Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE ES IT EL MT BG RO

Commission européenne - Communiqué de presse

Plus de croissance et d'emploi: l'UE investit 873 millions d'euros dans des infrastructures axées sur les énergies propres

Bruxelles, le 25 janvier 2018

Les États membres de l'UE ont approuvé aujourd'hui la proposition de la Commission visant à investir 873 millions d'euros dans de grands projets européens d'infrastructures énergétiques.

L'union de l'énergie, l'une des priorités de la Commission Juncker, a pour objectif de faciliter la transition de l'Europe vers une économie propre et moderne. Alors que cette transition se concrétise progressivement sur le terrain, il importe d'adapter les infrastructures européennes aux besoins futurs en énergie. Des lignes électriques et des gazoducs bien interconnectés constituent la colonne vertébrale d'un marché énergétique européen intégré qui s'appuie sur le principe de solidarité. Ainsi, en soutenant les 17 projets retenus dans les domaines du gaz et de l'électricité, l'Europe marque sa volonté de moderniser et de rendre le système énergétique européen plus compétitif, ce qui permettra, à terme, de fournir à tous les consommateurs européens une énergie moins chère et plus sûre.

Les fonds de l'UE qui serviront à financer les projets sélectionnés proviennent du mécanisme pour l'interconnexion en Europe (MIE), le programme européen de soutien aux infrastructures transeuropéennes.

M. Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission chargé de l'union de l'énergie, a déclaré: «Nous démontrons une fois de plus que la coopération et la solidarité portent leurs fruits et que l'union de l'énergie devient une réalité qui produit des effets visibles sur le terrain. Il s'agit là de projets importants qui sont porteurs de bénéfices transfrontaliers majeurs. En les mettant en œuvre, nous renforçons la résilience énergétique des États membres de l'UE. Le mécanisme pour l'interconnexion en Europe a une fois de plus apporté une valeur ajoutée considérable dans la modernisation de l'économie européenne.»

M. Miguel Arias Cañete, commissaire chargé de l'action pour le climat et l'énergie, a quant à lui déclaré: «Le projet Golfe de Gascogne, qui vise à créer une nouvelle interconnexion entre la France et l'Espagne, constitue une avancée importante vers la fin de l'isolement de la péninsule ibérique par rapport au reste du marché européen de l'énergie. Seule une interconnexion totale du marché permettra d'améliorer la sécurité d'approvisionnement de l'Europe, et donc de réduire la dépendance par rapport aux fournisseurs uniques et d'offrir aux consommateurs un choix plus étendu. Il est essentiel de disposer d'infrastructures énergétiques adaptées aux objectifs poursuivis afin de permettre le développement des sources d'énergie renouvelables et la mise en œuvre de l'accord de Paris sur le changement climatique.»

Sur les 17 projets retenus pour bénéficier d'un cofinancement:

  • 8 relèvent du secteur de l'électricité (contribution de l'UE de 680 millions d'euros) et 9 du secteur du gaz (contribution de l'UE de 193 millions d'euros);
  • 4 se rapportent à des travaux de construction (contribution de l'UE de 723 millions d'euros) et 13 à des études (contribution de l'UE de 150 millions d'euros).

Dans le secteur de l'électricité, une subvention de 578 millions d'euros, soit la plus importante jamais accordée au titre du mécanisme pour l'interconnexion en Europe (Énergie), jouera un rôle déterminant dans la création de la nouvelle interconnexion entre la France et l'Espagne (projet Golfe de Gascogne). Cette nouvelle interconnexion électrique favorisera l'intégration de la péninsule ibérique dans le marché intérieur de l'électricité. Le projet, qui comprend l'installation d'une ligne sous-marine longue de 280 km, s'appuie sur des solutions technologiquement innovantes en ce qui concerne la conception de la liaison dans le gouf de Capbreton et la partie terrestre française, qui est entièrement souterraine. Cette nouvelle ligne va presque doubler la capacité d'interconnexion entre les deux pays pour la porter de 2 800 MW à 5 000 MW et permettra à l'Espagne de se rapprocher de l'objectif d'interconnexion de 10 %, le niveau actuel étant de 6 %. Cette augmentation améliorera l'intégration des énergies renouvelables, contribuant ainsi fortement à la transition vers une énergie propre et à la politique de l'UE en matière de transition vers une énergie propre.

SuedOstLink, l'un des plus grands projets d'infrastructures énergétiques de l'Allemagne, bénéficiera d'une enveloppe de 70 millions d'euros en faveur d'activités visant à permettre le démarrage des travaux de construction. Le projet consiste à poser 580 kilomètres de câbles à haute tension entièrement souterrains. Cette ligne de transport électrique établira la liaison dont le pays a un besoin urgent entre l'énergie éolienne produite dans le nord de l'Allemagne et les pôles de consommation situés dans le sud du pays. Elle permettra donc une meilleure intégration des énergies renouvelables et concourra également à développer les échanges transfrontaliers d'énergie avec les États membres de l'UE voisins.

Une subvention de 27 millions d'euros sera également octroyée pour soutenir la construction d'une nouvelle ligne intérieure de transport électrique de 400 kV entre Cernavoda et Stalpu (Roumanie), qui contribuera à augmenter la capacité d'interconnexion entre la Roumanie et la Bulgarie et facilitera l'intégration de l'énergie éolienne produite sur les bords de la mer Noire.

Dans le secteur du gaz, le mécanisme pour l'interconnexion en Europe soutiendra des projets d'infrastructure importants pour deux États membres insulaires. Premièrement, l'introduction du gaz naturel à Chypre grâce au projet CyprusGas2EU (contribution de l'UE de 101 millions d'euros) permettra de mettre fin à l'isolement énergétique actuel de Chypre, de diversifier une région où une seule source d'approvisionnement domine et de réduire la pollution atmosphérique et les émissions en permettant le passage du fioul lourd au gaz pour la production d'électricité. Ce projet permettra aussi de renforcer la sécurité énergétique et la compétitivité des prix. Deuxièmement, une subvention de 3,7 millions d'euros sera octroyée à une étude sur l'interconnexion gazière entre Malte et l'Italie afin de mettre un terme à l'isolement de Malte par rapport au réseau gazier européen. Cette interconnexion raccordera Malte au marché italien, renforçant ainsi la sécurité de l'approvisionnement en gaz de l'île, à l'instar de ce qui a été fait dans le secteur de l'électricité grâce à un projet d'installation d'un câble sous-marin financé au titre d'un programme antérieur de l'UE.

Des fonds seront également alloués à une étude dans le cadre de la procédure d'octroi de permis du projet STEP (1,7 million d'euros), qui vise à créer un nouveau point d'interconnexion gazière entre la France et l'Espagne pour augmenter les flux bidirectionnels entre la péninsule ibérique et la France et améliorer l'interconnexion avec le marché intérieur du gaz par la création d'un axe gazier oriental.

La Commission investira également dans des études destinées à soutenir la synchronisation des réseaux électriques des États baltes avec le réseau d'Europe centrale. La décision d'aujourd'hui revêt une importance capitale pour les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et la Pologne, qui doivent s'accorder sur la marche à suivre pour trouver, d'ici à la fin du mois de mai 2018 au plus tard, une solution sur la meilleure manière de synchroniser les réseaux électriques des États baltes avec le réseau d'Europe continentale, conformément aux résultats de la réunion ministérielle de décembre 2017 (voir STATEMENT/17/5271).

Contexte

Dans le cadre du mécanisme pour l'interconnexion en Europe, une enveloppe globale de 5 milliards d'euros est prévue pour les infrastructures énergétiques transeuropéennes sur la période 2014-2020. Pour pouvoir bénéficier d'une subvention, une proposition doit faire partie des «projets d'intérêt commun» (PIC). Une fois achevé, chaque projet apportera des avantages substantiels à au moins deux États membres, renforcera la sécurité de l'approvisionnement, contribuera à l'intégration du marché ainsi qu'à l'intensification de la concurrence et permettra de réduire les émissions de CO2. La liste est mise à jour tous les deux ans. La dernière liste de projets d'intérêt commun en date a été publiée par la Commission en novembre 2017. Les financements suivants ont déjà été apportés au titre du mécanisme pour l'interconnexion en Europe (Énergie): 647 millions d'euros à 34 projets en 2014, 366 millions d'euros à 35 projets en 2015 et 707 millions d'euros à 27 projets en 2016.

Pour en savoir plus

Liste de tous les projets bénéficiant d'un soutien de l'UE au titre de l'appel actuel

Aperçu des projets financés par le mécanisme pour l'interconnexion en Europe — Énergie pour la période 2014-2016

Liste actuelle des «projets d'intérêt commun» 

Agence exécutive pour l'innovation et les réseaux (INEA)

IP/18/383

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar