Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Enquête Eurobaromètre standard de l'automne 2017: le meilleur temps pour réparer sa toiture, c'est lorsque le soleil brille

Bruxelles, le 19 décembre 2017

Selon une nouvelle enquête Eurobaromètre publiée aujourd'hui, une majorité d'Européens estiment que l'économie se porte bien. Le soutien en faveur de l'euro est à son plus haut depuis 2004 dans la zone euro, tandis que l'avenir de l'UE suscite davantage d'optimisme que de pessimisme.

Enfin, une majorité d'Européens voient dans l'UE un lieu de stabilité dans un monde en crise. Ce sont là quelques-unes des principales conclusions de la dernière enquête Eurobaromètre standard qui est publiée aujourd'hui, tout comme l'enquête Eurobaromètre spécial intitulée «Le futur de l'Europe».

1. Optimisme au sujet de la situation économique et soutien croissant en faveur de l'euro

Pour la première fois depuis le début de la crise économique et financière en 2007, les Européens émettent un avis positif quant à la situation actuelle de l'économie européenne (48 %, +6 points de pourcentage depuis le printemps 2017) plutôt que négatif (39 %, -7). Une majorité de répondants, dans 23 États membres, affirment que l'économie européenne se porte bien (contre 21 États membres au printemps 2017). Depuis le printemps 2017, les perceptions positives gagnent du terrain dans 23 États membres, enregistrant des hausses à deux chiffres en Espagne (39 %, +12), au Portugal (58 %, +11) et en Autriche (63 %, +10).

48 % des Européens considèrent que leur économie nationale se porte bien pour l'instant (+2). C'est le niveau le plus élevé atteint depuis l'automne 2007. Depuis le printemps 2017, la perception positive de la situation économique nationale a progressé dans 19 États membres, avec en tête la Finlande (71 %, +12), la Slovénie (46 %, +12), l'Autriche (77 %, +9) et la Hongrie (50 %, +9). Pour autant, les perceptions varient d'un État membre à l'autre, 91 % des personnes interrogées aux Pays-Bas et en Allemagne jugeant positive la situation de leur économie nationale, pour seulement 2 % en Grèce.

Dans la zone euro, trois quarts des personnes interrogées sont favorables à l'euro (74 %, +1), un nouveau record pour cette question depuis 2004. Dans sept pays, 80 % des répondants, voire davantage, soutiennent l'euro: Slovaquie, Belgique, Allemagne, Espagne, Estonie, Irlande et Slovénie.

2. La confiance dans l'Union européenne reste élevée

40 % des Européens ont une image positive de l'UE; 37 % portent sur elle un regard neutre, tandis que la proportion d'Européens qui ont une image négative de l'UE demeure faible, à 21 %. Ces résultats restent stables par rapport au printemps 2017, et confirment la tendance positive qui se dessine depuis 2016. Une majorité de répondants ont une image positive de l'UE dans 14 pays, les pourcentages les plus élevés étant enregistrés en Irlande (59 %), en Bulgarie et au Luxembourg (57 % pour ces deux pays).

La confiance dans l'UE se situe à un taux de 41 % (-1). Une majorité de répondants, dans 18 États membres, ont confiance dans l'UE (contre seulement 15 États membres au printemps). La confiance dans l'UE est la plus élevée en Lituanie (64 %), en Bulgarie (57 %) at au Luxembourg (56 %). Depuis le printemps 2017, la confiance dans l'UE a progressé dans dix pays, notamment en Belgique (53 %, +7), en Slovaquie (48 %, +5) et en République tchèque (35 %, +5). La confiance dans l'UE a reculé dans 17 pays.

Une majorité d'Européens se disent optimistes quant à l'avenir de l'UE (57 %, +1). Un tel optimisme se retrouve dans tous les États membres sauf deux (contre 3 au printemps 2017): Grèce (60 % «pessimiste» contre 37% «optimiste») et Royaume-Uni (48 % contre 44 %). L'optimisme au sujet de l'avenir de l'UE est le plus élevé en Irlande (80 %), au Luxembourg (72 %) et à Malte (70 %). Au bas de l'échelle figurent la France (49 %) et l'Italie (50 %).

44 % des Européens sont d'accord pour dire que leur «voix compte dans l'UE», ce qui constitue un nouveau record pour cet indicateur depuis l'automne 2004.

Enfin, 70 % des Européens se sentent citoyens de l'UE. La «libre circulation des personnes, des biens et des services au sein de l'UE» et la «paix entre les États membres de l'UE» sont perçues comme étant les résultats les plus positifs de l'Union européenne, et ce pour 57 % et 56 % des Européens respectivement.

3. La migration arrive en tête des préoccupations des Européens, suivie du terrorisme

L'immigration est le principal défi auquel l'UE est actuellement confrontée (39 %, +1). Vient ensuite le terrorisme (38 %, -6 points), loin devant les inquiétudes liées à la situation économique (17 %, - 1), à l'état des finances publiques des États membres (16 %, - 1) et au chômage (13 %, - 2). Au niveau national, les principales préoccupations restent le chômage (25 %, - 4) et l'immigration (22 %, inchangé).

4. Enquête sur le futur de l'Europe

75% des Européens  ont une image positive de l'Union européenne, les pourcentages les plus élevés ayant été observés en Lituanie (91 %), au Danemark (89 %) et aux Pays-Bas (87 %).71 % des Européens pensent que l'UE est «un lieu de stabilité dans un monde en crise» (+5 depuis 2016).

Historique du dossier

L'enquête Eurobaromètre standard de l'automne 2017 (EB 88) s'est fondée sur des entretiens individuels menés entre le 5 et le 19 novembre 2017. 33 193 personnes ont été interrogées dans les États membres de l'Union et dans les pays candidats[1].

L'enquête Eurobaromètre spécial 467 «Le futur de l'Europe» est fondée sur des entretiens téléphoniques menés entre le 23 septembre et le 2 octobre 2017. 27 881 personnes ont été interrogées dans les États membres de l'UE.

Pour en savoir plus

- Eurobaromètre standard 88

- Le rapport concernant l'enquête Eurobaromètre spécial 467 «Le futur de l'Europe»

 

[1] Les 28 États membres de l'Union européenne (UE), cinq pays candidats (l'ancienne République yougoslave de Macédoine, la Turquie, le Monténégro, la Serbie et l'Albanie) et la communauté chypriote turque établie dans la partie du pays qui n'est pas contrôlée par le gouvernement de la République de Chypre.

IP/17/5312

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar