Navigation path

Left navigation

Additional tools

Other available languages: EN DE

Commission européenne - Communiqué de presse

Sécurité et défense: des progrès significatifs en matière de renforcement de la résilience de l'Europe face aux menaces hybrides, mais encore du travail en perspective

Bruxelles, le 19 juillet 2017

La Commission européenne et la haute représentante présentent aujourd'hui les actions entreprises et à entreprendre pour mettre en œuvre le cadre commun de 2016 en matière de lutte contre les menaces hybrides.

La communication contribue à la création d'une Union européenne qui protège, comme l'a promis le président Juncker dans son discours sur l'état de l'Union 2016. Elle s'appuie sur des initiatives prises dans le domaine de la défense, comme la création du Fonds européen de la défense, ou encore le niveau inédit de coopération que l'UE et l'OTAN ont atteint au cours de l'année écoulée.

Des progrès significatifs ont été accomplis dans les 22 actions définies l'an dernier en matière de lutte contre les menaces hybrides. L'Union européenne a amélioré sa connaissance de la situation et l'échange d'informations entre les États membres en ce qui concerne les menaces pour la sécurité, qui prennent de plus en plus d'ampleur et combinent souvent des méthodes conventionnelles et non conventionnelles, allant du terrorisme aux cyberattaques en passant par les campagnes de désinformation ou les manipulations médiatiques. L'UE a aussi progressé en matière de protection des infrastructures critiques dans des domaines tels que les transports, l'énergie, la cybersécurité et le système financier, ainsi que dans la lutte contre l'extrémisme violent et la radicalisation. Elle ne peut cependant pas s'arrêter là, puisque la nature des menaces hybrides ne cesse d'évoluer.

La haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, a déclaré: «Les menaces hybrides posent un grave problème de sécurité à l'Union européenne, ses États membres et ses partenaires. Nous nous efforçons d'améliorer la sensibilisation aux menaces par le truchement de la cellule de fusion de l'UE contre les menaces hybrides, de surveiller et de combattre les contenus illicites et la propagande en ligne grâce à nos task-forces sur les communications stratégiques, de renforcer les capacités des pays tiers et d'accroître notre coopération avec l'OTAN. Ce travail est au cœur de la stratégie globale que nous avons adoptée l'an dernier. La sauvegarde de notre société est une priorité pour l'UE.»

Jyrki Katainen, vice-président pour l'emploi, la croissance, l'investissement et la compétitivité, a ajouté: «Après avoir présenté notre proposition de création d'un Fonds européen de la défense et le document de réflexion sur l'avenir de la défense européenne, nous faisons un pas de plus vers la création d'une Union de la sécurité et de la défense. En coopérant davantage pour lutter contre les menaces hybrides, nous deviendrons plus résilients. L'UE offre une valeur ajoutée en apportant son soutien aux États membres et aux partenaires, grâce à son large éventail d'instruments et de programmes. Notre approche permet aux acteurs clés d'unir leurs forces, tout en respectant pleinement les différences entre leurs rôles et responsabilités respectifs.»

Elżbieta Bieńkowska, commissaire pour le marché intérieur, l'industrie, l'entrepreneuriat et les PME, a ajouté: «La coopération en matière de sécurité et de défense n'est pas un choix: c'est une nécessité. Les défis hybrides et non conventionnels que doit relever l'Europe en matière de sécurité sont plus nombreux que jamais. C'est pourquoi – comme en témoigne le rapport – nous contre-attaquons en mettant en place une coopération d'un niveau inédit entre l'Union, les États membres et l'OTAN afin d'améliorer la résilience, de remédier aux vulnérabilités stratégiques et de préparer des réactions coordonnées.»

Le cadre commun, qui s'inscrit dans l'approche intégrée de l'UE en matière de sécurité et de défense, définit plusieurs actions visant à prévenir, combattre et atténuer le problème de plus en plus important posé par les menaces hybrides. Les travaux ont bien avancé, et des progrès ont été réalisés dans tous les domaines:

  • améliorer la connaissance de la situation: la cellule de fusion de l'UE contre les menaces hybrides, créée en 2016 au sein du Service européen pour l'action extérieure, est chargée de fournir des analyses de données de toutes sources sur les menaces hybrides. De son côté, la Finlande vient de fonder le centre européen de lutte contre les menaces hybrides, qui a pour mission d'encourager le dialogue stratégique et de mener des travaux de recherche et d'analyse. Afin de combattre les campagnes de désinformation généralisée et la propagation systématique de fausses informations, des task-forces sur les communications ont été établies pour le voisinage oriental et méridional;
  • renforcer la résilience: en collaboration avec les États membres, la Commission s'efforce de rationaliser la sensibilisation aux menaces hybrides dans tous les secteurs, dont l'énergie, les transports, les douanes, l'espace, la santé ou la finance. Avec l'Agence européenne de la sécurité aérienne, une équipe d'intervention en cas d'urgence informatique dans le domaine de l'aviation et une task-force sur la cybersécurité ont été créées. D'ici à fin 2017, des indicateurs de vulnérabilité seront mis au point pour contribuer à améliorer la résilience des infrastructures critiques. Les technologies et les capacités prioritaires nécessaires pour contrer les menaces hybrides recensées par les États membres et renforcer la résilience face à celles-ci pourraient être admissibles à une aide au titre du Fonds européen de la défense, dont la mise en place a été proposée il y a peu;
  • protéger les Européens sur l'internet: conformément au programme européen en matière de sécurité, la Commission a pris des mesures pour réduire le volume de contenus illicites disponibles en ligne. En particulier, l'unité de l'UE chargée du signalement des contenus sur Internet, établie au sein d'Europol, passe la toile au crible à la recherche de matériel terroriste en ligne. Elle a signalé aux entreprises de l'internet des dizaines de milliers de contenus publiés, dont en moyenne 90 % ont été supprimés à la suite de son intervention. Le Forum de l'UE sur l'internet, lancé en 2015, réunit les gouvernements, Europol et les principales entreprises actives dans les technologies et les médias sociaux afin de supprimer de la toile les contenus illicites, y compris la propagande terroriste, le plus rapidement possible;
  • la coopération avec les pays tiers a été intensifiée, afin de renforcer leurs capacités et leur résilience dans le secteur de la sécurité. une étude sur les risques a été lancée dans le cadre d'un projet pilote en coopération avec la Moldavie, en vue de recenser les principales vulnérabilités et de garantir que l'aide de l'UE porte spécifiquement sur ces aspects;
  • prévenir les crises, y faire face et s'en remettre: un protocole opérationnel – dit «EU Playbook» – a été élaboré; il précise les modalités pratiques de coordination, de collecte de renseignements, d'analyse et de coopération avec l'OTAN. Il sera testé dans le cadre de l'exercice parallèle et coordonné (PACE) à l'automne 2017;
  • coopération UE-OTAN: l'UE et l'OTAN ont élaboré un ensemble commun de quarante-deux propositions pour mettre en œuvre les sept domaines de coopération définis dans la déclaration commune sur le partenariat entre l'UE et l'OTAN, signée par le président Tusk, le président Juncker et le secrétaire général Stoltenberg. Dix de ces actions portent sur la lutte contre les menaces hybrides, ce qui témoigne de l'importance que les deux parties accordent à cette question. L'interaction entre la cellule de fusion de l'UE contre les menaces hybrides et la branche d'analyse des menaces hybrides de l'OTAN est un élément important de la coopération entre l'UE et l'OTAN en matière de menaces hybrides. Cette année, les personnels de l'OTAN et de l'UE procéderont ensemble pour la première fois à un exercice visant à tester leur réaction à un scénario de menace hybride.

L'Union européenne continuera à utiliser tous les outils et instruments dont elle dispose pour gérer et combattre d'éventuelles menaces hybrides, agissant en garant de la sécurité plus fort et plus réactif et complétant les actions entreprises par les États membres et les partenaires.

Contexte

L'UE et ses voisins doivent aujourd'hui faire face à la multiplication des menaces pour la sécurité qui visent à déstabiliser toute la région. Aucun pays ne peut gagner cette bataille seul.

Dès le début de son mandat, la Commission Juncker a fait de la sécurité une priorité absolue. Le programme européen en matière de sécurité conçu par la Commission en 2015 a spécifiquement reconnu la nécessité de lutter contre les menaces hybrides.

En avril 2016, la Commission européenne et la haute représentante ont adopté un cadre commun en matière de lutte contre les menaces hybrides. Vingt-deux actions concrètes ont été présentées. Le rapport publié ce jour analyse leur mise en œuvre spécifique.

La stratégie globale de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité de l'Union européenne considère également la lutte contre les menaces hybrides comme une priorité, soulignant la nécessité d'adopter une approche intégrée pour établir un lien entre la résilience interne et les actions extérieures de l'Union.

À la suite de l'adoption, en novembre 2016, du plan d'action européen de la défense, la Commission a présenté une série d'initiatives qui contribueront à renforcer la capacité de l'UE à réagir aux menaces hybrides. Parmi ces initiatives figure le Fonds européen de la défense, lancé le 7 juin 2017, qu'il a été proposé de financer à hauteur d'environ 600 millions d'euros jusqu'en 2020 et de 1,5 milliard d'euros par an au-delà de 2020.

Dans son document de réflexion sur l'avenir de la défense européenne, présenté en juin 2017, la Commission expose différents scénarios visant à lutter contre les menaces croissantes qui pèsent sur la sécurité et la défense de l'Europe et à renforcer les capacités de défense propres de l'Europe à l'horizon 2025.

Pour en savoir plus

Rapport conjoint sur la mise en œuvre du «cadre commun en matière de lutte contre les menaces hybrides – une réponse de l'Union européenne»

Cadre commun en matière de lutte contre les menaces hybrides – une réponse de l'Union européenne

IP/17/2064

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel


Side Bar