Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

La conférence des Nations unies sur le climat progresse dans la mise en œuvre de l'accord de Paris

Bruxelles, le 18 novembre 2017

L'édition de cette année de la conférence sur le climat (la COP23) s'est achevée aujourd'hui sur des avancées en matière d'action pour le climat au niveau mondial par la mise en œuvre de l'accord de Paris.

Près de 200 pays ont participé à la COP23, qui s'est tenue à Bonn sous la présidence de Fidji. Les parties ont réalisé des progrès concrets qui contribueront à transformer l'accord historique conclu en 2015 en actions sur le terrain dans le monde entier, dans la perspective de la conférence des Nations unies sur le climat de l'an prochain, qui aura lieu à Katowice (Pologne).

L'accord de Paris établit un cadre mondial en matière d'action pour le climat et montre la voie à suivre pour réaliser la transition nécessaire vers un avenir caractérisé par de faibles émissions de carbone, en vue de maintenir le réchauffement planétaire nettement en deçà de 2 °C. En vertu de l'accord de Paris, l'Union européenne s'est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d'au moins 40 % d'ici à 2030 (autrement dit à les ramener à leur niveau de 1990).

Comme l'a déclaré le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, dans son discours sur l'état de l'Union de 2017, l'UE tient à conserver sa place de chef de file mondial dans la lutte contre le changement climatique. Pour réaffirmer cet engagement en faveur d'une action ambitieuse pour le climat, le président Juncker prendra la tête de la délégation de la Commission au sommet «One Planet» organisé à Paris le 12 décembre à l'initiative du président français, Emmanuel Macron, ainsi que des Nations unies et de la Banque mondiale

Miguel Arias Cañete, commissaire chargé de l'action pour le climat et de l'énergie, s'est exprimé en ces termes: «L'esprit de l'accord de Paris reste bien vivant. À Bonn, nous avons progressé sur des questions qui revêtaient une grande importance pour l'Union, comme le programme de travail de Paris. Mais nous devons continuer à tirer parti de cette dynamique durant les mois à venir, car il nous reste encore beaucoup à faire avant la conférence de Katowice de l'an prochain. Le principal objectif poursuivi doit être de maintenir résolument le monde sur la trajectoire convenue à Paris il y a deux ans.»

L'Union a une nouvelle fois joué un rôle crucial en facilitant la conclusion d'accords durant les deux semaines qu'ont duré les négociations sur le climat. Pour témoigner de sa volonté de conserver son rôle de chef de file en matière de climat, l'Union a annoncé jeudi son intention de déposer d'ici la fin de l'année les instruments de ratification de l'amendement de Doha au protocole de Kyoto. L'amendement de Doha porte sur la deuxième période d'engagement du protocole de Kyoto, qui impose aux parties de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre pour l'année 2020. L'Union a dépassé dès 2016 ses objectifs pour 2020, en réduisant ses émissions de 23 %. La décision de ratifier rapidement l'amendement de Doha témoigne de l'engagement de l'Union en faveur de l'action internationale pour le climat et de sa capacité à tenir ses promesses.

Des mesures concrètes ont également été adoptées en ce qui concerne le programme de travail pour la mise en œuvre de l'accord de Paris. Des clarifications ont été apportées en ce qui concerne les modalités du «dialogue de Talanoa» (dialogue de facilitation), qui vise à examiner la manière dont l'action mondiale pour le climat pourrait être accélérée au cours des années à venir. Le dialogue de facilitation qui aura lieu l'an prochain donnera aux parties l'occasion de faire le point, sur le plan politique, des progrès réalisés dans la mise en œuvre de l'accord de Paris.

La COP23 a également permis d'obtenir des résultats dans un certain nombre d'autres dossiers importants:

Dialogue de facilitation (de Talanoa)

Les modalités du dialogue de Talanoa ont été convenues ici, à Bonn, afin d'établir une base solide propice à une accélération ambitieuse des efforts déployés au niveau mondial pour lutter contre le changement climatique. Ce dialogue offrira, pour tous les pans de la société, un espace où présenter les progrès réalisés et échanger les bonnes pratiques en matière de lutte contre le changement climatique.

Niveau d'ambition d'ici à 2020

Les débats relatifs au niveau d'ambition d'ici à 2020 ont abouti à un accord sur un texte de décision prévoyant deux états des lieux concernant la mise en œuvre et le niveau d'ambition des objectifs fixés pour la période allant jusqu'à 2020. Ces exercices se dérouleront lors de la COP24 et de la COP25. L'Union a déjà dépassé son objectif pour 2020, puisqu'elle avait dès 2016 réduit ses émissions de 23 %. En outre, l'UE et ses États membres restent les principaux bailleurs de fonds dans la lutte contre le changement climatique pour les pays en développement, avec une contribution de 20,2 milliards d'EUR en 2016.

Pertes et dommages

Les parties sont convenues d'un texte de décision essentiel. Elles ont en effet élaboré une proposition de compromis qui tient compte des demandes des petites îles, particulièrement vulnérables, tout en préservant un équilibre avec le contenu des accords antérieurs. Un dialogue entre les experts sera organisé en mai 2018 en vue de renforcer le soutien consenti pour les pertes et dommages.

Plan d'action pour l'égalité entre les sexes

Les participants à la COP sont convenus du premier plan d'action pour l'égalité des sexes dans le cadre de la convention, que la présidence fidjienne considérait comme une priorité. L'Union a soutenu activement cette action, et bon nombre d'États membres ont consenti des efforts au plus haut niveau pour que cette initiative soit approuvée.

Plateforme pour les populations indigènes

Les parties se sont mises d'accord sur le fonctionnement de la plateforme pour les communautés locales et les populations indigènes, crée lors de la COP21 de Paris. Là encore, l'Union européenne a largement contribué à ce résultat. 

Prochaines étapes

Dans la perspective de la prochaine conférence sur le climat des Nations unies (COP24) organisée à Katowice (Pologne) en décembre 2018, l'Union européenne jouera un rôle actif dans plusieurs manifestations importantes de haut niveau sur la problématique du climat, à commencer par le sommet «One Planet» qui se tiendra à Paris le moins prochain.

Par ailleurs, l'année prochaine, l'Union européenne, en collaboration avec le Canada et la Chine, accueillera à Bruxelles la Réunion des ministres sur la lutte contre les changements climatiques (Ministerial on Climate action ou MoCA). Elle participera également à l'édition 2018 du dialogue de Petersberg, ainsi qu'aux réunions préparatoires des Nations unies sur le climat à Bonn et à Katowice qui précéderont la COP24.

La publication, avant la conférence de Katowice, du rapport spécial du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) sur les conséquences d'un réchauffement planétaire de 1,5 °C constituera une source importante d'informations pour les discussions qui se dérouleront dans le cadre du dialogue de Talanoa.

Pour en savoir plus:

Rapport de la Commission: Two years after Paris - Progress towards meeting the EU's climate commitments (novembre 2017)

Évaluation de la Commission concernant l'accord de Paris (mars 2016)

Accord de Paris

IP/17/4740

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar