et sont passées de 2 millions à 4 millions d'euros afin de garantir le suivi permanent de l'efficacité des programmes financés par le fonds fiduciaire pour l'Afrique.

Contexte

Le fonds fiduciaire d'urgence de l'UE pour l'Afrique a été créé en 2015 en vue de remédier aux causes profondes de l'instabilité, de la migration irrégulière et des déplacements forcés. Ce fonds fiduciaire est actuellement doté d'un budget de 3,4 milliards d'euros provenant des institutions de l'UE, des États membres ainsi que d'autres bailleurs de fonds.

L'aide annoncée ce jour vient s'ajouter aux 147 programmes approuvés précédemment en faveur de trois régions (Afrique du Nord, région du Sahel/bassin du lac Tchad et Corne de l'Afrique) pour un montant total de 2 594 millions d'euros, répartis de la façon suivante: 1 293 millions d'euros pour la région du Sahel/le bassin du Lac Tchad (79 programmes); 820,3 millions d'euros pour la Corne de l'Afrique (50 programmes) et 335 millions d'euros pour l'Afrique du Nord (14 programmes). Ce montant inclut également quatre programmes multi-volets (145,1 millions d'euros).

Pour en savoir plus

MEMO - Volet Sahel

MEMO - Volet Corne de l'Afrique

Initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants:

Fonds fiduciaire d'urgence de l'UE pour l'Afrique

IP/18/3968

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar