Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Construire une Europe plus forte: de nouvelles initiatives visant à renforcer le rôle des politiques en faveur de la jeunesse, de l'éducation et de la culture

Bruxelles, le 22 mai 2018

La Commission fait progresser les travaux visant à mettre en place un espace européen de l'éducation d'ici à 2025, à renforcer la dimension culturelle de l'Union européenne et à soutenir la participation des jeunes grâce à un nouveau train de mesures au nombre desquelles figurent une nouvelle stratégie en faveur de la jeunesse ainsi qu'un nouvel agenda de la culture.

Ces nouvelles initiatives ont pour objectif de renforcer la mobilité à des fins d'apprentissage et d'accroître les possibilités en matière d'éducation dans l'UE, d'autonomiser les jeunes, notamment en les encourageant à participer à la vie civique et démocratique, et de valoriser le potentiel de la culture afin de la mettre au service du progrès social et de la croissance économique en Europe.

M. Jyrki Katainen, vice-président chargé de l'emploi, de la croissance, de l'investissement et fr la compétitivité a fait la déclaration suivante: «Aujourd'hui, nous prenons de nouvelles mesures pour renforcer les politiques en faveur de la jeunesse, de la culture et de l'éducation dans l'UE. À la suite de la réunion des dirigeants, l'année dernière, concernant l'éducation et la culture ausommet social de Göteborg et des conclusions du Conseil européen du mois de décembre, nous avons présenté sans tarder une première série d'initiatives relatives aux compétences clés dans le domaine de l'éducation et de la formation tout au long de la vie, aux compétences numériques, ou destinées à favoriser les valeurs communes et l'éducation inclusive. La deuxième série d'initiatives que nous présentions aujourd'hui va plus loin et est centrée sur la mobilité à des fins d'apprentissage, la jeunesse, l'éducation des jeunes enfants ainsi que l'apprentissage des langues étrangères et la culture – autant de jalons importants pour l'avenir de l'Europe.»

M. Tibor Navracsics, commissaire chargé de l'éducation, de la culture, de la jeunesse et du sport, a déclaré pour sa part: «Les politiques concernant l'éducation, la culture et la jeunesse ont un rôle central à jouer dans la construction d'une Europe du futur axée sur la résilience, la compétitivité et la cohésion. À côté du premier train de mesures adopté en janvier, les propositions que nous présentons aujourd'hui montrent que la Commission met tout en œuvre pour répondre à un ensemble d'objectifs ambitieux en collaboration avec les États membres. Ces actions contribueront à ouvrir la voie à l'espace européen de l'éducation tout en renforçant l'identité européenne et en rendant les citoyens autonomes, en particulier les jeunes.»

Il convient d'accorder une plus grande attention à l'éducation, la formation, la jeunesse et la culture au niveau de l'UE, afin de permettre aux jeunes de déployer tout leur potentiel. Il est essentiel d'investir dans les aptitudes, les compétences et les connaissances, qui sont autant de vecteurs d'innovation, de compétitivité et de résilience. Les initiatives présentées aujourd'hui contribueront à offrir aux jeunes de tous horizons des perspectives plus prometteuses et les aideront à participer plus activement à la société.

La Commission présente aujourd'hui un train de mesures, parmi lesquelles:

  • une communication générale intitulée «Construire une Europe plus forte: le rôle des politiques en faveur de la jeunesse, de l'éducation et de la culture», qui précise la façon dont la Commission fait progresser le programme de Göteborg et le mandat du Conseil européen;
  • une stratégie en faveur de la jeunesse pour la période 2019-2027 visant à autonomiser les jeunes d'Europe et à leur donner plus de poids dans l'élaboration des politiques de l'UE, qui montre combien il est important aux yeux de la Commission d'investir dans les jeunes et dans leur avenir;
  • des propositions de recommandations du Conseil relatives à des systèmes d'éducation et d'accueil de qualité des jeunes enfants pour jeter les bases de leur réussite future dans la vie; à la reconnaissance mutuelle automatique des diplômes et des périodes d'étude à l'étranger en vue d'accroître la mobilité à des fins d'apprentissage en Europe; et à l'amélioration de l'enseignement et de l'apprentissage des langues et, partant, de la maîtrise des langues étrangères par les jeunes;
  • un nouvel agenda de la culture, pour sensibiliser à la diversité du patrimoine européen commun. Il vise à exploiter pleinement le potentiel qu'offre la culture pour bâtir une Union plus inclusive et plus équitable, soutenir l'innovation, la créativité, la pérennité des emplois et la croissance, et consolider les relations extérieures de l'UE. 

Les travaux sur d'autres aspects du développement de l'espace européen de l'éducation d'ici 2025 se poursuivent dans le cadre des initiatives annoncées aujourd'hui. La communication expose le projet de carte d'étudiant européenne, qui devrait améliorer la mobilité à des fins d'apprentissage, en réduisant la charge et les coûts administratifs que doivent supporter les étudiants et les établissements d'enseignement et de formation. La Commission vise à la mettre en œuvre d'ici 2021 en tant que symbole tangible de l'identité européenne des étudiants.

La communication met également l'accent sur les travaux actuellement réalisés avec les États membres et le secteur de l'éducation pour développer les universités européennes. Ces universités européennes, consistant en des réseaux ascendants d'universités existantes, permettront de renforcer la coopération transfrontière grâce à des stratégies institutionnelles à long terme. Elles encourageront l'innovation et l'excellence, accroîtront la mobilité des étudiants et des enseignants et faciliteront l'apprentissage des langues. La compétitivité de l'enseignement supérieur européen devrait aussi en sortir renforcée. La Commission a pour objectif de lancer des projets pilotes en 2019 et en 2020 dans le cadre du programme Erasmus+, avant le déploiement complet de l'initiative en 2021.

D'autres actions seront également élaborées pour soutenir une approche de l'enseignement et de la formation tournée vers l'innovation et l'apprentissage tout au long de la vie. La Commission proposera, par exemple, de soutenir la mise en place de centres d'excellence dans le domaine de l'enseignement et de la formation professionnels, afin de favoriser un rôle actif pour l'enseignement et la formation professionnels dans le développement économique local et régional.

Les premiers résultats d'une enquête Eurobaromètre exposant le point de vue des citoyens européens sur les principales initiatives destinées à construire un espace européen de l'éducation sont également publiés ce jour. Elle révèle que plus de neuf personnes interrogées sur dix, tous pays confondus, pensent qu'il serait utile de donner aux étudiants la possibilité de travailler sur des projets innovants avec des personnes provenant d'autres pays, au sein de réseaux d'universités européennes. Il en ressort également que 84 % des jeunes interrogés aimeraient affiner la maîtrise d'une langue qu'ils ont déjà apprise, et que 77 % de ces jeunes aimeraient en apprendre une nouvelle.

Contexte

En 2016, les dirigeants de l'UE ont reconnu la nécessité d'une action en faveur de la jeunesse. Dans la feuille de route de Bratislava, ils se sont engagés à ouvrir de meilleures perspectives pour les jeunes, par exemple dans le cadre de l'initiative en faveur de la jeunesse, en particulier du Corps européen de solidarité. La Commission propose aujourd'hui de renouveler la stratégie en faveur de la jeunesse afin que les jeunes puissent apporter leur contribution à la construction de l'avenir de l'Europe.

Les chefs d'État et de gouvernement ont débattu de l'éducation, de la formation et de la culture lors du sommet social de Göteborg en novembre 2017, en s'appuyant sur la communication de la Commission intitulée «Renforcer l'identité européenne par l'éducation et la culture», exposant la vision d'un espace européen de l'éducation et annonçant un nouvel agenda de la culture. Cela a débouché sur les conclusions du Conseil européen du 14 décembre 2017 invitant les États membres, le Conseil et la Commission à faire progresser le programme examiné à Göteborg. Le Conseil européen a également souligné que l'Année européenne du patrimoine culturel 2018 offrait l'occasion de sensibiliser davantage les citoyens à l'importance économique et sociale de la culture et du patrimoine.

Pour en savoir plus

Questions et réponses

Éducation (y compris fiche d'information)

Culture (y compris fiche d'information)

Jeunesse (y compris fiche d'information)

Eurobaromètre relatif à l'espace européen de l'éducation

IP/18/3704

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar