Navigation path

Left navigation

Additional tools

Commission européenne - Communiqué de presse

Prévisions économiques de l'hiver 2017: naviguer par mauvais temps

Bruxelles, le 13 février 2017

Les économies de tous les États membres de l'UE devraient croître en 2016, 2017 et 2018

Après avoir démontré, l'an dernier, sa capacité à tenir bon face aux problèmes mondiaux, l'économie européenne devrait poursuivre sa reprise cette année et l'année suivante: pour la première fois depuis près de dix ans, les économies de tous les États membres de l'UE devraient croître sur l'ensemble de la période de prévision (2016, 2017 et 2018). Toutefois, les perspectives sont plus incertaines qu'à l'accoutumée.

Le PIB réel de la zone euro est en hausse depuis 15 trimestres consécutifs, l'emploi progresse à un bon rythme et le chômage continue de reculer, bien qu'il soit encore supérieur à ses niveaux d'avant la crise. La reprise reste tirée par la consommation des ménages. La croissance des investissements se poursuit, mais à un rythme modéré.

Dans ses prévisions d'hiver publiées aujourd'hui, la Commission européenne table sur une croissance du PIB de 1,6 % en 2017 et de 1,8 % en 2018 dans la zone euro. Ces prévisions ont été légèrement revues à la hausse par rapport aux prévisions d'automne (2017: 1,5 %, 2018: 1,7 %) sous l'effet de résultats meilleurs que prévu au second semestre de 2016 et d'un début 2017 plutôt bon. Pour ce qui est de l'ensemble de l'UE, la croissance du PIB devrait suivre une évolution similaire pour s'établir à 1,8 % cette année et l'an prochain (prévisions d'automne: 2017: 1,6 %, 2018: 1,8 %).

Des risques exceptionnellement élevés pèsent sur ces projections et, même si ces risques ont augmenté tant à la hausse qu'à la baisse, la tendance globale reste orientée à la baisse.

Valdis Dombrovskis, vice-président pour l'euro et le dialogue social, également chargé de la stabilité financière, des services financiers et de l'union des marchés des capitaux, a déclaré à ce sujet: «La reprise économique se poursuit, en Europe, pour la cinquième année consécutive. En ces temps incertains, il est cependant important que les économies européennes demeurent compétitives et capables de s'adapter aux changements de circonstances. Cela demande un effort constant de réforme structurelle. Nous devons également nous concentrer sur la croissance inclusive pour que la reprise soit ressentie par tous. Avec un taux d'inflation en hausse, on ne peut pas espérer que le stimulus monétaire actuel dure éternellement. C'est pourquoi les pays avec de hauts niveaux de déficit et de dette devraient continuer à les faire diminuer, ce qui renforcera leur capacité à résister à d'éventuels chocs économiques

M. Pierre Moscovici, commissaire chargé des affaires économiques et financières, de la fiscalité et des douanes, a quant à lui déclaré: «L'économie européenne a démontré qu'elle était capable de résister aux multiples chocs qui se sont produits au cours de l'année passée. La croissance tient bon et le chômage et les déficits s'orientent à la baisse. Pourtant, avec de tels niveaux d'incertitude, il importe plus que jamais que nous utilisions tous les instruments politiques pour soutenir la croissance. Nous devons, avant tout, veiller à ce que ses avantages se fassent sentir dans toutes les régions de la zone euro et dans tous les segments de la société.»

La reprise de l'économie mondiale devrait s'accélérer

Les perspectives de croissance pour les économies avancées en dehors de l'UE se sont améliorées au cours des derniers mois, sous l'effet principalement des perspectives de relance budgétaire aux États-Unis, qui ont poussé les taux d'intérêt à long terme à la hausse et entraîné une appréciation du dollar des États-Unis. Dans les économies des marchés émergents, la croissance devrait également s'intensifier jusqu'en 2018, bien qu'à des degrés divers selon les pays et les régions. D'une manière générale, cette tendance pourrait donner un nouvel élan aux exportations européennes de biens et de services, en perte de vitesse en 2016.

Remontée de l'inflation

L'inflation dans la zone euro a repris récemment, car la baisse des prix de l'énergie observée dans le passé a fait place ces derniers temps à un renchérissement. Après avoir enregistré des niveaux très faibles ces deux dernières années, l'inflation devrait désormais s'orienter à la hausse en 2017 et 2018, tout en restant en deçà de l'objectif de taux «inférieurs à, mais proches de 2 % à moyen terme» qui définissent la stabilité des prix. L'inflation sous-jacente, qui exclut les prix volatils de l'énergie et des denrées alimentaires, ne devrait augmenter que progressivement. Globalement, l'inflation dans la zone euro devrait passer de 0,2 % en 2016 à 1,7 % en 2017 et à 1,4 % en 2018. Dans l'ensemble de l'UE, les prévisions tablent sur une hausse de l'inflation qui, de 0,3 % en 2016, s'établirait à 1,8 % en 2017 et à 1,7 % en 2018.

La demande intérieure devrait rester le fondement de la croissance économique

La croissance devrait continuer à être tirée principalement par la consommation des ménages, soutenue par des améliorations durables de l'emploi et une hausse plus importante des salaires nominaux. Toutefois, la croissance de la consommation privée est appelée à ralentir car l'inflation va augmenter et limiter la hausse du pouvoir d'achat des ménages cette année et l'année prochaine.

L'investissement devrait certes poursuivre sa progression, mais à un rythme modéré, stimulé par un certain nombre de facteurs tels que des coûts de financement très faibles et le redressement de l'activité mondiale. Les projets financés au titre du plan d'investissement pour l'Europe devraient soutenir de plus en plus les investissements privés et publics au fur et à mesure qu'ils passent de la phase d'approbation à celle de la mise en œuvre. Dans l'ensemble, il est prévu que les investissements dans la zone euro augmentent de 2,9 % cette année et de 3,4 % en 2018 (2,9 % et 3,1 % dans l'UE), soit une hausse de 8,2 % depuis le début de la reprise au début de 2013. Toutefois, la part des investissements dans le PIB reste inférieure à ce qu'elle était au tournant du siècle (20 % en 2016 par rapport à 22 % en 2000-2005). Cette faiblesse persistante de l'investissement sème le doute sur le caractère durable de la relance et le potentiel de croissance de l'économie.

La croissance de l'emploi contribue à faire baisser le chômage

La reprise économique continue à avoir d'importants effets positifs sur les marchés du travail, après les réformes structurelles de grande ampleur menées dans plusieurs États membres. L'emploi devrait continuer à croître à un rythme relativement soutenu, mais un peu moins rapidement en 2017 et 2018 par rapport à l'an dernier. Le taux de chômage dans la zone euro devrait continuer à reculer, passant de 10,0 % en 2016 à 9,6 % cette année et à 9,1 % en 2018. Pour ce qui est de l'UE dans son ensemble, le chômage devrait diminuer, de 8,5 % en 2016, à 8,1 % en 2017 et à 7,8 % en 2018. Ces chiffres du chômage sont les plus bas depuis 2009, mais restent supérieurs aux niveaux d'avant la crise.

Diminution de la dette souveraine et des déficits publics

Dans la zone euro, le déficit public agrégé et le ratio de la dette au PIB devraient continuer à baisser en 2017 et 2018. Le déficit public de la zone euro devrait reculer, de 1,7 % du PIB cette année à 1,4 % en 2017 et 2018. Cet allègement s'explique par des dépenses moins importantes au titre des intérêts imputables à des taux d'intérêt exceptionnellement bas. Il rend compte également des améliorations sur le marché du travail: le nombre de personnes qui paient des impôts et des cotisations augmente, tandis que celui des bénéficiaires de transferts sociaux diminue. Le ratio de la dette au PIB devrait baisser progressivement pour passer de 91,5 % en 2016 à 90,4 % en 2017 et à 89,2 % en 2018.

Croissance de toutes les économies des États membres

Pour la première fois depuis 2008, les prévisions de la Commission laissent entrevoir une croissance économique dans tous les États membres de l'UE sur l'ensemble de la période de prévision (2016, 2017, 2018). Même les États membres les plus durement touchés pendant la récession devraient aussi avoir renoué avec la croissance l'an dernier. Les conséquences de l'appréciation du dollar américain et la hausse des taux d'intérêt à long terme pourraient toutefois creuser les écarts de taux de croissance entre les États membres.

Des risques exceptionnels pèsent sur les prévisions d'hiver

Les incertitudes particulièrement grandes qui entourent ces prévisions d'hiver s'expliquent par le fait que la nouvelle administration américaine doit encore clarifier ses intentions dans des domaines clés, ainsi que par les nombreuses élections qui doivent se tenir en Europe cette année et les prochaines négociations avec le Royaume-Uni en vertu de l'article 50.

Même si les risques ont augmenté tant à la hausse qu'à la baisse, la tendance reste orientée à la baisse. À court terme, les mesures de relance budgétaire aux États-Unis pourraient avoir des incidences plus marquées sur la croissance que ce qui est actuellement prévu. À moyen terme, les risques qui pèsent sur les perspectives de croissance sont liés aux conséquences des crises récentes; au vote du Royaume-Uni en faveur d'une sortie de l'Union européenne; aux perturbations potentielles des échanges commerciaux; à un resserrement monétaire plus rapide aux États-Unis, qui pourrait influencer négativement les économies de marché émergentes; enfin, aux conséquences potentielles d'un endettement élevé et croissant en Chine.

Contexte

Les présentes prévisions reposent sur un ensemble d'hypothèses extérieures concernant les taux de change, les taux d'intérêt et les prix des produits de base, au 1er février 2017. Les chiffres utilisés correspondent aux attentes des marchés des produits dérivés à la date des prévisions. Pour toutes les autres données, y compris les hypothèses relatives aux politiques publiques, les présentes prévisions prennent en considération des informations jusqu'au 1er février 2017 inclus. Seules les politiques annoncées de façon crédible et définies de manière suffisamment détaillée sont intégrées et les projections reposent sur l'hypothèse de politiques inchangées.

IP/17/251

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar

Documents


WF17 Tables_fr.pdf